AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
DIRECTEUR DE POUDLARDMangemort
    DIRECTEUR DE POUDLARD
    Mangemort
AVATAR : Alan Rickman
MESSAGES : 129

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Amoureux frustré de très longue date
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 janvier 1960, dans une petite ville moldue sans intérêt
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997] Sam 24 Sep 2016 - 12:18

En ce matin-là, le bureau directorial résonnait d’un silence de mort. Aucun tableau ne faisait semblant de dormir et pourtant tous restaient parfaitement silencieux et attentifs, se lançant parfois de longs regards entendus entre eux, alourdissant ainsi un peu plus l’ambiance très lourde régnant en maître. Il était à peine huit heures du matin, le parc de l’école était encore plongée dans une brume matinale épaisse, une matinée froide pour un mois de septembre, le bureau n’était qu’à peine éclairé par la lumière du jour. Rogue s’appuyait des deux mains contre le bureau de chêne, tremblant sans pouvoir s’en empêcher, la gorge serrée et se remettant avec lenteur de la forte dose de stress et d’adrénaline qui l’avait très brutalement secoué cette nuit. Le jeu avait été si serré… Bien trop serré et il aurait suffit de si peu pour tout faire échouer. Le type que Rogue avait abattu cette nuit n’était pas un mangemort ou un sympathisant de l’Ordre mais un homme agissant pour son propre compte par pur opportunisme, un de ces rats agissant uniquement pour l’argent. Un homme intelligent, à l’esprit très vif, qui s’était avancé bien trop loin dans ce jeu mortel et qui avait découvert certains éléments, qui auraient pu tout compromettre. Ils étaient passés à deux doigts de la catastrophe, cette nuit, à deux doigts de voir tout échouer. Même Dumbledore restait silencieux, dans son tableau, assis dans on fauteuil et les mains serrées contre lui. Severus se laissa finalement glisser contre le mur puis tomba assis sur les marches de pierre, sa tête contre les pierres grises et froides.

– Tout va bien, murmura-t-il. C’est bon… Tout va bien.

Cette affaire était réglée. Personne d’autre dans ce monde ne s’était avancée si loin dans la compréhension de toute cette affaire, ce type avait rejoint ses ancêtres et rien n’était compromis. Donc ça allait. Bien. Tout allait bien. Rogue passa une main devant ses yeux, épuisé tout à coup. Tout allait bien… Restant là, simplement comme ça assis sur ces marches, il ne bougea plus durant de longues minutes, le visage creusé par la fatigue et le poids de la situation. Ce mois de septembre avait déjà été trop agité, plus le temps passait, plus la vie l’étouffait comme un étau de plus en plus serré. Dumbledore mort, tout le plan à assurer tout de même, il n’y avait plus un seul instant de répit ou de repos, plus de temps à perdre, plus jamais de moments où vraiment oublier tout cela. Sa vie était terminée, désormais, il avait l’impression de n’être plus qu’un robot agissait selon une ligne directrice et accomplissant les tâches programmées, rien d’autre. Une ombre de plus dans cette école, somme toute. Il ne se rendait plus jamais aux repas communs dans la Grande Salle depuis plus de deux semaines, n’allait plus jamais nulle part dans Poudlard de jour, sauf en cas de nécessité, à croire que l’école était dirigée par un fantôme. Inspirant profondément, il laissa retomber ses bras contre lui, regardant le grand bureau d’un air morne.

Quand arrivera la fin ? Sa fin ?

Peu à peu, les tableaux reprirent leurs postures habituelles, replongeant dans une somnolence lourde, comme si rien n’était jamais venu perturber le cours de la nuit ou de la matinée. Dumbledore soupira un peu et se plongea lui aussi dans la torpeur, après un bref murmure qui se voulait sans doute rassurant, que rien n’était encore perdu, qu’il fallait garder espoir. Facile à dire, pour lui, il était déjà mort ! Rogue inspira profondément et lentement à plusieurs reprises, les yeux fermés, puis se leva enfin, récupérant sa baguette sur le bureau. Ne pas se laisser aller, ne pas abandonner, tenir quoi qu’il arrive et faire preuve de patience. Un refrain qu’il se répétait en boucle depuis quelques mois et qui s’était comme gravé en lettres de feu dans son esprit, un refrain l’accompagnant comme une prière qu’on adresserait au ciel. Severus s’efforça d’avaler quelque chose, ne pouvant décemment pas tenir s’il continuait à dormir et manger si peu, lorsque son regard fut attiré par un livre à la couverture brillante posée sur un coin de son bureau. La livre écrit par Skeeter, sur la vie de Dumbledore. Un ramassis de plus de bêtises et de mensonges, il n’y avait même pas la moitié des informations de véridiques là-dedans. Dans un mouvement d’humeur, il prit le livre et le jeta au feu, ayant en horreur cette bonne femme qui ne cherchait que la notoriété par la diffamation.

– Il y a votre rendez-vous qui va arriver, signala tout à coup Black très tranquillement, très détendu dans son tableau.

– Je le sais, merci bien, je n’ai pas besoin de secrétaire, marmonna Rogue d’un ton hargneux.

– Et d’un anti-dépresseur ?

Le directeur marmonna une vague insulte entre ses dents avant de s’asseoir à son bureau, terminant de manger rapidement puis reprenant une longue inspiration. Très bien. Du calme et on remet le masque. Quelques instants plus tard, Rogue avait enfin retrouvé son air coutumier, chassant tout sentiment inopportun de son regard ou son visage, avec des gestes calculés, une posture contrôlée. En attendant l’arrivée des Mathewsen, père et fils, il se plongea dans le travail plus courant et administratif de l’école. Des tâches bien simples en comparaison de son autre travail plus discret, des tâches rassurantes, qui l’aidèrent à s’apaiser et retrouver toute sa concentration. Vers neuf heures, son rendez-vous arriva. Rogue leur ouvrit la porte, croisant d’abord le regard de l’employé du Ministère de la magie en retenant un bref rictus. La dernière fois qu’ils s’étaient vus, c’était le jour de l’attaque contre Scrimgeour, ce type s’était trouvé au plus mauvais endroit au mauvais moment et avait été pris dans la mêlée. Severus lui avait lancé un endoloris pour l’écarter du passage et l’empêcher de voler à la rescousse de son cher ministre, nul doute que Mathewsen n’avait pas oublié cet épisode. Rogue leur dit de s’asseoir, reprenant lui-même place, la porte se refermant dans un craquement. Il n’avait pas fait tout de suite le rapprochement entre le gamin, ou la gamine, de Serpentard et l’employé du ministère de la magie qu’il avait un peu torturé cet été.

– Je vous ai fait venir pour régler une histoire perturbant les inspecteurs du ministère et pas mal de personnes dans ce château, lança Severus directement. Votre enfant est un garçon ou une fille, une bonne fois pour toutes ? En plus des soucis d’apparence, le prénom peut porter à confusion. En plus d’autres rumeurs…

_________________


Dernière édition par Severus Rogue le Lun 26 Sep 2016 - 9:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MINISTÈRE DE LA MAGIEOubliator
    MINISTÈRE DE LA MAGIE
    Oubliator
AVATAR : Robert Doweny Jr.
MESSAGES : 21

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Marié
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997] Sam 24 Sep 2016 - 21:47

Son collègue afficha tout à coup un air très vague et perdu, souriant un peu aux anges avant de repartir en sens inverse, café en main et son autre dossier sous le bras, parlant à nouveau de la réunion de la veille comme si rien ne l'avait fait dévier. Nathan avait le cœur battant à très vive allure en rangeant sa baguette dans sa poche, s'assurant une fois de plus qu'absolument personne ne l'avait vu jeter le sort. La culpabilité lui rongeait le ventre, il était vraiment désolé, c'était indispensable. Il devait protéger sa femme. Il n'y avait que peu de personnes dans le Ministère qui savaient qu'il avait épousé une Moldue, parmi ces personnes, peu étaient susceptibles de dénoncer la situation au pouvoir en place, malgré tout, il devait tout faire et s'assurer à ce que ça n'arrive pas. Son collègue se rassit à son propre bureau, toujours en bavardant, retrouvant avec lenteur son air habituel et poursuivant le travail engagé ce matin. Nathan se laissa retomber sur sa propre chaise, détestant devoir agir ainsi avec les autres employés du ministère, des personnes avec qui il travaillait depuis des années. Inspirant profondément, il se remit lui-même à son travail, lisant trois fois de suite une note reçue ce matin sans parvenir à se concentrer assez pour la comprendre. Il était venu très tôt au travail pour être bien sûr de trouver, de façon discrète, les personnes dont il devait modifier la mémoire. C'était son travail de tous les jours, pourtant, agir ainsi contre ses propres collègues. Rah, stop, on se reprend ! Il devait protéger sa femme coûte que coûte, de même que sa propre vie, assurer la sécurité de ses enfants.

Se concentrer sur les dossiers l'attendant ce matin fut pratiquement impossible, d'autant plus qu'il avait un rendez-vous dont il aurait pu se passer. Peu avant neuf heures, il avertit ses collègues qu'il était l'heure, leur ayant dit la veille qu'il devait rencontrer Rogue à Poudlard pour un petit problème avec son fils. Un "petit problème" dont il n'avait pas révélé la nature, étant donné qu'il ignorait toute l'affaire lui-même. Il n'avait plus de nouvelles de Leslie depuis qu'il était parti de la maison en claquant la porte. Le jeune garçon en devait peut-être même pas réaliser à quel point ses parents étaient morts d'inquiétude pour lui, à quel point ils se rongeaient les sang en imaginant les pires horreurs, surtout depuis que cette école était dirigée par Rogue, autrement dit un des plus braves petits mangemorts de Tu-Sais-Qui. Nathan n'avait pas oublié ce regard noir et froid lorsqu'il avait reçu le sort de douleur, dans le bureau du ministre, ni les menaces qui avaient suivies par-derrière. Le topo était simple, il fallait ou suivre, ou mourir. Se rebeller avait beau être une envie des plus féroces et brûlantes, cela signifierait être assassiné et donc abandonner sa femme au moment où elle avait le plus besoin de lui, en plus de laisser ses enfants seuls. Nathan quitta le ministère avec rapidité, faisant profil bas, comme à son habitude, transplanant ensuite dans un craquement sonore.

L'ambiance en arrivant à Poudlard ne fut guère différente que celle au ministère de la magie. Revoir l'école, en d'autres circonstances, l'aurait enchanté, rendu mélancolique et heureux. Et aujourd'hui, il ne ressentait qu'un certain rejet, du dégoût même. Où était passé le Poudlard qu'il avait connu ? C'était fini... Terminé, dévasté, cette école était définitivement perdue. Il n'y avait guère d'élèves dans le parc à cette heure, les cours avaient déjà commencé, il ne vit qu'un groupe d'enfants un peu plus loin pour les soins aux créatures magiques, accompagnés de leur professeur et d'un autre type en retrait. Nathan plissa les yeux au passage et le reconnut, il l'avait déjà vu au ministère, c'était l'un des inspecteurs. Un nouveau soupir et une dizaine de mètres encore d'un pas rapide, l'oubliator arriva aux portes de l'école. Nathan parcourut les couloirs avec tout de même une pointe de nostalgie, vite étouffée lorsqu'il vit quelques élèves blessés ayant visiblement servis de cobayes lors d'un cours de magie noir. Leurs uniformes n'étaient même pas des quatre couleurs habituelles des maisons, il s'agissait de nés-moldus. L'adulte se retint à très grande-peine de foncer dans cette foutue salle pour défier le "professeur", ou plutôt le bourreau, e duel et déverser toute sa haine contre les types comme lui. *Avance et tais-toi,* pensa-t-il en boucle assez fort en accélérant. Il courut presque ensuite, ne ralentissant qu'en arrivant près du bureau du directeur. Il y avait une fille qui attendait devant aussi, d'ailleurs. C'est en s'approchant que Nathan vit qu'il ne s'agissait pas d'une fille, pas du tout.

– Leslie, qu'est-ce qui t'est arrivé ?! s'étrangla-t-il. Qui t'a obligé à t'habiller comme ça ? Tu vas bien ? Tu es blessé ?

Il se précipita sur lui en le prenant par les épaules, le regardant de haut en bas, demandant ensuite encore une fois s'il était blessé et s'il avait été brutalisé par un des ces *** d'inspecteur pour faire ça. Il se reprit ensuite, réalisant que ça commençait mal pour des retrouvailles après tant de semaines et qu'en plus, faire attendre Rogue n'était pas non plus une bonne idée. Secouant la tête, il ajouta qu'il lui parlera plus tard puis alla avec lui au bureau, frappant quelques coups à la lourde porte de bois. Rogue n'avait pas changé, toujours cette allure de chauve-souris mortelle et ce regard noir et glacé. Sa mine soulignait clairement qu'il était dans l'un de ses plus mauvais jours. Pour quoi, contre qui, Nathan l'ignorait et ne voulait pas le savoir. Il devrait pourtant être de bonne humeur, ce parfait psychopathe, il était dans le camp des vainqueurs, non ? Le bras droit du seigneur des ténèbres en personne, à la tête de cette école après en avoir assassiné l'ancien directeur, il avait tout pour se sentir bien et victorieux. Nathan s'assit, sans dire un mot pour le moment, à côté de son fils, fixant le mangemort droit dans les yeux. Très bien, parlons peu mais parlons bien, pourquoi cette convocation ? L'employé du ministère avait la bizarre impression de s'être jeté les deux pieds dans un panier rempli de serpents venimeux.

– Je vous ai fait venir pour régler une histoire perturbant les inspecteurs du ministère et pas mal de personnes dans ce château, lança Severus directement. Votre enfant est un garçon ou une fille, une bonne fois pour toutes ? En plus des soucis d’apparence, le prénom peut porter à confusion. En plus d’autres rumeurs…

– Je vous demande pardon ? souffla Nathan d'un ton choqué. Un garçon, bien évidemment, c'est un garçon ! Comment pouvez-vous penser l'inverse, c'est une blague ?! Ou bien vos inspecteurs sont-ils aussi aveugles qu'ils sont idiots, au point de ne pas différencier un garçon d'une fille ?!

Il ajouta aussitôt d'un ton plus sec que "Leslie" était un prénom mixte, en insistant très lourdement sur le mot, et que lui et son épouse avaient tout de même été capables de voir à la naissance s'ils avaient eu un garçon ou une fille comme bébé. Lançant un regard furieux à Rogue, qui devait sans doute beaucoup s'amuser de la situation, il eut un tout à coup un temps d'arrêt.

– Ce n'est tout de même pas vous qui... Leslie ? Qui t'a forcé à t'habiller comme ça ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Lu Han
MESSAGES : 192

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire - Dégoûté par tout rapprochement
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 Avril 1981 - Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997] Mar 27 Sep 2016 - 2:33


Il y a des gamins qui rêvent de plaire à leurs parents, puis il y a Leslie. Leslie qui, avec ses petits 15 ans de vie, arrivait à cracher aux visages de sa mère et de son père, sans en ressentir le moindre regret. Il ne voulait pas plaire, il voulait seulement disparaître. Et il le savait, il ne pouvait que décevoir et il s'était lui-même jugé inapte à vivre avec sa famille. Une mère moldu, quoi de plus répugnant et on ne parlera pas de la demeure sans magie dans laquelle il subsistait. Durant l'été, il avait d'ailleurs quitté la maison sans en donner avertissement et avait retrouvé refuge chez les Little. Cliff Litlle avait accepté de l'aider et Leslie était encore endetté de cette gentillesse. Pourtant, il n'avait toujours rien fait pour remercier son ami. Au contraire, il l'ignorait et l'évitait comme il le faisait envers les sang-de-bourbe. Pendant les vacances, il n'était guère retombé sur le père de Cliff, chose qui lui aurait été fatale en vue de ce qui était arrivé, lorsqu'il était encore à son emploi d'été. Il avait été le pire serveur du monde et s'était mis M. Little à dos. On s'en doute, se mettre un adepte de la magie noire contre nous, ce n'était pas une bonne idée. Malheureusement, Leslie n'avait pas compris cela. Au contraire, il avait attiré l'attention de Rogue et s'était mérité un uniforme féminin. M. Little et Rogue... le parfait mélange pour une soirée d'endoloris et de meurtre. Le Serpentard commençait à avoir la trouille et cela chaque fois qu'il revoyait son nouveau directeur. Ça lui avait pris le mois de septembre pour comprendre que plus rien n'était similaire à ce qu'il vivait autrefois. Poudlard avait changé et de sa chambre, il pouvait entendre le murmure fébrile des fantômes et le gémissement des âmes égarées. Sa plume à la main, il remplissait les dernières lignes de son devoir de potion, jusqu'à cet instant où un inspecteur entra dans la grande salle où la plupart des élèves mangeaient. L'homme s'était tenu au bout de la table des verts et or et avait crié qu'une seule fois, d'une voix rauque, autoritaire et menaçante... - LESLIE MATHEWSEN.

Un lourd silence pris place et les chuchotements des autres sorciers commencèrent déjà à se faire entendre. Leslie était cloué sur place. Le coude toujours accoté contre la surface de la table, il avait simplement levé les yeux en direction de l'inconnu. Sa plume était tombée et il avait rencontré le visage de Lawford qui lui faisait signe d'une main. Le blond semblait vouloir lui dire quelque chose... - Lèves-toi idiot. L'asiatique se dressa d'un coup en comprenant que c'était vraiment en train d'arriver. C'était son nom qui avait été prononcé, c'était lui qui était recherché et on l'avait trouvé. - VENEZ. ordonna l'adulte, ce qui le fit sursauter. Quoi ? Oh, citrouille ! Son corps tremblait et il essayait de reprendre son devoir, de fermer ses bouquins, empoigner sa plume qui était tombée et on ne savait quoi encore. Certains se demandaient ce qu'il pouvait bien foutre, c'était qu'il prenait du temps. Puis, il était beaucoup trop nerveux, au point qu'il lui était impossible de prendre ses affaires correctement, sans tout foutre au sol. Finalement, Felix tira un bras vers toute la paperasse. - Je m'en occupe et dépêches-toi. Leurs regards se rencontrèrent et pour la toute première fois, il n'y eut pas de haine, pas de moqueries, pas de rage... Il n'y avait qu'un profond sentiment d'apaisement et de soutien. Sauf que bon, l'inspecteur chemina vers Mathewsen pour le prendre par le bras et le sortir de la salle. Il le repoussa ensuite vers l'avant, le forçant à prendre route. - Au bureau du directeur... Avancez. Au bureau du... Directeur. Il débuta la marcher, le regard vide et le souffle court. Il put reprendre ses esprits que lorsqu'ils arrivèrent devant les portes du nouvel enfer.

Qu'est-ce que j'ai fait ? La tête basse, il essayait de visualiser ses erreurs et posa le bout de ses doigts contre le manche de sa baguette. Allait-il en avoir besoin ? Il guida son attention vers l'inspecteur qui se recula pour ensuite le laisser seul devant les portes. Pourquoi c'est toujours moi qui me retrouve dans ce genre d'embrouilles ? Enfin, Mathewsen ne fut pas seul très longtemps. De nouvelles silhouettes arrivèrent et le cauchemar débuta. Nathan... Nathan était là, à deux pas de lui, inquiet puis offusqué de voir son fils dans cet état. Et par cet état, je veux bien dire; jupe.

– Leslie, qu'est-ce qui t'est arrivé ?! Qui t'a obligé à t'habiller comme ça ? Tu vas bien ? Tu es blessé ?

Et Nathan secoua Leslie, lui rappelant ainsi un tas de mauvais souvenirs qui le força à se reculer d'un geste purement craintif. Pourquoi est-ce qu'il est là !? Le voir en ce lieu le narguait littéralement. Il n'était pas prêt. Leslie n'était pas prêt à la suite des évènements et il avait envie de partir. Sa gorge se serra et d'un coup, les portes s'ouvrirent devant eux. Quelques minutes plus tard et ils étaient tous assit. Nathan, Severus et Leslie, enfermé dans le même bureau. Respire... respire... respire...

– Je vous ai fait venir pour régler une histoire perturbant les inspecteurs du ministère et pas mal de personnes dans ce château, lança Severus directement. Votre enfant est un garçon ou une fille, une bonne fois pour toutes ? En plus des soucis d’apparence, le prénom peut porter à confusion. En plus d’autres rumeurs…

– Je vous demande pardon ? souffla Nathan d'un ton choqué. Un garçon, bien évidemment, c'est un garçon ! Comment pouvez-vous penser l'inverse, c'est une blague ?! Ou bien vos inspecteurs sont-ils aussi aveugles qu'ils sont idiots, au point de ne pas différencier un garçon d'une fille ?!

L'adolescent se sentit fondre dans son siège tant la colère le brûlait de l'intérieur. Il ouvrit la bouche, la referma et ravala difficilement sa salive en comprenant que ses ennuis étaient engendrés par... son genre. Encore cette question stupide qui lui donnait seulement envie de partir et de ne relever qu'un seul doigt en direction des deux hommes qui étaient à ses côtés. Tout en posant ses paumes contre sa jupette, il leva son attention pour détailler son père, alors que celui-ci le fixait. Nathan lui posa une question précise qui le fit presque sourire. Il en avait marre. Son père le dégoûtait, Severus l'écoeurait et maintenant quoi, ils allaient tous les trois, parler d'un sujet aussi stupide que son genre ? Non... c'était non. Leslie voulait être respecté et non pas être protégé. Il n'avait pas besoin de son père pour y arriver, il n'avait plus besoin de personne et il voulait que tout s'arrête. La discussion n'avait pas sa place. Personne ne pouvait changer ce qui lui était arrivé.   

– Leslie ? Qui t'a forcé à t'habiller comme ça ? Outré, Leslie se redressa et empoigna sa baguette qu'il pointa automatiquement vers sa figure paternelle. Il secoua la tête, se recula puis haussa les épaules en se demandant à lui-même qui l'avait forcé. Là n'était pas la question. Il en voulait bien plus à ceux qui en avait profité pour se moquer, plutôt qu'à ceux qui l'avaient forcé à s'habiller ainsi. Pourquoi est-ce que ça ne s'arrête jamais ? Nathan ne l'avait jamais traité en adulte et ça l'agressait. Ça, en plus de revenir tout bonnement, pour jouer le bon samaritain qui était prêt à tout pour sauver ses enfants. Le père parfait, hein ? Et en prime, il lui posait une question embarrassante qui ne faisait que faire remonter la honte qu'il essayait de cacher.

- Et toi, qui t'a forcé à venir ici !? T'as pas à me protéger, t'as pas à être là ! Tu ne m'aides pas... t'es jamais là pour moi et aujourd'hui, tu arrives en te prenant encore pour mon père, mais on sait tous les deux que c'est faux. Il s'était emporté, mais seule la colère le guidait et il n'arrivait pas à reprendre le dessus. Tant que son père allait être là, il allait être incontrôlable.

- Je suis un garçon, pas besoin de faire venir cet homme pour le confirmer. souffla-t-il à l'égard de Rogue, sans abaisser sa baguette. - J'en ai marre de toutes ces conneries ! Personne ne peut me comprendre... Personne.

    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DIRECTEUR DE POUDLARDMangemort
    DIRECTEUR DE POUDLARD
    Mangemort
AVATAR : Alan Rickman
MESSAGES : 129

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Amoureux frustré de très longue date
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 janvier 1960, dans une petite ville moldue sans intérêt
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997] Mer 2 Nov 2016 - 9:50

– Je vous demande pardon ? souffla Nathan d'un ton choqué. Un garçon, bien évidemment, c'est un garçon ! Comment pouvez-vous penser l'inverse, c'est une blague ?! Ou bien vos inspecteurs sont-ils aussi aveugles qu'ils sont idiots, au point de ne pas différencier un garçon d'une fille ?!

Idiots, pour cela oui, en revanche, on ne pouvait guère leur reprocher d'avoir des doutes sur ce sujet, plus précisément. Les élèves comme l'étaient ce gamin pouvaient provoquer bien des soupçons et il était lassant, à chaque fois, d'embrayer avec les inspecteurs sur des discussions destinées à lever le voile du doute. Avec cela, Mathewsen junior était récemment entré dans le panel d'élèves que Rogue se trouvait obligé à devoir surveiller de plus près et ce afin d'éviter qu'il n'arrive un... incident malheureux. Que ce soit une tentative de meurtre contre eux de la part des Carrows ou plus simplement un suicide. Il était l'une de ces petites âmes plus fragiles, plus sensibles à la pression exercée sur le château depuis un bon mois et donc un des plus exposés à avoir, dans le courant des prochains jours ou prochaines semaines, un "accident" qui le conduira à sa perte. Il y en avait ainsi un certain nombre, à Poudlard, des gamins qui se renfermaient sur eux-même ou au contraire, accumulaient les bêtises, qui se mettaient en danger réel de mort sans même en avoir conscience ou qui se sentaient pousser une âme de résistants qui les conduisaient à se révolter contre les Carrows et y perdre leur santé mentale au passage. On a beau vouloir agir et être un héros, tout le monde n'a pas les épaules pour supporter la pression qui va avec et ce gamin en particulier, encore bien jeune et influençable, se laissait malmener et manipuler encore bien trop facilement pour qu'il puisse se permettre de faire n'importe quoi. Il n'y avait pas que cette histoire de genre...

– Leslie ? Qui t'a forcé à t'habiller comme ça ?

Severus allait embrayer sur le second sujet devant être abordé lorsque le gamin eut comme un sursaut d'indignation puis pointa sa baguette vers la tête de son propre père, arrachant un soupir de lassitude au directeur. Qu'espérait-il, au juste ? Pouvoir effrayer son géniteur ? Ou juste le convaincre pour de bon que son très cher fils s'était laissé manipuler au point de cracher sur sa propre famille et toutes les bases ayant tissées son existence à venir jusqu'ici ? Si c'était le cas, bravo, Mathewsen-père affichait un air de choc profond, n'ayant sans doute jamais cru, avant de mettre les pieds dans ce bureau, que son propre fils ait pu être influencé à ce point. Bien, Rogue n'avait même pas besoin d'en arriver au sujet principal de cette petite réunion, le mioche l'abordait lui-même sans qu'il y ait besoin de le forcer. D'ailleurs, en songeant à cela... Leslie avait-il compris pour les véritables allégeances de sa famille en ces temps de guerre ? Ce point particulier l'incitait-il encore plus à être méfiant et rejeter les siens ? Rogue avait visiblement sous-estimé le pouvoir d'influence régnant en ce moment chez les Serpentards, beaucoup plus exposés, par malheur, que les autres maisons au mouvement pro-Voldemort. Il ne l'ignorait pas, pourtant, pour l'avoir vécu lui-même lorsqu'il était adolescent, il savait à quel point cette influence était puissante et s'insinuait dans tous les cœurs dès lors que la moindre ouverture se présentait. Pour le coup, le directeur ignorait comment réduire cette influence chez les verts et argents... Certains d'entre eux étaient corrompus dès l'enfance par leurs parents, ils amenaient ensuite ce problème dans la salle commune de Serpentard, difficile à éradiquer.

– Et toi, qui t'a forcé à venir ici !? T'as pas à me protéger, t'as pas à être là ! Tu ne m'aides pas... t'es jamais là pour moi et aujourd'hui, tu arrives en te prenant encore pour mon père, mais on sait tous les deux que c'est faux.

L'influence, en tout cas, marchait d'autant mieux sur les gamins dépressifs et en perte d'identité, ça fonctionnait ainsi depuis la nuit des temps. Severus leva les yeux au ciel et mit la main dans sa poche, prenant sa propre baguette. Bon, on n'était pas ici pour rire et la nuit avait été très longue, il n'avait guère envie de perdre trop de temps le matin pour ça.

– Je suis un garçon, pas besoin de faire venir cet homme pour le confirmer, souffla-t-il à l'égard de Rogue, sans abaisser sa baguette. J'en ai marre de toutes ces conneries ! Personne ne peut me comprendre... Personne.

Voilà bien un point où il avait tord car Rogue connaissait à la perfection ce sentiment. Être perdu, voir tous ses repères voler en éclat, ne pas trouver qui que ce soit qui puisse comprendre ce que vous aviez sur le cœur et trouver les mots justes qui pourront soulager votre peine. Se retrouver foré d'avancer en luttant contre tout alors que vous savez dès le départ de la course que cette lutte est perdue par avance. Dans ces situations, il n'y avait que deux issues possibles. Ou vous parveniez à vous relever et tout donner pour arriver à vos fins, ou vous mourriez bêtement, seul et sans attaches, fonçant dans le mur vous tendant les bras depuis toujours. Severus pointa sa propre baguette sur Leslie et lança le sortilège de désarmement avec négligence, rattrapant ensuite la baguette de son élève de son autre main et la posant près de lui sur son bureau. Bien qu'il doutait que le mioche réussisse vraiment à blesser son géniteur, il pouvait se blesser lui-même et Rogue n'avait pas envie de devoir nettoyer des traces de sang sur son bureau ni de devoir les assommer tous les deux pour éviter que ça dégénère. Le père serait capable de se laisser faire par refus d'affronter son gosse en duel, c'était ça d'avoir trop de "bons sentiments". Ridicule... S'il continuait ainsi, à se laisser étouffer par les bons principes et les barrières d'éthique, il se fera tuer en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire. Posant un regard grave sur le gamin puis le père, Severus pinça un peu les lèvres, jugulant son agacement.

– Vous serez considéré comme un adulte lorsque vous serez capable de garder votre sang-froid et de réfléchir avant d'agir. Il est difficile de paraître crédible lorsqu'on est plongé en pleine crise d'adolescence. Passons à l'autre sujet. En plus de tout cela, les inspecteurs s'interrogent également sur le statut du sang de votre fils, monsieur Mathewsen. Pour être plus précis, même si les sang-mêlés sont assez nombreux, le problème devient plus gênant encore dans certains cas. Vous travaillez au Ministère et vous ne devez sans doute pas ignorer les nouvelles règles, pour vous et vos collègues. Contrairement à ce que votre gamin clame, vous êtes bien son père et ce lien peut causer des soucis, pour vous deux, dans les circonstances actuelles. Vous avez déjà dû comprendre l'urgence lorsque nous nous sommes "croisés" au Ministère, monsieur Mathewsen.

Severus lui lança un regard un peu ironique, sachant très bien que le sorcier devait se retenir de toutes ses forces de ne pas tenter de lui jeter un sort, là, tout de suite. Le fait était qu'il était pieds et poings liés. Pour la sécurité de sa famille et de la sienne, il n'avait pas le choix, il devait rentrer dans le rang, quoi qu'il arrive.

– Que comptez-vous faire pour régler le problème du statut du sang, pour vos enfants ? Tous vos enfants, s'entends...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997] Aujourd'hui à 19:31

Revenir en haut Aller en bas

Rumeurs à éclaircir [Sept. 1997]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La danse des sept voiles...» LES FAUSSES RUMEURS OU TRUCS DU NET» BD Sept Cavaliers» #2 : Taker, HBK, Champ's Tag Team, BLOG, news, rumeurs ..» Rumeurs
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Les Tours :: Bureau et appartements du Directeur-