AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Jeu 25 Aoû 2016 - 13:21




Munie de son manuel de Métamorphose, Amanda venait de trouver l’endroit idéal pour se poser quelques heures. Un rare petit coin d’ombre, sous un arbre massif. Elle s’empressa de s’assoir contre ce dernier, sait-on jamais qu’une personne mal intentionnée sorte soudainement de l’ombre pour lui voler sa place. La jeune bleue et bronze terminait sa première semaine à l’École de Sorcellerie Poudlard, et malgré tous les changements opérés par la nouvelle Direction et le Ministère de la Magie, elle s’y sentait plutôt bien. Depuis que la fillette aux cheveux blonds avait décidé de faire complètement abstraction des élèves de Nuncabouc, elle ne pouvait que constater que les choses n’étaient pas si terribles. Bien entendu, il lui fallait faire un réel effort pour ignorer toute la cruauté quotidienne dont souffraient les nés-moldus. Loin d’être insensible, Amanda préférait néanmoins se consacrer à cent pour cent à une autre cause beaucoup plus importante à ses yeux : sa petite personne.

La jeune fille observa le lac quelques instants, soucieuse. On lui avait longuement parlé du Calmar Géant, le plus dangereux prédateur de Poudlard, surtout connu pour être un grand friand de premières années. Et puis les Strangulots aussi, ces affreux petits démons verts, couverts de petites dents pointues. Amanda frissonna, tout cela n’était pas très rassurant. Elle balaya les alentours d’un rapide coup d’œil, il n’y avait pas grand monde ce matin-là. Une Nuncabouc, beaucoup plus loin, avec son petit air abattu, le même que l’on retrouve communément chez tous ses camarades aux origines proscrites et qui ont été envoyés dans la cinquième maison du Château. Bon, et sinon ? Un jeune Poufsouffle plongé dans ses écrits matinaux, certainement une lettre pour sa petite maman qu’il pleure tous les soirs avant de s’endormir comme une grosse loque. Amanda leva les yeux aux ciels, médisante. La majorité des étudiants profitaient très certainement du samedi matin pour faire la grasse matinée. Amanda avait tout tenté pour sortir Alvy du lit, mais ce fût un échec. Après tout, tant pis pour elle, elle prendrait du retard dans ses devoirs dès le début de l’année, et elle raterait ses examens de juin. Ce serait bien fait pour elle, la grosse fainéante.

Amanda ne pourrait compter que sur elle-même si le Calmar Géant surgissait soudainement pour tenter de l’engouffrer toute crue. Une Nuncabouc qui n’a pas le droit d’utiliser sa baguette, si tenté qu’elle ait le droit de garder la sienne pour le weekend, et un tout petit Poufsouffle ridicule, rien de bien sécurisant. Le tout petit Poufsouffle ridicule lui disait néanmoins quelque chose. Habituellement peu physionomiste, ce dernier l’avait forcément marqué à un moment ou un autre.

« Oh non, pas lui ! » pesta Amanda, furieuse.

Bien sûr qu’elle le reconnaissait, ce vilain petit blaireau. Il l’avait poussé sans vergogne le soir de la Répartition, elle avait un bleu de la taille de sa main sur la fesse droite à présent. Même pas il lui aurait donné un coup de main pour se relever, ce goujat. Non, il s’était sauvé comme un voleur. Amanda s’était vengée le lendemain matin, lui balançant une serviette graisseuse sur son joli pull tout neuf. Elle aurait dû en rester là mais ce dernier avait de nouveau fauté, en début de semaine. Il avait rendu un croquis sublime de son Géranium Dentu, en cours de Botanique, plus sublime que le sien. La fillette ne l’avait toujours pas digéré.

« Ça ne t’a pas suffi le coup du pull, toi ?! Hurla la Serdaigle depuis sa petite place. Elle ne bougea pas d’un seul centimètre, ne daignant pas se relever, ni même se rapprocher du garçon pour lui envoyer son flot de reproches dans la figure. Tu es malpoli, espèce de gnome jaunâtre » Termina-t-elle, enflammée.



PS : ce n'est pas pour tout de suite les excuses...  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Dim 28 Aoû 2016 - 19:59


Bien qu'il apprécie la vie à Poudlard dans sa généralité, Edward avait toujours du mal à supporter certains aspect de la vie en communauté. Le dortoir, certes confortable, était sans arrêt en mouvement. Encore, si la nuit était calme, mais entre les ronflements des uns, les rires, des autres,ou encore ceux qui parlaient jusqu’à une heure plus que tardive, pas moyen de trouver un peu de tranquillité. Ce matin, il avais donc fui le brouhaha de la salle commune pour aller rédiger tranquillement son devoir de potions au bord du lac. Ed aimais beaucoup l'automne, cette période de l'année ou la nature se préparais lentement à entrer dans l'hibernation hivernale. L'odeur d'humus portée par le vent sifflant dans les branches des arbres donnait au parc un air mélancolique. Le domaine de Poudlard était vraiment un endroit magnifique.

En cette heure matinale, le parc était quasiment désert. Le seul élève présent etait un Nuncabouc, ayant certainement fui l'insalubrité de son dortoir aussi vite que possible. De ce qu'il avait entendu dire sur cette nouvelle maison, les condition de vie y étaient vraiment déplaisantes : isolation catastrophique, pas de chauffage et chambre commune à tout le dortoir. En plus, ils n'avaient même pas de douche ! Ed adressa un regard compatissant à son camarade, mais garda ses distances. Non pas qu'il était anti-moldus, mais en cette période de troubles, côtoyer les Nuncabouc en public était synonyme d'ennuis. Il continua donc un peu plus loin, et finit par trouver sa place à l'ombre d'un arbre jouxtant le Lac Noir. Il pouvait enfin reprendre son devoir en paix.

Ce répit fut cependant de courte durée, car il se trouva tiré de ses ecrits par des hurlement. « Ça ne t’a pas suffi le coup du pull, toi ?! Tu es malpoli, espèce de gnome jaunâtre » Le Poufsouffle releva la tête pour voir d’où venaient ces cris, et vit une petite aiglonne qui lui lançait un regard flamboyant, sans qu'il comprenne vraiment pourquoi. *qu'est-ce qu'elle me veux elle ? Le coup du pull, mais de quoi elle parle ? Attend voir… * soudain, tout se remit en place dans sa tête : le jour de la rentrée, la serviette sale dans son dos… ce serait elle ?! Mais c'etait elle qui etait en faute, pas lui… qu'avait-il bien pu lui faire pour qu'elle s’énerve comme ça ? Edward avait beau essayer de se souvenir de quelque chose, rien ne lui vint. Elle devait peut-être confondre avec quelqu'un d'autre… Mais elle l'avais quand même obligé a changer de pull à son premier jour de classe, et en plus elle venait de l'insulter. Ça faisait deux fois qu'elle lui manquait de respect, et il n'allait pas laisser faire ça sans rien dire ! Piqué au vif, il laissa ses affaires en plan et se dirigea vers elle, d'un pas décidé.

« Tu rigoles j’espère ! » s'exclama-t-il «  Tu me balance une serviette sale dans le dos et c'est moi le malpoli ?! Si encore je t'avais fait quelque chose, mais je te connais même pas, alors c'est quoi le problème ? »
Non mais c'est vrai quoi ! Pour qui elle se prenait ? De quel droit elle le traitait de gnome ? Ed n'est pas petit, c'est les autres qui sont grands. Puis même, elle pouvait parler, elle faisait la même taille que lui, elle avais pas le droit de dire ça. En plus, elle l'avais dérangée dans son travail, c'etait pas malpoli ça ? Non mais vraiment…  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Mer 31 Aoû 2016 - 20:15


Amanda ouvrit de grands yeux perplexes. Dans l’optique de garder un semblant d’assurance, elle leva les yeux vers le garçon et le fixa longuement. Elle ne se sentait pas très à l’aise, assise à même le sol, alors que le petit blaireau se tenait debout, planté à moins d’un mètre devant elle. C’était assez déroutant comme façon de réagir, la fillette s’attendait plutôt à de l’ignorance de sa part, ou à le voir lâchement fuir, les bras à son cou. Elle ne faisait plus vraiment la fière, et il était vraiment difficile de ne pas le lâcher du regard. Il avait l’air tellement furieux, à s’emporter de la sorte. Mais d’un côté, elle le trouvait aussi bien culotté, le jaune et noir. Si l’un des deux méritaient de droit de s’énerver après l’autre, c’était bien elle. Contrariée, la jeune fille aux cheveux blonds se releva brusquement d’un petit saut, les sourcils froncés et les bras croisés :

« Je… Je vais te dire c’est quoi mon problème. Tu me… Tu m’as poussé… Poussé dans l’escalier juste après la Répartition ! T’as pas intérêt de nier, je sais que c’est toi ! »

Finalement, le garçon n’est pas si petit que ça. C’est uniquement la grosse tête d’Amanda qui la pousse à se percevoir au-dessus de tout le monde, elle qui avoisine les un mètre trente. Pourrie-gâtée, la jeune sorcière n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête. Ses parents sont trop occupés par leurs carrières respectives pour perdre leur précieux temps libre à refuser quoi que ce soit à la petite dernière. C’est plus simple de céder à chacune de ses nouvelles lubies.  Plus simple de se rendre au Chemin de Traverse pour acheter le dernier balai en vogue à un enfant de quatre ans. Et toujours plus simple de louer un Magicobus pour chacune des fêtes d’anniversaire de la fillette. Il n’y a guère que sur les résultats scolaires que les parents de la Serdaigle ne sont pas laxistes. Sur ce point-là, ils font preuve d’une extrême exigence, contrastant avec tout le reste.

Amanda ne compte pas laisser le garçon lui marcher sur les pieds aussi facilement. Il va regretter son comportement, il finira même par ramper à ses pieds. Sans vraiment réfléchir, la jeune sorcière se précipita récupérer les affaires du jeune garçon, les mêmes affaires inconsidérément laissées à l’abandon quelques mètres plus loin.

« Oh, tu fais des potions ! » s’exclama Amanda, un grand sourire aux lèvres.

Celle-ci leva ses sourcils, l’air provocateur. Elle prit le temps de lire quelques passages à haute voix, moqueuse. Tout en humiliant une fois de plus le garçon, elle se dirigea d’un pas décidé vers le rebord du lac. Méchamment, elle tendit le bras avec le parchemin du garçon au-dessus de l’eau.

« Je suis de bonne humeur, aujourd’hui ! Si tes excuses sont recevables, je te rends ton torchon et on en parle plus. On pourrait même être amis !

Amanda lui lança un grand sourire, presque amical, avant de reprendre :

- Au fait, je m'appelle Amanda. Et toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Jeu 1 Sep 2016 - 0:00

Ed toisa l'aiglonne restée assise. A ses pieds, La fillette semblait toute petite, chétive. Ed s'en voulait presque de s’être emporté contre elle comme ça. Mais c’était sans compter sur le fait que la fillette se releva et lui recracha des reproches à la figure. « Je… Je vais te dire c’est quoi mon problème. Tu me… Tu m’as poussé… Poussé dans l’escalier juste après la Répartition ! T’as pas intérêt de nier, je sais que c’est toi ! » Cette fille avait vraiment un problème. Il y avait tellement de monde dans les couloirs le soir de la répartition qu'il était quasiment impossible de ne pas bousculer quelqu'un. Comment une personne normalement constituée pouvait se souvenir de ce détail, et pire, en faire une fixation comme ça ? Ralala, les filles, elles font vraiment toute une montagne pour pas grand-chose.

Ed marqua un moment de silence, abasourdi. Comment allait-il gérer cette histoire ? Devait-il s'excuser pour une faute dont il n'avait pas souvenir ? Devait-il continuer sur sa lancée et maintenir que la fillette lui devait des excuse pour son magnifique pull tout neuf qu'elle avait ruiné avec sa serviette ? L'aiglonne profita de ce moment de surprise pour se précipiter vers les affaire du garçon, qu'elle attrapa d'un geste vif. Ed se précipita à sa suite, tentant de récupérer le tout avant qu'elle ne fasse de geste inconsidéré. Mais il était déja trop tard. Elle avait sorti le devoir de potion, sur lequel le jeune homme travaillais depuis l'aurore, et commença a lire certains passages a voix haute, se moquant allègrement de son travail.

« Hé rend moi ça, t'as pas le droit ! »
Ed essayais désespérément de reprendre ses affaires, mais l'adrénaline lui faisait faire n'importe quoi, il n'arriverais a rien comme ça. Au bout d'un moment, la Serdaigle stoppa sa lecture et s'approcha du lac. Tendant le devoir au dessus de l'eau,  elle lui lança un grand sourire.

« Je suis de bonne humeur, aujourd’hui ! Si tes excuses sont recevables, je te rends ton torchon et on en parle plus. On pourrait même être amis ! Au fait, je m'appelle Amanda. Et toi ? »
Ed regardais, horrifié, son devoir flotter dans le vent, au dessus du lac noir. Alors quoi, du chantage maintenant ? Le voila face à un dilemme : reconnaître ses torts inexistants, ou bien tenter une percée, récupérer son parchemin, et s'éloigner d' « Amanda » ? Les agissements de la jeune fille, et l'état d'énervement du Pouffsoufle décidèrent pour lui. Il se rapprocha doucement de la fille, tout en essayant de l'amadouer.

« ok d'accord, calme. Moi c'est Edward. Je crois qu'on peut résoudre ce problème sans en arriver la, tu crois pas ? Pour commencer, je vais te dire… DONNE MOI CA ! » Lorsqu'il fut suffisamment proche, Il sauta sur la jeune fille, espérant récupérer son papier. Mais son action n'eut pas le résultat escompté : La jeune fille, surprise par son geste, n'eut pas le temps d'assurer ses appuis, et c'est donc dans un gros *SPLOUF* que les deux jeunes se retrouvèrent a nager dans les eaux froides et profondes du lac. En sortant la tête de l'eau, Ed aperçut un peu plus loin son parchemin, porté par le courant. Il regarda autour de lui, et vit avec un certain soulagement la tête d'Amanda sortir de l'eau à coté de lui. Le bain glacé lui avait remis les idées en place et il décida d'essayer d'enterrer la hache de guerre. Il se hissa sur le bord du lac, et tendit la main à sa camarade baignade, pour l'aider à faire de même. Il lui adressa un petit sourire d'excuse :

« désolé, c'est pas vraiment ce que je voulais faire… Alors, on fait quoi, on continue de se disputer pour des broutilles, ou on oublie tout ça et on repart à zéro ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Jeu 1 Sep 2016 - 15:20


Abasourdie, la petite sorcière aux cheveux blonds sortit la tête de l’eau, agitant énergiquement les bras et les jambes dans tous les sens. Ses yeux mouillés gênaient passablement sa vue en cet instant improbable et sa longue tignasse qui lui revenait en plein visage n’arrangeait rien. Elle avait bien tenté d’esquiver le garçon lorsqu'il lui avait littéralement bondi dessus, mais comment aurait-elle pu prévoir une telle idiotie ? Une vive douleur remontait dans son épaule droite, il n’y avait pas été de main morte. Les jambes de la Serdaigle n’avaient pas supporté le poids du jaune et noir en plein élan, elle s’était effondrée dans le lac, l’embarquant au passage dans sa chute. Elle discerna la main tendue du Poufsouffle, à laquelle elle s’accrocha immédiatement, sans réfléchir. À l’instar d’un poids mort, elle se laissa tirer sans fournir la moindre once d’effort. Elle était bien trop occupée à cracher ses poumons, expulsant toute l’eau rentrée par son nez, ses oreilles, sa bouche…Elle s’écrasa sur la pelouse fraîche, restant sur le ventre de longues secondes.

« Désolé, c'est pas vraiment ce que je voulais faire… Alors, on fait quoi, on continue de se disputer pour des broutilles, ou on oublie tout ça et on repart à zéro ? »

Amanda leva les yeux vers le garçon, estomaquée. Celui-ci ruisselait, c’en était presque drôle si elle oubliait qu’elle était dans un état similaire. Difficilement, la benjamine des Ziegler se releva, passa une main dans ses cheveux décoiffés et les essora longuement. Heureusement qu’elle ne portait pas sa robe de sorcier ce matin-là, elle se sentait déjà suffisamment ballote, dans son jean et son tee-shirt trempés.

- Bon…Heu… Excuses acceptées, heu… Edward. Mais, qu’est-ce qu’on fait là ?

Le ton de la pré-adolescente avait radicalement changé. Sa voix était plus douce, plus accessible. Le masque de la petite peste insupportable était tombé. Désormais, elle comptait sur le garçon pour les sortir de cette situation. Hors de question de se le mettre à dos et se retrouver seule dans cette galère. Si les Carrow les surprenaient ainsi, nul ne doute qu’ils auraient de gros soucis. Amanda ne le supporterait pas, elle qui se voulait irréprochable dans ses études. Les deux premières années ne pourraient pas faire un seul pas dans l’enceinte du Château, ils seraient immédiatement repérés dans leurs vêtements mouillés.

- Si on nous voit comme ça, on va se faire tuer ! s’exclama la petite sorcière. Et si mon frère l’apprend, il va tout répéter à mes parents et… Et ils vont être méga en colère.

Amanda grimaça, cette idée ne l’enchantait guère. Elle balaya le parc des yeux, personne à l’horizon susceptible de les avoir vus. Il y avait bien l’autre Nuncabouc, mais elle ne comptait pas vraiment, personne ne les écoutait de toutes les façons. La jeune fille aux cheveux blonds tremblait de tout son corps, une fois le choc passé, elle réalisait à quel point l’eau du lac était glacée. Elle avait peut être une solution à leurs problèmes. Mais c’était un peu fou, elle hésitait à en faire part à Edward. Amanda réfléchissait à la meilleure manière de tourner ses phrases, pour ne pas trop l’apeurer. Frigorifiée, elle lui déballa finalement tout d’un coup, sans le ménager une seule seconde :

- On va voler la cape de la Nuncabouc là-bas et on va rentrer au Château avec ! Devant la mine déconcertée du Poufsouffle, Amanda enchaîna : Oui, je suis sûre qu’on tient à deux dedans, elle est énorme cette fille, on dirait un Troll ! Tu vas te cacher sous moi et… et voilà quoi !

Déterminée, la Serdaigle secoua son camarade par le bras. Elle lui montra du doigt la malheureuse jeune fille assimilée à la plus vilaine Créature Magique existante, et ajouta :

- Allez, vas-y ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Ven 2 Sep 2016 - 17:01

La fillette avait apparemment bien plus souffert que lui de son bain improvisé. Ed la tira de toutes ses forces hors de l'eau. C'est qu'elle pesait son poids la gamine ! Elle resta un moment à terre, tentant évacuer l'eau de ses poumons. Puis, alors qu'elle essorais ses longs cheveux blonds, elle ouvrit enfin la bouche. Elle semblait avoir son masque hautain au fond du lac, son ton était maintenant calme, doux, bien plus agréable à entendre. Elle avait retrouvé les expression qu'une jeune fille de son age devrait avoir.

« Bon…Heu… Excuses acceptées, heu… Edward. Mais, qu’est-ce qu’on fait là ? »

En voila une bonne question. Ils se retrouvaient tout les deux au beau milieu du parc, trempés jusqu'à l'os et frigorifiés. Ed ne put cependant pas se retenir de lâcher un petit sourire en voyant le triste état dans lequel ils étaient. Pitoyables. Ils devaient agir rapidement si ils ne voulaient pas attraper froid. tandis qu'Amanda commençait a se plaindre - le répit avait été de courte durée -  Ed se creusa les méninges, cherchant un moyen de regagner leurs salles communes discrètement. La salle des Poufsouffle était aux sous sols, il pouvait très bien abandonner l'aiglonne ici, et s'y précipiter avant que quelqu'un le voie… Il rejeta vite cette idée, si elle se faisait prendre ensuite, Amanda pouvait très bien lui mettre la faute sur le dos, et elle aurais raison. Après tout, c’était en partie sa faute à lui si ils en étaient arrivés là. Il avait bien entendu parler d'un sortilège de séchage, mais Il ne connaissait pas encore la formule. La Serdaigle commençait à trembler de froid, et Edward n’était pas en reste non plus… Soudain elle s'exclama
« On va voler la cape de la Nuncabouc là-bas et on va rentrer au Château avec ! » Il releva la tête vers elle, se demandant de quoi elle voulait parler. « Oui, je suis sûre qu’on tient à deux dedans, elle est énorme cette fille, on dirait un Troll ! Tu vas te cacher sous moi et… et voilà quoi ! »

Elle pointa la direction du doigt, tout lui secouant le bras. «  Allez, vas-y ! » Il jeta un coup d’œil dans la direction qu'elle montrait, et comprit ou elle voulait en venir c'est vrai, la Nuncabouc était vraiment énorme, et ils avaient plus besoin qu'elle de la cape… mais… non il ne pouvait se résoudre à voler. Il se retourna vers Amanda.

« Non mais ca va pas ? Ça craint de lui voler sa cape, elle a rien fait. Il doit sûrement y avoir un autre moyen… comme… je sais pas moi… » Il s'interrompit, et observa un peu mieux la Nuncabouc. Elle était vraiment massive, l'analogie avec le troll n’était pas vraiment exagérée. Elle était absorbée dans son livre, la cape posée négligemment à coté d'elle. Apparemment, il n'avait pas d'autre choix que de renier ses principes, au moins pour cette fois… Ed se consolait en se disant que vu la proportion de graisse composant le corps de la Nuncabouc, elle n'aurais certainement pas besoin de sa cape, et que lui prendre serait un peu comme « voler aux riches pour donner aux pauvres »
« bon… d'accord. Mais on lui rendra quand on en aura pu besoin ! »

Il sortit sa baguette qu'il empoigna fermement. Il ne connaissais encore aucun sort pouvant lui etre utile dans cette situation, mais le fait de l'avoir en main le rassurait. Lentement, tentant l'approche furtive, il se cacha derrière un fourré et progressa à pas de loup jusqu’à arriver à une dizaine de mètres derrière son objectif. Ed observa les alentours : aucun arbre, ou buisson pour le dissimuler, il allais devoir trouver un autre moyen. Le troll devant lui ne semblait se douter de rien et continuais sa lecture assidue. Il s’allongea dans l'herbe fraîchement coupée, et rampa dans sa direction, tel un prédateur chassant sa proie. Allez, plus que quelques mètres. Arrivé au niveau de l'arbre contre lequel était adossé la Nuncabouc, il retint son souffle. Le moindre faux pas pouvait lui coûter la vie. Soudain, son cœur manqua un battement : elle avait récupéré la cape ! Mission échouée. Mais quelques instants plus tard, elle la reposa a coté d'elle ; elle avait simplement récupéré quelque chose dans la poche. Il tendit la main vers le vêtement.  Doucement… touuuut doucement … Allez, plus que quelques centimètres. Ça y est ! Il reprit son chemin en sen inverse, toujours en rampant comme un reptile (un petit lézard apeuré en fait) jusqu'à son fourré. Ed poussa un soupir de soulagement. Il l'avais finalement fait ! L'adrénaline retomba progressivement à mesure qu'il se rapprochait d'Amanda restée au bord du lac.

En arrivant vers elle, Il brandit la cape comme un trophée, et avança  tel un héros vers elle, un sourire triomphant accroché au lèvres.

« je l'ai ! Tu m'as vu ? J'ai bien cru que j'allais me faire chopper à un moment, mais en fait non, j'suis trop fort ! » L'aiglonne semblait toujours aussi frigorifiée, Ed lui tendit donc la cape afin qu'elle s'en couvre. « Bon, c'est quoi la suite ? Ma salle commune est dans les sous-sols, et la tienne est dans les étage… du coup on fait comment ?»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Mer 7 Sep 2016 - 21:07


Le jeune garçon semblait hésiter à suivre Amanda dans ses délires. Doté d’une âme plus charitable que sa camarade, il tentait de négocier le sort de la pauvre Nuncabouc. Néanmoins, l’idée faisait son petit bout de chemin dans l’esprit d’Edward, si bien qu’il finit par accepter la proposition malhonnête de la sorcière. Il acceptait de voler la cape de la fille, à condition de la lui rendre plus tard. Amanda acquiesça, lasse de tous les scrupules du jaune et noir, d’autant plus qu’elle se moquait éperdument de ce genre de détails. Qu’elle soit brûlée, détruite ou même mixée dans du jus de citrouilles, peu lui importait, tant que cette fichue cape leur permettait à tous les deux de s’en sortir impunis. Non sans râler au préalable, Edward adopta une curieuse stratégie d’approche. La jeune Ziegler pouffa de rire sans la moindre retenue, à la vue du petit Poufsouffle rampant comme un ver de terre. Elle n’osait même pas imaginer à quel point cela devait être salissant, de se frotter ainsi à la pelouse, trempé. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas ri de la sorte. Que c’était bête un garçon, quand même !

Malgré tout, Amanda apprécia la réussite de la mission commando, aussi bêtes les garçons soient-ils. Depuis le bord du lac, elle avait parfaitement conscience que, sans son aide, il n’y aurait pas de cape pour les sortir de là. Même si elle ne pouvait s’empêcher de garder à l’esprit qu’il était à l’origine de tous leurs problèmes, cet Edward. Mais pas le temps pour toutes ces considérations, Amanda accepta volontiers la cape tendue, elle qui était frigorifiée depuis déjà une bonne demi-heure. Cette dernière semblait peser une tonne, elle galéra pour la soulever pleinement à la force de ses petits bras et à s’emmitoufler dedans.

« Je l'ai ! Tu m'as vu ? J'ai bien cru que j'allais me faire chopper à un moment, mais en fait non, j'suis trop fort !  Toujours à rouler des mécaniques, les garçons. Amanda lui sourit gentiment, il avait bien mérité sa minute de gloire. Bon, c'est quoi la suite ? Ma salle commune est dans les sous-sols, et la tienne est dans les étage… du coup on fait comment ?

Amanda s’assit par terre, en tailleur. Ce n’était pas le moment de faire tout et n’importe quoi, ni même de se précipiter. La jeune fille aux cheveux blonds attrapa les mains du Poufsouffle, et  l’attira de toutes ses forces vers le bas pour qu’il s’agenouille en face d’elle :

- On commence par les Tours, c’est évident ! s’exclama Amanda. Tu vas me raccompagner jusqu’à ma Salle Commune et je te laisserai repartir dans tes caves, juste après ! Je… Euh…S’il te plaît, Edward, j’ai peur…

Nouvelle facette de la personnalité de la blondinette, les yeux doux. Après l’agressivité et les cris, elle adoptait de nouvelles stratégies, qu’elle espérait plus concluantes. À vrai dire, Amanda n’était pas bien courageuse, et elle ne se voyait pas traverser une partie du Château, seule sous l’imposante cape. La fillette fixait Edward de ses grands yeux marron, le suppliant du regard. À l’observer de plus près, le garçon était plutôt mignon. Légèrement plus grand qu’elle, des cheveux châtains coupés courts et de beaux yeux clairs. Bien qu’un brin espiègle, comme tout jeune garçon de onze ans, il n’en était pas pourtant immature. Il semblait raisonnable, la tête entre les épaules. Il était gentil, pas comme tous les autres débiles du Château. La sorcière aux cheveux blonds était sous le charme. Elle se rapprocha de lui, inopinément. Sûre d’elle, elle déposa un baiser furtif sur ses lèvres. Elle regretta aussitôt son geste. Rouge de honte, elle s’empressa de reculer, la tête basse et les yeux rivés sur le sol. Sa cousine de treize ans lui avait longuement parlé de son premier bisou sur la bouche, en deuxième année pour sa part. Amanda était loin d’être aussi enthousiaste qu’elle, à présent. Elle ressentait une terrible gêne, et elle ne comprenait pas du tout les plus grands qui passaient leur temps à se faire des bisous.

- C’est… un peu bizarre… Euh… On reste amis ? Finit la Serdaigle, d’une toute petite voix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Ven 9 Sep 2016 - 2:13

Ainsi emmitouflée dans la cape géante, l'aiglonne semblait moins grelotter, ce qui n’était pas le cas d'Edward. Il se sentait vraiment mal, dans ces vêtements sales et imbibés d'eau. La pression retombée, il sentait de nouveau les effets du vent sur sa peau humide. Il frissonna. La fillette s'assit par terre et tira Ed par les mains, l'invitant à faire de même. « On commence par les Tours, c’est évident ! Tu vas me raccompagner jusqu'à ma Salle Commune et je te laisserai repartir dans tes caves, juste après ! » Au moins elle savait ce qu'elle voulait. Mais la salle commune des jaunes était plus proche, il était plus logique qu'ils aillent d'abord par la bas, et qu'elle continue seule jusqu’à sa Maison. Il s’apprêtait à contester, mais l'aiglonne changea de ton, elle semblait plus… vulnérable. «  Je… Euh…S’il te plaît, Edward, j’ai peur… »

La carapace de la jeune fille était complètement brisée. Sans qu'il ne sache pourquoi, le regard de la fillette changea. Elle le regardais intensément, semblant passer le garçon aux rayons X, ce qui commençais à le mettre mal a l'aise. Mais pourquoi elle lui faisait ça ? À présent, il avais l'impression de ne rien pouvoir lui refuser. Elle n'était pas le genre de personne qu'il appréciais habituellement, mais elle avait un je-ne-sait-quoi qui faisait qu'il ne pouvais pas la détester. Bon, OK, il pourrais bien faire un effort et l'accompagner jusqu'à sa maison…

Soudainement, Amanda s'était rapprochée de lui, et avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, il sentit les lèvres de la fillette se coller aux sienne, dans un rapide baiser. Étonné, il resta un moment sans bouger, sentant ses joues s'empourprer. Ce simple bisou eut l'effet d'une tornade dans l'esprit d'Edward. Ses pensées et questions se bousculaient dans sa tête : Est-ce que ça s’était réellement passé ? D'ailleurs qu'est-ce qui venait d'arriver ? Pourquoi elle a fait ça ? Avait-il apprécié? Que devait-il faire maintenant ? C'était la première fois qu'une fille l'embrassait sur la bouche, il ne s'attendait vraiment pas à ce que ça arrive aussi tôt, et surtout dans ces conditions. Ah, les filles ! Elles ont vraiment des réactions bizarres parfois ! À vous retourner le cerveau ! Amanda finit par briser le silence gêné qui s'était installé.

« C’est… un peu bizarre… Euh… On reste amis ? »

Le pauvre Edward n'en menait pas large. Il approuva d'un signe de tête « euh… ouais... vaut mieux qu'on n'en parle plus... » En effet, il était encore un peu tot pour penser aux filles d'une façon autre que « amies ». Il aurait largement le temps plus tard pour s'en préoccuper. Il pouvait toujours sentir l'effet des lèvres d'Amanda sur les siennes, comme une empreinte indélébile qu'il essayait d'ignorer. Dans un sens, Il se sentait plus … mature, plus adulte. Sans s'en rendre compte, les deux enfants venaient de mettre un pied vers l'adolescence. Il se releva et tendit la main vers le tas de couverture d'ou la tête de son amie dépassait afin de l'aider à faire de même.

« Bon allez, on devrait y aller, je commence vraiment à avoir froid la » Dit-il dans un claquement de dents « en plus on a un paquet d'étage à monter » Par cette phrase, il avait approuvé la demande de son amie, et acceptait de l'accompagner jusqu’à la salle commune des aiglons. En ramassant ses affaires restée au pied de l'arbre, il eut une pensée émue pour son devoir de potions, qui devait maintenant nager en compagnie des strangulots et des sirènes. La perspective de le refaire entièrement le démoralisait rien que d'y penser. Soudain, une idée lui vint. Il se retourna vers Amanda, affichant un sourire taquin, et annonça : « Changement de plan ! J'ai un devoir à faire, donc je dois rentrer au plus vite a ma salle commune. » Il marqua une pause, pour voir la réaction de son amie, avant de poursuivre : « à moins que tu n'accepte qu'on se retrouve ici cet après-midi pour qu'on le fasse ensemble »

Ed jubilait intérieurement. Elle croyait certainement l'avoir amadoué avec son joli sourire, ses long cheveux et son bisou, mais il avait réussi à tourner la situation à son avantage. Avec elle, il irait clairement plus vite, et il aurais peut-être même le temps d'aller se promener dans l'ecole après. Il crevait d'envie de découvrir tout les secrets du château.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Dim 16 Oct 2016 - 16:19



Le garçon était d’accord pour ne plus aborder le sujet de bisou sur la bouche, et cela soulagea la petite sorcière d’un grand poids. Elle ferait certainement la fière en le racontant à toutes ses copines le soir-même. Elle omettrait d’évoquer son embarras et donnerait des conseils aux autres premières années, se positionnant en grande professionnelle de la chose. Amanda hésitait encore à dévoiler le nom d’Edward à ses amies, il était encore trop tôt pour savoir s’il était une personne fréquentable, ou non. Pas question pour la fillette d’être associée au dernier de la classe, au cancre de sa promotion. Dans d’autres circonstances, elle se serait bien moquée de la gêne de son camarade et de la teinte écarlate de ses joues. Néanmoins, elle soupçonnait les siennes d’avoisiner la couleur de celles d’Edward, et elle préféra adopter une stratégie plus sage : le silence. C’est finalement le jaune et noir qui le brisa, pour sa plus grande satisfaction :

« Bon allez, on devrait y aller, je commence vraiment à avoir froid là. En plus, on a un paquet d'étages à monter ! »

En effet, le garçon grelottait de tout son corps, il faisait peine à voir. Résolue, Amanda saisit fermement la main d’Edward gentiment tendue, tout en manifestant une nouvelle fois peu d’efforts pour se relever de ses propres forces. Une fois debout, elle imita son camarade et s’empressa de ramasser ses affaires. Elle jeta quelques regards furtifs autour d’elle, il n’y avait toujours personne dans les parages. Mieux valait ne plus jouer avec le feu et vite décamper. Elle observa la petite moue d’Edward, déçu de repartir sans l’ébauche de son devoir de potions. La jeune fille culpabilisait un petit peu, il ne méritait pas ça. Après tout, il était même plutôt cool, le Poufsouffle. Elle se jura de se rattraper un de ces jours, elle trouverait certainement une idée originale dans les prochains jours pour se faire définitivement pardonner. Le garçon, quant à lui, semblait déjà avoir trouvé comment la blondinette pouvait se racheter auprès de lui.

« Changement de plan ! J'ai un devoir à faire, donc je dois rentrer au plus vite à ma salle commune. Amanda l’interrompit aussitôt, outrée :

- Non, Edward, c’est hors de question ! S’exclama-t-elle. Ce n’est pas ce qui était prévu, tu t’es engagé à me rame…

- À moins que tu n'acceptes qu'on se retrouve ici cet après-midi pour qu'on le fasse ensemble.

- Oh, je vois.

Amanda fusilla son ami du regard, les lèvres pincées et les sourcils légèrement froncés. Elle se retint de lui crier dessus et de créer un nouveau drame, pire que le précédent qui avait amené les deux jeunes sorciers au fonds du Lac de Poudlard. Elle le détestait de la faire chanter ainsi. La fillette n’avait pas d’autres choix que d’aider son ami à l’aider dans ses devoirs. En soit, ce n’était pas une corvée si terrible, elle finirait de rédiger le sien dans la foulée. Mais la manière d’obtenir ce qu’il voulait était abjecte.

- C’est d’accord, avorton, termina-t-elle, fâchée. »

Amanda ouvrit grand sa cape et, sans prévenir, engouffra Edward à l’intérieur. Elle se moquait éperdument de l’étouffer, par la même occasion. Les deux enfants prirent la direction des Tours, comme convenu. Drôle de rencontre, tout de même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas

[Septembre 1997] Coléreux petit Aiglon - PV Edward Selwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [1er Septembre 1997] Diviser pour mieux régner» [13 Septembre 1997] Teach me all you know» Othar le Coléreux» [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1997 - Août 1998 :: Sujets terminés-