AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée] Mer 24 Aoû 2016 - 21:46


   
Adhira Johnson
   FICHE DE PRÉSENTATION

   

   

   IDENTITÉ DU PERSONNAGE
   

   PRÉNOM(s) & NOM : Adhira Johnson
   DATE DE NAISSANCE & ÂGE : 4 juin 1981, 16 ans
   ANNÉE : 6ème année
   ORIGINE * : né moldu
   REJOIGNEZ-VOUS NUNCABOUC? * : Oui
   ANIMAL ÉVENTUEL : hibou noir et blanc prénommé Boo
   CLUB(S) : Club des duellistes
   BAGUETTE : Bois de saule, cœur en ventricule de dragon, 32 cm, relativement flexible
   PATRONUS : Aigle
   

   HORS JEU
   

   COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ?
   Malia Montgomery m'a fait découvrir ce site
   ÂGE IRL : 16 ans.
   PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR :
   EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ?  Non
   DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ? Oui
   AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? :   C'est bon
   >

   

   TEXTE PERSONNEL (1500 mots)
   
«If you are going through Hell, keep going. »


Flashback
9 juin 1996 :

Alors qu'elle s'apprêtait à monter les marches vers l'autel de cette minuscule église qui la révulsait, elle essuya une larme solitaire perlant au coin de ses yeux cernés. Panda avait d'ailleurs été décerné comme son surnom officielle par sa famille, puisqu'elle semblait toujours si fatiguée que de grosses marques noirs entouraient assidûment ses yeux gris. Elle n'avait pas été vexé pour autant par cette appellation et en avait même rit de bon cœur avec les autres lorsque son petit frère l'avait désigné ainsi.
Aux souvenirs de cet agréable moment, qui aurait dû la transporter d'une vague de chaleur familière, elle se crispa et prit une grande bouffée d'air, ce qu'elle regretta immédiatement. L'église était d'une froideur exceptionnelle pour cette période de l'année et l'air qui s’infiltrait dans ses poumons glaçait ses veines et consumait son corps fragile d'une tel puissance, qu'elle pût être comparable au souffle terrible des détraqueurs. Elle resserra autour d'elle le manteau que lui avait offert sa sœur il y a de cela de nombreuses années. Il était trop petit pour elle  pourtant mais elle avait tenu à le porter à tout prix, espérant qu'il lui donnerait le courage nécessaire afin de survivre cet effroyable journée.
Elle se tenait sur l'estrade à présent, scrutant la foule devant elle. Néanmoins, elle ne semblait les voir. Un voile de souvenirs étaient apparu devant ses yeux, l'aveuglant par d'innombrable images du passé.
Elle se revoyait, quelques jours plus tôt dans l'embrasure de la porte de sa chambre qu'elle partageait depuis toujours avec sa sœur jumelle, Ijaya, le regard fixé sur cette dernière qui puisait dans ses dernières forces pour se contraindre à respirer.
Cette vision blessait Adhira au plus profond de son âme, comme si elle pouvait ressentir la douleur si injustement infligée à sa sœur. Elle s'assit sur le lit à côté d'elle, prenant soin de ne pas la toucher afin de ne pas la réveiller, bien qu'elle en mourait d'envie.
Soudain, elle sentit une main caressante sur son épaule. Elle se leva précipitamment et fit face à sa mère, les yeux brillants de larmes silencieuses.
«Elle n'en plus pour longtemps, lui avoua celle-ci d'une voix douce. C'est ce que les médecins ont débattu. »
Heurté de plein fouet par cette déclaration, Adhira ne put s'empêcher de s'écrier, pris d'un élan de colère : «Non ! Ca n'arrivera pas, tu m'entends ? Ca n'arrivera pas. »
Sa mère tenta de la prendre dans ses bras d'un air désolé. Adhira recula, toujours sous le choc de cette épouvantable déclaration.
« Et la magie ? Ca pourrait la sauver n'est-ce-pas ? » continua Adhira, d'une voix tremblante.
Sa mère secoua lentement la tête et murmura, d'une voix presque inaudible : «On a tout essayer. On ne peut plus rien faire à présent. Il faut la laisser partir. »
Adhira désirait hurler à plein poumon. Elle se sentait révolté. De quel droit pouvait-on lui arracher sa sœur de cette façon ? Elle ne pouvait le concevoir, ni le tolérer. Elle croyait pouvoir presque entendre son cœur se briser en un millier de morceaux, sachant qu'elle ne saurait jamais recoller. Néanmoins, elle se résigna et se tut.
«Tu peux lui parler, elle t'entend encore. » dit sa mère d'une voix qui se voulait rassurante avant de quitter la chambre à pas de velours.

Adhira se rassit sur le lit où était allongée sa sœur malade. Elle lui caressa les cheveux d'une main maladroite et étouffa un sanglot. Elle n'osait imaginer à quoi sa vie ressemblerait à l'avenir sans la présence constante de sa sœur jumelle et de son enthousiasme parfois presque irritant tant il était inébranlable et qui n'avait jamais vraiment caractérisé Adhira. Bien sûr, à côté de sa sœur qui était un véritable rayon de soleil, illuminant tout sur son passage, Adhira était perçue comme effacée. Elle aussi était pourtant doté d'un optimisme certain, bien qu'elle doutait que ce soit encore le cas dans le futur.
Sa capacité à croire avait également été ébranlé, et lorsqu'elle regardait sa sœur dépérir, elle songeait que son âme d'enfant rêveur se fanait simultanément.
Cela lui remémora cependant sa douce enfance passée auprès de sa sœur et elle fut prise d'une  tendre nostalgie. Elle pouvait s'imaginer clairement toutes les fois où elles avaient joué et rit ensemble lorsqu'elles habitaient toujours dans leur village natale, perdue au milieu de l'état de Maharashtra en Inde. Elle se souvenait des marchés où elles se rendaient tous les jours, baignés par une chaude lumière d'été et contrastés par des couleurs flamboyantes. Ainsi que de ce merveilleux dédale de surprises et fabuleux spectacle de sourires et de voix s'entremêlant qui formait un ensemble agréable et familier. Elle n'aurait su décrire la joie que ces jours lui procuraient, même maintenant, alors qu'ils lui avaient été définitivement arraché. Elle se rappelait également de l'horreur qui s'était emparé d'elle lorsque que leur mère avait annoncé qu'ils devaient quitter l'Inde afin de se rendre à Londres pour commencer une nouvelle vie car elle avait malencontreusement perdu son travail qui ramenait le plus grand source de revenu à la famille, son père étant un simple employer de bureau. Plus tard, elles n'avaient regretté ce changement et s'étaient même enthousiasmées à l'idée de commencer une nouvelle vie. Jusqu'à qu'elles apprennent leurs véritables identités de sorcières et soient envoyer toutes les deux à Poudlard. Un don, disait-on, ces jumelles ont un incroyable don. Pourtant, après ce nouveau changement soudain, leur situation s'était rapidement dégradé ce qui avait amené Ijaya à une mort certaine.
Tout à coup, Adhira fut transporté par les souvenirs de ce qui avait amené sa sœur à ce qu'elle était à présent, l'ombre d'elle-même. Alors qu'elles avaient déjà passé quatre -relativement- paisibles années à Poudlard, une terrible malédiction avait frappé leur école : Celui-Dont-On-Ne-Doit-Prononcer-Le-Nom était revenu. Pris de panique, beaucoup d'élèves né-moldu s'étaient enfui et c'est ce qu'Adhira avait persuadé sa sœur de faire, bien que cette dernière se montrait extrêmement réticente face à cette idée. Les deux sœurs avaient donc fuit l'école à la fin de leur cinquième année. Mais des rafleurs avaient fini par les retrouver alors qu'elles tentaient de se cacher du mieux qu'elles pouvaient dans une grotte sale et humide. Entendant du bruit à l'extérieur, Ijaya était sortie discrètement de leur cachette, tandis qu'Adhira s'affairait à faire du feu. Lorsque celle-ci eût remarqué la disparation de sa sœur, il était déjà trop tard. Les Mangemort l'avaient trouvé et lui avait d'abord lancé un sort de doloris afin qu'elle souffre énormément puis un sort de stupéfixion à répétition, ce qui l'avait laissé dans un état de coma avancé dont elle ne pourrait jamais se réveiller malgré les efforts vains de sa sœur... Adhira comprenait cela à présent.
En retournant son attention à sa jumelle, allongé sur son lit, transpirante, la respiration saccadée, Adhira la revit : gisant sur le sol de la forêt après l'attaque des Mangemort. Désireuse de lui adresser des dernières paroles, elle s'éclaircit la voix.
«Je ne saurais quoi te dire, commença Adhira, la voix étranglée par l'émotion. Je crois qu'une partie de moi se meurt avec toi, Ijaya, et j'espère que, où que tu ailles, tu trouveras la paix que tu mérites et que tu as tant désiré. Je suis navrée de n'avoir rien pu faire. Je suis consciente que j'aurais dû être à ta place. C'est ma faute. Tout ça à cause de ma stupide idée. Je suis tellement désolé. Je vivrais avec cette culpabilité pour le reste de mes jours, bien que vivre ne me semble pas être le mot approprié car rien ne sera  jamais plus pareil sans toi. Je survivrais. Je retournais à l'école et je me battrais. Pour toi, Ijaya. Je deviendrais une bien meilleure sorcière que je ne l'ai jamais été et je serais digne de toi. Puis je te rejoindrais, tu verras, lorsque le temps viendra et ma promesse tenue. Je t'aime. »
Sa voix s'était peu à peu diminué jusqu'à n'être plus qu'un murmure. Sa main était à présent dans celle de sa sœur et alors qu'elle finissait sa dernière phrase, elle cru sentir une légère pression au creux de sa paume. Elle n'aurait su dire si elle l'avait imaginé.
Elle sécha vivement ses larmes et sa baguette tenu fermement en main, elle se pencha sur sa sœur et  avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, se résigna et resta à ses côtés alors que sa sœur mourrait, transporté par un sommeil sans fin.
Ramenée brutalement au présent par le raclement de gorge de sa mère au premier rang, elle commença la lecture du poème préféré de sa sœur. Elle avait été demandé d'écrire un discours en l'honneur d'Ijaya, mais aucun mot n'aurait pu l'égaler, ni la décrire fidèlement. Elle avait donc décidé de réciter ce magnifique poème traduit de sa langue natale, le marathi, puisque rien d'autre n'aurait pu mieux représenter sa douce sœur jumelle.

FIN DU FLASHBACK

Lassée d'être allongé ainsi pendant plusieurs heures par terre dans sa chambre à Poudlard, à l'aube de cette nouvelle année, elle se releva enfin et épousseta son pantalon. Son œil fut immédiatement attiré par un papier chiffonné, ayant été jeté négligemment dans un des coins de la pièce. Elle le prit et se mit à lire, les souvenirs affluant peu à peu tandis qu'un sourire douloureux se dessinait sur son visage émacié.
«The Rains
Through her blood’s lightly layered
Hazy darkness
Lightning flashes out branches of my being
When, through intoxicated wet leaves,
The sudden stirring that’s the month of Ashadha
Passes tenderly like a slight shiver.
And there remains
Only she
Of the trees, among the trees, for the trees:
Woman smelling of the season. »
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée] Mar 30 Aoû 2016 - 14:13

Bienvenue Adhira,

Je reviens vers toi car, après lecture de ta fiche, nous trouvons qu'il manque certains détails dans ta présentation. En effet, nous avons très peu de renseignements sur le caractère de ton personnage ce qui embête le Choixpeau qui doit lui attribuer une maison   . De même, nous ne retrouvons pas beaucoup d'éléments physiques sur ton personnage dans ta présentation.

Du coup, pouvons-nous te demander d'étoffer un petit peu ton texte pour donner plus d'informations sur le physique et le caractère de ton personnage? Cela nous aiderait à mieux la cerner.

Merci d'avance à toi et n'hésite pas si tu as des questions

EDIT: n'hésite pas à faire un UP quand tu as édité pour qu'on ne t'oublie pas :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée] Lun 12 Sep 2016 - 16:47

Bonjour,

Etant sans nouvelle de ta fiche depuis un moment, je déplace celle-ci dans les fiches en attente. Préviens-nous si tu reviens la terminer et on la redéplacera :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée] Aujourd'hui à 5:01

Revenir en haut Aller en bas

Adhira Johnson «If you are going through Hell, keep going. » [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» P. J. RILEY W.-HAMILTON ? dakota johnson» [Gryffondor] Angelina Johnson» Aaron Taylor Johnson [LIBRE]» M. Aleksandra WestBrook x Dakota Johnson» (f) dakota johnson - l'amoureuse - LIBRE
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-