AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Dim 14 Aoû 2016 - 18:20

Encyclopédie HP a écrit:
Le diablotin ressemble assez au lutin et à la fée. Il est de couleur brun foncé ou noir et mesure de quinze à vingt centimètres. Les diablotins vivent dans les terrains humides et les marécages et ont un sens de l'humour assez rudimentaire : ils s'amusent à pousser les promeneurs pour les faire tomber dans l'eau. Ils mangent de petits insectes (AF).

C’était un dimanche après-midi plutôt nuageux et Elliot, âgé de 11 ans avait fait son entré à Poudlard il y avait à peine quelques semaines. Elliot était si heureux… cela faisait tant d’années qu’il attendait le moment où il allait enfin mettre les pieds dans ce majestueux château, se faire des amis et surtout pratiquer la magie ! Apprendre à faire des potions, à lancer des sorts ! Elliot depuis son tout jeune âge était avide de connaissance, il voulait tout connaitre, tout apprendre. Ses parents, tous deux sorciers lui avait appris beaucoup de choses. Aussi passionné des bêtes magiques que son père  magiezoologiste, Elliot connaissait un grand inventaire d’animaux magiques et tous leurs caractéristiques. Il savait même plutôt bien s’en occuper puisqu’il aidait souvent son père pour son travail, qui gardait toujours un bon nombre d’animaux magiques de toutes sortes chez lui : des Boursoufflets aux Scroutt à pétards ! Pour cette raison, il savait qu’il allait probablement être le meilleur de sa classe dans ses cours de soins aux créatures magiques. Sa mère quant à elle, était guérisseuse à l’hôpital de Sainte-Mangouste. Sa mère était douée en potion et surtout en botanique. Elles avaient les mains vertes, et dans son gigantesque jardin, elle ne faisait pousser pas seulement que des fruits et des légumes, mais aussi plusieurs plantes magiques dont elle se servait beaucoup au travail soit pour faire des potions ou simplement, car certaines plantes avaient des capacités médicales. Elliot avait hérité de la même passion que sa mère pour la botanique. Enfant, et encore aujourd’hui, il passait de nombreuses heures à travailler dans le jardin avec sa mère et à cueillir dans les bois toutes sortes de plantes ou de champignons. Il était si passionné qu’il aspirait devenir professeur de botanique à Poudlard lorsqu’il serait plus vieux. Poudlard… il y avait longtemps rêvé et aujourd’hui il pouvait enfin y mettre les pieds. Sa rentrée s’était plutôt bien passée, le choixpeau magique l’avait envoyé à Serdaigle, c’était loin d’être une surprise pour lui, mais il était quand même très heureux et très fier lorsqu’il alla rejoindre la table des bleus pour le souper de la rentré. Afin de s’amuser un peu et de se faire des nouveaux amis (Elliot est un garçon très gêné) et de partager sa passion pour la botanique, il s’était inscrit au club haricots & potiron.

Comme c’était un dimanche aujourd’hui, il n’y avait pas de cours, bien sûr. Ayant déjà terminé tous ses devoirs, de plus de s’être avancé en lisant d’avance ses manuels scolaires, Elliot avait décidé d’aller se balader un peu à l’extérieur du château afin de connaitre un peu mieux l’extérieur du château. Il avait aussi envie de s’éloigner un peu, de ne pas avoir tout plein de gens dans les jambes. Habitant en campagne dans le bois, Elliot n’avait pas l’habitude d’être toujours entouré de gens autour de lui. La solitude et le calme lui manquaient un peu … C’était une chose qu’il trouvait assez difficile de Poudlard : il n’était jamais seul. Même pour dormir, il était dans un dortoir avec plusieurs autres garçons. Ses parents lui avaient dit qu’il allait finir par s’y habituer et que cela ne lui ferait que du bien puisqu’ils allaient se faire de nombreux copains. Pour l’instant, Elliot ne s’était pas encore vraiment lié d’amitié avec d’autres élèves de Poudlard, c’était sans aucun doute la faute de sa timidité … Il avait beaucoup de difficulté à aller voir les gens, et quand c’est eux qui venaient à lui, il ne savait plus quoi dire. Se rappelant de la magnifique soirée qu’il avait passée lors de sa rentrée à Poudlard, tout juste après avoir pris le Poudlard-Express, sur le lac en barque jusqu’au château, il décida d’y retourner.  Lorsqu’il y avait été, le 1er septembre, il faisait noir et ses yeux étaient rivés sur le magnifique château qui se tenait devant lui. Y aller en plein jour était une tout autre chose. Même s’il n’avait pas de cours aujourd’hui, Elliot portait l’uniforme de Poudlard : chemise blanche et cravate bleue avec son sweater gris foncé et ses pantalons presque noirs. Il ne faisait pas très chaud à l’extérieur, mais pas assez froid pour amener sa cape noir et bleu. Il avait amené son sac bandoulière en cuir, dans lequel il y avait un manuel de potion, un encrier, du parchemin et une lettre qu’il avait écrit à ses parents le matin même, mais qu’il n’avait pas encore envoyé.

C’était très calme à l’extérieur, à vrai dire, Elliot ne voyait personne autour de lui. Le ciel était nuageux et il allait probablement pleuvoir d’une minute à l’autre. Elliot espérait que non. Le jeune brun, perdu dans ses pensées traversa quelques chemins étroits qui le conduit à une petite plage rocheuse. Il traversa ensuite une crique souterraine et très humide, ou il entendait des petits bruits aigus sans savoir d’où ces sons venaient. Il regarda de droite à gauche, s’arrêta un instant pour trouver la source des bruits, mais chaque fois qu’il s’arrêtait de marcher, le bruit disparaissait et il n’avait pas la trace de quiconque dans la crique. Ne se sentant pas trop en sécurité et se sentant observé, le petit Serdaigle quitta la crique humide et fut heureux de revoir le ciel, si nuageux était-il. Il y avait de l’herbe partout, sauf le petit chemin rocailleux qui continuait à perte de vu. L’herbe était longue, très longue, on ne devait pas l’entretenir ici. Le lac était à sa droite, immense. Il y avait quelque petit marécage et Elliot entendait le croassement de quelques grenouilles, mais n’y porta pas attention. Près du lac, et à côté d’un marécage, il y avait un gros arbre et un gros rocher accoté sur le tronc. Elliot décida donc de s’assoir sur le rocher, s’accotant le dos sur le tronc d’arbre. Il profita de cet instant de calme, observant le majestueux paysage, les grandes montagnes et le grand lac noir. Il ferma les yeux quelques instants. Il entendit quelque chose bouger dans l’herbe, derrière lui, mais avant même qu’il n’eut le temps d’ouvrir les yeux, il se retrouva à genoux dans l’eau, dans le marécage en face de lui.

« ARGGGGGGGGGGGGGGGGG » lâcha-il

Même si le marécage n’était pas profond, il y avait les deux pieds trempés dans l’eau, les jambes, la moitié des cuisses, les avant-bras et le choc avait fait éclabousser l’eau dans sa figure. L’eau était froide et boueuse, de plus, elle ne sentait pas très bonne.  Derrière lui, il attendit des petites voix aigües chuchotées et éclater de rire. Elliot bouillait de rage.

HJ a écrit:
Évidemment, Elliot s'est fait pousser par des diablotins  

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Freya Mavor
MESSAGES : 157

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 04/03/1982 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Ven 19 Aoû 2016 - 17:09

Cela faisait déjà quelques semaines que Poudlard était devenu la seconde maison de Malia Montgomery. Cette école de sorcellerie était incroyable et la fillette de onze ans croyait vivre un rêve, elle était constamment émerveillée par tout ce qui l'entourait. Entre la cérémonie de répartition, les premiers cours, la découverte du château, l'intégration à sa maison, elle avait toujours quelque chose à faire et n'avait pas vu le temps passer. A vrai dire, elle n'avait même plus de moments pour elle et ses précieux instants de solitude commencèrent à lui manquer ardemment. Alors, après les premières semaines d'excitation, elle profita du calme qui revenait pour aller se baladait seule hors du château. Ce dimanche-là était assez nuageux, ce qui réjouissait la jeune fille, convaincue que peu de monde sortirait par ce temps. Et elle ne fut pas déçue car elle ne croisa personne dans le parc. Mais cela était sûrement dû à l'heure matinale à laquelle la Montgomery s'était levée. La plupart des élèves profitaient du week-end pour dormir tandis qu'elle n'éprouvait aucun mal à débuter sa journée tôt. Malia s'éloigna de plus en plus du château et bientôt il fut à perte de vue. Elle se trouvait maintenant au cœur de la nature à sa plus grande joie. Elle avait toujours apprécié le calme et la beauté de la nature, elle s'y ressourçait et guettait en silence toute traces de vie, avide de tomber sur une créature. Elle arriva près d'un marécage, types d'endroits que beaucoup trouvent repoussant mais la blondinette s'y sentait tout à son aise. Pour elle, les marécages semblaient dégager une atmosphère mystérieuse, intrigante, emplie de magie et elle adorait cela. De plus, elle n'était pas le style de fille coquette - au plus grand désespoir de sa mère - et ça ne la dérangeait pas le moins du monde d'être mouillée ou tachée de boue. Et heureusement, elle n'avait pas revêtit son uniforme mais avait opté pour des vêtements plus décontractés. C'est donc sans appréhension mais avec curiosité qu'elle s'aventura dans les marécages. Le début de l'automne commençait à se faire sentir. Une douce brise caressa visage parsemé de taches de rousseur de la fillette tandis que quelques feuilles virevoltaient jusqu'à atterrir dans l'eau trouble où elles flottaient parmi les nénuphars. L'harmonie se créait dans le doux bruit de l'eau, le crépitement des brindilles, le croassement des grenouilles, le chant des oiseaux. Malia repéra un grand arbre aux branches solides et assez basses. *Idéal pour y grimper* pensa-t-elle immédiatement. Et en moins de quelques minutes elle se retrouvait déjà perchée à quatre mètres de hauteur. Bien installée sur une épaisse branche, elle sortit son journal intime de son petit sac à dos de baroudeuse.

~ Me voilà enfin à Poudlard. Je comprends mieux maintenant d'où venait la lueur qui brillait dans les yeux de ma sœur quand elle me parlait de cette école si prestigieuse. Tout ici est merveilleux et j'ai bien peur que sept ans ne suffisent pas à découvrir tous les aspects magiques de ce lieu. J'aime la magie, j'aime ce monde et je suis si heureuse d'y appartenir. Dans cette école j'apprends tellement de choses plus incroyables les unes que les autres. Jamais je ne me suis sentie aussi vivante, aussi épanouie. J'ai atterrie à Serdaigle et j'en suis fière ! Cette maison regorge de personnes ouvertes, originales, intelligentes, créatives, passionnées. J'y ai trouvé ma place et maintenant Serdaigle est comme ma seconde famille. Concernant les cours, je suis étonnée d'arriver à être aussi attentive, moi qui me prête si facilement aux rêveries. Bien sûr, je ne parle pas des cours d'Histoire de la magie, Mr Binns n'arrivera sûrement jamais à capter mon attention avec sa voix monocorde. Mais seul les cours de potions me posent de réelles difficultés. Dès le premier cours j'ai compris que j'allais être une calamité dans ce domaine, mais je n'ai pas encore fait exploser mon chaudron, à mon plus grand soulagement. En plus, le professeur Rogue n'arrange pas les choses, il est si froid et dur, il m'intimide beaucoup. Heureusement mes camarades de dortoir s'en sortent bien mieux et sont prêtes à m'aider. Les autres cours me passionnant ! Ma matière préférées et sans nul doute Soins aux Créat...  ~

Un bruit stoppa la petite fille dans son élan d'écriture. Des échos de rire aigus trouvaient leur source au pied de l'arbre sur lequel elle était perchée. Elle se pencha discrètement en avant et aperçu de petits êtres semblant comploter quelque chose. Malia reconnut les diablotins, créatures qu'elle n'avait encore jamais vu. Fascinée et intriguée, elle les contempla jusqu'à ce qu'ils partent subitement se cacher un peu plus loin. En cherchant la cause de cette fuite, Malia vit une personne s'approcher, une personne qu'elle mit peu de temps à reconnaître. Il s'agissait d'Elliot Campbell, un garçon de sa classe et de sa maison. Elle ne lui avait encore jamais parlé directement, trop timide pour l'approcher. Il s'assit sur un rocher, adossé à l'arbre sur lequel elle se trouvait, sans s'apercevoir ni d'elle, ni des diablotins. En parlant de ces derniers, Malia les vit surgir de leur cachette et avant qu'elle ne puisse prévenir Elliot, ils le poussèrent violemment dans le marécage.

- ARGGGGGGGGGGGGGGGGG

Le voyant recouvert d'eau boueuse, elle s'empressa de descendre de son arbre pour lui venir en aide. Une fois à terre, elle s'approcha de l'autre première année, lui tendit une main et lui demanda :

- Ca va ? Rien de casser ?

Mais avant d'avoir une réponse, elle sentit de petites mains agripper ses jambes et elle comprit aussitôt qu'elle aussi allait payer son manque de vigilance. En moins de temps qu'il ne le fallait pour agir, elle se retrouva immergée de la tête aux pieds dans le marécage, cognant quelque peu Elliot dans sa chute. Elle releva la tête, le visage plein de boue et croisa le regard furieux du garçon. Puis, sans raisons apparentes, elle explosa de rire. Peut-être rien qu'un rire nerveux. Ou bien la situation l'amusait vraiment. Sûrement un peu des deux.

- Faut pas leur en vouloir, lâcha-t-elle après s'être quelque peu calmée. Que serait un diablotin s'il ne faisait pas de farces ? Moi je les aime bien, les diablotins, ils sont rigolos.

Elle espérait avoir un peu détendue l'atmosphère. En attendant, elle se trouvait très ridicule et pourtant elle ne ressentait aucune gêne. Comme si la présence d'Elliot la mettait en confiance. Il avait l'air comme elle, solitaire, timide et proche de la nature. Après tout, si ce n'était pas le cas, que ferait-il là ? Elle chercha à lire dans ses yeux, savoir si elle avait raison. Elle remarqua alors qu'il avait de grands yeux bleus, très beaux, très profonds. A cette pensée, elle détourna le regard, se releva et essora ses cheveux à moitié trempés. Elle ne devait pas ressembler à grand-chose, elle, et son camarade devait la trouver bien bizarre. Ce n'était pas commode comme rencontre mais sans les diablotins, elle n'aurait probablement pas adressé la parole à Elliot. Cela aurait été bien dommage parce qu'à présent elle mourrait d'envie d'en savoir plus sur ce garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Sam 20 Aoû 2016 - 2:19

Elliot, en ce dimanche après-midi nuageux, était sorti de Poudlard pour explorer ses environs et relaxer un peu, sans avoir plein de gens autour de lui, ce dont il n’était pas du tout habitué. Depuis sa tendre enfance, il vivait seul avec sa mère et son père, sans n’avoir de voisins. Il était habitué au calme et à la solitude. Il avait même plus d’amis qui étaient des animaux que des humains. Elliot ne connaissait pas beaucoup d’autres garçons (ou de filles) de son âge avant d’arriver ici, à Poudlard. Ici, il était bien entouré. Il ne dormait même pas seul. C’était cool, car il allait se faire des copains, mais comme aujourd’hui, parfois la solitude lui manquait beaucoup et devenait même un besoin. Il avait marché et marché et avait trouvé ce petit endroit marécageux près du grand lac de Poudlard et de la crypte souterraine très humide et un peu effrayante. Il avait entendu quelques bruits, mais il s’était dit que c’était surement que les bestioles qui habitaient la nature : crapaud, grenouilles, ouaouarons, oiseaux, libellules, ect. Il avait trouvé un rocher accoté sur un tronc d’arbre bien feuillu, et il n’avait même pas remarqué que quelqu’un y était perché. Décidé à se reposer un peu, il avait fermé les yeux, mais ce fut pour un très court instant.

« ARGGGGGGGGGGGGGGGGG »

Il se trouva à quatre pattes dans le marécage boueux et vert qui se trouvait devant lui. Dans son visage, il y avait de la boue et un peu d’algues. Il était en colère, et il se fâcha davantage lorsqu’il entendit des petits rires très aigus derrière lui. C’était des diablotins, il en était certain. D’ailleurs, il avait dû y penser plus tôt, il avait entendu leur voix dans la crypte, mais il n’avait pas pensé que cela pouvait être eux. L’eau était froide en fin septembre, en plus, elle était nauséabonde. Il sentit quelques poissons lui frôler la main. Il entendit quelque chose dans l’arbre juste derrière lui, il tourna la tête et aperçu une jeune fille, Malia, qui était également en 1ère année et qui était aussi à Serdaigle. Il la connaissait de vue seulement, il ne lui avait jamais parlé puisqu’il était trop timide, mais elle avait l’air plutôt sympathique. Elle était donc là depuis le début ? Comment se faisait-il qu’il ne l’avait pas vu ? Elle était grimpée dans l’arbre ? Il l’ignorait, mais il savait une chose : il avait vraiment honte. Il avait l’air vraiment idiot, à quatre pattes dans un marécage le visage couvert de boue. Son visage tourna au rouge, mais peut-être que la jeune Serdaigle ne s’en rendrait pas compte puisqu’il avait le visage couvert de boue et d’algue, il y avait au moins ça de positif !

«  Ca va ? Rien de casser ? »

Alors qu’il s’apprêtait à lui répondre, tout rouge, il aperçut trois petits êtres à la peau très foncée pousser Malia.

« ATTEN….. » lui cria-il

Mais il était déjà trop tard, c’était au tour de Malia de tomber dans l’eau, de la tête au pied. Encore une fois, un éclat de rire retentit derrière les deux Serdaigles. Les diablotins se trouvaient vraiment comiques ! Avant qu’il eut le temps de dire quelque chose d’autre, Malia tourna la tête et regarda Elliot, puis elle éclata de rire. Elliot resta quelques secondes à la regarder, l’air toujours aussi furieux puis sans trop savoir pourquoi, il éclata de rire avec elle. Tomber dans l’eau n’était pas comique, mais tomber à deux dans l’eau l’était beaucoup plus. Maintenant, ils avaient l’air tous les  deux idiots. Il se releva et sortit du marécage. D’un geste de main, il essaya d’enlever le plus de boue et d’algues qui lui couvraient le visage et il s’essuya ensuite les mains dans l’herbe qui était très longue.

«  Faut pas leur en vouloir, Que serait un diablotin s'il ne faisait pas de farces ? Moi je les aime bien, les diablotins, ils sont rigolos. »
« J’avoue que je les trouve beaucoup plus rigolos l’été, quand il fait chaud. »

Il se frotta les bras, le vent était frisquet et le fait d’être tout mouillé ne l’aidait pas tellement. Il se rendit compte qu’il avait un nénufar collé sur le pantalon, il l’enleva et la lança dans le même marécage que dans celui qu’il était tombé.

« En tout cas, ils portent bien leur nom ! Mais ils ne sont pas méchants. Mon père est magiezoologiste et il en a souvent ramené à la maison, ils sont même devenus mes copains ! »

Il lui fit un sourire timide et il réalisa qu’il ne c’était pas encore présenté. Il savait qu’elle savait qui il était, puisqu’ils avaient partagé de nombreux cours depuis plusieurs semaines, et c’étaient croisé dans la salle commune de Serdaigle, mais peut-être qu’elle n’avait pas retenu son nom ? Quant à lui, il était certain qu’elle s’appelait Malia, mais il avait oublié son nom de famille.

« Humm… Au fait je m’appelle Elliot …. Elliot Campbell »

Il lui tendit la main.

« Toi c’est Malia si je me rappelle bien ? »

Il ne la regardait plus tellement à présent puisqu’il surveillait autour de lui et Malia : il n’avait pas du tout envie de finir encore une fois dans le marécage. C’est toutefois difficile puisque l’herbe était très longue et les diablotins étaient très petits et discrets. Elliot en aperçu deux pas très loin d’eux, mais à une distance assez sécuritaire pour ne pas se faire pousser dans l’eau. Il gardait les yeux fixés sur eux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Freya Mavor
MESSAGES : 157

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 04/03/1982 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Sam 20 Aoû 2016 - 14:36

- Faut pas leur en vouloir, Que serait un diablotin s'il ne faisait pas de farces ? Moi je les aime bien, les diablotins, ils sont rigolos.
- J’avoue que je les trouve beaucoup plus rigolos l’été, quand il fait chaud.

A cette réponse additionnée aux gestes du garçon pour se réchauffer, Malia comprit qu'il avait froid. En y pensant, un bref frisson la traversa elle aussi mais elle fit vite abstraction de ce détail. Habituée à passer ses hiver en Finlande où la température moyenne était de -12°C, elle était peu sensible au froid. Mais le vent paraissait tout-de-même glacial sur son corps mouillée, alors elle enleva son petit pull pour l'essorer. A présent elle se sentait pus légère dans son débardeur qui, lui, était peu mouillé. Quant à Elliot, il s'afférait à enlever un nénuphar collé à son pantalon puis il reprit la parole :

- En tout cas, ils portent bien leur nom ! Mais ils ne sont pas méchants. Mon père est magiezoologiste et il en a souvent ramené à la maison, ils sont même devenus mes copains !


Malia releva soudainement la tête quand le mot "magiezoologiste" atteignit ses oreilles. Depuis toute petite, son rêve était d'en devenir un. Alors, apprendre que le père du garçon en face d'elle pratiquait ce fabuleux métier la fit écarquiller les yeux. La curiosité qu'elle portait à l'égard de l'autre première année s'accentua davantage. Elle lui rendit son sourire tout en songeant qu'elle avait eu raison : ils ont des points en commun, en commençant par leur amour pour les animaux. D'ailleurs, elle l'envia quand il lui apprit qu'il avait déjà sympathisé avec des diablotins et sûrement plein d'autres créatures que son père lui faisait découvrir.

- Humm… Au fait je m’appelle Elliot, annonça-t-il en tendant la main à la sorcière. Elliot Campbell. Toi c’est Malia si je me rappelle bien ?

- Exact, affirma la blondinette en lui rendant sa poignée de main. Malia Montgomery. Ca doit être génial d'avoir un père magiezoologiste ! J'aimerais bien en devenir une plus tard moi aussi ! T'as tellement de chance, tu dois avoir vu pleins de créatures magiques déjà !

Malia était envahi par l'enthousiasme, elle était désireuse d'en savoir plus sur ce garçon qui s'avérait de plus en plus intéressant. Elle le regardait avec de l'admiration dans les yeux et un large sourire révélant ses grandes dents. Tandis que lui fixait l'herbe, il se méfiait encore des diablotins. Malia portait une telle attention à Elliot qu'elle ne pensait plus à surveiller ces petits êtres de couleur sombres dont les rires aigus retentissaient encore. Il fallait avouer qu'elle était très étourdie, dès que quelque chose captait son attention, elle en oubliait tout le reste. De plus, elle était assez naïve pour croire que les diablotins avaient été satisfait de leur farce et ne recommenceraient plus. Alors, sans s'inquiéter davantage d'une autre attaque, elle s'assit sur le rocher où Elliot s'était installé avant l'accident et entreprit d'enlever ses bottes dans lesquelles ses pieds flottaient. Quand elle les retourna au-dessus du marécage, une cascade d'eau s'en déversa. Heureusement, elle avait laissé son sac au pied de l'arbre, il était donc intact. En jetant un nouveau coup d'œil à Elliot, elle remarqua que celui-ci était vêtu de son uniforme.

- Oh, mince ! Ton uniforme a pris cher ! Moi ça va, c'est de vieux habits que je porte. Par contre, toi, tu vas avoir besoin d'un bon sortilège de récurage.

En effet, sa chemise initialement blanche était recouverte de boue. Et, comme à son habitude, les pensées de la sorcière prirent une tout autre direction. Elle se souvint de la fois où elle regardait la télévision chez ses grands-parents moldus. L'histoire diffusée par la mystérieuse boîte à antenne avait été interrompue par d'autres petites histoire dîtes publicités. Elle se rappelait de l'une d'elle : un petit garçon avait tâché sa chemise blanche avec de la boue et sa mère avait réussi à tout nettoyer en mettant l'habit sale dans une grosse machine avec un produit bizarre. Etrange. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver un peu d'admiration pour les moldus, que la vie devait être compliquée sans magie ! Elle avait sa mère pour exemple, en tant que moldue elle avait toujours utilisé divers ustensiles loufoques mais souvent son époux lui facilitait les choses par quelques sortilèges efficaces.

Malia s'était perdue dans ses pensées, une de ses fâcheuses habitudes. Quand elle se rendit compte que son regard fixait le vide, elle secoua la tête pour revenir à la réalité. Elle leva la tête vers le ciel, contempla les épais nuages gris et déclara :

- On ne risque pas de sécher sans soleil et Rusard ne va pas aimer qu'on rentre dans cet état au château.

Et surtout, ils risquaient de faire une entrée très remarquée auprès des autres élèves. Malia n'aimait pas attirer les regards et craignait souvent qu'on puisse dire du mal d'elle. Sa timidité venait sûrement de là : sa peur du regard des autres. Et pourtant, avec Elliot, sa timidité n'était que peu marquée. Elle avait remarqué que lui aussi n'était pas à l'aise face aux inconnus et ce détail la mettait en confiance. A vrai dire, elle était mal à l'aise principalement devant les personnes qui l'intimidaient et ce n'était pas le cas d'Elliot. Elle sentait d'ores et déjà qu'ils allaient tout deux bien s'entendre.

HJ a écrit:
Tu as répondu tellement vite que je pouvais pas encore te faire attendre longtemps  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Dim 28 Aoû 2016 - 22:55

Les diablotins avaient poussé Elliot dans un petit marécage alors qu’il était venu se reposer sur un gros rocher sous l’ombre d’un grand arbre dans lequel se trouvait une jeune fille dont le Serdaigle n’avait jamais remarqué la présence. En attendant sa voix, il aurait pu penser que c’était elle qui l’avait poussé dans l’eau, mais les rires aigus lui fit vite comprendre qu’il s’agissait de diablotins.  Il les connaissait assez bien pour reconnaitre leurs petits rires qui ressemblaient aux couinements d’une souris. Son père, qui était magiezoologiste, en avait déjà ramené à la maison. Des vrais petits diables, ils passaient leur temps à faire des farces, ce qu’Elliot n’était pas près d’oublier. Ils s’amusaient à lui faire des jambettes, de cacher les jouets préférés d’Elliot en plus de manger tous les légumes du jardin. Ils n’étaient pas méchants pour autant et les Campbell, dont le bienêtre des bêtes était extrêmement important pour eux n’allaient certainement pas les mettre dans des cages, selon eux, c’était immoral. Ils avaient donc enduré les farces des diablotins, qui avaient cassés plein de choses à eux, pendant plusieurs semaines. D’ailleurs, la jeune Serdaigle fit elle aussi la proie des diablotins : elle se retrouva à quatre pattes dans l’eau, elle aussi. Cela ne semblait pas la déranger autant qu’Elliot puisqu’elle éclata de rire, et son rire fut contagieux, car Elliot éclata de rire avec elle, sans trop savoir pourquoi. Il n’était même plus fâché contre les petites créatures.

L’eau du marécage était très froide et le brun s’empressa de sortir de l’eau, en se mettant à une distance sécuritaire de sorte que s’il tombe, il tomberait dans l’herbe. Il passa sa main dans son visage pour enlever la boue, enleva un nénufar collé sur ses pantalons et adressa un sourire timide à la jolie fille devant elle. Il lui tendit la main :

«  Humm… Au fait je m’appelle Elliot, Elliot Campbell. Toi c’est Malia si je me rappelle bien ? »
«  Exact, Malia Montgomery. Ca doit être génial d'avoir un père magiezoologiste ! J'aimerais bien en devenir une plus tard moi aussi ! T'as tellement de chance, tu dois avoir vu plein de créatures magiques déjà ! »

Elliot était content que Malia s’intéresse au métier de son père. Lui-même était passionné par son emploi et s’il ne désirait pas à tout prix être professeur, il aurait suivi sans aucun doute les traces de son père. Les yeux pétillants, il afficha un grand sourire lorsque Malia lui parla de créatures magiques. Il venait déjà de trouver un grand point en commun avec cette jeune fille, hormis le fait de s’être fait piéger par les diablotins. Enthousiasme, il lui répondit :

« Oh oui, j’en aie vu tout plein ! Des lutins de Cornouailles aux Scrout à pétards ! Mon père ramène toujours des créatures magiques à la maison, il fait même l’élevage de certaines espèces, surtout ceux en voie de disparition … » Il écartilla ses yeux, tout excité et continua : « Il travaille même avec des dragons !  » Il adopta un ton déçu : « Mais j’en ai jamais vu, il ne veut pas m’emmener en voir, car il trouve que c’est trop dangereux…. » Il haussa les épaules et afficha un sourire : « Mais il m’a déjà dit qu’il arrivait que les dragonnes abandonnent leurs œufs et que parfois, les magiezoologistes doivent les faire éclosent en les gardant chez eux, sur le feu … Tu sais, c’est comme ça que les dragonnes couvent leurs œufs, elle crache du feu constamment pour les garder au chaud. On sait jamais, peut-être qu’un jour mon papa va arriver chez moi avec un œuf de dragon et que j’en verrais un éclore ! Il faudrait vite s’en débarrasser par contre, faudrait pas qu’il mette feu à la maison ! »

Elliot réalisa qu’il avait beaucoup parlé et ses joues prirent un teint rosé.

«  Tu viendras faire un tour chez moi, l’été prochain, pendant les vacances, si tu veux  »

Elliot était content de cette nouvelle connaissance, son envie de solitude était disparue et il avait maintenant envie de discuter avec Malia, discuter de créatures magiques. Elliot avait presque oublié les diablotins, mais leur petite voix aigüe se fit entendre et il lâcha la Serdaigle des yeux pour regarder tout autour de lui, surveillant les petits farceurs de près. Ils étaient peut-être bien en train de préparer un mauvais coup.

« Oh, mince ! Ton uniforme a pris cher ! Moi ça va, c'est de vieux habits que je porte. Par contre, toi, tu vas avoir besoin d'un bon sortilège de récurage. »

Elliot baissa la tête pour se regarder : en effet, son uniforme était…. Fini ? Les pantalons et le sweater, ce n’était pas trop grave puisqu’ils étaient presque noirs, mais sa chemise blanche n’était plus très… blanche. Elliot réalisa que son sac bandoulière avait aussi pris l’eau.

«  Oh non ! » s’exclama-t-il

Il plongea sa main dans son sac et en sortit son manuel de potion qui avait pris l’eau. Le manuel avait gonflé et les pages étaient toutes mouillées et fragiles, l’encre était aussi beaucoup moins visible. Elliot était un étudiant très ordonné, le genre d’étudiants qui aime avoir des manuels neufs et en parfait état.

«  Mince ! Il était tout neuf !  Il existe peut-être un sortilège pour… le ramener à la normale ? »

Déçu, il remit son livre dans son sac. La lettre qu’il avait écrite à ses parents aussi était toute mouillée, il avait également fichu un parchemin vierge. Même s’il grelotait et qu’il était vraiment inconfortable dans son uniforme mouillé et froid, il n’avait aucune envie de rentrer. Il avait envie de rester ici, dans des vêtements secs et chauds ce serait mieux, mais il n’avait surtout pas envie de quitter Malia. Depuis la rentrée, c’était une des premières fois qu’il avait une conversation aussi intéressante avec un autre élève. En plus, étrangement, il se sentait très à l’aise avec la jeune fille. Ils semblaient avoir les mêmes intérêts et Malia était surement venu ici pour les mêmes raisons que lui. La blondinette avait levé la tête vers le ciel, regardant les nuages qui menaçaient de faire tomber de la pluie.

« On ne risque pas de sécher sans soleil et Rusard ne va pas aimer qu'on rentre dans cet état au château. »
« Tu as raison »

Elliot n’aimait vraiment pas Rusard, en réalité, il n’avait jamais eu l’occasion de lui parler, mais il avait beaucoup entendu parler de lui et il l’avait croisé plusieurs fois cette semaine. Il avait un peu la trouille de cet homme, avec son regard noir et sa chatte aux yeux rouges qui la suivait partout. Elliot aimait tous les animaux à l’exception de cette chatte. Comme le disait Malia, il n’avait aucunement envie de voir la tête de Rusard lorsqu’il rentrerait au château, en salissant tout le plancher. Rusard en profiterait sans doute pour leur donner des retenues et avoir une retenue avec cet homme était bien la dernière chose au monde qu’il voudrait avoir. Il eut soudain une idée. Il plongea sa main dans son sac ou se trouvait non seulement son livre de potion, mais un bocal vide qu’il avait oublié d’enlever après son cours de potion. Comme il avait déjà utilisé les ingrédients, il était vide et pourrait servir à autre chose.

« Tiens donc ça » demanda-t-il à Malia.

Il lui donna le bocal et sortit sa baguette magique de son sac. Il pointa le bocal et formula une formule magique. Soudainement, des flammes bleues apparurent dans le bocal. C’était un feu magique qui fournissait étonnamment beaucoup de chaleur vu sa petite taille. C’était ses parents qui lui avaient appris ce sortilège tout juste avant la rentrée scolaire, mais les Campbell l’utilisaient depuis bien longtemps. Il afficha un sourire à la fille qui se tenait devant elle. Tout d’un coup, il faisait beaucoup moins froid et Elliot se sentait mieux. La sensation très désagréable de ses vêtements mouillés collés sur sa peau n’était pas partie par contre.

«  On va avoir moins froid comme ça… à moins que tu préfères rentrer ? »

Lui n’avait pas du tout envie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Freya Mavor
MESSAGES : 157

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 04/03/1982 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Jeu 22 Sep 2016 - 22:20

Les deux Serdaigles venaient à peine de se présenter qu'ils se trouvaient déjà des points communs, à commencer par leur amour pour les créatures. Des étoiles dans les yeux, le sourire en forme de demi-lune, Malia et Elliot étaient plus enthousiastes qu'ils n'auraient du l'être après une attaque de diablotin. Ils s'étonnèrent même de se montrer aussi bavards l'un envers l'autre. Malia s'ouvrait peu face aux inconnus, elle parlait sans gêne qu'avec sa famille ou ses plus proches amis. Mais avec ce garçon qu'elle connaissait à peine, c'était différent, les mots s'enfuyaient tout seuls de sa bouche sans même qu'elle y prête attention.

- Ca doit être génial d'avoir un père magiezoologiste ! J'aimerais bien en devenir une plus tard moi aussi ! T'as tellement de chance, tu dois avoir vu plein de créatures magiques déjà !

- Oh oui, j’en aie vu tout plein !
affirma Elliot avec excitation. Des lutins de Cornouailles aux Scrout à pétards ! Mon père ramène toujours des créatures magiques à la maison, il fait même l’élevage de certaines espèces, surtout ceux en voie de disparition … Il travaille même avec des dragons !

- Wouah ! Des dragons ??? C'est dingue ! J'adore ça, les dragons !
s'exclama la fillette avec une grande fascination pour le récit de son ami.

-  Mais j’en ai jamais vu, il ne veut pas m’emmener en voir, car il trouve que c’est trop dangereux….

- Oh c'est dommage... Mais en même temps les dragons ne seraient pas aussi extraordinaires s'ils n'étaient pas tant dangereux !


Malia aimait le danger, l'aventure, l'interdit mais ne prenait jamais en compte les risques qui allaient avec.

- Mais il m’a déjà dit qu’il arrivait que les dragonnes abandonnent leurs œufs et que parfois, les magiezoologistes doivent les faire éclosent en les gardant chez eux, sur le feu … Tu sais, c’est comme ça que les dragonnes couvent leurs œufs, elle crache du feu constamment pour les garder au chaud. On sait jamais, peut-être qu’un jour mon papa va arriver chez moi avec un œuf de dragon et que j’en verrais un éclore ! Il faudrait vite s’en débarrasser par contre, faudrait pas qu’il mette feu à la maison !

- Je l'espère vraiment pour toi ! Ce serait une expérience incroyable d'assister à l'éclosion d'un œuf de dragon ! Le jour où ça se réalisera j'espère bien que tu me raconteras tout en détails !


Les deux sorciers se parlaient déjà comme de bons amis, après tout l'amitié se forgeait si vite à 11 ans, âge où l'insouciance n'était pas encore entièrement pervertit par l'adolescence. Et pour ces deux grands enfants, il ne faisait aucun doute que ce lien tout juste naissant allait très vite se renforcer et sûrement perdurer.

- Tu viendras faire un tour chez moi, l’été prochain, pendant les vacances, si tu veux.

- J'adorerais !
approuva la fillette pétillante de joie qui n'en revenait pas de cette invitation improbable à plonger tout droit dans la valise de Newt Scamander.

Après avoir fait brièvement fait connaissance l'un de l'autre dans cette passionnante conversation, Elliot remarqua les dégâts qu'avait causé sa baignade involontaire.

- Oh non ! s'exclama-t-il en constatant que son sac avait pris l'eau.

Malia observa son camarade plonger sa main dans son sac visqueux et en sortir le cadavre de son manuel de potion. Une expression de déception vint assombrir son visage.

- Mince ! Il était tout neuf !  Il existe peut-être un sortilège pour… le ramener à la normale ?

- Sûrement
, répondit la blondinette, mais je ne le connais pas.

Elle réfléchit, hésita un instant puis reprit :

- Si tu veux, on peut se mettre en binôme en potion, comme ça on se partagera mon livre... En plus, j'aurais bien besoin d'aide dans ce domaine, les potions c'est mon point faible et Rogue n'arrange rien avec son air aigri. Mais tu as peut-être déjà un binôme ?

A vrai dire, Malia aimait l'idée de pouvoir passer plus de temps avec Elliot car elle éprouvait déjà de l'affection en son égard. Il était l'une des premières personnes avec qui elle s'entendait bien à Poudlard. Pour l'instant, elle considérait comme ses amies, seules ses deux camarades de chambres : Samuelle et Raven. Malia leva la tête au ciel et déduit des gros nuages sombres que le soleil ne se pointerait pas.

- On ne risque pas de sécher sans soleil et Rusard ne va pas aimer qu'on rentre dans cet état au château.

- Tu as raison.


Puis soudain, le garçon parut avoir une idée, il fouilla à nouveau dans son sac et en sortit cette fois un bocal vide. La sorcière l'observa avec des yeux ronds, cherchant à deviner ce qu'il comptait faire.

- Tiens donc ça.

Intriguée, la Serdaigle prit le bocal sans dire un mot. Mais à l'intérieur, sa tête bouillonnait de questions. Pourquoi trimballait-il un bocal vide dans son sac ? Que comptait-il faire avec ? Pourquoi sortait-il sa baguette ? Quel sort allait-il jeter ? Des flammes bleues jaillirent alors de sa baguette pour former un petit feu au centre du bocal. Aussitôt, tout devint plus agréable, un sentiment de chaleur enveloppa le corps de la jeune fille qui sourit à cette sensation.

- On va avoir moins froid comme ça… à moins que tu préfères rentrer ?

Le regard émerveillé de Malia quitta les flammes qui ondulaient pour faire face à son interlocuteur. Rentrer disait-il ? Non, aucune envie de retrouver la masse abondante d'élèves peuplant les couloirs du château.

- Non, on est bien là !... Dis, où as-tu appris à faire ça ? Tu voudrais bien m'apprendre ce sort un jour ? demanda-t-elle pleine d'admiration.

La sorcière souhaitait elle aussi faire ses preuves et montrer à Elliot qu'elle maîtrisait des sortilèges. Cependant, hormis ceux appris en cours, elle ne connaissait que des maléfices que lui avait appris son grand frère farceur. Donc elle se résolut à jeter un simple sortilège de lévitation, découvert au dernier cours de Flitwick. Elle leva sa baguette, fit un moulinet du poignet et prononça distinctement :

- Wingardium Leviosa


La micro-cheminée que formait le bocal s'éleva alors dans les airs. La bleue et bronze aimait beaucoup cet enchantement qui permettait de faire voler des objets verticalement et s'était beaucoup entraîné pour le réaliser à la perfection. Ainsi, elle n'eut pas de difficulté à élever le bocal à plusieurs mètres de haut. A ce moment-là lui vint une idée. Elle fit atterrir délicatement le bocal sur une branche de l'arbre sur lequel elle était perchée un peu plus tôt et se tourna vers Elliot avec un sourire malicieux sur les lèvres.

- Le premier qui le récupère en grimpant dans l'arbre !

Sans attendre de consentement de la part de son camarade bleu, elle se précipita vers le tronc de l'arbre pour y trouver un appui. Celui-ci était massif et de nombreuses branches permettait une escalade facile. La blonde aimait les défis, et parfois il était dur de la suivre dans ses idées farfelues mais au moins elle savait s'amuser. Seulement, cela était-il au goût de tout le monde ? Elliot allait-il la suivre ?

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia Aujourd'hui à 17:01

Revenir en haut Aller en bas

[ 25 septembre 1992.] Les diablotins PV Malia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion» Faut-il fêter le 30 septembre ?» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?» Sortie shopping [Pv Aline, Calista, Malia et Milana]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-