AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
    INCRUSTE MAN
MESSAGES : 757
MessageSujet: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 24 Juil 2016 - 23:17

- Bonjour tout le monde. Pour ceux qui débutent leur scolarité, je suis le professeur Chourave et m'occupe de cette merveilleuse matière qu'est la Botanique.

Jeudi 11 septembre 1997, 10h. Tous les étudiants avaient été réunis dans la troisième serre du château, pour une première leçon de Botanique. Si d'habitude, la directrice de Poufsouffle attendait ce moment avec impatience, elle n'éprouvait pas la même frénésie cette année. Néanmoins, elle ne laissait rien paraître à ses étudiants et les accueillait avec autant d'entrain et énergie qu'habituellement. Elle refusait de laisser les derniers évènements mettre à mal la bonne énergie qu'elle tentait tant bien que mal à partager autour d'elle.

- Aujourd'hui nous allons nous intéresser au Géranium Dentu. Nous allons déplacer ces plantes dans de nouveaux pots tout en y ajoutant de l'engrais - vous trouverez de la bouse de dragon dans des sacs disposés au fond de la salle. Mais attention, si vous ne prenez pas soin d'elles ou si vous manquez de délicatesse, les plantes n'hésiteront pas à vous mordre. C'est pourquoi, je vous encourage vivement à garder vos gants en peau de dragon durant tout le cours. Bien qu'elles ne devraient pas vous couper le doigt, elles peuvent vous faire mal...

Elle n'avait pas fini de donner les consignes que déjà les premiers élèves enfilaient leurs gants de protection. Pomona était heureuse de voir les adolescents aussi prévoyants, mais elle ne pouvait pas l'être totalement. En effet, les étudiants placés à Nuncabouc -toutes années confondues- n'auraient droit à aucune protection. Ils étaient plus susceptibles de souffrir des morsures des Géranium Denti. Si Pomona Chourave désapprouvait le traitement infligé à ces étudiants, elle n'avait pas le choix. On lui avait ordonné d'agir de la sorte. C'est pourquoi sa première leçon portait sur une plante "peu dangereuse".

Imaginez les Nuncaboucs avec des bébés Mandragores sans cache-oreilles...
Merlin, elle faisait son possible pour ménager ses étudiants, mais viendrait le jour où elle n'aurait plus le choix et devrait traiter toutes les plantes avec ses étudiants. Même les plus féroces et dangereuses !

- Une fois mise dans leur pot, vous devrez en prendre soin.

Les élèves auraient accès à différents outils dont ils pourraient se servir pour s'occuper de la plante : une pelle, un marteau, un arrosoir, une guirlande, des feuilles de chêne, des abricots, des Branchiflores, des Champifleurs, des mouches, des papillons, de la viande de lapin et bien d'autres encore. Ils devraient trouver ce qui conviendraient le mieux au régime du Géranium Dentu. Bien qu'elle restait attentive et disponible pour aider les étudiants qui souhaitaient son soutien, Pomona comptait les laisser faire leurs propres expériences pour gagner en assurance.

- Et j'ai oublié de vous prévenir, j'aimerais que vous me fassiez tous un croquis de la plante d'ici la fin de l'heure. Bien. Bon courage à tous !

Citation :
CONSIGNES :

(années 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) Réaliser un croquis de la plante.
(années 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) Changer le pot du Géranium Dentu.
(années 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) Donner à manger aux plantes.
(années 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) Détailler en quelques lignes votre expérience.
(années 4, 5, 6, 7) A quoi sert le Géranium Dentu ?
(années 5, 6, 7) A quoi sert l'engrais ?

[HJ : Rappel : Ceci est un TP, donc pour ceux qui ne le savent pas, c'est vous qui gérez votre exercice... Toute votre démarche doit être contenue dans un seul post, à partir de l'instant vous entrez dans la classe, jusqu'au moment où les pots et la feuille sont remis. Les points seront attribués à la fin du cours en fonction de votre originalité, humour et qualité du Rp. Bonne chance !!!
Cours ouvert pour les 1/2/3/4/5/6/7 années. Bref tout le monde.
Vous avez jusqu'au 25 septembre 2016 pour poster.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème année
    GRYFFONDOR
    7ème année
AVATAR : Logan Lerman
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 06/02/1980 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Lun 22 Aoû 2016 - 23:22

Était-ce la maturité qui avait fini par l'emporter ? Ou bien l'envie d'en découdre avec Voldemort et tout sa clique, et donc d'être le plus capable possible ? Difficile à dire. Une chose était certaine : on sentait bien que Tony avait grandi. La mort de sa père, toujours présente dans sa tête, semblait lui avoir mis du plomb dans l'aile. Lui qui jusqu'à maintenant percevait les cours comme une distraction, l'occasion de troller un peu son monde, se rendait compte que sa réussite ne dépendait que de son investissement et de son travail. Et s'il voulait faire quelque chose de sa vie, il fallait bien qu'il se lance dans les études. Que faire après ? Il l'ignorait. A vrai dire, l'avenir s'annonçait tellement sombre, qu'il évitait soigneusement de s'y projeter. C'est vrai qu'avec la mort de Dumbledore et la disparition de Potter, tout laissait à désirer. Il ne perdait pas complètement espoir mais la confiance ne régnait pas vraiment. Aurait-il seulement un avenir ? Il en doutait. Pour autant, il voulait quand même réussir, ne pas donner aux Mangemorts la satisfaction de le voir échouer. Et puis, être bon élève, ça lui permettait aussi de faire profil bas. Parce qu'il n'hésitait pas, depuis le début de l'année scolaire, à enquiquiner les professeurs, surtout les Carrow. Bombabouses dans leurs tasses de thé, vers de terre dans leur nourriture, il existait un risque certain pour qu'il se fasse attraper. Aussi, devait-il redoubler d'efforts et de prudence. Être sérieux et "sage", en apparence ça lui garantissait moins de soupçons. Il ne craignait pas la torture ou la punition. Il comptait bien leur tenir tête. Quoiqu'il lui en coûte. Fait rare pour être noté, et lui attirer des félicitations, il arriva à l'heure au cours de Botanique. Bien que pas franchement à l'aise avec les végétaux, Tony aimait bien cette matière. Le Professeur Chourave n'appréciait pas ses blagues et ses turbulences, mais il savait s'appliquer quand il le fallait.

Garner prit soin de s'installer vers le fond de la salle, c'était mieux pour échapper à l'attention du prof. Il s'installa et écouta le début du cours. Il eut un petit rire discret lorsqu'il entendit le nom de la plante. Géranium Dentu ! Non mais franchement, qui pouvait avoir imaginé une telle appelation ? Le mot "bouse de dragon" lui fit retrouver son sérieux. Aussitôt, dans sa tête de garnement notoire, des idées d'utilisation de cette substance lui vinrent. Il lança un regard intéressé aux sacs dans le fond de la serre. Il pouvait aisément en prendre un ou deux pour les mettre dans sa planque personnelle. Ca pouvait toujours servir. Distrait par ses pensées, il n'écouta qu'à moitié les explication du Professeur. Il vit tous les autres enfiler leurs gants, alors il en fit de même. Mais ce qu'il vit sur sa gauche le révolta. Les nunanboucs n'avaient droit à aucune protection. Garner serra les poings. Il détestait les injustices et celle-là était énorme. Non seulement ces élèves avaient était expulsés de leur maison, mais en plus, on les traitait comme des moins que rien. C'était sûr... il leur ferait payer. Alors que tout le monde commençait à se mettre en place, récupérant outils et accessoires, Tony profita de la cohue pour mettre au point son petit stratagème. Il pointa sa baguette sur son sac et dit, à voix basse, inaudible vu le brouhaha générale : "Capacious extremis". Dans la foulée, il s'empressa d'engouffrer trois sacs de bouse de dragon, qui grâce à son sortilège d'extensions n'eurent aucun mal à rentrer. Il le referma et revint à sa place comme si de rien n'était. Bon, maintenant, il fallait qu'il bosse. Géranium dentu... il regarda la plante devant lui et s'amusa à l'enquiquiner un peu avec sa plume. Le végétal claqua des dents à plusieurs reprises, ce qui l'amusa. Puis, plus sérieusement, il ne mit au travail. D'abord... le croquis. Super, lui qui était nul en dessin ! Il commença à faire son esquisse. Le résultat n'avait rien d'une oeuvre d'art, on aurait plutôt dit le dessin d'un gosse. Mais il faisait de son mieux ! Les arts, hormis le théâtre et plus particulièrement la comédie, ça n'était pas son truc !

Bon... Réaliser un croquis de la plante, ça c'est fait ! Fiou ! Il essuya son front d'un revers de manche.



Il passa ensuite à la deuxième étape, changer le pot de la plante. Une opération risquée, puisqu'il l'avait copieusement titillée ! Il savait cependant comme rattraper le coup. N'avait pas eu à gérer un géranium dentu pour ses BUSES ? Il commença par caresser doucement les corolles du végétal puis il récupéra quelques mouches pour lui faire manger. Rien de tel que gaver un estomac pour apaiser une personne ! Il en était de même pour ce géranium. Il lui donna quelques papillons pour compléter son repas. Grande amatrice d'insectes, la plante se montra moins agressive. Tony commença à préparer le nouveau pot. A l'aide d'une pelle, il déposa une petite couche de bouse de dragon et ajouta un peu d'eau. Il entreprit ensuite d'extriper le géranium de son pot d'origine. Cette opération fut moins simple qu'il ne l'aurait cru de prime abord. Forcément, agacer la bestiole, ne fut guère une bonne idée. Plusieurs fois, elle le mordit. Heureusement que les gants en peau de dragon le protégaient ! Garner essayait de faire au plus délicat, il plaça la plante dans son nouveau réceptacle et rajouta de la terre. Quand il eut fini, il arrosa un peu le végétal, lui redonna à manger et se lava les mains. Regardant autour de lui et constatant que personne ne le voyait, il engouffra deux abricots dans sa bouche. Machouillant les fruits, il se posa devant sa feuille et entreprit de répondre aux questions. "Détailler en quelques lignes votre expérience"... Hum... Quelques lignes... Il commença à écrire.

Le Géranium Dentu est un peu comme une femme. Il a ses humeurs et aime bien qu'on se montre doux. Mieux vaut éviter de trop la chercher. Elle mord dès qu'on la brusque un peu. Bon, la ressemblance s'arrête là. Cette plante adore les insectes. Elle ne se nourrit que de ça. Il est utile de l'arroser fréquemment, toutes les deux à trois semaines. L'arrosage est plus efficace si on la rempote, en déposant au fond du pot, une petite couche de bouse de dragon. Elle aura une meilleure floraison et sera plus robuste ce qui n'est pas du luxe, parce qu'à la base, ça reste une plante fragile.

"A quoi sert le Géranium Dentu ?". Tony caressa sa barbe naissante, qui pour l'heure était un duvet totalement disparate et pas très beau. Il se remit à écrire.

En dépit de son caractère un peu susceptible, cette plante est idéale en appartement, car elle protège son propriétaire des insectes. Elle est friande de mouches et de papillons, mais elle apprécie aussi les moustiques et autres coléoptères. Après avoir digéré, elle secrète le fluide dentu, qui, bien que cela ne soit pas sa vocation première est un excellent ingrédient pour les baumes anti-irritations. Le Géranium Dentu peut aussi avoir une utilité plus originale, notamment pendant les périodes troubles. Quelques plants égarés par hasard dans le lit de certains, dans les affaires ou le coffres d'autres... Au début du siècle, les grands-mères l'utilisaient pour protéger leurs économies des gens mal avisés, en cachant leurs gallions au fond du pot.

Il eut un air songeur. Puis il continua, "A quoi sert l'engrais ?" :

Comme dit plus haut, la présence de bouse de dragon comme engrais vient fortifier la plante. Elle sera moins exposée aux agressions extérieures et pourra davantage y résister. Il existe d'autres engrais mais ils sont moins efficaces. Le géranium dentu a besoin d'une terre riche pour bien grandir. Plus l'engrais est pur, plus les fleurs sont belles et plus elle produit de fluide dentu. Attention toutefois, car l'engrais seul ne suffit pas. Il faut accorder un soin particulier à cette plante pour la maintenir en bonne santé.

Tony posa sa plume et sortit les deux noyaux d'abricots de sa bouche. Il regarda autour de lui, s'assurant que tout le monde était bien occupé. Il jeta les deux noyaux dans la salle. L'un d'eux percuta la tête d'une serpentard, qui, surprise, laissa son vase tomber. En essayant de le rattraper, elle se fit mordre par la plante, qui n'avait pas du tout apprécié. Garner pouffa dans son coin et se mangea un autre abricot. Rapidement pourtant, il regretta de s'être goinfré. Son ventre commençait à faire des bruits bizarres... Il n'eut qu'une hâte, que le cours se termine. Quand vient enfin l'heure, il rendit son pot, sa copie et fonça vers les toilettes du chateau, en se tenant le ventre et en affichant un ton un peu pâle... N'empêche, il avait le sourire. Il avait récupéré trois sac de bouse de dragon ! Les Mangemorts n'avaient qu'à bien se tenir !

_________________

Garne(r)ment
Promis, cette fois, ça n'est pas moi ! Je n'y suis pour rien dans ta nouvelle couleur de cheveux... Mouhaha !!! Ce qu'elle est moche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 47
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mar 23 Aoû 2016 - 13:44

De manière générale, Amanda n’aime pas trop les bestioles. Les êtres vivants ne sont pas de bons supports pour étudier, ils sont capricieux et imprévisibles. S’ils décident de ne pas se plier aux travaux pratiques ou qu’ils se sont levés de la mauvaise patte velue, du mauvais pétale ou je ne sais quoi d’autres, tout est gâché. On ne peut pas miser son avenir sur ces machins-là. Contrairement au Monde des moldus, les plantes sont toutes plus terribles et dangereuses les unes que les autres chez les sorciers. Elles peuvent vous mordre jusqu’au sang, porter gravement atteintes à vos chères petites oreilles et, bien entendu, elles peuvent même vous tuer. Le Filet du Diable, par exemple, se fera un plaisir de vous saucissonner de partout, jusqu’à l’étouffement. Charmant, non ? La botanique, ce n’est donc pas le fort d’Amanda. Bien heureusement, elle pourra s’éviter Les Soins aux Créatures Magiques l’année suivante, l’Etudes des runes et l’Arithmancie sont des options tellement plus alléchantes.

Pour l’heure, Amanda s’installe dans la Serre, légèrement nerveuse. La petite sorcière aux cheveux blonds essuient quelques gouttes de sueurs sur son front, la chaleur est étouffante ici. Elle choisit tout naturellement une place au premier rang, le plus près possible du Professeur Chourave. Amanda n’a pas d’atomes crochus avec la Botanique, mais ça ne l’empêche pas de viser le « Optimal » aux examens. Et puis cette petite dame est tellement mignonne, avec ses grosses joues toutes rouges et ses cheveux bouclés qui sortent de son chapeau. Elle n’a pas envie de la décevoir.

« Aujourd'hui nous allons nous intéresser au Géranium Dentu. »

Amanda grimaça. Ce sont vraiment de sales bêtes, les Géraniums dentus. Quand elle était petite, elles s’est faite sauvagement mordre les pieds par ces affreuses fleurs, dans le jardin de sa grand-mère. Celle-ci était dingue de ses chères plantes tueuses, une incompréhension. Elle ne s’était même pas décidée à s’en débarrasser après l’accident. C’était donc une revanche à prendre sur le Géranium dentu pour la plus jeune des Ziegler. Il fallait commencer par réaliser un croquis de l’abominable atrocité. Bien équipée, Amanda sortit tout son attirail de feutres et se mit au travail. Elle ne manqua pas d’insister lourdement sur les crocs de la plante.


Satisfaite du résultat, Amanda rangea son dernier feutre dans la boîte appropriée. Elle se précipita pour chercher le matériel dont elle avait besoin pour la suite des opérations, à savoir changer le pot du Géranium Dentu et lui donner à manger. Peu partageuse, Amanda se servit abondement en mouches et papillons, se moquant éperdument des autres élèves. Sa fâcheuse expérience avec les Géraniums dentus lui avait appris au moins quelque chose, ils raffolaient des insectes de toutes sortes. Elle ne put s’empêcher de se moquer intérieurement du jeune Poufsouffle, chargé de son demi-kilo d’abricots. Organisée, Amanda commença par préparer le nouveau pot de son copain. Un peu d’engrais à base de bouse de dragon et quelques papillons déposés par-dessus pour occuper la bête le temps de la recouvrir entièrement d’engrais, et le tour est joué. Néanmoins, le pire restait à venir.

Amanda enfila nerveusement ses gants de protection et observa son Géranium Dentu quelques instants. Il avait l’air très fâché, à agiter ses crocs ainsi. Prudemment, la jeune Serdaigle lui lança une grosse poignée d’insectes, à plus d’un mètre de distance. C’était certainement plus qu’il n’en fallait, son Géranium semblait tout gonflé, voire même nauséeux, si cela était possible. Amanda profita de ce petit moment de faiblesse pour l’attraper de la main droite et le déposer dans le nouveau pot fraîchement préparé. Le tout en moins de cinq secondes, assurément. Les mains tremblantes et sans la moindre once de délicatesse, la Serdaigle agita le sac d’engrais au-dessus du pot afin de mettre un terme au plus vite à cette mauvaise expérience. Elle prit quand même le temps d’abreuver son Géranium, tenant l’arrosoir du bout des doigts et tendant le bras au maximum.

Amanda retira ses gants et les jeta sur la table, lançant un petit cri victorieux. Elle s’amusa de voir ses camarades taper l’amitié avec leur Géranium, le caressant tendrement et lui donnant des noms doux. Ils n’y gagneraient que des morsures, ces bêtes-là sont ingrates. Par contre, elle détourna aussitôt la tête lorsqu’elle aperçut les Nuncabouc galérer avec leurs plantes pleines de crocs, sans la moindre protection. C’était un spectacle affligeant, et Amanda se sentaient particulièrement gênée, elle qui en avait déjà terminé avec l’exercice et qui aurait pu prêter sa paire de gants. La petite sorcière rangea toutes ses affaires, elle donna les dernières mouches à son Géranium Dentu, et s’installa sur son tabouret pour rédiger son devoir.

« Détailler en quelques lignes votre expérience. Pour ce premier cours de botanique, j’avais quelques appréhensions, mais aussi quelques préjugés envers le Géranium Dentu. En effet, ce dernier possède de terrifiants crocs, mais il s’avère qu’il préfère les insectes aux élèves de première année. Il n’est pas si méchant qu’il en a l’air, après une étude approfondie de la chose, je devine qu’il n’y voit pas très bien sans yeux, et qu’il est très affamé. La faim est une sensation terrible, vous savez. Avec un peu de tolérance et beaucoup de compassion, je suis parvenue à nouer un lien très fort avec mon Géranium, qui ne m'a pas mordu une seule fois. J’espère qu’il se plaira dans son nouveau pot, je viendrai m’assurer qu’il se porte bien régulièrement. »

Il était bientôt l’heure de la fin du cours. Amanda se releva, déposa son parchemin sur sa table et feint d’aider les élèves retardataires. Ou de les enfoncer un peu plus.





Dernière édition par Amanda Ziegler le Dim 4 Sep 2016 - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Nathan O'Toole
MESSAGES : 129

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNUE
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mer 24 Aoû 2016 - 0:11

[11 septembre 1997] - Le Géranium Dentu


feat. Tout le monde

Le premier cours de Botanique de l'année allai bientôt débuter. Il y avait pas mal de monde, toute année confondue, et le serpentard se plaça vers le milieu de la salle, sur une table assez isolée mais assez près de l'enseignante pour bien entendre toutes ses consignes et recommandations. Elyas n'était pas vraiment très fort en botanique mais il se devait de progresser cette année dans cette matière aux risques de donner à son paternel des raisons supplémentaires d'être en colère contre lui. Ainsi, lui qui d'ordinaire n'écoutait que les conseils pour éviter de se blesser et qui ne prenait pas vraiment en compte le reste, fut pour une fois particulièrement attentif aux paroles de Mme Chourave. L'ambiance angoissante était désormais lourde et pesante remplit de sous-entendu. Surtout quant on pouvait constater que seul les quatre maisons principales pouvaient mettre des gants de protection afin de se prémunir d'une éventuelle blessure. Elyas avait bien évidemment salué le professeur en entrant dans la salle avant d'aller à sa place, la politesse avant tout. Lorsqu'elle leur expliqua les premières parties de ce qu'ils devaient faire, il mit avec précaution ses gants en peau de dragon. Malgré l'air enjoué de l'adulte, Elyas pouvait facilement s’apercevoir que son expression était moins sincère et réelle qu'auparavant. Elle se forçait certainement pour donner du courage à tous en ces heures sombres.

Finalement, après quelques minutes d'explications, s'était à leur tour de s'occuper de la plante que chacun avait devant soi. La partie préférée pour notre jeune homme était sans conteste le croquis à effectuer. Elyas décida de commencer par ça pendant que la plante dont il devait s'occuper était encore calme, n'ayant pas encore était agressée par ses manipulations. Il fit les formes générales du géranium sur un petit carnet de croquis qu'il avait toujours sur lui ainsi qu'un crayon à papier et d'autres de couleur. Il se concentra et se mit à faire les détails assez embellissant de la plante, elle était vraiment colorée. Il dessina ensuite les différentes couches de teinte avant de voir le rendu en mettant le titre et son nom. Il était plutôt satisfait de son travail. S'il y avait bien un art dans lequel il excellait en dehors de la musique, c'était bien le dessin. Il avait opté pour un croquis simple ne souhaitant pas le complexifié plus que nécessaire.

Représentation croquis :



Il pouvait à présent passer à l'étape suivante, replanté la plante dans un autre pot. Il avait voulu réserver cette épreuve pour la toute fin mais, il ne souhaitait pas que le géranium ne s'impatiente et le lui face regretter lorsqu'il finirai par s'en occuper. Il vérifia que ses gants étaient bien en place et qu'aucune partie de ses bras n'étaient exposés avant de mettre les pieds dans le plat. Il avait avec lui son livre de Botanique, un arrosoir, une pelle, des mouches et des papillons. Il privilégiait ceux-ci et n'avait pas jugé bon de perdre du temps sur les autres pour de bonnes raisons. N'ayant pas énormément de connaissance en herbologie, à part le nom, il ne connaissait rien du tout de cet être vivant. Il devait donc se munir de son livre de cours qu'il avait ouvert à la page l'intéressant : celle sur le Géranium Dentu. Il avait pris de manière naturelle une pelle pour pouvoir sortir et planter la plante ainsi que l'arrosoir pour lui donner de l'eau, besoin vitale que tous avaient à étancher pour vivre. Pour les deux derniers, il en avait pris quelques-uns morts de chaque par pure logique. Pour commencer, une plante ne mangeait pas d'herbe ou de feuille surtout quand cette dernière possédait des crocs. De plus, une plante de cette taille ne pourrai certainement jamais dévoré un lapin sachant que sa morsure blesse que très légèrement un humain. Il ne restait donc que les insectes comme option envisageable.

Il était maintenant temps de passer au côté pratique de la séance, le plus dur quoi. Il avait tous les éléments dont il avait besoin pour que tout se passe au mieux, il n'avait plus qu'à être délicat et réfléchit dans ses actions pour que tout se passe bien. Il observa en premier lieu la plante face à lui, détaillant une nouvelle fois de son regard ses petites choses qui la rendait unique dans son genre. Il approcha sa main gantée de celle-ci et caressa très doucement ses feuilles comme pour l'apaiser, la détendre. On pouvait penser que ses gestes étaient inutiles puisque ce n'était qu'un vulgaire végétal mais, Elyas ressentait bien que cette dernière se laissait aller lentement mais sûrement à ses intentions. Après quelques minutes de ce traitement, le serpentard prit la pelle pour remplir à moitié le nouveau pot avant d'y mettre par dessus une petite couche de bouse de dragon. Il avait retenu sa respiration avec un petit air de dégoût face à l'odeur et à la vue de l'engrais. Puis, il recouvrit de nouveau l'intérieur du pot en laissant un trou pour pouvoir y glisser ensuite la nouvelle locataire du lopin de terre. Elyas enleva la terre autour de la plante avant de la sortir avec soin et minutie, tout en prenant garde de ne pas avoir une poigne trop forte sur elle ou d'arracher une feuille ou une racine par inadvertance. Il la déposa doucement dans sa nouvelle petite maison avant de remettre assez de terre pour bien reboucher le trou et mettre les racines du géranium dans la terre.

Bien, première étape complétée, il allai devoir à présent la nourrir. Il se demandait s'il y avait une technique particulière pour lui donner des mouches et des papillons à manger. Au pire, ils étaient déjà morts. Elyas en prit deux/trois de chaque et les laissa tomber un par un en les faisant glisser de son gant à une petite distance au-dessus de la bouche de la plante. Il faut dire que le livre de botanique l'avait bien aidé aussi bien pour finir son croquis que pour savoir certaines choses importantes au sujet du végétal. Il attendit patiemment d'avoir tout donné à la plante vorace avant de partir pour mettre de l'eau dans l'arrosoir. Il galéra quelque peu, n'ayant pas l'habitude de l'utiliser, et renversa un peu d'eau en dessous du robinet où il fallait aller. Il revint calmement jusqu'au géranium et l'arrosa par petite gorgée avant de reposer l'instrument un peu plus loin. Il dévisagea longuement la plante devant lui, elle semblait plus.... épanouit. Un effet aussi radical en si peu de temps, on peut dire que l'engrais et prendre bien soin d'une plante faisaient des miracles. Mais, non, définitivement, Elyas n'aurai jamais la patience de pouvoir s'occuper fréquemment des plantes de cette façon. Un cactus finirai certainement par mourir de soif avec lui ayant souvent trop à faire pour y penser et n'étant pas vraiment doué pour prendre soin de ces petits êtres vivants.

Le géranium s'amusa à essayer d'attraper sa main ce qu'il réussit à faire mais cela ne lui fit rien ayant ses gants bien en place, il finit par le laisser tranquille. Elyas aurai pourtant juré avoir vu un sourire taquin s'étirer sur la gueule pleine de crocs de la plante. Il s'éloigna lentement du géranium dont il avait dû prendre soin et se replaça à sa place s'asseyant, sa plume dans la main où les gants n'étaient plus. Il les avait rangés dans son sac. Il prit le questionnaire et le parcourra rapidement du regard, réfléchissant aux types de réponse qu'il pourrait bien donner. Finalement, il opta une seconde fois pour la simplicité.


" Questionnaire de Botanique "


'' Détailler en quelques lignes votre expérience... ''


Et bien, je ne suis pas vraiment fan des plantes et de la botanique en général. Cependant, je trouve que le Géranium Dentu est une espèce assez fascinante que ce soit par sa panoplie de couleur variée ou par ses particularités à savoir ses petites dents et son alimentation. C'est assez dur à entretenir et on peut se blesser mais elle est plutôt de bonne compagnie, silencieuse et jolie. Tant que l'on ne la blesse pas, elle est agréable à posséder chez soi comme à voir. Mais je préfère définitivement la dessiner que d'en acheter une.


'' À quoi sert le Géranium Dentu ? ''

Malgré un caractère grognon lorsqu'on ne se préoccupe pas bien de ce dernier, le Géranium Dentu est fort utile pour deux choses. Étant un mangeur d'insecte en tout genre raffolant en particulier des mouches, placés dans un endroit stratégique, cette plante vous débarrassera de ces nuisibles même les araignées. Ce qui peut-être un bon atout pour ceux ayant une phobie de toutes ces petites bêtes. L'argument suivant est de taille également, étant particulièrement convoité : Grâce aux insectes qu'elle mange, cette dernière sécrète une substance bien spécifique. On l'appelle le fluide Dentu. Elle permet de soigner les boutons et donc de lutter contre l'acné et autre du même type. Un remède un peu miraculeux pour nous, les adolescents, qui détestons nous réveiller avec un bouton sur le front ou le nez étant apparu au cours de la nuit. Il y a éventuellement le rôle de gardien qui pourrait leur être attribué comme utilité, gardant par exemple la dernière demeure des défunts repoussant ainsi de possibles pilleurs de tombe.


'' À quoi sert l'engrais ?  ''

L'engrais a pour fonction principal de fertiliser la terre pour la rendre plus énergétique pour les plantes en général puisqu'elles se nourrissent de ce qu'elles trouvent dans le sol grâce à leurs racines plantées dans cette dernière. Cela permet donc un apport des nutriments plus important pour la plante et l'aide ainsi à une meilleure pousse et à la maintenir au maximum de sa santé. D'ailleurs, la bouse de Dragon, en dehors de sa mauvaise odeur, est un des meilleurs fertilisant que l'on peut trouver.






Il plaça sa feuille et son croquis ensemble avant de se diriger vers le bureau de l'enseignante. Il les déposa dessus, un air froid et impassible sur le visage. Il se rassit gracieusement par la suite à sa place tout en rangeant ses affaires dans son sac, attendant avec une impatiente contenue la fin du cours pour pouvoir s'en aller. Pas qu'il n'appréciait pas le professeur mais il n'était pas du tout à l'aise d'être ici, avec un géranium qui semblait vouloir vous voir vous approcher de lui pour vous piquer de ses crocs un petit coup. Pour lui faire passer cet étrange sensation, Elyas sortit un livre qu'il lut avec passion pour ensuite le refermer d'un coup sec et le ranger avec ses autres affaires avant de passer la porte de la classe, aussitôt l'autorisation donnée par Mme Chourave.
014 © Lunay's invention

_________________


Même enchaîné, un Dragon reste dangereux ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
NUNCABOUC1re année
    NUNCABOUC
    1re année
AVATAR : Abigail Breslin
MESSAGES : 47

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mer 24 Aoû 2016 - 21:47

Cela faisait maintenant une dizaine de jours que Morgane était arrivée à Poudlard et autant dire que la vie est loin d'y être idyllique. Les grands lui avaient expliqué que la vie n'était pas ainsi d'habitude au collège, mais qu'un certain Celui-dont-on-ne-doit-pas prononcer-le-nom avait pris le pouvoir au Ministère de la magie et inculquer des rêgles contre les sorciers de parents moldus.

Autant dire que la petite fille n'aimait pas son dortoir, ni la couleur de ses robes de sorciers, mais elle était bien décidé à montrer à ses adultes complétements maboules que cela ne l'empêcherait pas d'en apprendre le plus possible. Elle se montra alors assidue en cours, essayant de gérer au mieux ses crises d’asthmes. Même si les conditions dans lesquelles elle se trouvait en cours n'était pas l'idéal, voire même à la limite de l'humiliation. Mais la demoiselle avait décidé qu'elle ne céderait pas, qu'elle résisterait tant qu'elle le pourrait. Elle leur montrerait qu'une sang-de-bourbe comme on l'appelait pouvait être une aussi bonne sorcière que quelqu'un issu d'un soi-disant sang pur.

En tout cas, ce jour-là, tous les élèves avaient cours de botanique. Voilà une matière qui intriguait beaucoup la petite fille. Elle avait beaucoup aimé les cours de biologie lorsqu'elle était à l'école et au collège dans le monde moldu. Rien que penser à cela lui fit venir quelques larmes qu'elle retint. Elle n'allait pas donner le plaisir à ses tordus du sang pur de la voir pleurer. Morgane entra dans la serre et se joignit aux autres élèves de la maison Nuncabouc. Comme à chaque fois, ils étaient mis à l'écart des autres comme des rebuts de la société. Cela lui faisait trop pensé à cette sombre époque de l'humanité où les juifs avaient été obligés de porter une étoile jaune pour les distinguer des "autres".  

La première année ne put s'empêcher de pousser un soupir alors que les autres élèves entraient à leur tour dans la serre. Il y faisait chaud et la demoiselle trouvait cela agréable. Cela la changeait de cette pseudo salle commune qu'on leur avait donné. Madame Chourave se présenta et expliqua ce qu'ils allaient faire aujourd'hui.  La petite fille aimait beaucoup cette professeur et l'entrain qu'elle essayait de leur insuffler. Lorsque madame Chourave leur demanda d'enfiler leurs gants en peau de dragon, la demoiselle les chercha à sa table. Mais visiblement, les Nuncabouc n'avait pas droit à des protections. La fillette serra les poings et décida malgré tout de se mettre au travail. Elle n'allait pas leur donner la satisfaction de la voir échouer en botanique. Ils devaient d'abord faire un croquis de la plante. Chose facile pour la petite artiste qui adorait dessiné. Elle saisit ses feutres et commença à croquer le géranium dentu. Après quelques minutes de concentration, elle regarda son oeuvre particulièrement fière d'elle.

Image en spoiler car trop grande sur certains écrans:
 

Bon maintenant il fallait passer à la seconde étape : changer le pot de la plante vivante.
Morgane se dirigea vers le lieu où était entreposé tout le matériel dont elle aurait besoin. Elle prit de l'engrais, une pelle et un arrosoir. Elle remarqua un marteau et une guirlande.


*A quoi ça peut servir ça ? Bon je prends on sait jamais.*


Puis la jeune Nuncabouc prit un peu de tout en nourriture, ne sachant pas ce qui conviendrait à cette plante étrange. Les bras chargés, la demoiselle retourna à sa place. Elle commença à mettre de la terre et de l'engrais dans le fond du pot. Heureusement qu'elle avait fais un peu de jardinage avec son grand-père pendant les vacances. Bon maintenant était venue la phase délicate : transférer le géranium dentu dans l'autre pot, mais comment amadouer ce truc ? La petite fille lui présenta un  abricot, que la plante ignora tout bonnement. Puis elle essaya la feuille de chêne.

Alors là, cela ne plut pas à monsieur le géranium qui envoya ses crocs vers la main droite de la fillette et lui mordit les doigts. Morgane ne put s'empêcher de crier un "Aïe" retentissant, retenant les larmes qui montaient.
La petite sorcière reprit ses esprits. Si le végétal ne plaissait pas à la plante, cela voulait dire qu'elle était carnivore. Est-ce qu'elle ne mangerait pas des insectes comme les plantes carnivores moldus ?

La première année se saisit des mouches et essaya d'en donner à la plante. Ce n'était pas facile et les crocs du géranium effleura de nombreuses fois ses doigts. Voyant que la plante aimait cela, la fillette entreprit de faire la même chose avec les papillons. Elle remarqua alors que le géranium dentu adorait cela. La demoiselle lui en donna encore afin de l'apaiser. Puis elle se saisit de la  plante, essayant de se rappeler ce que son grand-père lui avait apprit et la sortit de son pot. Malheureusement, elle fut un peu brusque, ce qui ne plut pas à monsieur le géranium qui la mordit au poignet.

Morgane tint bon, retenant un cri et mis la plante dans le second pot. Elle lui donna de nouveau des papillons en faisant attention à ne pas se faire mordre et recouvrit les racine de terre mélangée à de l'engrais. Puis elle arrosa soigneusement la plante. Ses deux blessures saignait un peu, mais elle devait terminer l'exercice. Repoussant le pot, elle attrapa sa feuille de parchemin sur laquelle elle avait fais le croquis et entreprit de répondre à la question du professeur Chourave.



Morgane O'Reilly a écrit:
Détailler en quelques lignes votre expérience.

Le géranium dentu est une plante étonnante. Je trouve qu'elle ressemble beaucoup aux plantes carnivores que l'on trouve dans le monde moldu. Tout comme ces plantes, le géranium dentu est friand d'insectes, mais ayant une nette préférence pour les papillons. Je ne savais pas comment le nourrir et mes premiers essais m'ont valu d'être mordue. C'est une plante qui n'aime pas être brusquée et malmenée. J'en ai aussi fait la difficile expérience lorsque j'ai voulu la rempoter.
Malgré cela je trouve que c'est une très jolie plante même si elle possède son petit caractère et est très difficile en terme de nourriture. Ces crocs sont des armes redoutables et elle fait vraiment mal quand elle mord.

N'arrivant plus à tenir sa plume, Morgane stoppa là son écrit alors que l'heure de la fin du cours sonna. La petite Nuncabouc rangea ses affaires et rapporta son pot et son devoir au professeur Chourave. Puis elle quitta la serre pour se diriger vers l'infirmerie. Il fallait qu'elle se fasse soigné ses plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Jeu 25 Aoû 2016 - 18:34

C'est en cette chaude journée de fin d'été qu'Ed eut son premier cours de botanique. Le parc commençait à prendre les couleurs de l'automne : du rouge, du jaune parsemaient le vert des arbres. Il poussa les portes de la serre, déjà presque entièrement remplie d'élèves. *pfiou, y'a du monde. C'est quoi cette idée de mettre toutes les années ensembles … * Il remarqua un groupe d'à peu près son age et s'installa à une table à proximité. Quelques minutes plus tard, le professeur entra à son tour dans la serre, tout en saluant les élèves. Ed aimait bien le professeur Chourave. Petite, ronde, l'air sympathique, elle lui faisait penser un peu a sa grand-mère. D'autant qu'elle était également la directrice de sa maison, et la matière qu'elle enseignait faisait partie de celles qui, selon le petit, étaient indispensable pour la suite. Aussi, il écouta attentivement les instructions concernant son Géranium Dentu, qu'il devrait ensuite nourrir et rempoter.
Dans un soucis de bien faire, il passa énormément de temps sur le dessin, qui ne constituais que la première partie du TP. Bien que n'ayant aucun talent en particulier pour le dessin (du moins pas a sa connaissance), il était plutôt satisfait du résultat. Il jeta un coup d’œil a sa montre : plus que 30 minutes pour faire le reste. Il commença a paniquer un peu, se maudissant intérieurement d'avoir mis tant de temps a finir son croquis. Il attrapa la pelle et entrepris de dépoter la plante. Mais tout ne se passa pas comme prévu : le géranium, se sentant menacée par la pelle, mordit sauvagement le doigt du jeune Poufsouffle, qui, dans la panique, avait oublié les gants qui traînaient sur la table à coté de lui. Jurant dans sa barbe, il jeta un bref regard autour de lui, espérant que personne ne l'ai vu. Heureusement, tout le monde semblait absorbé par son travail, personne n'avais notifié l'incident.

Évidemment, l'opération s'avéra bien plus simple une fois les gants enfilés. après avoir ajouté l'engrais, composé de bouse de dragon, il observa la table, à la recherche du régime alimentaire de la plante. des insectes, de la viande crue, des fruits, une... guirlande ?! Il pris un peu de tout ce qu'il estimait logique qu'une plante mange et testa les ingrédients un par un. il manqua de se faire mordre encore quelques fois, la plante étant très susceptible et difficile en alimentation. heureusement, cette fois, ses gants étaient bien en place et faisaient bien leur boulot. c'est finalement avec soulagement qu'il vit la plante attrapper les mouches qu'il avait laché au dessus d'elle avec une velocité étonnante. Bon, la nourriture, c'est fait, vite, plus que 10 minutes !

Ed se rassit à son pupitre, et entama la réaction de la réponse au sujet du jour :
Edward Selwyn a écrit:
Détailler en quelques lignes votre expérience.
Le géranium Dentu est une plante assez impressionnante. Elle partage certaines caractéristiques avec les plantes carnivores chez les moldus, mais possède des humeurs qui lui sont propres. Il s'avère, après plusieurs essais infructueux, que la plante est principalement insectivore.
Ed porta à sa bouche son doigt encore endolori.
Edward selwyn a écrit:
Ses dents acérées font très mal. Je suppose qu'elles peuvent etre utiles en potions, et je serais curieux de savoir lesquelles. Ce cours à été très intéressant pour une entrée en matière dans le domaine de la botanique.

Il venait de terminer sa phrase quand le professeur Chourave annonça la fin du cours. *Ouf, juste à temps !* il s'empressa de ranger ses affaires, rendit son devoir au prof,  et quitta avec hâte la chaleur étouffante de la serre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE7ème année
    POUFSOUFFLE
    7ème année
AVATAR : Ella Purnell.
MESSAGES : 157

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 29 février 1980.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Sam 27 Aoû 2016 - 20:01

Comme si de rien n'était. Comme si le quotidien n'avait en aucun cas été chamboulé, comme si les routines n'avaient pas été malmenées durant les dernières semaines, voire même les derniers mois. Chacun se préoccupait à sa façon des événements qui s'étaient déroulés, chacun avait une conception bien particulière ainsi qu'une opinion notoire concernant les forces politiques qui prenaient le pouvoir de façon indiscutable. Les rebelles marchaient vers la pénitence, le fléau des souverains persécuteurs qui d'une main vigoureuse corrigeaient les impudences des médiocres salissures qu'ils avaient en face d'eux. De la crasse, macules à nettoyer sans plus tarder. C'était ce qu'il s'était passé cet été, c'était ce dont elle avait été témoin dans sa propre famille qu'elle peinait aujourd'hui à considérer comme sienne. Dans un soupir, un énième, elle s'avançait vers les serres qui accueillaient, comme à leur habitude, les cours du professeur de botanique. N'ayant pas cette dernière dans les bonnes grâces malgré les multiples efforts qu'elle réalisa les années précédentes, c'était avec un las certain que ses semelles rudoyaient l'herbe d'un parc dégageant une aura différente d'autrefois. S'ils tentaient tous à leur manière de dissimuler leurs défiances, elle pouvait lire en leur posture, stature déjetée, des maux tus, coincés, volontairement emprisonnés. Les Nuncaboucs se suivaient les uns à la suite des autres, en solitaires ou en de mêmes groupuscules constatés, ce sont des murmures indistincts que certains osaient articuler avant de ne s'époumoner davantage, tentant de se réfugier dans une horde d'étudiants alors même que leur cape et leurs couleurs les trahissaient. Viven détourna le regard sans s'attarder plus longtemps sur un sort qui n'était pas sien et pénétra dans l'une des serres dans laquelle le créneau horaire montrait qu'il y avait bel et bien cours. En s'installant, elle jeta une œillade hâtive vers ceux déjà présents, quelques signes de tête ici et là pour jouer sur la politesse et la considération que certains de ses comparses méritaient, puis posa son sac sur le sol. Il ne fallut qu'une poignée d'instants pour que Madame Chourave s'introduise dans son lieu de travail, la mine faussement enjouée et le sourire d'une facticité irréfragable sur le visage. « Aujourd'hui nous allons nous intéresser au Géranium Dentu. Nous allons déplacer ces plantes dans de nouveaux pots tout en y ajoutant de l'engrais - vous trouverez de la bouse de dragon dans des sacs disposés au fond de la salle. » Si Viven avait été dotée de la capacité à rouler totalement des yeux jusqu'à ce que ses pupilles soient à l'intérieur de ses orbites, elle l'aurait fait pour montrer son enthousiasme contrefait. Une plainte dans le silence suffit, le simple froncement des sourcils qu'elle laissa se crisper sur le bas de son front tout en buvant les paroles de l'instituteur. Si elle pouvait les recracher, les vomir, elle le ferait, désobéirait, s'en irait dans l'indifférence la plus inusitée et déclamerait qu'elle avait mieux à faire que de jouer les jardinières alors que le monde extérieur s'écroulait sous leurs yeux, sous leurs propre être incapable de faire quoique ce soit si ce n'était subir et essuyer honteusement les dérouillées. « C'est pourquoi, je vous encourage vivement à garder vos gants en peau de dragon durant tout le cours. Bien qu'elles ne devraient pas vous couper le doigt, elles peuvent vous faire mal... » Devraient. Et plus on peut terminer estropié, qu'elle pensa alors que le professeur terminait ses explications amenant ainsi à la mise en pratique.

Le sac de bouse de dragon ramené près d'elle, elle observa la plante avec l'expression interloquée. A claquer des dents, à attendre d'être nourrie ou qu'importe ce que le sujet souhaitait, Viven avait constamment les sourcils crispés durant l'exercice. Les gants en peau de dragon la protégeant, elle vint chatouiller les pétales bleutées de la plante qui se mit à d'autant plus s'acharner, mordant l'air comme si elle attendait que quelque chose ne tombe au niveau de ses pistils. Le sourire persécuteur sur les lippes, elle s'amusa plusieurs fois à taquiner la bête avant de la sortir de son pot et de la placer dans un autre en ayant préalablement mis de l'engrais à l'intérieur. Si Viven n'aimait pas la pratique dans cette matière, elle n'en restait pas moins concernée et impliquée sur l'aspect théorique. En attrapant les insectes tels que les mouches et les papillons dont la vie avait été écourtée, elle les tendit au-dessus du géranium et les laissa tomber pour qu'elle puisse se nourrir. Cela fait, c'est l'arrosoir qu'elle prit dans l'une de ses mains, et alors qu'elle cherchait dans son sac des rouleaux de parchemins, elle arrosa le géranium rassasié. « Mais où est-ce qu'ils sont... » qu'elle marmonnait, la main tendue au-dessus du pot qui abritait la plante et la tête baissée vers le sol. Un sourire vint fendre son visage dès lors qu'elle trouva ce qu'elle cherchait et elle redressa enfin en écartant l'arrosoir du géranium. « Qu... » Et ce fut l'effroi qui s'abattit sur elle. Trop d'eau, beaucoup trop d'eau pour un si petit pot. Et la plante, noyée (ou presque). Viven déglutit mais ne fit comme si de rien n'était. Elle grattouilla à nouveau le géranium qui donna un signe de vie, faible mais avéré. Elle enleva ses gants en peau de dragon et les posa sur la table, innocemment les poussant vers la personne à ses côtés qui n'avait pas eu le droit au même traitement du fait de faire partie des Nuncaboucs. Elle ne savait pas si l'individu souhaitait oui, ou non, se mettre en danger pour un simple cours de botanique en transgressant les règles, mais elle devait admettre qu'elle avait pitié de cet(te) étudiant(e) qui s'était fait mordiller le doigt précédemment. Et si elle se faisait prendre, elle plaiderait à l'innocence de celle qui n'avait que poser ses gants sur la table, rien de plus, rien de moins. La partie pratique terminée, elle n'avait plus qu'à s'attarder sur le deuxième point qui lui semblait plus facile. Mais entre ce qu'elle concevait dans son imaginaire et ce qu'était la réalité, il y avait un fossé.

Elle prit un premier parchemin et y inscrit une œuvre d'art que l'on pouvait presque classer dans la catégorie des abstraites. Elle avait eu l'idée, bien que mauvaise, de rajouter des couleurs en pensant que cela cacherait le mal imprégné dans son dessin plus qu'imparfait. Des tâches, ici et là, des gribouillis et de l'encre qui avait coulé. Mais au moins, elle avait fait son travail. D'une façon crapoteuse, mais tout de même fait.




Sur un parchemin vierge mais quelque peu corné sur les bords, elle répondit aux interrogations suivantes avec le temps qu'il lui restait. La partie pratique ratée et ce, sans même avoir le besoin de l'entendre par quiconque, elle espérait rattraper un minimum ses bavures et fautes d'inattention avec les questions posées.

DÉTAILLER EN QUELQUES LIGNES VOTRE EXPÉRIENCE.

Expérience fatigante et qui a fait de moi une tueuse. Si l'étude des plantes est quelque chose qui peut se révéler être palpitante et captivante, je dois avouer que m'occuper du Géranium Dentu fait partie des tâches que je n'apprécie, malheureusement, que péniblement. L'observer n'est néanmoins pas contre-productif, on s'aperçoit rapidement de son originalité, de ses distinctions par rapport aux autres espèces de la famille des Geraniaceae. A la recherche d'une affection, s'en occuper, devoir faire preuve d'une certaine finesse et légèreté dont l'on ne peut pas me qualifier, devoir le nourrir jusqu'à ce qu'il arrête de claquer inlassablement des dents ne sont pas une mauvaise expérience, mais elles appartiennent bel et bien à la catégorie des « juste une fois, pour essayer ».


A QUOI SERT LE GERANIUM DENTU ?

Le Géranium Dentu a plusieurs propriétés. On l'expose chez soi pour montrer aux autres qu'on a le sens des responsabilités en le nourrissant tous les jours, en s'occupant de lui comme si c'était sa propre chair, son propre sang, à user du temps de façon productive en devant lui montrer qu'on l'apprécie et qu'on se préoccupe de lui, à lui grattouiller les pétales si cela lui plaît. Puis en retour, il s'occupe des insectes plus ou moins dangereux qui oseraient virevolter entre quatre murs ou dans la nature, ou d'individus trop curieux qui pensent pouvoir s'amuser avec et qui se retrouvent avec un doigt en moins. Mais cela fait donc plus de protéines pour la plante qui devient plus vile et féroce.


A QUOI SERT L'ENGRAIS ?

L'engrais est un produit fertilisant, organique ou minéral (ici organique), permettant d'apporter un plus aux plantes. En supplément des soins et des attentions que l'on donne au quotidien, l'engrais est un bon procédé afin de la fortifier en apportant des minéraux et nutriments nécessaires à sa croissance et à s-


Puis on lui prit le parchemin des mains. Temps imparti terminé depuis déjà quelques minutes qu'elle s'était donnée le droit de dépasser, elle vit le professeur retourner vers son bureau avec les devoirs main, tentant de prendre ceux encore captifs des mains des élèves lents comme Viven. Cette dernière se contenta de hausser les épaules, peu atteinte du fait de ne pas avoir terminé ses explications et rangea ses affaires avant de quitter la serre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Mackenzie Foy
MESSAGES : 18
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Lun 29 Aoû 2016 - 22:04

Il était 10 heures précise. Alvy et une poignée d'élèves se tenaient déjà devant les serres de Poudlard. C'était son tout premier cours de botanique. Elle n'avait quasiment jamais traité avec des plantes magiques, elle préférait de loin les animaux, chaud et bien vivant. Qui savait ce que pouvait tramer une plante, sans visage ni expressions ? Etaient-elles douées d'une quelconque conscience ? Les plantes comme les mandragores et leur tête de bébé effrayait Alvy plus qu'autre chose. Non, décidément, elle n'était pas à l'aise avec les plantes magiques.

Il était pourtant temps d'entrer en classe. La blondinette se fondit dans la masse d'élève qui pénétrait dans les serres étouffantes. Elle ne connaissait pas grand monde. Amanda, son amie, était un peu plus loin, assise au premier rang, sans grande surprise. Alvy privilégia une place discrète quelques rangs plus loin. Elle ne tenait pas vraiment à se faire remarquer, et que tout le monde la voit si elle faisait une quelconque bêtise.

Elle fut rapidement satisfaite de son choix: la leçon du jour portait sur le Géranium Dentu. La Bleue ne put réprimer une grimace, et elle fut l'une des première à enfiler ses gants quand le professeur le leur recommanda. Puis elle se mit au travail à contrecoeur.

La fillette n'était pas à Serdaigle pour rien. De nature appliquée et soigneuse, elle ne négligea aucune consigne donnée par le professeur et tenta de prendre soin de la plante malgré tout. Elle commença par changer le pot du Géranium, alors que tout le monde autour d'elle commençait par le croquis. Il lui semblait un peu trop superflus de tenter de dessiner quelque chose sans l'avoir manipulé, observé sous tous les angles avant.

Elle se glissa dans le fond de la salle pour récupérer de la bouse de dragon qu'elle fourra dans le fond d'un nouveau pot. Elle le mélangea un peu avec de la terre, et prit de quoi nourrir sa plante. Elle retourna à sa place les bras chargés de toute sorte de variété de fruits et de viandes et de trucs indescriptibles. Elle s'appliqua à changer le Géranium de pot en le tenant le plus délicatement et le plus loin possible d'elle. Il frémit à peine lorsqu'elle lui remit un peu de bouse de dragon autour des racines. Finalement, elle commençait à bien l'aimer, ce truc.

Elle entreprit ensuite de trouver ce qui lui plairait de manger. Pour ce faire, elle remua un à un chacun des aliments qu'elle avait rapporté au dessus de la plante. Elle ne sut jamais si c'était ses doigts ou les mouches qui lui avaient plut car, alors qu'elle approchait une poignée de mouche un peu trop près, la bestion se réveilla soudainement et referma ses crocs autour de ses doigts. "Ouiiiiiiiiiiiillllllllllllleee" gémit Alvy en sautillant sur place. Les petites dents pointues se sentaient quand même à travers le cuir de ses gants. Des larmounettes perlèrent au coin de ses yeux.

La créature machonnait les mouches distraitement, et Alvy jugea que s'en était assez pour elle. Elle sortit de son sac un parchemin et des crayons de couleur, et entreprit de dessiner la vile plante. Sa colère contre elle lui fit ajouter un peu trop de dents par rapport à la réalité. Mais elle ne pleurait plus. Son regard s'était posé sur les Nuncaboucs, qui n'avaient, eux, pas de gants du tout. Alvy n'avait pas de quoi se plaindre.

Croquis:
 

Son dessin achevé, elle se mit à conter son expérience au dos du parchemin.

Le Géranium Dentu est une plante qui semble plutôt calme en général. Je l'ai changé de pot sans problème, avec délicatesse, et il n'a pas bronché. Par contre il semble devenir plus réactif lorsqu'on le nourrit. Il a été très vif et m'a accidentellement mordu. Je garde un peu d'appréhension envers les plantes magiques. Mais le cours était intéressant et peut-etre qu'avec plus de pratique j'aurais moins peur.


Elle relut son parchemin, pensive. Il n'y avait pas grand chose à ajouter. La Serdaigle se promit de se pencher davantage sur son livre de botanique avant le prochain cours, afin de ne pas se refaire surprendre par une plante mordeuse. Elle attendit la fin du cours en lançant des mouches à sa plante. Tout autour d'elle, peu à peu, les autres élèves finissaient eux aussi de s'occuper de leur plante. Lorsqu'elle quitta finalement la serre, elle était plutôt mitigé à propos de la botanique. Comme elle l'avait si justement écrit sur son parchemin, il lui faudrait surement plus de pratique pour avoir un avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 2283

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 4 Sep 2016 - 15:55

- Bonjour tout le monde

Elwyn fixait la professeure de botanique, Madame Chourave, tandis qu’elle saluait la classe. Il avait eu un excellent résultat en botanique et avait décidé de garder cette matière pour sa sixième année. Stanley avait abandonné jugeant que c’était trop salissant et surtout que cela ne servait à rien et Fay avait décidé de garder cette matière malgré sa note très moyenne.  Les élèves répétèrent un bonjour en écho, mais l’enthousiasme n’était pas forcément au rendez-vous.  Il n’était que 10 h du matin et Elwyn en avait déjà marre. Il n’avait envie que d’une chose : remonter chez les aigles et se rendormir. Ses yeux parcoururent l’assistance, cherchant à visualiser qui avait gardé ce cours et qui avait abandonné.  Alors qu’il avait repéré Connor au fond de la salle qui baillait à s’en décrocher la mâchoire, Ruth au côté d’Absynthe et d’Abigail – une demoiselle silencieuse, distante avec qui il n’avait jamais parlé, mais qui avait quelque chose d'intrigant-, Chourave le tira de sa rêverie en débutant ses explications. Elle semblait toujours aussi dynamique bien que les cernes sous ses yeux trahissaient l’angoisse qu’elle devait vivre au quotidien. Elwyn s’installa à la place habituelle, Fay sur sa droite, mais cela faisait bizarre de ne pas avoir Stanley sur sa gauche. Il fixa la place  laissée par son ami, ils avaient de moins en moins de cours ensemble. Que ce soit avec Stan ou avec Fay. Il poussa un long soupir en fixant la plante qui venait d'être distribuée : un géranium dentu. Une plante qui mord pour bien débuter l’année.

- Aujourd'hui nous allons nous intéresser au Géranium Dentu. Nous allons déplacer ces plantes dans de nouveaux pots tout en y ajoutant de l'engrais - vous trouverez de la bouse de dragon dans des sacs disposés au fond de la salle. Mais attention, si vous ne prenez pas soin d'elles ou si vous manquez de délicatesse, les plantes n'hésiteront pas à vous mordre. C'est pourquoi, je vous encourage vivement à garder vos gants en peau de dragon durant tout le cours. Bien qu'elles ne devraient pas vous couper le doigt, elles peuvent vous faire mal...

Fay fixait la plante en enfilant ses gants : me demande pourquoi j’ai gardé ce cours, honnêtement. Elwyn ne répondit rien et enfila également ses gants. Les Nunca n’avaient pas le droit de mettre des gants. Les Nuncaboucs étaient la nouvelle maison créée pour parquer les sorciers indignes, principalement les né-moldus. Leur symbole était un bouc et leur couleur : un violet-rose absolument immonde. Le bouc passe encore, y a bien un blaireau sur le blason des jaunes, mais alors la couleur était vraiment moche et délavée. Elle rappelait à Elwyn les chewing-gums moldus collés sur le bitume qui avaient perdu leur couleur à force d’être piétinés. Il écouta les instructions tout en fixant la plante qui se tortillait mollement sous ses yeux. La sienne était particulièrement dégarnie, elle avait peu de corolles et semblait extrêmement agressive. Ses petites dents tranchantes luisaient dès qu’un rayon du soleil filtrait dans la serre étouffante. Au fond, il était comme cette plante dans un pot trop petit qu’on forçait à changer pour un plus grand qui ne lui convenait pas plus. Elle tenta de mordre Elwyn qui faisait des mouvements au-dessus de sa tête pour enfiler ses gants, mais ne put que mordre le vide faisant claquer ses dents.


- Une fois mise dans leur pot, vous devrez en prendre soin.

Elwyn analysa les outils et éléments mis à leur disposition :  une pelle, un marteau, un arrosoir, une guirlande, des feuilles de chêne, des abricots, des Branchiflores, des Champifleurs, des mouches, des papillons, de la viande de lapin. Il savait déjà ce qu’il devait garder ou mettre de côté. Fay était en train de soulever la viande de lapin en faisant une grimace : El’, rappelle-moi pourquoi j’ai suivi ce cours, déjà ?

Elwyn secoua la tête en souriant :- Pour être avec moi !

Elle éclata de rire : - Je dois sacrément t’aimer alors ! Je sais même pas comment j’ai eu acceptable en botanique …

-Nos longues heures de révision ont porté leurs fruits.


- Et j'ai oublié de vous prévenir, j'aimerais que vous me fassiez tous un croquis de la plante d'ici la fin de l'heure. Bien. Bon courage à tous !

Le Serdaigle poussa un long soupir, il n’avait aucune envie de dessiner pourquoi l’obligeait-on ?

-les dessins cubiques de Stan’ vont me manquer, murmura Fay à son intention.

Elwyn laissa échapper un petit rire :- Il est précurseur de son propre mouvement artistique. Il fixa la plante et s’adressa à elle : -Allez il est temps de te rempoter.

Elwyn se dirigeait vers le fond de la salle pour récupérer l’engrais lorsque Fay beugla : - Rapporte-moi aussi de l’engrais, tu seras un amour ! Merci !

-Feignasse !

Il y avait la queue devant l’engrais et juste devant lui Abigail, Absynthe et Ruth en pleine discussion. Mauvais timing. Il n’entendait que des bouts de phrase : Zack, excellent, sourire. Abigail et Absynthe semblaient avoir envie de l’étriper cela dit. Comment pouvait-elle parler à cette fille après ce qu’elle avait fait avec le break tabou ? Elwyn  avait vraiment du mal à la comprendre, mais au moins désormais, elle ne surgissait plus dans sa vie, ne le faisait plus sursauter en cours ni se penchait en souriant au-dessus de son épaule. Elle ne l’avait visiblement pas remarqué ou peut-être l’ignorait-elle. Il regardait ses pieds, perdu dans ses pensées lorsqu’un abruti qui se trimbalait avec sa plante à la main passa à côté d’eux. La plante se sentant agressée mordit la première personne à portée de mâchoire autrement dit  le poignet gauche de la demoiselle. Sous la surprise, elle sursauta et fit un bond en arrière, résultat elle percuta Elwyn de plein fouet. Il la rattrapa comme il put en lui agrippant les deux bras pour la maintenir droite et qu’ils ne s’écroulent pas tous les deux au sol. Il avait de la chance que la demoiselle soit un poids plume et d’avoir gagné du muscle et des centimètres durant l’été. Fais attention, dit-il mollement d’une voix grave.  Catastrophe évitée de peu. La poisse l’avait peut-être quittée depuis la douche et Maya. Il était difficile de faire plus humiliant.

Les regards étaient rivés sur eux comme dans l’attente d’une scène de ménage ou d’un bon gros roulage de galoche. Visiblement les séquelles du break tabou  n’avaient pas complètement disparu. Il lâcha rapidement la demoiselle –il avait son lot  d’histoire d’attouchements- qui le dévisageait. Le Serdaigle riva ses prunelles cendres à l’absinthe des siennes le plus calmement du monde. Toujours cette même profondeur, tristesse, révolte. Un abysse dans laquelle il avait eu l’habitude de plonger et plus particulièrement ce fameux jour, dans la forêt interdite. La fée ne bougeait pas, Elwyn baissa les yeux sur le poignet percé de petits trous sanguinolents. Ses lèvres toujours étroitement closes, il releva lentement les yeux de nouveau vers son visage hésitant sur la marche à suivre. Il avait merdé au musée, tout ce qu’il faisait avec la demoiselle était un échec. Il était inutile d’essayer de l’aider, il en était incapable. Il pivota vers Ruth pinçant le nez de dégoût à l’idée de lui adresser la parole : - Il y a des pansements et des trucs pour désinfecter derrière les rosées de lune là-bas, d’un coup de tête il indiqua le coin de la serre. Comme ça tu pourras continuer à raconter des conneries sur mon compte dans mon dos. Il regarda une dernière fois Absynthe en haussant les épaules : si tu veux te désinfecter bien sûr, et s’avança directement vers l’engrais sans plus de procès. Qu’elles se gardent leurs histoires si ça les amuse.

La faute est un poison qui ronge. Et il le vivait au quotidien en sa présence. Il avait fait les mauvais choix (tout du moins à l’heure actuelle c’était ce qui lui semblait), mais il refusait de l’admettre ou de revenir en arrière. C’est plus facile de haïr autrui pour une raison quelconque que d’accepter ses propres erreurs. Elwyn était relativement fier de lui, il avait su garder son self contrôle, pas de bégaiements ou de rougissements intempestifs. Il avait été calme et avait discuté le plus normalement du monde avec elle. Bien évidemment, personne n’était dans sa peau pour sentir les battements affolés de son cœur, le tremblement de sa main et la sueur perlant sur sa nuque. Le plus important était qu’il avait réussi à paraître totalement relaxé, tout du moins il l’espérait et c’était probablement l’une des seules fois où cela arrivait en sa présence (si on enlève le dessin dans la forêt interdite, mais elle se tenait à une bonne distance et lui, était dans sa zone de confort, pas elle. De plus, c’était lui qui l’avait pris par surprise pas l’inverse). Une fois son engrais et celui de Fay en main, il retourna auprès de son amie qui n’avait bien évidemment pas raté une goutte de l’interaction. Il déposa le sac sous le nez de Fay.

-Au fait… avec Absyn…

- Occupe-toi de ta plante !

Sans lui jeter le moindre regard, le Serdaigle entreprit de sortir la plante de son pot, cette dernière mordait son gant.  Les autres plantes n’étaient pas aussi agressives, il avait dégoté le gros lot. Absynthe en mode végétale, super. Il finit par la sortir, après un combat acharné pour ne pas l’abîmer, et armé d’un petit sécateur il coupa verticalement quelques bouts de racines entremêlés pour aider la plante à mieux reprendre, une fois dans son nouveau pot. Le géranium dentu continuait à mordre le gant.

-Écoute si tu veux aller mieux va falloir que tu me laisses prendre soin de toi au lieu de mordre avant même d’avoir mal, ma chère.

Fay pivota lentement vers lui alors qu’elle noyait sa plante avec de l’eau : -Tu parles à une plante. Tu sais, elle ne te comprend pas vraiment.

-Et toi, tu es en train de la tuer.

Fay poussa un cri et retira l’arrosoir immédiatement.  Elwyn, à l’aide du sort aguamenti, remplit une bassine d’eau et déposa la plante et sa motte à l’intérieur, histoire d’humidifier un peu ses racines. Elle se calma de suite et arrêta ses morsures, profitant de cette petite baignade. Il prit le nouveau pot plus grand qu’il déposa des billes d’argile et des pierres au fond ce qui permettait de garder l’humidité et la fraîcheur. Il reprit délicatement la plante avec sa motte de terre, qui cette fois se laissa faire, et la déposa dans son pot tout neuf. Il la recouvrit d’engrais bien frais qu’il tassa sur quelques centimètres histoire de bien la protéger. Pour conclure, il arrosa délicatement la plante pendant qu’à côté le géranium de Fay venait de la mordre en traître au coude parce qu’elle lui avait mis trop d’eau. Aaiie, saloperie.

À présent, il était temps de nourrir la plante. Il prit les papillons et mouches qu’il tendit devant la gueule du pistil rose. FAIS Aaaa ! Fay le regardait faire sans un mot. La plante ouvrit en grand et mangea copieusement tout ce qu’il lui donna. La viande de lapin était à proscrire bien évidemment, la plante risquait de s’étouffer. Une fois ceci fait, Elwyn sortit un parchemin et de l’encre et entreprit de décrire son expérience de son écriture maladroite. Il hésita longuement, il n’avait pas grand-chose à raconter.



Le géranium dentu est une plante capricieuse et grognonne, mais également une plante très expressive. En effet, elle ne mord jamais pour rien, mais uniquement lorsqu’on la néglige. La mienne était très agressive au début et aux vues de ses feuilles et corolles desséchées, certainement qu’elle a passé l’été sans personne pour prendre soin d’elle et qu’elle s’est vengée sur mes gants. Bien vite, quand elle a compris que j’étais là pour prendre soin d’elle, elle s’est rapidement radoucie et s’est laissé faire. Toutefois, la rempoter n’a pas été un parcours de santé, mais j’ai trouvé une technique pour la faire sortir du pot sans la blesser. J’ai eu l’idée de la déposer ensuite dans un petit bain en coupant très légèrement ses racines pour lui permettre de bien repousser, un peu comme les cheveux, il faut les couper pour qu’ils soient plus beaux. J’ai ensuite mis de l’argile et quelques cailloux au fond du pot, car ces minéraux sont bien connus pour garder la fraîcheur, ainsi la plante sera au frais pendant plusieurs jours même si on oublie de l’arroser. Elle adore les petits insectes et s’est montrée très réactive lorsque je lui tendais les papillons et insectes au-dessus de sa gueule. C’est une plante intéressante, je me demande si je ne vais pas en faire l'acquisition surtout qu’on en trouve très facilement au chemin de traverse.




Puis il décrivit succinctement ce qu’était l’engrais et son utilité.


Utilisé en mélange, l’engrais sert à apporter aux plantes des compléments nutritifs pour améliorer sa croissance et son épanouissement. Il existe deux types d’engrais : minéral  (industrie chimique) et organique (issu des animaux ou végétaux).

Un engrais est composé de trois éléments principaux : azote (N), phosphate (P), potassium (K) et ces éléments sont présents en différentes proportions selon les formules d’engrais.

Chaque nutriment (ou élément nutritif) possède ses propres avantages :
• azote : améliore la partie aérienne des végétaux : tiges, branches et feuillage.
• phosphore : contribue au développement des racines et favorise la résistance aux maladies.
• potassium : favorise la croissance des fleurs et des fruits.

L’engrais permet donc de fertiliser la terre pour permettre aux plantes de se développer sainement. Le géranium dentu n’y fait pas exception,  cette plante a besoin d’un bon engrais et terreau ainsi que d’un pot adapté pour bien se développer.



Il cacha son parchemin des yeux curieux de Fay et continua de répondre à l’exercice, cette fois la question concernait le géranium dentu.



Le géranium dentu a deux principales utilités : c’est un ingrédient parfait en potion et en cuisine. En effet, ses crocs sont extrêmement prisés dans ces deux arts puisqu’en potion, ils permettent de préparer le très célèbre dentelion qui permet de faire repousser des dents arrachées.  En cuisine, on le retrouve dans plusieurs recettes de grand-mères est notamment la célèbre soupe aux poivres qui t’avale si tu la manges trop lentement ou dans le crocs-au-feu. Le géranium dentu a une autre utilité. En effet, il n’est pas rare de le retrouver dans des maisons sorciers afin de capturer les insectes et ainsi débarrasser son propriétaire de nombreux nuisibles. Elle peut également être de très bonne compagnie puisqu’elle réagit à l’amour et l’attention qu’on lui donne et semble douée d’une conscience qui lui est propre.




Il ne lui restait plus que le croquis à faire et la fin de l’heure approchait.  Le pire pour la fin. Elwyn sortit un crayon à papier mal taillé et entreprit de dessiner la plante en n’y mettant pas du tout du sien.

Fay s’écria : -  Quelle horreur ! Elle arracha le croquis des mains d’Elwyn et le tendit sous ses yeux, plusieurs camarades les dévisageaient. Même Stan faisait mieux ! Il y eut quelques éclats de rire venant de Serdaigle non loin de Fay.

Madame Chourave passait derrière eux à ce moment : haha je reconnais bien là votre patte Miss Doherty.

-C’est pas de moi , c’est d’ELWYN !

-Haha toujours autant le sens de l’humour.  Madame Chourave avait l’habitude, de par le passé, de recevoir de très jolis croquis détaillés et colorés de Miller et ne pouvait décemment pas reconnaître sa marque de fabrique dans ce dessin fait à l’arrache.

L’enseignante s’éloigna sans se retourner et Fay déchira rageusement le dessin en défiant son ami du regard.

- T’es malade ! J’aurais jamais le temps d’en refaire un, il reste cinq  minutes !

-Sérieux Elwyn, parfois je me dis que tu t'aies pas pris assez de baffes quand t’étais môme ! Il la regarda incapable de répliquer quoi que ce soit. Que t’aies pas envie de dessiner, soit ! C’est ton choix, mais bouse, fais-moi pas croire que t’es plus capable de faire un simple croquis ! Elle le frappa doucement derrière la tête avec le journal de la semaine.

Eh mais ! Bouge-toi où je te promets ton géranium dentu va se retrouver dans un endroit étroit, malodorant et sombre, et c’est pas la cabane de Hagrid ! Connor laissa échapper un éclat de rire avant de replonger dans la rédaction de son parchemin.

Elwyn qui n’aimait pas se donner en spectacle releva les yeux et découvrit plusieurs étudiants fixant la scène qui se remirent au travail aussi rapidement. Il fit claquer sa langue contre son palais, reprit un crayon en main en marmonnant : -c’bon, je vais faire c’qu’j’peux.

-Je préfère ça, et inutile de grogner comme un vieil ours mal léché. Ça fait 6 ans que je te connais, ça ne m’impressionne plus.

Les longs doigts du jeune homme s’activèrent avec frénésie sur le parchemin, on aurait dit les pattes d’une araignée tissant sa toile. Ils couraient sur le papier, leur territoire tant aimé, savaient quel angle prendre, quel mouvement donner, quelle pression exercer sur la mine afin de donner vie à un croquis en noir et blanc, certes d’un niveau très inférieur à ce qu’Elwyn avait pu faire ou rendre par le passé, mais bien moins mauvais que son premier essai. Le dessin est une danse, la piste de danse c’est la feuille, la musique, les coups de crayon et le ou la partenaire, les doigts. Une danse solitaire envoûtante qu’Elwyn affectionnait par-dessus tout. En réalisant ce croquis, il se souvint du plaisir de laisser courir le crayon sur la feuille, de donner vie à une réalité, sa réalité. Dessiner lui manquait. Fay avait raison.

Croquis-torticolis:
 

Il rendit son devoir à Madame Chourave et avant de quitter la serre, il se dirigea vers la trousse à pharmacie qu’il ouvrit. Il en sortit une bande et un désinfectant et fit signe à Fay de le rejoindre. Il la connaissait, elle laisserait sa petite plaie sans rien faire, pas même y passer un coup de savon et la mère adoptive d’Elwyn avait toujours insisté sur l’importance de bien désinfecter les plaies pour ne pas attraper des sales maladies, notamment quand on travaillait avec la terre. Il appliqua quelques gouttes sur sa morsure et l'enveloppa d’une bande. C’était sa façon de dire « merci ». Elle lui avait donné une claque sans même le toucher.

-Tu sais Elwyn, dit-elle en le regardant faire, tu as changé.

-Ah bon ?

-Oui, je veux dire… Elle sembla hésiter, tu fais plus… Euh…tu fais moins petit garçon.

Il releva les yeux vers elle .

-Plusieurs filles de Serdaigle me l’ont dit : Elwyn a toujours été mature, mais cette année je sais pas si c’est l’effet préfet, mais il fait plus… « homme ». (c’est l’effet gel)

Avant qu’il ouvre la bouche, elle enchaîna : - va pas t’imaginer des trucs, hein ! C’est que de loin parce que de près t’es toujours Elwyn, le stupide, l’empoté et le naze !

Elwyn éclata de rire et se redressa sans terminer le bandage : Madame se démerdera donc pour accrocher son bandage. Il s’éloigna un immense sourire aux lèvres alors que Fay lui partait après en maugréant sur son compte « tu finis jamais ce que tu commences, bouse que t’es rageant ».

_________________
Remember, you can't reach what's in front of you until you let go of what's behind you.



Ma femme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Kristen Stewart
MESSAGES : 592

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec la chevelure si bien coiffée d'Elwyn H. Miller
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 septembre 1980, Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 11 Sep 2016 - 15:56




Les ongles verts de la Serpentard claquait un rythme régulier sur le bois de la paillasse où elle s'était installée. Une fois n'est pas coutume, la nuit n'avait pas été bonne et elle s'était réveillée en sursaut deux fois suite à des cauchemars où elle finissait par étouffer, la gorge sèche. Si elle se rendormait aussitôt, ce n'était que pour mieux replonger dans un sommeil bousculé par les mauvais rêves où se mêlaient flammes, parties de cache-cache et la vision d'une petite fille blonde au teint pâle et aux grands yeux verts et or.
Alors non, elle n'était pas d'humeur à écouter les babillages de Rosenbach qui ne cessait de ronronner depuis qu'Inoue lui avait dit bonjour le matin même.
Lasse, la brune coula un regard lourd de signification à Abigail. Le regard émeraude de son amie était fixé sur les cuticules vernis de Stevenson qui, en inspirant pour mieux se redresser, stoppa aussitôt de faire danser ses doigts sur la table. Les dents serrées par l'agacement, Absynthe avança son buste vers la table pour que la blonde puisse l'entendre siffler.

- Ruth, s'il te plait, tais-toi !

C'était plus un ordre qu'une requête. Mais Rosenbach lui adressa à peine un regard, se contentant d'interpréter le mutisme habituel d'Abby pour un accord à continuer.
Si la blonde était insupportable, il était difficile pour Absynthe de lui en tenir rigueur. Elles ne s'entendaient pas, pouvaient se faire les pires crasses du monde (Stevenson en avait eu la preuve lorsque sa camarade avait fait son faux témoignage dans un torchon où elle était devenue la pauvre petite victime d'Elwyn Miller qui avait abusé de sa naïveté pour lui voler son cœur et plus encore...), lancer des rumeurs sur l'autre sans raisons apparentes, mais la vipère restait fidèle à ses consœurs de Serpentard. D'une façon bien à elle, certes, mais on ne pouvait pas mener une guerre ouverte contre Rosenbach sans s'attirer les regards mauvais de certains verts et argent qui l'appréciaient.
Ce qui n'était pas vraiment le cas de Stevenson et Hook qui s'étaient d'ailleurs rapprochées, dans les premiers temps, à cause de Ruth et Joyce qui, en plus d'être des meneuses, n'avaient pas leurs langues dans leurs poches. La plus grande des deux avait l'énorme défaut d'être très pipelette et le prouvait ce matin même en couvrant partiellement les instructions du professeur de Botanique car, Ô Merlin, ce qu'il est plus intéressant de savoir que Zack lui avait caressé les cheveux lorsqu'elle était venue lui embrasser la joue en entrant dans la Grande Salle pour le petit déjeuner que d'écouter Chourave présenter le sujet du jour.

Machinalement, la brune saisit ses gants en peau de dragon et agrippa le bras aussi blanc et fin que le sien et la couleuvre mena Abigail derrière elle pour qu'elles fassent la queue ensemble en attendant de prendre l'engrais. Elle ignorait encore comment elle avait convaincue la frêle brune à suivre cette année encore les cours du professeur Chourave : si les deux jeunes filles se ressemblaient beaucoup, les matières qu'elles préféraient étaient diamétralement opposées étant donné que Hook excellait avec sa baguette là où Stevenson était plus à l'aise avec les chaudrons. Elles s'étaient aidées mutuellement durant toute la cinquième année afin qu'Abigail maintienne son niveau en Botanique et qu'Absynthe s'améliore en Sortilège, mais on pouvait deviner, grâce à leurs options respectives, que les demoiselles n'avaient pas toujours les mêmes goûts : l'aînée des deux avait choisit la Divination et les Soins aux Créatures Magiques et sa cadette de deux mois à peine avait préféré l'Arithmancie et l'Étude des Runes.
Agitant ses cheveux bruns qu'elle coiffait en une haute queue de cheval, ses gants actuellement coincés entre les genoux qui n'était pas cachés par la jupe de l'uniforme, Absynthe roula des yeux, excédée, lorsque Ruth qui les avait suivit reprit de plus belle :

- ... ce qu'en pense Zack. En tout cas, j'ai trouvé le clafoutis excellent ! Il a un si beau sourire...

Perplexe, la couleuvre haussa un sourcil en se demandant le lien entre Inoue et un clafoutis. Ce n'était pas Abby qui allait l'aider à suivre le tintamarre intempestif de Rosenbach : le regard dans le vague, Absynthe était certaine que son amie n'avait pas du tout écouté la blonde. D'ailleurs, elle doutait fortement qu'Hook ait compris qui était Zack. Elles en entendaient parler tous les jours depuis presque six ans et, il y avait deux nuits de cela, Abigail lui avait une nouvelle fois demandé qui était "ce garçon" l'air passablement désintéressée. Et à chaque fois, la réponse d'Absynthe était différente. Autant dire que la qualification "troll sur piano" ou "Serpentard pédant", ça ne pouvait pas vraiment aider sa camarade.

- On s'en fiche, Ru... commença Stevenson en se préparant à enfiler son deuxième gant alors qu'un garçon qu'elle n'avait pas vu passait avec son Géranium Dentu. Aiiiiie !

La plante relâcha aussitôt sa prise et la demoiselle retira prestement son poignet tout en reculant sous l'effet de surprise. Son dos heurta alors quelque chose de dur et de plus grand qu'elle qui la ralentit dans sa chute. Ce quelque chose avait des mains puisque l'une lui maintenait le coude tandis que l'autre s'était posée sur son épaule et leurs chaleur traversait le tissu de sa robe de sorcière. Les yeux ronds et la bouche entre-ouverte dans un "Outch" muet, elle fut étonnée de se retrouver complètement droite grâce à la personne qui l'avait maintenue.

- Fais attention.

Son corps entier s'électrisa en entendant la voix qu'elle connaissait que trop bien : c'était à cause de cette dernière que Stevenson s'était mise à tourner autour de son propriétaire il y avait un an et demi de cela.
Relevant brusquement le nez pour voir au dessus de sa propre tête et confirmer ses doutes, la couleuvre s'écarta du garçon qu'elle avait bien du mal à reconnaitre.

- E-Elwyn ! bégaya la verte en attrapant son coude gauche sans raisons apparentes avant de lever plus lentement son poignet gauche, le blessé, devant ses lèvres.

Il n'avait pas tant changé physiquement, mais le peu qu'il avait modifié -comme par exemple le fait de relever sa frange avec du gel pour mettre ses yeux en valeurs, sans doute- le rendait plus...grand ? La jeune sorcière n'avait toujours pas trouvé de mot expliquant cette simple coiffure depuis qu'elle l'avait vu avec Livingstroll au Musée. Une vraie catastrophe qui lui était sortie de la tête à cause des événements plus récents. En revanche, ce qu'elle n'avait pas oublié, c'était leur entrevue dans la forêt interdite... Muette, elle se contentait de soutenir son regard sans ciller ni bouger d'un millimètre. Pourquoi la fixait-il comme cela ? Elle eut subitement l'envie de le provoquer en lui demandant s'il s'entrainait à reproduire le même faciès morose que l'héritier Wang, mais une voix de petite fille apeurée la retint. Au fond, ce n'était pas compliqué à comprendre : elle avait toujours autant peur de lui et, aujourd'hui, la façon dont le garçon la fixait ne faisait que amplifier son malaise. Il semblait calme, paraissait serein. Ses iris sombres s'abaissèrent pour fixer les minuscules plaies au poignet de la demoiselle avant de remonter le long du visage et plonger de nouveau son regard dans le sien. Très légèrement, les lèvres de la couleuvres se pincèrent pour éviter un tremblement et les narines frémirent imperceptiblement. Finalement, ses prunelles à elle s'abaissèrent en cherchant, sur le sol à sa droite, le soutien d'un arrosoir à trois embouts.

- Il y a des pansements et des trucs pour désinfecter derrière les rosées de lune là-bas. La brune avait relevé le nez en insprant pour se donner un peu de courage, chose qui fut fort inutile : Miller ne la regardait même pas. Non, il fixait Rosenbach et, brusquement, une bouffée de colère vint déposer un goût amer sur la langue de la couleuvre. Il ne daignait même pas s'adresser à elle et préférait conseiller la vipère blonde comme si elle avait été la mère de la petite Absynthe se trouvant sous le nez du jeune homme. Elle s’apprêtait à lui tourner le dos pour reprendre sa place dans la queue, derrière Abigail, et feindre l'ignorance puisque, après tout, ce n'était pas à elle qu'il parlait. Non, môssieur préférait s'adresser à celle qui les avait fourni un faux-témoignage les incriminant, la faisant passer pour une petite Rosette fragile et lui pour un Perdican sans parole. Mais après tout, elle ne le connaissait pas ! Peut-être que cela était vrai ! Si tu veux te désinfecter bien sûr. Il haussait les épaules ? Alors il s'en fichait éperdument. Ah, et il lui avait fait croire qu'il se souciait, il y avait quelque mois, de la voir se ridiculiser devant Poudlard. Menteur. Vous êtes tous des menteurs ! Miller jouait l'adulte ? Alors il était sur la bonne voie.
Absynthe le fixa un moment sans mots dire, cherchant à ravaler toute l'aigreur qu'elle s'apprêtait à déverser sur le nouveau préfet de Serdaigle. Un "Oh oh !" amusé se fit entendre du côté de Rosenbach à qui il ne manquait que des friandises à base de maïs soufflé -Stevenson en avait oublié le nom mais elle en raffolait- puisque la blonde était aux premières loges du spectacle. Se redressant avec fierté, la couleuvre laissa ses iris vertes et or passer du visage du Serdaigle à sa plaque de préfet avec un air qu'elle voulait détachée. En réalité, elle semblait juste hautaine. Mais peu importait : le but était de ne pas laisser de nouvelles rumeurs naître entre eux. Un "elle est tellement brisée qu'elle n'ose même plus lui adresser la parole" aurait été malvenu.

- Rosenbach. Elle la foudroya du regard, lui faisant signe de rester dans la file et de ne pas s'en mêler. La blonde soupira. Merci, Miller.

Et c'était tout. C'en était presque décevant pour ceux qui s'attendaient à du spectacle.
Laissant Abigail choisir pour elle sa bouse de dragon, Stevenson suivit la direction indiquée par le bleue et bronze pour enfin sortir le nécessaire de la trousse de secours. Elle ne se souvenait pas avoir été "chochotte". Enfant, elle aimait se cacher dans les buissons pour que la maîtresse la cherche lorsqu'il fallait retourner en classe. Elle était, à l'époque des Stewart, la première à mettre les deux mains dans l'argile pour faire son escargot à peindre -souvent très difforme, mais qu'importait- et surtout la dernière à se plaindre lorsqu'elle filaient ses collants en suivant le professeur de Soins aux créatures magiques dans la forêt.
Elle appliqua le coton sur les gouttes qui perlaient à ses doigts, les pensées occupées par ses souvenirs. Absynthe enfila finalement son gant gauche après avoir soufflé sur la blessure. Enfantin. Le souffle de maman qui guérie. Chassant cette réflexion, elle rejoignit alors Abigail et Ruth qui, étrangement, ne parlait plus. Il ne fallait pas s'en plaindre.

La couleuvre connaissait le Géranium Dentu pour en avoir une chez elle. Mère affectionnait particulièrement les plantes médicinales et Bitty était arrivée à la maison depuis les neufs ans de la jeune fille. Avant Knight, il n'y avait jamais eu d'animaux dans la demeure de Jacynthe Stevenson : pas qu'elle ne les appréciait pas, mais elle n'avait jamais été habituée à vivre avec des bêtes. Sa passion pour le jardinage et l'écoute l'avait naturellement poussé à prendre un Dentu quand la petite Absynthe avait osé réclamer un animal de compagnie. Déçue dans les premier temps, la gamine s'était vite habituée à Bitty dont le pot la suivait partout dans la maison. Aujourd'hui, la plante mesurait un mètre cinquante et la verte et argent ne pouvait plus se le permettre.
Aussi, voir le petit Dentu devant elle lui arracha un sourire timide. La tête de la plante émergeait à peine de la corole de feuille et le pistil glissait hors de la gueule entre-ouverte, comme une langue de serpent. Un petit sifflement se fit entendre, comme essoufflé, et la plante fit mine de se cacher dans ses feuilles jaunies et abîmées. Automatiquement, les sourcils de la Serpentard se froncèrent. Ils n'avaient tout de même pas osé laisser ce bébé livré à lui même ? Bébé, oui, car pour la jeune fille qui avait vu Bitty grandir, le Dentu face à elle était vraiment très jeune. Quelle honte.

Voulant se débarrasser du croquis demandé par le professeur Chourave au plus vite, Absynthe se pressa à schématiser sa plante. Le rendu était simple et annoté, mais elle ne savait pas dessiner -contrairement à un certain aigle- et se contentait toujours de faire quelque chose d'épuré, mais de lisible. Ce n'était donc pas un croquis, mais elle jugea son travail satisfaisant et s’attela aux soins de la plante.
Très doucement, la demoiselle approcha son index protégé par le gant du pétale principal. Aussitôt, le Dentu dévoila ses minuscules canines et le sifflement de menace se fit plus intense. Bravo. Cette plante était complètement sauvage. Penchée sur son parchemin, Stevenson nota ses remarques en contemplant la plante pour mieux la décrire. D'une main sûre, elle vint glisser sous la corole et attrapa une racine pour l'observer en soupirant lorsque la gueule de la plante vint mordre le gant de sa main droite. Mais l'attaque fut brève et le Dentu la lâche en couinant.

- Tout doux, petit bébé. Qu'est ce qu'il y a ? Tu as faim ?

Attrapant distraitement ses mouches, la couleuvre les présenta au Géranium Dentu qui détourna la tête en sifflant. Elle les reposa donc à côté de celle de Ruth avant d'inspirer et glisser deux doigts entre les crocs de la plante l'obligeant à ouvrir en grand. La couleur du pistil était un peu pâle, mais pas parsemé de taches rouges (ce qui aurait indiqué une Angine Dentu), aussi la demoiselle ne s'y attarda pas. Seulement, lorsqu'elle vérifia si un morceau de mouche n'était pas coincé entre les dents, Absynthe fit les yeux ronds en surprenant une canine noircie par une carie. Elle toucha la dent, le Géranium referma sa gueule sur ses doigts et secoua le gant de gauche à droite en émettant des petits sifflements stridents. La laissant faire, Stevenson glissa son pouce au niveau de ce qui devait être une gorge et, à la manière d'un chat, lui gratta le menton. La prise se relâcha et la jeune sorcière se déplaça à la table voisine pour prendre le marteau qu'Inoue n'utilisait pas. Lorsqu'il surprit son geste et la regarda, la brune ne pu s'empêcher de se pencher vers lui pour lui souffler :

- Inoue, si tu pouvais simplement demander à Rosenbach de t'épouser et la garder en permanence avec toi, je t'en serais éternellement reconnaissante. Ou mets bien les choses au clair avec elle, mais je n'en peux plus d'entendre parler de toi dès mon réveil. ajouta la sorcière en se munissant de la guirlande rouge qui traînait sur la paillasse de son camarade de maison avant de lui tourner le dos.

De nouveau face à son Géranium, la demoiselle secoua la décoration de Noël au dessus de la tête de la plante qui leva la tête en claquant les mâchoires. Le jeu dura un petit moment avant que Stevenson laisse tomber la guirlande sur le Dentu qui poussa des petits couinements d'excitation. Comme un chiot, le Dentu était joueur. Et puis, chose que Mère lui avait apprise, la plante distinguait que de rare couleur dont le rouge et le bleu. Aussi, dans un monde monochrome, celle qui se trouvait face à Absynthe était très intriguée par ce joujou attrayant que l'humaine se mettait autour du cou. Le marteau que Stevenson avait en main était tout petit mais assez lourd, aussi la demoiselle s’essaya sur la table pour doser le coup avant d'obliger la plante à ouvrir la gueule. Absorbé par la contemplation de cette drôle d'écharpe, le Dentu se laissa faire et, en un petit coup bien précis, Absynthe dégagea la dent cariée. Bien entendu, cela ne plus tout d'abord pas à la plante qui siffla méchamment, mais le fait que la sorcière lui pose la guirlande autour de sa tige l'absorba automatiquement.

- Tu as faim ? Oh, oui ! On va manger ! Miam ! gazouilla subitement la couleuvre en grattouillant le pétale protecteur de la plante qui contemplait toujours sa belle écharpe rouge.

Mais au moment de poser la main sur les mouches qu'elle avait laissé de côté, la verte se rendit compte qu'elles avaient disparues. Dans sa bulle, elle n'avait pas remarqué Ruth qui lui avait demandé si elle en avait toujours besoin pour interpréter le silence de sa comparse pour un non.
Je vais la tuer, je vais la tuer... pensa rageusement la couleuvre en se munissant de la viande de lapin et de la broyer avec le manche de son marteau, ce à même la paillasse. Rapidement, la verte se faufila dans toute la serre pour trouver un petit pot inutilisé et chipa des abricot bien mûrs à la table d'un Gryffondor. Revenant auprès de sa plante, elle pressa le jus des fruit pour le recueillir dans le pot dont elle avait bouché le trous en demandant à Abigail d'y jeter un sort -vu son état de colère, elle l'aurait sans aucun doute fait exploser-. Avec des gestes précis, mais toujours brusques à cause de son énervement, elle se saisit du noyau de l'abricot et commença à déchiqueter la viande de lapin avant de les mettre à mouiller dans le jus d'abricot. Remuant une dernière fois, elle présenta de tous petits morceaux à son Dentu qui bouda un peu le repas avant d'accepter d'ingurgiter face à l'insoupçonnée patience de la verte qui, en même temps, s'empressait d'ôter les feuilles mortes, délicatement, avant de nettoyer les racines. Les lèvres pincées, plongée dans son mutisme, Stevenson laissa la plante jouer encore un peu avec la guirlande tandis qu'elle s'occupait de préparer le pot du Dentu en mélangeant terreau, bouse de Dragon et en imbibant le tout d'eau. Occupée à mordiller son nouveau jouet, le Dentu se laissa faire lorsque la jeune fille le souleva hors de son pot pour le glisser dans le nouveau et recouvrir les racines qui frétillaient dans ce nouvel environnement.

Il ne lui restait que peu de temps et la voix agaçante de Doherty se faisait déjà entendre, aussi la brune se pencha sur son parchemin pour continuer son devoir. Elle écrivait soigneusement en gardant un œil sur la plante qui gazouillait en faisant mine de montrer sa guirlande au Géranium d'Abigail. De sa main gauche, Absynthe glissait de temps à autre un morceau de viande dans la gueule de la plante qui mâchouillait en bavant de satisfaction. Glissant le schéma dans son parchemin, la verte se relut rapidement et plia le tout, prête à le rendre au professeur.


Copie & Schéma d'Absynthe:
 

_________________


“Love is the most beautiful of dreams
and the worst of nightmares."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8461

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mar 13 Sep 2016 - 21:24

Citation du message.  « L' ennemi se déguise parfois en géranium, mais on ne peut s' y tromper, car tandis que le géranium est à nos fenêtres, l' ennemi est à nos portes. » (Pierre Desproges)
----------------------------------------------------------------------------------
- Bonjour tout le monde. Pour ceux qui débutent leur scolarité, je suis le professeur Chourave et m'occupe de cette merveilleuse matière qu'est la Botanique.

Après six années au sein de l'école de sorcellerie, Jessicayumi Belmontet connaissait la chanson. Elle n'écoutait qu'à moitié ces discours qui retentissaient dans les salles de classe à chaque rentrée. Elève moyenne en botanique, Jessicayumi Belmontet se rendait dans les serres pourtant avec intérêt. Elle ne pouvait s'empêcher d'associer les plantes à autre étudiant avec qui elle entretenait une relation un peu particulière... Ce qui l'ennuyait aujourd'hui, c'était les rituels scolaires qui concrètement, n'intéressaient que ceux qui les découvraient pour la première fois. Et malheureusement, la Botanique n'était pas la seule matière concernée... Non. Tous les professeurs (et inspecteurs) pensaient judicieux de procéder de la sorte. Légèrement ennuyée, la Serdaigle attendait silencieusement que les cours ne démarrent... Réellement.

La leçon du jour portait sur le Géranium Dentu.
Tandis que le professeur Chourave continuait de donner les consignes, la Serdaigle fut une des premières élèves à enfiler ses gants en peau de dragon. Elle se savait maladroite et était presque certaine que d'ici la fin de l'heure, le Géranium Dentu essaierait de la mordre. Elle voulait éviter de se blesser et préférait prendre un maximum de précautions. Aussi, elle prit le temps d'observer ses camarades s'approcher des végétaux avant de les imiter. Elle s'assura que le nouveau pot se trouvait à proximité et qu'il contenait déjà un peu de terre avant de se saisir du Géranium Dentu. Certainement serra-t-elle trop fort sa tige, car la plante essaya tout de suite de la mordre pour qu'elle ne la lâche. Fort heureusement protégée par ses gants, la jeune fille ne ressentit pas la morsure douloureusement. Néanmoins, elle s'empressa de desserrer son emprise.


- Je suis désolée si je t'ai fais mal. Je ne fais pas ça pour t'embêter. Tu seras plus à l'aise dans un nouveau pot, dit-elle d'une voix douce et rassurante. Laisse-moi t'aider.

Elle avait bien parlé à la plante.
Ce n'était d'ailleurs pas la première fois qu'elle agissait de la sorte. Certains de ses compagnons se souvenaient du monologue qu'elle avait entretenu avec un champignon bondissant, en novembre 1995.
La sixième année ignorait si ses propos avaient un quelconque impact sur le Géranium Dentu. Ne se préoccupant pas des regards effarés de ses camarades, elle dépota la plante. Elle s'empressa de remettre le végétal dans le nouveau pot avant d'y ajouter un peu de terre à l'aide de la pelle pour la stabiliser. Après quoi, elle traversa la pièce pour aller chercher de la bouse de dragon. Elle en mit une bonne quantité dans un seau avant de revenir vers sa table de travail en se bouchant le nez. Les excréments de dragon avaient vraiment une odeur affreuse. Elle en mélangea avec la nouvelle terre avec soin.

Lorsqu'elle eut finit de loger la plante dans son "nouvel habitat", la jeune fille analysa les différents mets qui pourraient la nourrir. Des feuilles de chêne, des abricots, des Branchiflores, des Champifleurs, des mouches, des papillons, de la viande de lapin étaient entre autres mis à leur disposition. Après réflexion, il lui semblait que la plante était carnivore. Par conséquent, elle opta pour les papillons. Elle s'en saisit avec délicatesse avant d'approcher ses mains du pistil de la plante. Celle-ci réagit aussitôt. Elle attrapa l'insecte d'un geste rapide et précis. Une nouvelle fois, la Serdaigle fut heureuse d'avoir ses gants en peau de dragon ; dans la situation contraire, elle aurait été blessé par morsure.
La sixième année poursuivit l'alimentation de la plante en lui donnant d'autres papillons et quelques mouches. Elle essaya de la nourrir avec de la viande de lapin, mais elle constata que ce n'était pas là son régime habituel et favori. Elle y renonça  aussitôt. Enfin, elle se servit de l'arrosoir mis à leur disposition, pour humidifier la terre.

Elle avait fini de s'occuper de la plante. Il ne lui restait plus qu'à réaliser son croquis d'observation et à répondre aux quelques questions posées par le professeur Chourave. Elle choisit de réaliser le dessin dans un premier temps. Elle sortit son matériel avant de se mettre directement au travail. Elle s'appliqua autant que possible et dû s'y reprendre à plusieurs fois avant d'obtenir un résultat concluant. Elle consacra la fin du temps restant à la rédaction de sa copie.

A la fin du cours, elle rendit son devoir avec appréhension. Si elle n'avait pas blessé la plante ou foncièrement mal-agi, elle ne savait pas comment elle serait noté. Aurait-elle un Acceptable ? Plus ? Moins ? Il ne lui restait plus qu'à attendre... Et croiser les doigts ! Merlin, si seulement sa passion pour la divination pouvait l'aider à connaître ses résultats en avance...


Citation :

COURS DE BOTANIQUE.
JESSICAYUMI Anthéa BELMONTET

SERDAIGLE – 6ème ANNEE

LE GERANIUM DENTU.



Détailler en quelques lignes votre expérience.
Le Geranium Dentu est une plante a manipuler avec précaution. Vivace et réactive, elle réagit intensément selon la manière dont on interagit avec elle. Par exemple, lorsqu'on la serre avec trop de force et qu'on lui fait du mal, elle n'hésitera pas à vous blesser pour vous signaler qu'elle souffre. Cela a l'avantage de donner une indication au botaniste qui s'en occupe. Il peut se corriger et être plus doux avec elle. C'est ce qu'il m'est arrivé personnellement. J'ai pu me corriger ou encore découvrir son régime alimentaire en l'observant.

A quoi sert le Géranium Dentu ?
Carnivore, le Géranium est une plante qui peut être "domestiquée" (élevée ?) par des sorciers qui se débrouillent en botanique. Ces personnes apprécient le fait que cette plante est très fleurie. Elle décore à merveille les intérieurs et les jardins. Elle nécessite néanmoins de l'entretien. En effet, le Géranium craint le gel et les températures trop fraiches.
Pour ceux qui ont une phobie des insectes, le Géranium Dentu peut être une alternative pour s'en débarrasser. Il y a de forte chance pour que le Géranium s'en charge et les mange.
C'est également un excellent "anti-moustique". Contrairement aux idées reçues, elle fait fuir ces créatures indésirables à cause de l'odeur qu'elle dégage et non pas parce qu'elle les mange. Mais évidemment, si un moustique téméraire s'aventure trop prêt d'elle, elle n'en fera qu'une bouchée !

A quoi sert l'engrais ?
Comme pour toutes plantes, l'engrais permet à la plante de se nourrir et se fortifier. Elle est comme un complément alimentaire qui participe à sa croissance.

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC5ème année
    NUNCABOUC
    5ème année
AVATAR : Rosie Tupper
MESSAGES : 42

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: seule
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 19 août 1982
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 18 Sep 2016 - 23:24

Géranium Dentu. La plante était belle, malgré sa dentition aiguisée. Samuelle se souvenait l'avoir observée des heures durant, assise sur son banc en bois dans la serre du Gros Corbeau. Il y avait un quelque chose, dans le lent entortillement des pétales et du pistil, qui l'avait toujours fasciné. Si les avertissements de Chourave lui donnaient l'air d'une sauvage, Sam savait que la plante était de nature tranquille. Elle ne cherchait pas spécifiquement à mordre. Ainsi, un élève attentif et délicat n'aurait aucun mal à la manipuler. Sam jeta un regard neutre à cette chère Rosier, et puis à ce fabuleux Carter. Ouais... ça n'allait pas de soi pour tout le monde. Dommage que ce soit elle qu'on prive de protections.

Alors que tous se dirigeaient vers les sacs de bouse de dragon, Sam s'attarda davantage au géranium placé devant elle. Les pétales étaient relevées contre le pistil, si bien qu'on ne le voyait presque pas. Les dents, elles, étaient complètement hors de son champs de vision. Intéressant. Sam effleura une des pétales bleues du bout de son doigt. La plante frémit et se referma davantage sur elle-même. Sam sourit. Une timide. Chaque plante magique avait sa personnalité, contrairement aux plantes moldues, chose que beaucoup de sorciers avaient encore de la difficulté à comprendre. À côtoyer la magie de trop près, ils en banalisaient les subtilités. « Sam. » Samuelle tourna la tête. « Qu'est-ce que... » Malia! Sam sourit à son amie qui lui tendait un pot rempli de bouse de dragon. « J'ai vu que tu traînais à ta place alors... » Sam acquiesça. Malia n'avait pas besoin d'en dire plus. « Merci. » Rapidement, son amie retourna auprès des autres serdaigles. Les Carrows n'assistaient pas à ce cours, mais on n'était jamais trop prudent. Samuelle soupira. Elle s'ennuyait de ses anciens camarades de maison. Raven, Malia, Elliot... Au moins, elle avait toujours Simon. « Tiens, Simon. On partage la bouse? »  

Sam s'attarda d'abord à mettre de la terre dans le nouveau pot plus volumineux. Elle y mélangea un peu de bouse afin que l'engrais soit bien réparti et que toutes les racines y aient accès. Il ne fallait d'ailleurs pas en mettre trop, afin de ne pas empoisonner le géranium. Une fois satisfaite de son travail, Sam s'empara d'une petite pelle et la glissa soigneusement le long de l'ancien pot. La manœuvre lui était familière, presque automatique. Elle avait passé une partie de son enfance à assister sa grand-tante dans sa serre. Elle l'avait vu transplanter de nombreuse plantes, puis appris peu à peu à faire de même. En utilisant la pelle, il fallait couper le moins de racine possible. Sam s'assura d'emmener la pelle jusqu'au fond du pot, avant de soulever la plante avec délicatesse. Le géranium frémit et ouvrit ses pétales, dévoilant son pistil aux dents aiguisées. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe. Sam s'empressa de finir sa manœuvre, sans toutefois brusquer la plante. Elle mit une main rassurante sous les pétales qui se raidirent au contact, avant de se relâcher. Elles s'habituaient à son contact. Une fois le géranium dans son nouveau pot, Samuelle finit de le couvrir de terre. Elle rajouta un peu d'engrais, puis arrosa la plante. Après un changement de pot, le géranium était plus faible. Il devait s'habituer à son nouvel environnement et reprendre des forces. L'eau lui était donc nécessaire à cette étape charnière. Sam profita de l'ouverture de la plante pour lui fournir quelques papillons à engloutir. Elle savait que les géraniums moldus étaient souvent visités par les papillons, elle avait donc déduit que c'était une proie facile et naturelle pour les géraniums sorciers. Si les être magiques étaient différents des êtres non-magiques, ils n'en étaient pas moins similaires. Sam observa avec plus d'attention son géranium et conclut qu'il était en bonne santé.

La plante rassasiée et d'une humeur définitivement plus joyeuse, Sam s'empressa d'exécuter son croquis. Elle n'était pas la meilleure en dessin, mais savait repérer les élément essentiels à mettre sur papier. Une fois fait, elle s'attarda à répondre aux questions posées par Chourave. La botanique était sa matière de prédilection, suivie de près par les potions. Il faut dire qu'elle avait été formée avant même de savoir manier une baguette. Elle avait donc, pour cette matière, une certaine avance sur la plupart de ses camarades.

Devoir de Samuelle Burroughs, Nuncabouc, 5ème année:
 


_________________



Dernière édition par Samuelle Burroughs le Dim 25 Sep 2016 - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE7ème année
    SERDAIGLE
    7ème année
AVATAR : Lily Collins
MESSAGES : 3074

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Plus compliqué que prévu
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mar 20 Sep 2016 - 13:14

Premier cours de botanique de l'année et Maya ne se sentait déjà plus à sa place. Peut-être était-ce à cause du privilège de porter des gants face aux étudiants de Nuncaboucs ou bien était-ce à cause de sa pupille morte, le fait est qu'elle n'assistait pas à ce cours avec le même enthousiasme que d'ordinaire. Poudlard avait changé. Le monde avait changé et tout cela ne lui plaisait pas vraiment. Pourtant, comme la quasi totalité des sorciers, elle ne disait rien et endurait la tête basse. Elle avait vu Gwendoline McBirth se recevoir un sortilège Impardonnable pour avoir tenu tête à l'un des Carrows. Et personne n'avait agi. Personne n'était intervenu. Pire, on les menaçait de s'en prendre à leur famille s'ils n'obéissaient pas… Et inversément. Ils étaient très bien informés, ils avaient accès à leur dossier scolaire, à toutes leurs informations personnelles. Le danger était trop grand. Il fallait jouer profil bas et ne surtout pas se montrer la fibre héroïque. Agir prudemment et de façon réfléchie. La bibliothèque, le feu, l'agresseur, elle avait déjà donné côté impulsivité et curiosité. A présent, elle allait observer.

Maya suivit la foule de Serdaigle et pénétra dans la Serre n°3 mais s'enfonça dans un coin reculé. Elle cherchait Wayoth du regard. Le jeune homme avait été déporté à Nuncaboucs comme toutes les sorcières et sorciers à l'ascendance douteuse ou simplement parce qu'ils allaient à contre courant de la politique actuelle de l'école. A peine avait-elle débuté ses recherches que le professeur Chourave entra dans la Serre et débuta son cours.


- Bonjour tout le monde.

- 'Jour, marmonna Maya distraitement en continuant de chercher sa petite asperge tandis que le reste de la classe poussait un 'Bonjour ' trop gai et hypocrite  à son goût.

- Pour ceux qui débutent leur scolarité, je suis le professeur Chourave et m'occupe de cette merveilleuse matière qu'est la Botanique.

- Merveilleux, murmura Maya d'un ton sarcastique en levant les yeux au ciel.


L'été et ses événements sinistres l'avait rendu plus amère, plus acerbe et cynique. Maya écouta d'une oreille distraite la suite des consignes du professeur et continua ses investigations en se mettant sur la pointe des pieds. Aucune trace de son ancien camarade bleu. Ou était-il ? Maya sentait les battements de son cœur s'affoler en l'imaginant pris au piège dans une salle de torture aux mains des Carrows ou de leurs subordonnés. Wayoth n'avait jamais su garder sa langue dans sa poche.

Heureusement, elle repéra ENFIN Wayoth sagement dissimulé en retrait des autres étudiants. Il semblait épuisé, et encore plus pâle que d'habitude. Peut-être était-il malade ? Maya ignorait à quoi ressemblait le dortoir des Nuncas mais d'horribles rumeurs s'étaient propagées à ce sujet et elle espérait grandement qu'elles soient erronées pour la majorité. Elle se glissa aussi discrètement que possible jusqu'à lui (elle bouscula Edward avec son derrière et manqua de l'étaler par terre, marcha sur le pieds de Viven et l'écrasa généreusement, fouetta le visage d'Alvy de ses cheveux en se tournant précipitamment pour constater l'origine des grognements et évita de justesse de rentrer dans Absynthe). Se montrer compatissant ou en compagnie de Nuncas était aussi dangereux que d'avouer supporter Harry Potter, l'Indésirable N°1. C'était signer son arrêt de mort.

Aussi, Maya prit grand soin de n'adresser aucun regard envers Wayoth. Elle fixait intensément le visage rubicond de Chourave, mais lentement, elle prit place à la droite du jeune homme et se balança nonchalamment de droite à gauche. Son épaule vint heurter tout doucement celle de son ami et par ce simple contact elle essaya de lui prodiguer réconfort et soutien. Depuis quand n'avait-il pas fait un vrai repas ? A quand remontait sa dernière nuit complète ? Il avait l'air si famélique et éteint. Que vivait-il réellement ? Nuncaboucs n'était décidément pas le Club Med que certains semblaient s'imaginer à la rentrée. C'était un endroit effroyable.

Le professeur Chourave frappa des mains pour donner le signal du début du cours. Maya s'accorda enfin un bref regard à l'intention de l'ex-Serdaigle et chuchota en bougeant à peine les lèvres :


- Tu vas bien ?

- Ouais, je pète le feu, répondit-il sarcastiquement. 'Scuse, se reprit-il sous le regard appuyé de Maya. Y'avait un bouseux à côté de moi qui a ronflé comme un gros porc toute la nuit.


Wayoth ne cessait de se gratter le bras en grimaçant.


- Et puis je crois que je me suis fait squatter par les puces qu'il trimballait. P'tain ça gratte un truc de ouf.


Tous les deux se mirent en file indienne pour récupérer leurs doses d'engrais et poursuivirent leur conversation en faisant mine de rien. Wayoth était juste derrière elle.


- Tu as des puces ? Maya avait soufflé cette question d'un ton aussi neutre que possible mais elle sentait bouillonner en elle une colère sourde.

- Bof, ya une meuf qui s'est fait bouffer le derche par des rats ya trois jours. J'trouve que j'm'en tire plutôt bien. Ya pire.


Maya n'ajouta rien de plus. Elle tentait de contrôler les tremblements de ses mains. Elle avait envie de tout casser, de se révolter, de s'en prendre directement aux Carrows et à tous leurs subordonnés mais quelque chose la retenait. La peur. La peur de les voir s'en prendre à ceux qu'elle aimait. A ses parents. Sa mère était moldue. Moldue et malade. Combien de temps allaient-ils hésiter à s'en prendre à elle et à s'amuser avec si elle réitérait son coup d'éclat ? Si elle fourrait à nouveau son nez là où elle ne devait pas ? Et son pauvre père ? Il n'était plus tout jeune… Ses réflexes à la baguette, bien que meilleurs que les siens, n'étaient plus ce qu'ils étaient. Et les Abraxans ? Et Dragibus ? Philibert et les autres ? Archimède. Le risque était trop grand. Pour l'instant, Maya avait trop peur d'agir ou de dire quoi que ce soit.

Elle serra les dents et prit son sac d'engrais puis retourna se mettre dans un coin en ignorant la plupart des élèves présents. Elle voulait expédier ce cours, tout cela lui semblait déplacé. Comment pouvait-on donner des cours ou y assister avec ce qui se passait ? Wayoth se plaça à proximité d'elle mais n'avait aucune envie de s'occuper de sa plante. Il n'avait le droit à aucune protection et sa plante semblait particulièrement vorace. Maya regarda honteusement ses propres mains, confortablement protégées par une paire de gants en peau de dragon. Elle, elle n'aurait aucune difficulté en cas de morsure. Lui, il risquait de perdre un doigt. A plusieurs reprises, elle essaya discrètement de retirer ses gants et de les passer à Wayoth mais le regard des élèves s'attardaient trop sur eux. Il y avait des traîtres même parmi les élèves. Des hypocrites. Wayoth secoua la tête pour refuser son aide, et se contenta de réaliser un croquis et de répondre aux questions sans toucher à sa plante.

Maya de son côté attrapa le pot vide et le rempli partiellement d'engrais avant de tenter d'attraper le Geranium Dentu. Un combat de longue haleine débuta entre Maya et la plante carnivore, cette dernière ayant largement le dessus sur la jeune fille. Heureusement qu'elle avait ses gants car la plante ne cessa pas de la mordre et elle tenta plus d'une fois de lui choper le visage à défaut de réussir avec les mains. Dans ces cas là, Maya attrapait la pelle et lui tapait dessus. Déjà, ça lui faisait passer ses nerfs dessus et ensuite elle l'avait bien cherché. Mais ça ne faisait qu'énervait davantage le Geranium Dentu. Finalement après de longues minutes d’acharnement, plusieurs coupures aux poignets qui n'étaient pas protégés et après avoir arrêté de la frapper et essayé plutôt de la gaver de bestioles, Maya réussit à la rempoter. Elle garnit son pot du reste d'engrais et l'arrosa  avant de s'éloigner d'elle et de prendre un morceau de parchemin pour coucher son ressenti.

Citation :
Maya Livingstone
Serdaigle – 7eme année



BOTANIQUE
Géranium Dentu



I - Réaliser un croquis de la plante.


Spoiler:
 



II - Détailler en quelques lignes votre expérience.

Très clairement, ce n'était ni une partie de plaisir ni un exercice que j'affectionne. La plante doit être du même avis que moi. Du début à la fin, elle n'a fait qu'essayer de me mordre. Si elle était capable de cracher du venin ou de me lancer une attaque 'fouet et lianes ' ou 'ligotage ' voire 'constriction' elle l'aurait fait sans hésitation pour me bouffer par la suite. Je l'ai vu dans son regard. Bon ok. Elle n'a pas d'yeux mais je suis sûre qu'elle en a planqué quelque part. Elle voyait très bien où me mordre. Je n'aime pas cette plante. Elle est moche. Elle mord. Et avec son engrais on peut même dire qu'elle pue. Elle est très dangereuse selon moi. Bien plus quand on n'a rien pour se protéger d'elle.


III - A quoi sert le Géranium Dentu ?

Je suis fortement tentée de répondre «  A rien » mais j'ai l'impression que ce n'est pas ce que vous voulez lire. Tout le monde vous dira que son premier but est de tuer, arrêter les nuisibles (petits rongeurs, insectes, ou sorciers indésirables dans une école de sorcellerie). Certains vous affirmerons qu'elles sont magnifiques, incomprises et très utiles dans divers domaines. Moi je trouve que c'est juste une erreur de la nature et qu'on ferait bien de la réduire en poudre pour parfaire la fabrication de certaines potions magiques.


IV -  A quoi sert l'engrais ?

Dans certaines tribus d'Afrique, l'engrais et particulièrement la bouse d'Éruptifs est considéré comme un aphrodisiaque et même une solution à l'infertilité de certaines sorcières. Il suffit bien évidemment de s'en recouvrir la totalité du corps un soir de pleine lune, d'exécuter une petite danse autour d'un tonneau rempli de bave de crapaud et de quelques rognures d'ongles non lavés depuis  Éruptifs ne 27 lunes puis d'ingurgiter de l'urine de Musard afin d'être certains du résultat. Pour rester plus terre à terre, on citera bien entendu les vertus nutritives de l'engrais pour les plantes mais c'est secondaire non ?



Une fois les réponses griffonnées  sur le morceau de parchemin, Maya le roula et le tendit au professeur Chourave et quitta les lieux avec les autres étudiants. L'injustice régnait à Poudlard, cela ne faisait pas de doute. Combien de temps tiendrait-elle face à cela avant d'exploser ?


Spoiler:
 

_________________
Maya Livingstone


♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Mar 20 Sep 2016 - 16:21

Je souhaite remercier Maya qui a tellement bien introduit mon perso que ça m'a poussé à participer
  Je te le passe quand tu veux, tu le gères si bien !    



Le décoiffé passa distraitement une main dans sa tignasse et grimaça aussitôt. Gras. Ses cheveux étaient dégueux de ne pas avoir été lavés depuis...disons...trois ou quatre jours. Chose à laquelle le né moldu n'était pas habitué : Diana Fawkes était très à cheval sur l'hygiène corporelle et ses trois fils étaient devenus comme elle. Le pire restait Tomas qui ne pouvait s'empêcher de se savonner les mains dès qu'un lavabo entrait dans son champ de vision. Autant dire qu'être privé d'une douche et de sanitaire décents était l'une des pires choses -pour le moment- que Nuncabouc avait infligé au garçon.
Comme si ce n'était pas assez, les combles étaient infestés de puces -du moins, le coin garçon- depuis presque deux jours et ces vermines avaient décidé de venir s'en prendre à Wayoth cette nuit. Il en avait déjà attrapé, là n'était pas le souci. Quand on fréquentait les Saarloos de ses grands parents ou quand votre camarade de dortoir a un chat qui aime traîner, les puces, vous en choppez rapidement. Du moment que c'est pas des tiques. Nan, le problème résidait dans le fait que Fawkes avait un sacré problème avec les piqures en tout genre et les démangeaison : d'une, il avait une genre d'allergie qui transformait rapidement les boutons en plaques rougeâtre ; de deux, son intolérance au contact physique -êtres vivants ou vêtements- faisait que la sensation de démangeaison le rendait d'autant plus nerveux et irritable. Plus que d'habitude, je veux dire. Ce qui n'était pas forcément une bonne nouvelle.


Froncement de sourcil. Quelque chose venait de lui heurter l'épaule (ou plus précisément le coude...). Ce n'était vraiment pas le moment de lui chercher les noises. Sortant de sa torpeur, Wayoth fusilla du regard la personne à sa droite : Maya. Et bien que son cœur fit un bond de surprise, son visage ne changea pas, gardant le même air renfrogné et peu aimable qu'il arborait depuis la rentrée. Il avait évité ses amis afin de ne pas leur attirer de problèmes, alors il comptait continuer sur cette voie. S'il fallait jouer la comédie devant les autres et faire semblant de ne pas apprécier la bleue et bronze, il saurait le faire. Il espérait simplement qu'elle comprendrait ce double jeu. Une vague de chaleur et de soulagement s’étendait au creux de son ventre. Elle était toujours là.
Comme s'il ne s'était rien passé, le mauve et gris baissa les yeux sur la plante face à lui, décalant simplement la jambe pour toucher la chaussure de Maya de la pointe de la sienne. Message reçu.

- Tu vas bien ?
Le chuchotement lui était parvenu malgré le début de brouhaha suite à la queue qui se formait devant les bouses de dragon. S'il allait bien ? Elle avait perdu l'oeil qui lui restait, ou quoi ?
- Ouais, je pète le feu. Maya lui coula un regard qui le fit buguer : l'espace d'un instant, il avait eu envie de l'appeler "Maman". 'Scuse. Y'avait un bouseux à côté de moi qui a ronflé comme un gros porc toute la nuit. Et puis je crois que je me suis fait squatter par les puces qu'il trimballait. P'tain ça gratte un truc de ouf.
En plus des puces, oui, fallait supporter d'autres vermines. Non pas que Wayoth était fan de cette discrimination envers ses "semblables sang de bourbe", mais partager son espace vitale avec, par exemple, des Gryffondors, c'était au dessus de ses forces. Bon Dieu, que l'idée de séparer les gens en des maisons avait été une bonne idée. Les ronflements, il y avait été (presque) habitué à Serdaigle avec Gareth et Bradley. Sauf que, là bas, il se permettait d'utiliser des silencios sur ses camarades. Chose qu'il ne pouvait plus faire...
- Tu as des puces ?
- Bof, ya une meuf qui s'est fait bouffer le derche par des rats ya trois jours. il haussa les épaules en prenant place derrière son amie, soufflant toujours discètement pour qu'on ne les entende pas. J'trouve que j'm'en tire plutôt bien. Ya pire.

Ouais. Yavait pire.
Trois jours auparavant, les Carrows l'avaient reconnu, lui, le Né Moldu qui les avait fait chier dans les escaliers la nuit du vingt-cinq juin. Du coup... Disons qu'il avait été obligé de sécher quelques cours afin de s'en remettre. Sa cuisse gauche le brûlait encore.
Occupé à revivre l'enfer qu'avait été cette entrevue, Fawkes fit simplement demi-tour sans pour autant prendre de l'engrais. Inutile. Cette plante, il n'allait pas s'en occuper : il préférait garder ses membres intacts, quitte à avoir une note pourrie. Qu'est ce qu'il s'en branlait, de la botanique ! Il avait de bons résultats dans la théorie, en général, mais le reste n'était pas du tout sa tasse de thé.
Un geste à sa droite attira son attention alors que le jeune homme sortait de quoi rédiger son parchemin. Maya faisait mine d'enlever ses gants et le décoiffé comprit de suite ce qu'elle tentait de faire.

- J'y touche pas. lui susurra le grand, secouant lentement la tête de gauche à droite en ne quittant pas des yeux son Dentu qui claquait des mâchoires, excité par le Géranium voisin. Je f'rais qu'la théorie. T'inquiète. Puis après quelques secondes, encore plus bas : Merci.

Commençant son croquis à la pierre noire -seul "crayon" à dessin qu'il avait sous la main, le reste de sa trousse se comportant seulement d'une plume, d'un encrier et d'un stylo bic quatre couleurs-, Wayoth esquissa un sourire en voyant son amie infliger à son Dentu un coup de pelle. La douceur. Maya, une jeune fille adorable, d'un caractère toujours charmant. Il gribouillait sur son parchemin et se rendait compte que ça devait bien faire un siècle qu'il ne s'était pas "amusé" ainsi. Prenant la baguette qu'il avait eu le droit de récupérer au début du cours, le garçon tapota son crayon pour en changer la couleur. Et puis, parce qu'il avait le temps -et l'envie de partir en live-, il ajouta un papillon digne d'une gamine de cinq ans, un minuscule Géranium Dentu avec une grosse bouse à ses côtés, tout ça pour finir sur un..."autoportrait" satyrique de lui-même s'il avait tenté de s'occuper de sa plante.
Bordel, que c'était beau. Il en était très fier un un gloussement stupide lui échappa quand il se mit à ajouter des cœurs brisés autour de son personnage. Il ne restait qu'à annoter, ce qu'il fit rapidement sous le regard de Chourave qui venait de se poster à sa gauche en contemplant, désœuvrée, la pauvre plante qui s'agitait.

- Vous ne comptez pas la soigner, M. Fawkes ?
Ce dernier releva lentement la tête avant de signifier que non, les lèvres pincées. Après un soupire où se mêlait compréhension et exaspération, la Directrice des jaunes s'empara du Dentu pour s'en occuper elle même plus tard.
Pauvre p'tite plante, va. Et si peu à dire dessus.

Parchemin de Wayoth:
 

En quittant la serre, il observa les élèves se diriger vers le château, la tête brune de Maya se fondant peu à peu dans la masse. Avec une hésitation, Wayoth coula un regard à la forêt interdite.
Le cours qui suivait, pour les septièmes années, était l'Étude des Moldus. Inutile.


_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
    P'tit nouveau
AVATAR : Rien
MESSAGES : 23
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 25 Sep 2016 - 4:42


Felix Lawford

Sepentard | Sixième Année

- Bonjour tout le monde. Pour ceux qui débutent leur scolarité, je suis le professeur Chourave et m'occupe de cette merveilleuse matière qu'est la Botanique.

Oh, botanique, pourquoi es-tu si... botanique. Sérieux, faudrait me répondre. Un cours parmi tant d'autre ou plutôt, une matière ridicule que Lawford comparait plus à une fraiche arnaque plutôt qu'à un bon apprentissage. Une perte de temps, voilà ce que la botanique lui offrait. Et tout cela dans quel but ? Foutre ses mains dans de la bouse de dragon, voir des trucs plus laids que des bébés morts et en finale, risquer d'être mordu ou empoisonné. Ça n'avait rien d'amusant et pour couronner le tout, c'était encore la grosse courge qui lui servait de professeur. Ce surnom venait de loin, plus précisément, lors de sa deuxième année. Felix avait pu contempler le visage de la dame et réaliser qu'elle avait tout pour lui déplaire. Des yeux terrifiants, des sourcils trop prononcés, des boudins gris, un sourire stupide, une voix agressante, des rondeurs disproportionnées et... Bah, quand Felix la regardait rapidement, son visage lui rappeler plus celui d'un homme plutôt que celui d'une femme. Il grimaça d'ailleurs, alors qu'elle continua de parler en direction des élèves pour expliquer leur mission du jour. Un Géranium Dentu, génial. Ça s'annonçait déjà bien. Felix pinça les lèvres et haussa les sourcils, exprimant ainsi sa surprise, mais aussi, son ennuie. Son degré de participation et d'anticipation était à un point mort et il ne mit guère ses gants, préférant plutôt fixer le Géranium qui semblait, pour il ne savait quelle raison, aussi regarder vers lui. Suite à un froncement de sourcils, le Serpentard approcha le bout de son index et le recula aussitôt que son nouvel ami essaya de le mordre. Tu ne sais pas ce qui t'attend toi... Ou peut-être que si, justement.

- Et j'ai oublié de vous prévenir, j'aimerais que vous me fassiez tous un croquis de la plante d'ici la fin de l'heure. Bien. Bon courage à tous !

Il ne manquait plus que ça. Un dessin, Lawford adorait ce challenge. Sa dernière oeuvre faite de sa plume datait de quelques semaines, de quoi le remettre en forme. Tout ce qu'il faisait n'était pas toujours compréhensible, comme il ne se contentait que de faire quelques lignes et d'y ajouter de la couleur, mais en finale, ce n'était pas trop affreux. Il n'était pas un cas désespéré. Il enfila ses gants, gigota la tête pour replacer quelques mèches de ses cheveux et inspira profondément pour s'encourager. L'heure n'était plus à la rigolade. Les études, c'étaient importants. Ce n'était pas la première fois qu'il entendait parler du Géranium Dentu. Sa mère lui en avait déjà fait mention. D'accord, il ne savait plus pour quelle raison, mais c'était déjà ça. Aussi, il y avait plusieurs histoires au sujet du Géranium et Lawford avait déjà étudié cette jolie chose carnivore, faute de traîner avec des gens qui aiment trop étudier. En bref... Il n'était pas dans la citrouille et il allait pouvoir s'en sortir. T'es beau, t'es gentil, t'es fort, t'es capable. se répéta-t-il intérieurement, mais en fait, c'était les voix de ses mères qu'il entendait. Étape numéro un; trouver un nouveau pot, pas trop gros, mais pas trop petit non plus. Facile... Étape deux; on met de la nouvelle terre, de la charmante bouse et...

- AH ! cria-t-il d'un coup, alors que son copain venait de mordre dans le vide. Felix le pointa du doigt, l'accusant. - Bordel, je suis sûr que ça t'amuse. Oui, il parlait à sa plante, finissant même par lui sourire, avant de finir son nouveau mélange dans le pot qui allait être la nouvelle maison du petit. Il humidifia son mixte à l'aide de son arrosoir, creusa un léger trou au milieu du pot et envoya l'un des papillons entre les crocs de son 'camarade', sans savoir s'il allait apprécier. Ce fut bien le cas... Au revoir papillon et bonjour les informations. Doucement, le blond glissa ses mains vers le Géranium, le retirant de la terre en le relevant par la base. Son souffle était court, mais il restait calme. La plante se retrouva bien rapidement dans son nouveau pot et Lawford s'arrangea à ce qu'elle y retrouve son confort.

- Eh bien, je savais qu'on pouvait s'entendre toi et moi. Et voilà une mouche pour te récompenser. pensa-t-il en lui offrant puis il enleva ses gants. Le travail pratique était terminé, fallait maintenant passer au travail de table. Le dessin... Felix alla prendre sa plume et arracha l'une des pages brunes de son cahier de notes. Il donna quelques coups de poignets, traçant ainsi contre le papier la bordure du pot qu'il avait sous ses yeux. Quelques minutes plus tard, Claudia Cosgrave, sa meilleure amie, passa près de lui et s'arrêta pour le fixer. Le visage de la jeune femme était rongé par un profond doute, alors qu'elle comprenait peu à peu que Felix avait déjà fait le changement de pot. - Comment t'as fait pour le foutre dans l'autre pot, sans te faire mordre ? Curieux, le blond leva un sourcil vers elle et ricana sourdement. - Il faut savoir y aller en douceur.

- Et depuis quand tu t'y connais en douceur ? Un haussement d'épaules le tenta, mais il avait envie de jouer avec elle. Claudia n'avait pas pour habitude de lui parler lors des cours, alors il fallait bien en profiter un peu. - Sûrement depuis ce jour, celui où j'ai croisé ton regard pour la toute première fois. Ses paroles furent aussi douces que le vent, mais son jeu était surfait. Cosgrave grimaça et l'envoya promener en lui foutant son majeur au visage. - Tu vas faire vomir tout le monde avant même d'avoir terminé.

- Ça tombe bien, il y a la prof' qui aurait vraaaiment besoin de perdre du poids. Et il se prit un coup de coude bien placé au niveau de son torse. - Après tu te surprends lorsque je te demande depuis quand t'arrive à être doux. Un rire nerveux s'échappa d'entre les lèvres du Serpentard. - Et toi tu t'étonnes de ne pas pouvoir changer ton Géranium de pot. Il faisait allusion à son coup de coude. Elle était tellement sauvage cette grande brune. - Sinon, le Géranium Dentu te rappel pas un truc ? Son regard soutenait celui du blond, mais le sixième année ne comprenait pas ce qu'elle cherchait à lui dire. - Un truc qui mord, mais qu'on a tous envie de toucher. Ça devrait me rappeler quelque chose ? Heum... Qu'est-ce qu'on a envie de toucher, mais on sait qu'on va se faire mordre si on essaie... Attends un peu...

- Felix... souffla la sorcière en essayant de lui faire comprendre qu'il allait trop loin dans ses pensées et que ce n'était pas ça qu'elle voulait dire. Cependant, Felix prit quand même le temps d'y réfléchir et glissa ses prunelles dans l'ensemble du lieu. - Ah ! Je sais... il retourna son attention sur sa meilleure amie. - Stevenson. Claudia referma la bouche et le laissa seul, sans dire le moindre mot. Voilà pourquoi elle n'allait jamais lui parler durant les cours. Ça ne servait à rien. L'adolescent n'était pas offusqué de se retrouver seul à nouveau. Au contraire, cela le força à terminer son croquis et à retourner à sa première mission. Il prit le temps de nourrir sa plante à quelques reprises, s'amusant à voir ce que cela pouvait engendrer. Bon, il n'aimait pas la botanique, mais quand il se lançait, il finissait toujours par apprécier ce cours. Enfin, un cours qui allait bientôt se terminer. Lawford avait conclu son devoir, y allant le plus simplement possible dans ses réponses, avant de retourner s'amuser avec son nouveau copain. L'enfant en lui pleurait déjà à l'idée de devoir partir et de laisser son géranium seul, mais le blond restait stoïque, voire même plus froid que d'habitude pour éviter que la tristesse ne puisse se lire dans ses yeux. Bravo Felix, tu viens de t'attacher à un Géranium Dentu.
roller coaster


Travaux Felix Lawford | Sixième Année a écrit:



Expérience: Traumatisante... Cette plante plus qu'expressive nous rappelle sans cesse qu'elle est bien vivante et qu'elle n'aime pas qu'on se moque d'elle. Son caractère purement défensif nous porte aussi à croire qu'elle se sent vulnérable et c'est d'une simple morsure qu'elle nous rejette. Être doux n'est pas qu'une méthode de travail lorsque cela concerne le Géranium Dentu, c'est surtout une marque de respect envers celle-ci. Le changement de pot ne sera compliqué que si nous refusons de la savoir fragile et surtout, en vie. Pour faciliter davantage les choses, lui offrir un insecte semble être la solution idéale. Après tout, il ne faut pas oublier qu'elle est carnivore. Et ce qui choque dans tout cela, c'est qu'on lui porte tellement d'amour qu'en finale, on ne veut plus la perdre.

A quoi sert le Géranium Dentu ?: Avec cette plante, les insectes disparaîtront de votre maison et si vous vous sentez seul, elle sera là pour vous redonner le sourire. Oui, il est facile de développer des sentiments pour elle. Enfin, elle a sûrement plus d'utilités que cela, que ce soit en cuisine ou en potion [Dentelion], mais je me suis malheureusement attaché à elle et comme dirait un bon végétarien; je refuse que cette plante soit traitée autrement que pour être aimé et prise avec soin.

A quoi sert l'engrais ?: La plante se nourrit d'insectes, mais pour garantir une bonne forme, l'engrais lui est essentiel. Elle y retrouvera tous les nutriments dont elle a besoin pour fleurir. Plus cet engrais sera frais, mieux elle se portera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC4ème année
    NUNCABOUC
    4ème année
MESSAGES : 108

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 25 Sep 2016 - 17:04

En temps normal, Clara Wingston Lenoir aurait montré beaucoup d'intérêt pour la leçon du jour. Les plantes l'intéressaient et elle n'avait jamais eu de réticentes à s'en occuper. Néanmoins, aujourd'hui tout était différent. Après tout, elle avait été envoyé dans la cinquième maison : Nuncabouc. Comme tous ses nouveaux camarades de maison, l'ancienne Serdaigle vivait dans des conditions pittoresques. Dormant mal depuis plus d'une semaine, la jeune fille était irritée et peu attentive à ce qui l'entourait. De plus, elle était encore mal à l'aise et avait honte lorsqu'elle se rendait en cours avec son nouvel uniforme.  Elle faisait de son mieux pour faire face à la situation mais se demandait secrètement ce qu'elle avait bien pu faire dans une vie antérieure pour qu'on s'acharne autant sur elle depuis quelques années... Elle avait de la rancœur au plus profond d'elle-même, mais elle ne pensait pas avoir l'audace de se révolter ou de cracher publiquement ce qu'elle ressentait. Elle accusait le coup. Juste.

Dépitée, elle se mit au travail sans avoir pu enfiler ses gants en peau de dragon. Elle s'approcha du Géranium Dentu dont elle allait prendre soin, en prenant soin de ne pas la brusquer. Si elle n'était pas enthousiaste à l'idée de se trouver en cours, elle ne voyait aucune raison valable de brutaliser la plante. Cette dernière n'était pas responsable de son malheur. Au contraire, la jeune fille avait du "respect" pour cette dernière et n'hésita pas donner une mouche au Géranium pour lui signifier qu'elle ne lui voulait aucun mal. Tandis que le végétal savourait son repas, la jeune fille prépara le nouveau pot. Elle fusionna de la terre aux excréments de dragon qu'elle ne manqua d'aller chercher de l'autre côté de la pièce. Sans gants, elle mélangea ces différentes textures avec ses doigts et en se servant de la pelle. Bien qu'un peu dégoûté, elle n'en demeura pas moins appliquée. Elle humidifia le tout avec un peu d'eau, avant d'aller se rincer les mains dans un lavabo.

A son retour à sa table, elle se saisit d'un papillon pour le donner au Géranium Dentu. Pendant que celui-ci digérait son nouveau festin, la jeune fille pensa bien faire en changeant la plante de pot. Si dans un premier temps, la transition se fit sans dommage, cela ne dura pas. Tandis que l'étudiante recouvrait les racines  de terre et s'assurait que la plante était bien stabilisée, cette dernière l'attaqua en la mordant. Aussitôt, Clara se pinça la lèvre pour ne pas laisser un cri de douleur s'échapper de ses lèvres. Reculant de la table, elle retourna prêt du lavabo pour passer de l'eau sur son doigt ensanglanté. Elle attendit quelques instants avant de revenir à sa table. Là, elle s'empressa de terminer d'installer la plante dans son nouveau pot. Une fois fait, elle nourrit une nouvelle fois la plante à l'aide de nouvelles mouches et de papillons, avant de constater que l'appétit de la plante était calmé. Par conséquent, elle s'arrêta.

Les doigts blessés, elle essaya de réaliser un croquis pas trop mauvais. Elle n'était pas particulièrement douée, mais adorait admirer les autres dessiner. Tout en s'appliquant, elle essayait de se souvenir comment Erin Van Hall ou encore Léandre Camus dessinaient. Comment mettaient-ils en avant les ombres déjà ?
Clara finit par être satisfaite et se concentra sur les questions auxquelles elle devait apporter des réponses.

Citation :



Détailler en quelques lignes votre expérience.

Au cours de ce cours de Botanique, nous nous sommes occupés du Géranium Dentu. Il s'agit d'une plante carnivore, ce qui ne signifie pas qu'elle se nourrit de viande comme celle du lapin. Dans le cas du sujet d'aujourd'hui, le Géranium Dentu se sert de ses dents pour se saisir de petits nutriments, comme les insectes (mouches ou papillons par exemple). En effet, contrairement à d'autres plantes, celle-ci ne trouve pas assez d'énergie avec ses racines. Elle s'est donc adapté pour survivre. Les dents du Géranium lui servent aussi de défense. Si elle se sent attaqué ou blessé, elle n'hésite pas à mordre celui qu'elle considère comme son agresseur. Pour parler de ma propre expérience, je m'en étais bien sorti jusqu'au moment où j'ai manipulé ses racines. Très certainement déstabilisé, le Géranium m'a mordu. Mais mis à part cet incident, tout s'est bien passé.


A quoi sert le Géranium Dentu ?

Au même titre que d'autres plantes, le Géranium Dentu peut-être cultivé pour différentes raisons. En plus d'apporter des couleurs à la pièce grâce à ses pétales et son pistil colorés, la plante peut être apprécié pour l'odeur qu'elle dégage. Aussi, son caractère carnivore peut séduire certaines personnes qui voit par là un attrait original. D'autant plus, que cette plante se fera un plaisir d'attirer pour mieux s'en nourrir les insectes qui traineraient chez vous.

Elle peinait à écrire souffrant encore de sa blessure. Elle décida par conséquent de ne pas s'engager dans une rédaction trop importante. Lorsqu'elle eut terminée, elle se relut une dernière fois avant de remettre son travail au professeur de Botanique. Elle souhaitait se rendre rapidement à l'infirmerie pour s'assurer que la blessure n'était qu'artificielle et qu'elle n'avait pas besoin de prodiguer de plus grand soin.

_________________
« Les secrets les plus noirs refont toujours surface,
d'une manière ou d'une autre. »

Harmonia's theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Freya Mavor
MESSAGES : 157

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 04/03/1982 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Dim 25 Sep 2016 - 18:37


11 Septembre 1997
~
Le Géranium Dentu




- Bonjour tout le monde.

Chourave n'avait pas changé. Son enthousiasme était toujours présent. Peut-être que ce n'était que d'apparence mais cela suffisait à redonner sa bonne humeur à Malia. Pas de Carrows aux alentours. Tout était comme avant. La bleue et bronze refoula ses pensées sombres et se permit de penser que tout allait bien. Elle avait grand besoin de ces moments de paix pour tout oublier. Rien que quelques instants pour replonger dans sa vie d'avant. S'entourer de sa bulle positive avant qu'elle n'éclate à nouveau. Alors, elle se concentra sur les paroles du professeur pour ne pas penser au reste.

- Aujourd'hui nous allons nous intéresser au Géranium Dentu. Nous allons déplacer ces plantes dans de nouveaux pots tout en y ajoutant de l'engrais - vous trouverez de la bouse de dragon dans des sacs disposés au fond de la salle. Mais attention, si vous ne prenez pas soin d'elles ou si vous manquez de délicatesse, les plantes n'hésiteront pas à vous mordre. C'est pourquoi, je vous encourage vivement à garder vos gants en peau de dragon durant tout le cours. Bien qu'elles ne devraient pas vous couper le doigt, elles peuvent vous faire mal... Une fois mise dans leur pot, vous devrez en prendre soin.

La cinquième année détailla rapidement la classe. Ils étaient nombreux, toutes années confondues. Elle décela de la crainte sur le visage de certains premiers années qui assistaient à leur premier cours de botanique. Pour elle, ce TP n'allait pas être trop compliqué à réaliser.

- Et j'ai oublié de vous prévenir, j'aimerais que vous me fassiez tous un croquis de la plante d'ici la fin de l'heure. Bien. Bon courage à tous !

Sans plus tarder, la blonde se dirigea vers le fond de la salle pour récupérer de la bouse de dragon. En faisant la queue, elle aperçut Samuelle, toujours à sa place, aux cotés de son Géranium Dentu. La Nuncabouc portait beaucoup d'intérêt à sa plante, elle l'observait attentivement comme si elle cherchait à déceler quelque chose. En tout cas elle ne s'était pas encore préoccupée de chercher son engrais. Alors, quand ce fut au tour de Malia, elle prit deux pots de bouse de dragons plutôt qu'un. Puis elle rejoignit discrètement son amie et lui en tendit un.

- Sam. murmura-t-elle.

- Qu'est-ce que...

Sam se retourna et sourit quand elle reconnut son amie.

- J'ai vu que tu traînais à ta place alors...

- Merci.

Ce geste de la part de Malia n'avait rien d'extraordinaire en soi, mais il était pourtant symbolique. A travers cette aide minime, Malia voulait prouver à Sam qu'elle ne l'oubliait pas, qu'elle ne l'abandonnait pas. Malgré le mur dressé entre elles contre leur volonté, Malia était toujours là pour son amie, prête à déplacer chaque brique pour lui venir en aide. La née-moldue avait son soutien. La sang-mêlée venait de réitérer sa promesse dans ce geste.

Puis la bleue et bronze retourna auprès de sa plante. Elle avait choisi de rester seule lors de ce cours, elle s'isolait de plus en plus cette année. Pourtant, c'était dans ce genre de moment qu'il fallait se rapprocher des siens, pour avoir un soutien morale et des alliés. Mais le regard éteint de chacun de ses proches ne faisait que la ramené davantage sur terre et elle ne voulait pas se confronter à la réalité. Alors, elle enfila ses gants en peau de dragon et offrit toute son attention à son Géranium Dentu qui en était très satisfait. Ces plantes magiques étaient pourvues de crocs pointus mais elles mordaient seulement ceux qui ne s'occupaient pas d'elles comme il le fallait. Malia n'avait pas de problème de ce côté-là, elle était assez délicate et elle était habituée à aider sa Grand-mère paternelle à prendre soin de ses nombreux Géraniums Dentus. Elle remplit à moitié le futur habitat de la plante avec un mélange de terre et de bouse de dragon. La forte odeur de l'engrais chatouilla ses narines mais elle en fit vite abstraction. Avant de déloger son Géranium Dentu, elle lui murmura :

- Ne t'affole pas, je vais seulement te changer de pot, d'accord ?

Cela lui paraissait tout à fait approprié de parler à sa plante. A vrai dire, la jeune fille parlait à tout ce qui était plus ou moins vivant. Elle ne se rendait même pas compte qu'elle pouvait parfois avoir l'air très ridicule. Elle prit sa pelle et commença les manœuvres. Doucement, elle déracina la plante de son pot pour la mettre dans le nouveau. Elle y rajouta encore un peu de terre et d'engrais qu'elle arrosa ensuite. A présent, il fallait la nourrir. Grâce aux étés passés chez ses grands-parents, Malia savait que les Géranium Dentus étaient friands d'insectes. L'élève disposait d'une mouche et d'un papillon qu'elle prit chacun d'une main avant de les proposer à sa plante.

- Alors ? Tu préfères quoi ? Papillon ? Mouche ?

Le Géranium Dentu ne se fit pas attendre et attrapa de ses crocs le papillon suspendu au-dessus de sa gueule.

- Ouai, t'as raison. Il était plus gros le papillon.

La sorcière sortit son parchemin, sa plume et son encrier afin de passer à la partie théorique. Mais avant qu'elle n'ait pu commencer à écrire, l'insectivore attrapa de sa mâchoire son gant qu'elle n'avait, heureusement, pas encore enlevé. Bien qu'il ne faisait que mordillait et que même sans protection elle n'aurait pas été eu très mal.

- Quoi ? Tu veux un dessert, c'est ça ?

L'adolescente capitula et donna la mouche à la plante qui n'en fit qu'une bouchée. Rassasiée, elle laissa l'humaine se concentrer sur son devoir écrit.


Parchemin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    INCRUSTE MAN
MESSAGES : 757
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Lun 26 Sep 2016 - 20:35

Tout d'abord je souhaite vous remercier tous. J'ai vraiment apprécié corriger ce cours (et j'ai bien ri, merci au trois personnes qui ont eu un Troll ♥). Merci pour votre investissement, vraiment ! Ça donne envie d'organiser d'autres événements :D Sans plus attendre, je vous laisse découvrir vos résultats.


RÉSULTAT DU COURS DE BOTANIQUE
16 participations

4 Optimal, 4 Effort Exceptionnel, 4 Acceptable,
1 Piètre, 0 Désolant, 3 Troll

Tony Garner
GRYFFONDOR - 7ème année
Acceptable
Votre croquis reste un peu simple, mais vous avez su vous rattraper avec la pratique. Vous avez su très bien réagir avec le Géranium Dentu. J'imagine que vous vous croyez drôle, monsieur Garner, lorsque vous comparez la plante avec la femme dans votre copie... Votre humour m'échappera toujours je crois.  Fort heureusement pour vous, vous avez obtenu une note au dessus de la moyenne. Acceptable, c'est pas si mal.

Elyas O. Rowle
SERPENTARD - 5ème année
Optimal
Bonne déduction, attentif lorsque vous agissez, croquis bien réalisé et copie très bonne... Je n'ai rien à redire monsieur Rowle. C'est un excellent travail et je suis très satisfaite. Vous méritez un Optimal.

Absynthe C. Stevenson
SERPENTARD - 6ème année
Effort Exceptionnel
Hum... J'ai plus l'impression que ce cours était pour vous une matinée de "retrouvailles" avec vos camarades, qu'un réel cours de botanique. C'est réellement décevant, car j'ai bien pu voir que vous avez de réelles compétences en botanique ! Vous pouvez facilement avoir d'excellents résultats. Votre copie est très détaillée et on ne peut qu'admirer votre investissement... Pourtant vous ne méritez pas un Optimal. Oh ! Vous allez être stupéfaite (ou fachée) devant votre note sévère... ? Prenez ça comme un avertissement. Votre comportement m'a mise de mauvaise humeur et vous en payez le prix. La prochaine fois, allez à l'essentiel au lieu de vous éparpiller dans la pièce avec d'autres étudiants. Et installez vous à une table seule. Premièrement, cela vous permettra de vous concentrer. Deuxièmement, cela vous évitera de vous faire voler toutes vos mouches.

Felix Lawford
SERPENTARD - 6ème année
Effort Exceptionnel
Je vous avouerais hésiter entre l'Acceptable et l'Effort Exceptionnel monsieur Lawford. Mais je dois admettre que vous avez fais plutôt du bon travail et c'est qui me pousse à être généreuse. Félicitations.


Edward Selwyn
POUFSOUFFLE - 1ère année
Acceptable
Je vous avoue hésiter un peu monsieur Selwyn à vous donner la note au dessus de la moyenne. Vous avez quand même oublié (dans un premier temps) de mettre vos gants de protection, alors que vous aviez la CHANCE de pouvoir vous protéger des morsures. Heureusement, votre croquis était très bien dessiné. Et je n'ai pas envie que vous commenciez votre scolarité avec une mauvaise note... Ce sera Acceptable, d'accord. MAIS... La prochaine fois, je serais moins clémente. C'est bien compris jeune homme ?  

Viven Lensie
POUFSOUFFLE - 7ème année
Troll
Par le caleçon de Merlin, qu'avez-vous fais ?! Miss Lensie... Vous comprendrez que ça ne va pas du tout ! Vous avez vu dans quel état vous avez laissé cette pauvre plante ?! Elle ne vous avait rien fais à ce que je sache ?! Vous comprendrez que c'est inadmissible...  En guise de punition, vous viendrez m'aider à retourner le compost à l'aide d'une fourche tous les matins avant vos cours pendant une semaine.

Morgane O'Reilly
NUNCABOUC - 1ère année (ex-Serdaigle)
Acceptable
Vous êtes courageuse jeune fille. N'abandonnez pas et percevez dans tout ce que vous entreprendrez. Pour en revenir au cours de Botanique, j'ai conscience que vous n'étiez pas dans les meilleures conditions de travail possible. Vous avez fais quelques erreurs en proposant des fruits ou des feuilles d'arbre à la plante... Mais vous avez su rebondir, bien qu'un peu tardivement, puisque vous avez fais les frais des crocs du Géranium. Un dernier conseil avant de vous quitter : Pensez à regarder vos manuels la prochaine fois : Vous pourrez y trouver des conseils précieux.

Clara Lenoir
NUNCABOUC - 4ème année (ex-Serdaigle)
Effort Exceptionnel
C'est un bon devoir jeune fille. Néanmoins faites attention : les dents du Géranium Dentu sont difficilement perceptibles sur votre dessin. C'est pourtant un point à ne pas négliger.

Samuelle Burroughs
NUNCABOUC - 5ème année (ex-Serdaigle)
Optimal
Vous venez de nous faire une très belle démonstration. Comme quoi, les gants de protection ne sont pas forcément nécessaires ! Je n'ai rien d'autre à rajouter. Félicitations.

Wayoth Fawkes
NUNCABOUC - 7ème année (ex-Serdaigle)
Troll
Merci d'avoir fais acte de présence monsieur Fawkes. Je crois que ce sera tout.
(Votre croquis bien qu'excellent ne pourra vous aider davantage. Vous devriez l'accrocher dans votre chambre pour égayer un peu votre dortoir)

Alvy Hopkins
SERDAIGLE - 1ère année
Acceptable
Tout d'abord, je tiens à vous féliciter pour votre croquis qui a de réelles qualités plastiques et graphiques. Je vous aurais bien donné une meilleure note, mais j'ai trouvé le reste de votre prestation un peu plus fragile. La prochaine fois, pensez à enrichir davantage votre copie, par exemple. Vous n'en serez que mieux récompensé.

Amanda Ziegler
SERDAIGLE - 1ère année
Piètre
Vous êtes maline et savez comment occuper la plante pendant que vous la changez le pot. C'est bien. Cependant, j'ai pu remarquer que les camarades autour de vous manquaient d'insectes pour nourrir leurs propres plantes. Pensez à partager à l'avenir jeune demoiselle. D'autant plus que je suis persuadée que votre plante n'avait pas besoin d'autant de nourritures ! Votre négligence et votre croquis un peu juste vous empêcheront d'avoir la moyenne, je suis navrée. Mais je ne doute pas que la prochaine fois sera la bonne.

Malia Montgomery
SERDAIGLE - 5ème année
Optimal
C'est un très bon devoir Malia. Simple, mais efficace ! Poursuivez dans cette voie, jeune fille.

Elwyn H. Miller
SERDAIGLE - 6ème année
Optimal
Vous permettez que je vous donne un conseil un peu secondaire, mais qui n'en reste pas moins important ? Pensez à soigner votre écriture. Des pattes de mouche ne sont faciles à lire et croyez moi il n'est pas agréable pour votre correcteur de se forcer les yeux pour corriger une copie. Mais si on oublie ce souci "esthétique", votre travail est très bon, voir excellent.

Jessicayumi Belmontet
SERDAIGLE - 6ème année
Effort Exceptionnel
C'est un devoir correct et votre prestation l'était tout autant. Persévérez dans ce sens jeune fille.

Maya Livingstone
SERDAIGLE - 7ème année
Troll
POSEZ CETTE PELLE TOUT DE SUITE ET CESSEZ DE TAPER LA PLANTE ! Au lieu de maltraiter votre Géranium vous auriez pu être un peu plus sérieuse... Je ne ferais aucun commentaire sur votre croquis et votre copie. Parfois il vaut mieux se taire...

CE QUI DONNE AU NIVEAU DES SABLIERS :

SERDAIGLE 40 + 30 + 60 + 60 + 50 + 10 = +250 points
SERPENTARD 60 + 50 + 50 = +160  points
POUFSOUFFLE 40 + 10 = +50  points
GRYFFONDOR   40 = +40  points

NUNCABOUC N'A PAS DE SABLIERS,
MAIS LE NOMBRE DE POINTS MAISON
EST CONVERTI EN POINTS PERSONNELS.

Morgane O'Reilly : +40 points maisons soit 4 000 points personnel
Samuelle Burroughs : +60 points maisons soit 6 000 points personnel
Wayoth Fawkes : +10 points maisons soit 1 000 points personnel
Clara Lenoir : +50 points maisons soit 5 000 points personnel

Chaque participant remporte 500 points personnels pour sa participation à un événement de l'intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu Aujourd'hui à 21:38

Revenir en haut Aller en bas

[11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu» [1er Septembre 1997] Diviser pour mieux régner» [13 Septembre 1997] Teach me all you know» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1997 - Août 1998 :: Sujets terminés-