AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

La solidarité des jaunes [PV Ed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: La solidarité des jaunes [PV Ed] Dim 10 Juil 2016 - 23:11



L'année venait de commencer, et Aurore le sentait déjà très mal. L'ambiance, pas très gaie depuis la mort de Dumbledore en fin d'année dernière, était devenue carrément sombre et effrayante. En effet, un simple coup d’œil vers les Carrow suffisait pour en frissonner d'effroi. La jeune blairelle l'avait bien ressenti dès la Cérémonie de la Répartition, plus rien n'allait être comme avant. Et tous les élèves de Poudlard en avaient bien conscience. En fermant les yeux, Aurore revit, le souffle court, le discours prononcé par le nouveau Directeur de l'école, puis celui de la Directrice de Gryffondor. Et, l'espace d'un instant, et pour la première fois de sa vie, la jaune et noir avait vu sa vie en danger. Ce n'était même plus une question de plaisir qu'elle n'éprouvait pas dans le monde moldu à enchaîner les castings, mais il s'agissait là de sa propre vie. Ils n'étaient pas dans un film. Les menaces proférées par Severus Rogue étaient bel et bien sérieuses. Cet ancien Serpentard n'allait pas hésiter à corriger ceux qui dépassaient les limites. Et ces corrections n'allaient pas rester de simples retraits de points. Aurore était assez grande pour le deviner, les Mangemorts allaient sans doute utiliser le Doloris, un des Sortilèges Impardonnables. Beaucoup allaient souffrir, cette année. Mais Aurore ne voulait pas quitter Poudlard. De toute façon, si elle se cachait, ils allaient finir par la retrouver et... Non, elle ne préférait pas songer aux conséquences de sa fuite éventuelle. Ce qu'elle allait faire ? Mentir sur ses origines. Elle n'allait plus être une née-moldue, non. Un de ses parents ou ancêtre allait être sorcier ou sorcière. Il fallait leur faire face et la jeune Diam n'allait surtout pas se laisser faire.   

Installée confortablement dans un des fauteuils de sa Salle Commune, les yeux perdus dans les flammes de la cheminée, la blairelle restait tout de même pensive. Elle se demandait comment les 1ère année avaient réagi lors de la Cérémonie de la Répartition. Avaient-ils eu peur ? S'étaient-il attendus à ça, quand ils n'étaient encore que dans le Poudlard Express ? Et surtout, est-ce que cette éternelle guerre des Maisons allait se poursuivre après la mise en jeu des Mangemorts ? Aujourd'hui plus que jamais, les élèves de Poudlard devaient être soudés les uns aux autres, peu importe le sang ou la Maison. Il en allait de leur survie à eux tous. C'était à présent leur devoir de ne pas céder à la menace.

Vêtue d'un petit débardeur rose, la jolie blairelle avait laissé ses cheveux détachés et portait un serre-tête où étaient accrochées de petites plumes blanches. Des plumes de colombe, oiseau représentant la paix. Et cette paix, Aurore espérait qu'elle serait bientôt de retour. Elle n'avait pas quitté un monde de cauchemar pour revenir dans un milieu en guerre cette fois-ci. Par Merlin, que la vie était injuste... Alors que la jeune Diam soupirait, elle entendit quelqu'un rentrer dans la Salle Commune et tourna la tête vers l'entrée de cette dernière. Un petit garçon, en 1ère année sûrement, venait de faire interruption dans la pièce. Il lui semblait l'avoir déjà vu. Aurore n'était à présent plus seule. Malgré tout, elle fronça les sourcils. Le jeune Poufsouffle ne semblait pas très bien. Il était vrai qu'aujourd'hui était la première journée de cours pour eux. Elle se demanda quel cours avait-il eu. La blondinette lui fit alors un petit signe de la main en l'appelant doucement.

« Bonjour ! Tu veux venir t'asseoir ? » dit-elle en lui présentant les fauteuils devant elle.

Aurore était contente de faire connaissance avec un nouveau membre de sa Maison. Après tout, les Pouffys étaient solidaires entre eux, alors si son jeune camarade était réellement mal, il était dans son devoir de l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Mar 12 Juil 2016 - 3:29


Ce matin là, la journée débuta inhabituellement tôt pour Ed. Pourtant, la veille n'avais pas été de tout repos pour lui. Déjà une journée e train, c'est fatiguant, alors rajoutez à cela l'arrivée dans château qui n'avait de féerique que l'apparence, et dans lequel il devrais vivre avec des centaines d'autres enfants pendant les sept prochaines années. Bien qu'il se soit préparé au pire concernant le nouveau directeur, l'annonce de l'enseignement de la magie noire avait fait l 'effet d'une bombe dans l'esprit du « petit garçon ». Cette bombe l'avait tenu éveillé, perdu dans es pensées, pendant une bonne partie de la nuit. Il fut donc vraiment étonné de s’être réveillé avant tout le monde ce matin.

Étant relativement en avance, il avait pris son temps pour enfiler son uniforme et partir en direction de la grande salle, prendre son petit déjeuner. Lorsqu'il arriva, les tables commençaient doucement à se remplir. Il s'assit à la table des Poufsouffle et entama son repas, composé principalement de tartines et de chocolat. Un bruit de piaillement venant du plafond lui fit lever la tête de son bol. Haut dans les airs, des dizaines de Hiboux avaient pénétré la grande salle, lâchant paquets, enveloppes et journaux sur les table de leurs destinataires.  Ed attrapa la Gazette du Sorcier qui lui était destiné (sa grand-mère lui avait pris un abonnement à son départ pour Poudlard) et reprit sa tartine. « Réforme des cours à Poudlard : les erreurs de Dumbledore enfin réparées ! » affichait le gros titre. En voyant ça, Ed ne prit même pas la peine d'ouvrir le journal, et le laissa sur le coté, à qui voudrait le prendre. Ainsi, la photo animée d'une sorcière a l'allure de crapaud lui sourit gaiement pendant toute la fin de son repas. Ô joie !

Sa matinée de cours était consacrée a sa première leçon de vol. Bien qu'il soit issu d'une famille de sorciers, Ed n'avais jamais eu l'occasion de monter sur un balais, c'était donc sa toute première fois aujourd'hui. Après les explications du professeur * Vraiment ? Parler a un balai pour qu'il vienne dans la main ?* et quelques essais infructueux, Ed put enfin enfourcher son balai. Cette sensation  lorsqu'il décollait, cette impression de liberté une fois dans les airs, Merlin qu'il aimait ça ! Bon d'accord, il n'avait volé que quelques minutes, et seulement a deux ou trois mètres du sol, mais il ressortit quand même du cours le cœur léger.

Après sa pause repas de midi, il prit le chemin des étages, pour son cours d'histoire de la magie, matière enseignée par… Un fantôme ?! Passé l'étonnement d'avoir un esprit comme professeur, le cours était plutôt banal. En fait non, il était carrément ennuyeux. Après avoir essayé d'écouter le professeur Binns pendant une quinzaine de minutes sans succès, Ed s'empara d'une plume et d'un parchemin, et commença a griffonner quelques dessins. Non pas qu'il était bon en dessin (il était même plutôt mauvais) mais cela lui occupait les mains, faisait croire au prof qu'il travaillait, et surtout, lui permettait de s'évader un peu, de se mettre dans sa « bulle ».

Les  deux dernières heures de la journée étaient celles qu'il redoutait le plus : cette période de la journée était consacrée à l’étude de la Magie Noire.c'est donc le plus lentement du monde qu'il se mit en route pour la salle, priant pour croiser la route d'un grand serpentard qu'il provoquerais afin de se retrouver a l'infirmerie. Mais il ne croisa personne, et c'est à contre cœur qu'il entra dans la salle.  Le « professeur » Carrow les attendait. A ses cotés, des Serpentard de septième année, tous baguette en main. Un silence pesant régnait dans la salle. Ce qui allait suivre, Ed préférerais l'oublier. Carrow leur avait expliqué que les principaux sortilèges en duels, étaient les sortilèges « impardonnables » et que nos adversaires n'hésiteraient pas à s'en servir. Aussi, comme ces sortilèges requéraient une certaine maîtrise de la magie, les premières années n’étaient pas capables de les lancer. Mais Carrow en avait profité pour faire « d'une pierre deux coups » :  Les grands apprendraient a jeter des sortilèges d'Imperium sur les premières années qui devaient alors  tenter de résister à leurs assaut. « pour vous endurcir »

Le cours enfin terminé, Ed, cassé, l'air maussade, retourna vers la salle commune. Il avançait d'un pas lent. Cette journée avait pourtant bien commencé, pourquoi avait-il fallu qu'elle se termine en queue de poisson ? En passant l'entrée, il éprouva un étrange sentiment qu'il ne s'attendait pas a retrouver ici. Il eut l'impression d’être chez lui, en sécurité. Il faut dire que la salle commune était accueillante, avec ses plantes accrochées un peu partout, sa cheminée, ses fauteuils moelleux… Une jeune fille, guère plus vieille que lui, était d'ailleurs assise là, près du feu. Elle avait troqué son uniforme réglementaire pour des vêtements moldus, de bien meilleur goût. Il l'avait déjà vu mais ne lui avait jamais parlé. Elle l'interpella:

« Bonjour ! Tu veux venir t'asseoir ? »

Étrangement, sa voix lui fit l'effet d'un rayon de soleil dans une nuit noire. Il acquiesça et s'affala sur un des fauteuils qu'elle lui avait présenté. Il ne parla pas tout de suite, appréciant un moment le confort de l'endroit. Au bout d'un petit moment, il crut bon d'engager la conversation. Après tout cette fille ne l'avait pas fait venir pour le plaisir de le regarder.

« Je m’appelle Edward... Edward Selwyn, mais tu peux m'appeler Ed'. Désolé, je suis pas trop en forme… je sort d'un cours de magie noire avec les Carrow… c’était horrible.»

Il eut un frisson rien que d'y penser. Mais maintenant, c’était fini, il était de retour en terrain amical et chaleureux, tout allait bien… Du moins pour le moment.

_________________


Dernière édition par Edward Selwyn le Dim 24 Juil 2016 - 3:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Mar 12 Juil 2016 - 16:33

Aurore se souvint de sa rentrée. Un mélange de peur et d'angoisse, comme une boule formée au fond de sa gorge pour lui faire rendre compte que tout ceci était bel et bien la réalité. Que Dumbledore n'était plus, que McGo était devenu un masque froid et glacial à la différence de ses regards chaleureux habituels, que Rogue était à présent le nouveau Directeur, et surtout... Surtout que les Carrow, Mangemorts fidèles à Vous-Savez-Qui, allaient être leurs nouveaux professeurs. De quoi en faire frémir plus d'un. La jeune blairelle avait écouté les discours de ce début d'année avec autant d'attention que tous ceux présents dans la Grande Salle, ne cessant de s'imaginer des scènes suite à ces paroles. C'était fini, cette image protectrice de Poudlard, où tous les élèves pouvaient se sentir en sécurité. Fini les blagues idiotes de quelques élèves casse-cou. Dorénavant, seul l'ordre et la discipline régnait dans le château et ça, même les professeurs les plus fidèles à Dumbledore n'y pouvaient rien. Tant que le Seigneur des Ténèbres n'avait pas été vaincu, les élèves pouvaient s'attendre à voir d'autres années défiler comme celle qui était en train de débuter. La paix était encore loin.

Le nouveau venu dans la Salle Commune semblait perdu, mal en point et l'air maussade. Aussi, Aurore n'hésita pas à l'inviter pour s'asseoir en face d'elle. Ces fauteuils étaient les plus confortables de tout Poudlard, la jaune et noir en était persuadée, de même que cet endroit. Chaleureux, reposant... Quoi de plus ? Elle avait eu de la chance d'être répartie à Poufsouffle, qui était loin d'être une mauvaise Maison contrairement aux dires des autres élèves. La jeune Diam observa un peu plus son jeune camarade de Maison qui semblait plus jeune qu'elle. Les cheveux bruns coupés courts, elle n'arrivait pas bien à distinguer la couleur de ses yeux. Un mélange de bleu-gris et de vert. À vrai dire, ce n'était pas ça qui était le plus frappant chez lui. C'était sûrement l'expression de son visage, plus mature et plus fermé, comme s'il avait vécu des choses horribles, lourdes à porter, qui l'avaient fait grandir plus vite.

« Je m’appelle Edward... Edward Selwyn, mais tu peux m'appeler Ed'. Désolé, je suis pas trop en forme… je sort d'un cours de magie noire avec les Carrow… c’était horrible. »

Brusquement, le sourire d'Aurore retomba. Les cours de Magie Noire... Ainsi, ils avaient vraiment commencé. Les élèves auraient pu croire à une blague, mais non. Ils n'en étaient pas une. Ses yeux devinrent un peu plus compatissants envers le jeune blaireau qui devait être un peu perdu au milieu de tout ça. Il s'était sûrement attendu à une rentrée merveilleuse, magique et pleine de surprises, mais il n'en était rien de tout cela. Seulement le noir, la peur et le chaos.

« Je m'appelle Aurore. Aurore Diam, en 2ème année. »

Une fois les présentations faites, elle se permit de se rapprocher un peu plus de lui. La solidarité des jaunes, quoi. Une des qualités principales de la Maison était avant tout la loyauté et la solidarité. C'était pour ça que cette Maison était aussi unie. Parce que les blaireaux étaient là les uns pour les autres. Cela faisait leur force, tout comme pour le Quidditch. Pas étonnant que les jaune et noir gagnaient beaucoup de matchs. Parce qu'ils étaient unis comme les doigts de la main.

« Il y a quelques instants, je me posais la question à savoir quels cours avaient eu les premières années. Enfin, si tu es en première année aussi... Je suppose que j'ai la réponse. »

Aurore attendit quelques instants avant de continuer, ne voulant surtout pas brusquer le jeune sorcier, consciente que ce qu'il avait vu et vécu au sein de ce cours allait changer la donne cette année.

« Si tu veux en parler, je suis là. Après tout, ajouta-t-elle en jetant un coup d’œil autour d'elle, les inspecteurs n'ont pas encore réussi à surveiller les Salles Communes. Et puis de toute façon, s'ils viennent ils sauront à qui ils ont affaire. Les Poufsouffle ne sont pas si facile à dompter, foi d'Aurore ! » finit-elle avec un grand sourire.

Ce n'était pas grave si Edward n'avait pas envie de se confier à elle pour l'instant. C'était tout-à-fait compréhensible. Le choc des informations l'avait peut-être bloqué et, même si parler à quelqu'un faisait toujours du bien, elle rappelait également de douloureuses images du passé dont on voulait oublier à tout prix l'existence. 
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Mer 13 Juil 2016 - 13:06

Aussitôt qu'il eut fini sa phrase, Ed se maudit intérieurement. Pourquoi fallait-il toujours qu'il parle de choses aussi sérieuse a chaque fois qu'il faisait la connaissance de quelqu'un. Bon là c'était quand même particulier, n'importe quel enfant de son age ressortirait d'un tel cours dans un état semblable. Mais en lui parlant de ça, il avait fait disparaître le sourire du visage de la jeune fille, et il n'aimait pas du tout cette idée.  Elle se présenta à son tour.

« Je m'appelle Aurore. Aurore Diam, en 2ème année. » 

Aurore, la première lueur du matin, faisant disparaître la nuit. Ce n'était qu'un hasard, mais la signification de son prénom retranscrivait exactement la sensation qu'avait eu Edward lorsqu'elle l'avait interpellé un peu plus tôt.  La jeune fille se rapprocha un peu de lui. Ed comprit qu'elle voulait instaurer un climat plus amical, elle ne semblait pas se rendre compte qu'elle inspirait déjà la confiance naturellement. Il ne sut pas si c'était son regard, d'un gris clair presque irréel, ou le fait qu'elle portait des vêtements moldus, bien plus engageants que l'uniforme de l'école, mais son apparence lui inspirait déjà la sympathie.  Un mélange étrange de maturité mêlée a l'innocence de l'enfance.

« Il y a quelques instants, je me posais la question à savoir quels cours avaient eu les premières années. Enfin, si tu es en première année aussi... Je suppose que j'ai la réponse. »

Ed acquiesça. C'est vrai qu'il ne lui avait pas dit son année…  Enfin, elle est en deuxième année et ne l'avait jamais vu auparavant, pas  besoin d'être à Serdaigle pour le déduire. Aurore jeta un rapide coup d’œil, geste qu'Ed imita par réflexe.

« Si tu veux en parler, je suis là. Après tout, les inspecteurs n'ont pas encore réussi à surveiller les Salles Communes. Et puis de toute façon, s'ils viennent ils sauront à qui ils ont affaire. Les Poufsouffle ne sont pas si facile à dompter, foi d'Aurore ! »

La Fillette lui adressa un large sourire. Il avait entendu toutes sortes de choses sur Poufsouffle,  la maison la moins aimée après Serpentard, mais ce n'est que lorsqu'on l'a intégré qu'on peut vraiment se rendre compte  à quel point les autres se trompent.  La solidarité, la fidélité et la confiance étaient les principales qualités des jaunes et elles étaient primordiales en ces temps de trouble. Ed savait donc qu'il pouvait faire confiance à Aurore, mais il ne voulais pas effacer une seconde fois le sourire de sa nouvelle  camarade.

« - Merci, c'est gentil, » répondit-il, « mais j'ai pas trop envie d'en parler pour le moment. J'ai surtout besoin de me changer les idées, je pense… » Il repassa sa journée dans sa tête, cherchant un sujet qui allégerait la conversation. Se remémorant  comment avait commencé la matinée, il enchaîna « Par contre, ce matin j'ai eu mon premier cours de vol ! j'avais jamais volé avant, c’était super ! Et on m'a dit qu'il y avais un tournoi de Quidditch ici, mais qu'on ne pouvait s'y inscrire qu'à partir de la deuxième année… Tu penses y participer ?

Évoquer son cours de vol lui avait rappelé les sensations qu'il y avait ressenti, atténuant les souvenirs de son dernier cours de la journée.  Après tout, il n'était encore qu'un enfant, et il aurait tout le temps une fois adulte pour s’apitoyer sur son sort, donc autant profiter des petits moments de bonheur comme celui-ci.

_________________


Dernière édition par Edward Selwyn le Dim 24 Juil 2016 - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Dim 17 Juil 2016 - 12:31

Au tout départ, Aurore n'avait pas encore saisi l'importance de cette guerre au sein du monde entier. Lorsque Dumbledore l'avait envoyée à Poudlard, deux idées s'étaient formées naturellement dans sa tête : le bon et le mauvais. Le mauvais était essentiellement le monde moldu, monde dans lequel elle n'avait été que l'objet qui fait gagner de l'argent parce qu'on a un beau visage ou un joli corps, pas parce qu'on est gentille ou généreuse. Un monde qui ne jugeait que sur des a priori, qui ne prenait même pas le temps de connaître quelqu'un et qui faisait un cas toute une généralité. Cela, Aurore avait détesté dès qu'elle avait eu l'âge de comprendre. Et ce n'était pas près de changer. Pour le bon, elle avait vu le monde sorcier comme quelque chose de féérique, où elle allait apprendre des sorts, s'en servir pour faire des belles choses. Jusqu'au jour où Dumbledore était parti, détruisant au passage toute image possible d la paix future, qui avait fait s'effondrer plus d'un espoir parmi les plus jeunes. Aurore avait refusé de croire qu'une guerre, bien pire encore que dans le monde moldu, allait se produire, et que des dégâts allaient être fait. Nier l'existence des Mangemorts et du Lord Noir était bien plus facile que faire face au danger, n'est-ce pas ? Sauf que quand la petite Diam voyait l'ambiance assombrie du château, elle s'était dit qu'il était inutile de passer au travers, que quelqu'un l'attendrait toujours pour lui enchaîner les mains. Alors elle s'était promis de refaire naître le bonheur et la joie dans le cœur de tout le monde. Un rêve de petite fille, me direz-vous. Mais qui sait si elle n'allait pas y arriver un jour ou l'autre ?

C'est pourquoi, en découvrant la mine effondrée d'Edward, Aurore s'était rappelée cette promesse qu'elle s'était faite un soir, lorsqu'elle avait pris conscience de la gravité des événements. Le sourire et le bonheur. Deux choses que personne n'avait le droit d'enlever à quelqu'un d'autre. Surtout pas à une personne aussi jeune. C'était ça qu'ils voulaient, le camp des Forces Obscures. Nous diviser. Nous miner le moral pour que les élèves ne ressemblent qu'à des zombies. Mais ils n'allaient pas les laisser faire. La fierté des Maisons en ressortirait indemne.

« Merci, c'est gentil, répondit-il juste après sa proposition, mais j'ai pas trop envie d'en parler pour le moment. J'ai surtout besoin de me changer les idées, je pense… »


Aurore fit un signe de tête pour lui dire qu'elle comprenait. Les nouvelles informations étaient encore trop fraîches pour que le jaune et noir puisse en parler ouvertement. Il fallait laisser le temps faire, laisser la blessure se refermer d'elle-même et enfin, se délivrer de ce lourd fardeau. Et la jeune blairelle respectait ce choix autant qu'elle respectait son silence.

« Par contre, ce matin j'ai eu mon premier cours de vol ! j'avais jamais volé avant, c’était super ! Et on m'a dit qu'il y avais un tournoi de Quidditch ici, mais qu'on ne pouvait s'y inscrire qu'à partir de la deuxième année… Tu penses y participer ? »


Les lèvres d'Aurore s'étirèrent alors en un grand sourire lorsqu'elle se rappela sa première année de vol. Au tout début, elle avait eu peur. Non pas qu'elle avait eu réellement peur, simplement qu'elle ne connaissait pas. Les sorciers volants sur des balais... Toutes ces histoires faisaient parti des contes de fée, et jamais elle n'avait pu imaginer une seule seconde que ces contes existaient. Du moins, une partie. Son premier vol n'avait été que crispation et stress. Mais une fois que la jeune Diam avait compris la douce subtilité de voler, ses muscles s'étaient alors tous détendus et elle avait pu prendre plaisir, laissant ses cheveux voler au vent, avant qu'elle ne sache que, pour le Quidditch, elle devoir les attacher. Question pratique. Mais elle se souvenait encore de cette sensation de liberté qu'elle avait ressenti et cela, même le camp adverse ne pourrait le lui enlever.

« Aah, les cours de vol. C'est un sacré truc, pas vrai ? Jusqu'à l'année dernière, je n'avais jamais volé non plus. »

Parce que mes parents sont des moldus, pensa Aurore. Mais elle ne pouvait se permettre de le crier sur tous les toits, surtout en ces temps sombres. Les nés-moldus n'étaient pas les bienvenus ici, et un seul chemin les attendait : la Maison Nuncabouc. Enfin, une Maison... Simple façon de parler. Il n'y avait de Maison ou de groupe pour les nés-moldus. Il y avait juste la culpabilité d'être né de parents non sorciers et subir le mépris et le dégoût des autres. Une humiliation, voilà ce que c'était. Une humiliation destinée à faire du mal et à rendre fou simplement à cause d'une histoire de sang pur ou pas, et d'ailleurs, on s'en fichait de ça. Il y avait des choses tellement plus importantes que ça... Aurore continua avant de plomber définitivement l'ambiance.

« Et les match de Quidditch... Je fais partie de l'équipe de Poufsouffle en tant que Poursuiveuse, grâce à la proposition d'Amaryllis, une Pouffy en sixième année. Tu as dû la croiser dans la Salle Commune, je pense... Et toi, tu viendras nous soutenir j'espère ! »

Même s'ils n'étaient pas nombreux dans cette Maison, les Poufsouffles avaient cette qualité d'être là pour les autres, autant dans les moments forts que dans les moments plus bas. Et la petite jaune et noir espérait de tout cœur que c'était le cas dans les autres Maisons, car comme disait un proverbe moldu, « L'union fait la force ».   
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Dim 24 Juil 2016 - 3:38

« Aah, les cours de vol. C'est un sacré truc, pas vrai ? Jusqu'à l'année dernière, je n'avais jamais volé non plus. »

Ed se félicita intérieurement pour avoir fait revenir le sourire sur le visage de la jeune fille. L'atmosphère était à nouveau détendue, telle qu'elle devait être dans le havre de paix qu'était la salle commune.


« Et les match de Quidditch... Je fais partie de l'équipe de Poufsouffle en tant que Poursuiveuse, grâce à la proposition d'Amaryllis, une Pouffy en sixième année. Tu as dû la croiser dans la Salle Commune, je pense... Et toi, tu viendras nous soutenir j'espère ! »

Amaryllis, en effet, les gens allant et venant toute la journée dans la salle commune, il l'avait certainement déjà croisée, mais il n'avait soit pas entendu, soit pas retenu son nom. En plus elle était en sixième année, et il n'avait que très peu de contacts avec les grands. Si c'est grâce à elle qu'Aurore était dans l'équipe, elle devait certainement en être la capitaine. Sans s'en rendre compte, une pointe d'admiration etait apparue dans le regard du jeune Poufsouffle.

« bien sûr que je serais là ! A vrai dire… » Ed s'arrêta un instant, il ne savait pas s'il pouvais continuer sur sa lancée. Boarf, maintenant qu'il avait commencé sa phrase, il devait la finir, il passerait pour un ahuri s'il s'arrêtais comme ça. Il reprit donc « En fait, mis à part les résultats des matchs que je voyais dans la Gazette du Sorcier, j'ai jamais suivi ou même vu de match de Quidditch. Pour être totalement honnête, je ne sais même pas comment se déroule un match, donc ce serait l'occasion de me rattraper»

Mais même s'il n'en avait jamais fait, cette première heure de vol et les conversations qu'il a pu avoir avec ses camarades de classe l'avaient déjà convaincu: il voulait faire partie de l'équipe. Les joueurs de Quidditch à Poudlard bénéficiaient de certains avantages par rapport aux autres élèves. D'abord, ils avaient accès au terrain tout au long de l'année pour aller s'entraîner, tandis que les élèves lambda ne touchaient plus de balais passé la première année. Ils bénéficiaient en plus d'une plus grande tolérance de la part de certains professeurs (quel joueur de Gryffondor pouvait affirmer que McGonagall n'était pas plus souple avec eux quant à la charge de devoirs ?). Mais le plus important, ils étaient, le temps des matchs, acclamés et encouragés par toute l'école, ce qui comptait beaucoup pour Ed. Non pas qu'il soit narcissique, mais se faire reconnaître dans un sport était un moyen pour lui de se faire voir autrement que « le nain jaune ». Bien sûr, personne ne l'avait encore appelé comme ça à Poudlard, mais il avait tellement eu l'habitude dans ses anciennes écoles, de se faire tanner par rapport à sa taille qu'il s'était mis cette idée en tête que tout le monde le voyait comme ça. Un genre de complexe d'infériorité dont il essayait de se servir comme d'une force, mais qu'il essayait de faire disparaître. C'est peut-être pour ça qu'il avait été envoyé à Poufsouffle, la maison ou tout le monde se serre les coudes.

« En tout cas, t'as de la chance de faire partie de l'équipe. Moi aussi j'aimerais bien y entrer l'an prochain, mais je connais même pas les règles, je pourrais jamais arriver au niveau des autres joueurs à temps. »

Au moment où il disait ça, une bribe de ses conversations de ce matin lui revint en tête.

« On m'a parlé de Harry Potter ce matin, ça te dit quelque chose ? On m'a dit qu'il était devenu attrapeur en première année, alors qu'il avait grandi chez des moldus et qu'il n'avais jamais touché un balais avant ça. Ca m'etonnerait même pas, j'ai entendu tellement de trucs sur lui… N'empêche, je me demande comment il a fait.. »

Finalement, c'était peut-être ça la solution : Trouver Harry Potter et lui demander des astuces pour le Quidditch … Et pourquoi pas qu'il entraîne Ed en secret ? Après tout, le survivant avait la réputation de toujours vouloir aider tout le monde, donc il accepterait certainement. Lors du repas de la veille, il avait tenté de discerner une paire de lunettes rondes à la table des Gryffondor, mais il y avait tellement de monde qu'il ne l'avait même pas aperçu. Il espérait qu'il soit toujours à Poudlard, surtout compte tenu de la situation dans laquelle se trouvait l'école.

[H.J : bon j'ai finis par poster, désolé du retard :S en plus je suis pas trop satisfait de ce que j'ai écrit mais bon... ^^' ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed] Dim 24 Juil 2016 - 16:23

Tout avait été nouveau, à Poudlard. Étant une née-moldu, terme qu'elle n'appréciait pas et qui lui faisait penser aux injustices qu'il y avait dans le monde moldu, elle avait découvert pratiquement la totalité des choses en arrivant ici. Les cours de Sortilèges, de Vol, d'Histoire de la Magie... Tout avait semblé sortir tout droit d'un conte de fée. Et voilà où elle en était aujourd'hui, non seulement à parler avec un plus jeune qu'elle de sa Maison, chose positive, mais en contrepartie, à mentir sur ses origines pour ne pas fini chez les Nuncabouc. Chose moins positive. Mais pour le moment, Aurore voulait surtout profiter du moment, à parler de tout et de rien en compagnie d'Edward, devenu blaireau il n'y avait même pas une semaine. Sa toute nouvelle amie ne savait pas bien ce que ses parents lui avait dit à propos de Poudlard enfin, si ses parents étaient sorciers, mais elle comprenait qu'il soit un peu déstabilisé. En y réfléchissant bien, Aurore en conclut que oui, ses parents l'étaient car sinon, le pauvre jeune homme aurait finit dans la Maison la moins honorifique de l'établissement.

« Bien sûr que je serais là ! A vrai dire… »

Son camarade s'arrêta un instant, hésitant sur la suite. Aurore l'invita à poursuivre. Avec elle, il n'avait pas à avoir honte de quoi que ce soit. De quoi pouvait-il bien l'être ? Après tout, il descendait très certainement d'une famille de sorciers, pas elle. Certains considéraient cela déjà comme étant une honte. Honte que l'on voulait amplifier en les envoyant dans un endroit où l'on le leur rappelait souvent : Nuncabouc. Cette réforme était un total désastre. Malheureusement pour eux, beaucoup d'élèves étaient envoyés là-bas sans pouvoir y faire quelque chose. Il en était ainsi, et ce n'était qu'en renversant le nouveau pouvoir qu'ils allaient enfin être en paix et vivre comme avant. De belles paroles tout ça. Face à des Mangemorts et des Détraqueurs, que pouvait une petite fille de 12 ans ? Rien du tout, hélas.

« En fait, mis à part les résultats des matchs que je voyais dans la Gazette du Sorcier, j'ai jamais suivi ou même vu de match de Quidditch. Pour être totalement honnête, je ne sais même pas comment se déroule un match, donc ce serait l'occasion de me rattraper. En tout cas, t'as de la chance de faire partie de l'équipe. Moi aussi j'aimerais bien y entrer l'an prochain, mais je connais même pas les règles, je pourrais jamais arriver au niveau des autres joueurs à temps. » »

Après ça, la petite Aurore vit une tonne de souvenirs remonter dans sa mémoire. La fois où, montant pour la première fois sur un balai, elle avait tout d'abord été envahie par la peur et l'angoisse. La peur d'une chose nouvelle, un objet qu'il fallait maîtriser si l'on ne voulait pas tomber d'en haut, et l'angoisse de ne pas réussir cette entrée dans ce nouveau monde, avec un balai qui signifiait beaucoup, dans le monde des sorciers. Après quelques essais pénibles et laborieux, elle avait enfin réussi à s'envoler et à maîtriser les bases jusqu'à totalement se libérer. Se libérer de ses chaînes, de ce poids que la jeune blairelle avait dû transporter ici pour enfin s'en délivrer dans les airs. Vraiment, ses cours de Vol l'avaient passionnée. Et d'après ce que l'on disait, après la première année si nous n'étions pas pris dans l'équipe de Quidditch, on ne retouchait plus à un balai de sa scolarité, à part si nous en avions un chez soi. Le terrain était avant tout réservé aux équipes des Maisons pour les entraînements. Aurore avait donc été très touchée et très fière lorsqu'Ama, son ange gardien de la Maison, lui avait proposé le poste de Poursuiveuse, un de ses postes favoris. Après quelques entraînements passés avec elle l'année précédente, la jaune et noir commençait enfin à maîtriser ses capacités pour ce rôle.

 « Tu pourras toujours tenter le recrutement l'année prochaine ! À vrai dire, on manque de monde. Tu sais, avant d'être poursuiveuse, j'étais juste sur un balai à voler un peu partout. Mais après les entraînements, j'ai vraiment su comment me comporter en équipe. Tout s'apprend, on ne sait pas tout d'un coup. Parfois, il faut plus ou moins de temps, mais si tu le veux vraiment, ton retard n'aura aucun importance. »

Termina-t-elle dans un sourire rassurant. Aurore n'avait pas voulu parler de nouveau sur le fait qu'il n'avait jamais vu de match de Quidditch, étant donné que ça avait été la même chose pour elle. Et dire qu'elle n'en avait jamais ni n'avait lu des résultats sur la Gazette du Sorcier aurait été se trahir elle-même. Or, la jeune Diam avait décidé de mentir sur ses origines. Si elle commençait à crier sur tous les toits qu'elle était une née-moldu, c'en était fini de sa personne. Aurore devait être constamment sur ses gardes, et faire attention à ce qu'elle disait. Le véritasérum existait, et il était dangereux de communiquer des informations cruciales à des gens même de confiance.  

« On m'a parlé de Harry Potter ce matin, ça te dit quelque chose ? On m'a dit qu'il était devenu attrapeur en première année, alors qu'il avait grandi chez des moldus et qu'il n'avais jamais touché un balais avant ça. Ca m'etonnerait même pas, j'ai entendu tellement de trucs sur lui… N'empêche, je me demande comment il a fait.. »


Aurore regarda le plafond, pensive. Elle n'avait jamais rencontré ce Gryffondor que l'on surnommait le Survivant, mais une chose était sûre, beaucoup misaient leur espoir sur lui. Après s'être un peu renseignée à droite à gauche, elle avait fini par en savoir plus sur ce garçon qui semblait porter la misère du monde sur ses épaules. Mais le rouge et or était en fuite et avait quitté le château, selon les bruits de couloir. En même temps, avec le professeur Rogue à la tête de l'établissement, lui-même entouré de Détraqueurs et de Mangemorts qui le voulaient vivant, il y avait de quoi prendre la fuite le plus loin possible. Ce n'était pas ici qu'Edward allait le trouver.

« On m'a dit que son père, apparemment décédé aux mains de Tu-Sais-Qui, était le meilleur attrapeur de son époque. Beaucoup pensent qu'il tient ça de lui, que c'est dans ses gènes. Mais on dit aussi qu'il a quitté le château cette année, à cause de... Des Mangemorts. Ils le recherchent de partout, car c'est une menace à éradiquer, d'après ce que j'ai pu comprendre. »

La guerre, la guerre... Par Merlin, qu'est-ce qu'elle pouvait faire des dégâts ! Rien que d'y penser, elle en frissonnait déjà. Par étonnant que certains élèves avaient choisi la fuite... Même s'ils allaient être bientôt rattrapés puis tués par les Force Obscures. Quelle ironie... Avec un soupir, Aurore s'assit un peu plus confortablement dans ce canapé et le regarda de nouveau de ses grands yeux gris clairs. Le regarder la rendait un peu nostalgique, comme si elle se remémorait elle aussi, son arrivée à Poudlard. Un peu démunie et fragile... La jaune et noir s'était bien renforcée, depuis.

« Tu as eu tous tes cours aujourd'hui ? Ou il t'en reste encore quelques uns à découvrir demain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La solidarité des jaunes [PV Ed]

Revenir en haut Aller en bas

La solidarité des jaunes [PV Ed]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité» solidarité chiens belges» Le délit-de-solidarité-qui n'existe-pas» Ah la recherche de cailloux jaunes (libre)» NEG MIAMI SOT VE LAVARUCE GAUDET QUAND DU DA POU PREZUDAN !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1997 - Août 1998 :: Sujets abandonnés-