AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

HOLBREY, Octave - Bibliothécaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
PERSONNEL DE POUDLARDBibliothécaire
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Bibliothécaire
AVATAR : James McAvoy
MESSAGES : 184

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Seul...
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 10 Août 1964
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: HOLBREY, Octave - Bibliothécaire. Dim 10 Juil 2016 - 1:58



 

Toute impulsion que nous cherchons à étouffer fermente dans notre esprit et nous empoisonne. Le corps pèche une fois et c'en est fini de son péché, parce que l'action est un mode de purification. Rien ne demeure alors, que le souvenir d'un plaisir ou le luxe d'un regret. La seule manière de se débarrasser d'une tentation est d'y succomber. Résistez-y, et votre âme tombe malade de la soif des choses qu'elle s'interdit, du désir de ce que ses lois monstrueuses ont rendu monstrueux et illégal. On dit que les grands événements du monde se produisent dans le cerveau. C'est dans le cerveau, et dans le cerveau seul que les grands péchés du monde se produisent aussi.


Oscar Wilde






LE MAITRE DU JEU

DATE DE NAISSANCE & ÂGE : 33 Ans. 10 Août 1964
ORIGINE : Sang-mêlé.
METIER : Enquêteur avant, bibliothécaire au sein de Poudlard maintenant.
BAGUETTE : Vigne, 29.7cm, fine et souple, ventricule de dragon
PATRONUS : Un poulpe.

SES PARTICULARITES

Agit d'une façon, la condamner ensuite, juste pour le plaisir de contredire. C'est quelqu'un d'assez ambivalent, qui ne se comporte pas toujours de façon très cohérente. Critique ambigu, il est flegmatique, blasé ou extravagant et un brin effrayant. Il lui arrive de croire qu'il est au dessus de tout. Il n'aime pas ne pas avoir ce qu'il veut ou avoir ce qu'il veut trop facilement.


_________________


Dernière édition par Octave Holbrey le Dim 25 Sep 2016 - 4:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL DE POUDLARDBibliothécaire
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Bibliothécaire
AVATAR : James McAvoy
MESSAGES : 184

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Seul...
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 10 Août 1964
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: HOLBREY, Octave - Bibliothécaire. Dim 10 Juil 2016 - 1:58









Abigail Hook

A venir.








Wotan Nielsen

A venir










Cassidy N. Rowle


Ma tornade, ma tempête. Ton caractère est aussi exécrable qu’un verre de vin trop vieux, et ton orgueil t’enchaine au sol, te retenant prisonnière de l’envol dont ton inconscient rêve, mais que ton esprit se refuse à s’offrir, par crainte, très certainement. Cette même crainte que tu refuses d’admettre pour ne surtout pas avoir à reconnaître la moindre faiblesse. Pourtant, l’on sait que la plus grande des faiblesses est bien de ne pas avoir conscience de ses limites… Tu vis dans l’ombre de toi-même, et le fait que je le perçoive mieux que toi t’entraîne à me détester d’une aversion aussi sincère que la tendresse que je te voue.

Car nous nous ressemblons, à cela près que nos vies ont pris une direction différente à une même intersection. Je vois alors en toi ce que j’aurais pu être, et tu devines en moi qu’un mystère qui t’effraye et t’abandonne à l’incompréhension la plus vindicative. Pareillement que celui qui ne sait pas nager regarde avec crainte et ignorance celui qui prend la mer. J’ai un attrait pour toi alors même que tu me tourmentes avec fureur, telle une sirène qui séduit par sa voix, me menant tout droit à ma perte, à ma mort.

Pourtant, sentant la réticence faiblissante, je m’agrippe à toi, persuadé que tu es encore capable de sortir des flots ténébreux dans lesquels baigne ton âme. Ton cœur est gracieux, et c’est cet astre lumineux qui me pousse dans la noirceur de ton esprit, m’obligeant à chercher mon chemin dans le labyrinthe des méandres de ta pensée tortueuse. Charmé par la délicatesse des pétales que tu renfermes ardemment, je cherche à tâtons la perle rare que tu abrites, la douceur de ce bijou si chatoyant. Alors, je continue à te provoquer dans la joie, car c’est là le seul moyen de faire miroiter follement l’iris de tes yeux, de voir à travers un trou de serrure un peu de la passion qui t’anime encore, mais toujours dans la colère et jamais dans la tendresse. C’est un moyen facile… peut-être qu’un jour je prendrai le temps de te faire réagir à travers la douceur et non la douleur...

Avec néanmoins le risque de blesser ma propre conscience au passage, car ta fougue est cruelle et de glace. Même si j’ai accroché ton regard et su cultiver ton intérêt vacillant par mon exaltation, ta personne reste de marbre, d’une dureté intransigeante et d’une âpreté sans pitié, telle la nacre qui t’entoure. Je crains maintenant que, si je me plonge véritablement dans le lac gelé de ton cœur, jamais plus je n’en sortirai. Et alors, finirais-je peut-être par le réchauffer, ou mourir un peu à mon tour…

De ce fait, tu mérites la carte de la Sirène. Dans la faiblesse, tu t’es laissée emmener par Hadès et maintenant tu en subis la punition. Ton âme, jadis ardente et passionnée, s’enlaidit dans la douleur et s’assèche de l’amour enflammé, des plaisirs éphémères, de la douceur d’un sentiment sincère. Mais ton cœur, encore préservé dans son écueil de nacre, étincelle à travers les ténèbres, comme une voix envoûtante de beauté authentique. Sans que tu ne le veuilles, elle cherche désespérément à toucher une tendresse semblable, mais ceux qui s’y aventurent s’écrasent sur les rives acérées de ton esprit. Aussi m’ensorcèles-tu par l’éclat délicieux et resplendissant de tes yeux, mais je crains de m’échouer sur le rivage, noyé dans l’aigre écume. Ou finirais-je à tes côtés, incapable de résister à tes charmes, rejoignant enfin le même chemin sinueux que fut le tiens, embrassant mes propres vices et fêlures pour devenir aussi impitoyablement séquestré dans la douleur que toi.






Vivinne Holbrey - La Reine Mère.


Que dire à part que notre relation est d’un vice méphitique. Mais je me suis rendu de l’aspect profondément malsain de notre relation que trop tard pour pouvoir remédier à tout le mal qu’elle a pu me faire.

Pourtant, tu es ma mère et je t’aime aussi sincèrement que je le peux ; sentiment qui n’a de cesse de se battre avec toute l’aversion que j’ai pour toi et ce que tu m’as fait subir.

Pourtant, je t’ai longuement admiré, et ce vestige de fascination est resté profondément ancré en moi envers et contre tout. J’ai vénéré ta grâce et ta splendeur, ta beauté magnétisante et ton maintient altier. Je voulais être comme toi en tout point, aussi poli et propre que les bijoux que tu portais, t’habillant toujours avec un goût sans faille. Tu étais une étoile et dans mon innocent amour enfantin ais-je fait confiance à toutes les lubies que tu me faisais subir, même lorsqu’elles m’étaient douloureuses. Raison pour laquelle j’ai longuement pensé qu’il était parfaitement normal de souffrir en amour, de s’offrir en sacrifice devant la personne désirée. J’ai mis trop longtemps à me rendre compte que tu me considérais que comme une extension de toi-même, à manier infiniment à ton image avec la plus grande des rudesses. J’ai tout subi pour toi, souhaitant par-dessus tout te rendre heureuse et fière de moi, mais ton goût pour la perfection était tel que ce n’était jamais assez bien pour toi. Rien de toute manière n’a jamais été à la hauteur de tes espérances. Mais en fils désespérément amoureux de sa mère, en manque d’affection et comprenant que la seule marque de considération à laquelle j’aurais le droit advient uniquement lorsque j’arrive à combler ne serait-ce qu’un peu tes attentes, je me suis toujours efforcé de faire mieux. Cela me plongea dans une perpétuelle frustration de ne pouvoir te satisfaire pleinement. Je ne me trouvais pas assez digne de toi et de ta tendresse, m’enfermant dans une spirale de complexes que j’essayais inlassablement de combler.

De la sorte, par ton ignorance et ton égoïsme, tu m’as forcé à devenir toujours plus fort. A viser toujours plus loin et plus haut que ma condition originelle. C’est partiellement grâce à ta dureté que j’ai développé les qualités combatives que je possède aujourd’hui. Mais c’est également à cause de cela que j’ai acquis des vices avec lesquels je me bats encore aujourd’hui.

Alors je t’aime comme une mère, mais je te haïs en tant que personne. C’est une dualité que j’ai beaucoup de mal à concilier et qui fait rage dans mon âme à chaque instant de mon existence. Car tu es ma mère et je ne puis te détester parfaitement, mais je me suis fait à cette contradiction que tu m’inspires, aussi bien que je me suis libéré des chaînes avec lesquelles tu m’entravais par ton amour égoïste auquel je croyais par désespoir. J’ai décidé d’arrêter de souffrir et je me suis soustrait à ton pouvoir, ce qui fut vécu comme une trahison pour toi. Depuis ce jour, tu essayes sporadiquement de récupérer la domination sur moi, tout comme je persiste à m’en défaire, à chaque fois dans l’exaspération et la lassitude. Mais on s’écrit, de temps en temps, parce qu’au fond, nous sommes liés par nos ressemblances jusqu’au bout. Tu es l’une des rares qui puisse comprendre certains traits de mon caractère, de la même manière que ma sensibilité t’échappe complètement. Et nous cohabitons maintenant dans un équilibre précaire, entre affection suspicieuse pour ma part, et égocentrique pour la tienne, ainsi qu’un profond agacement.









Aurore Diam

Une petite. Disciple ou esclave, l'avenir nous le dira !





Aslak Loikson

A venir.





Shawn Inoue


Il y a en ce jeune homme une douce et agréable ouverture d’esprit. De celle qui se veut discrète et se cache derrière un langage parfois grossier, souvent irréfléchi et quelque peu désinvolte. Il semble d’abord cavalier et fruste, comme l’ébauche inachevée d’une belle pièce d’art, ce qu’il est en soi. Mais il suffit de soulever le voile de sa propre arrogance pour le découvrir profond et généreux, malgré cette inconvenance dont il fait preuve de manière constante. Honnête et franc jusqu’à l’outrage comme pour s’épargner la compagnie de gens qui ne peuvent soutenir sa férocité.

J’ai pour toi une inclination doucereuse et naissance, telle une impression agréable devant celui que l’on ne connait pas encore assez mais envers qui l’on ne peut s’empêcher de nourrir une affection. Je n’ai qu’un seul espoir pour quelqu’un de rare comme toi. Quelqu’un parvenant à susciter en moi cet intérêt pour l’agréable et le beau qui me vient qu’en rencontrant une véritable grâce. Ne me déçois pas. Nombreux sont ceux dont émane un attrait froid et condescendant, mais peu ont comme toi le don de la joie. Tu es vif et débordant d’un charme juvénile qui caractérise si bien ceux qui n’ont pas été corrompus par la vie. Et pourtant, ton existence a certainement été pleine de tentations féroces qui auraient pu assombrir ton caractère, te rendre amer, suffisant et barbare. Probablement que tu l’es, quelque part en toi, un peu mufle, secrètement morose ; ta condition te condamne à une obscurité profondément tapie. Mais tu as su rester sauvage et terriblement naturel jusqu’à l’impolitesse. C’est peut-être ce combat que tu mènes contre ce qui te rend si différent que tu sais si joliment t’absorber dans l’existence. T’observer t’émouvoir est un véritable plaisir. Te voir t’adonner à la vie avec une telle simplicité est agréable car je me sens soudain capable de ressentir du bonheur à travers celui que tu sembles éprouver dans les moindres manifestations de ce monde. Ton euphorie est communicative tout autant que ta tristesse est invisible, mais je sens qu’elle est là puisque je sais qu’il faut avoir connu la douleur avant de pouvoir apprécier la consolation. Ton entrain n’en devient que plus remarquable, comme un printemps après le froid de l’hiver.

Cher Shawn, tu ne le sais peut-être pas, mais tu seras toujours le rayon de soleil pour quelqu’un. Aussi de ma part tu auras toujours le droit à un sourire sincère, une considération particulière et l’éternel plaisir de te retrouver, quelle qu’en soit la raison. Et si tu t’avères, comme tu le fus lors de notre rencontre, persistant dans tes nombreuses vertus et combatif envers tes vices, tu gagneras vite mon immuable considération, ma loyauté, ainsi que mon sincère attachement. Je te le souhaite, pour moi, car je n’apprécie pas que l’on me déçoive, et pour toi, car tu deviendras un homme bon et droit comme il y en a peu en ce monde.





Leslie Mathewsen

A venir.





Felix Lawford

A venir.









Severus Rogue


Très cher, vous êtes un parfait goujat. Un impoli olympique, un frustre de haut voltige. Vos émotions semblent à l’image de vos expressions, aussi peu variées que l’encéphalogramme d’un cerveau mort. Mais votre flegme ténébreux pardonne ces lacunes comme on pardonne au génie d’avoir un caractère difficile. Et de ce fait, vous êtes par principe une véritable curiosité tant vos intentions sont bien emmitouflées par le voile d’une terrible indifférence. Mais nous vivons tous de passions plus ou moins exaltées, et les vôtres sont simplement terrées sous les draps d’un lit froid. Aussi méritez-vous la place du Joker, la carte la plus ambivalente, mais également la plus rare. A l’image du personnage versatile, il est capable de poignarder son roi à tout moment pour récupérer la couronne. Et ce sang-froid, que je connais si bien, me fait indéniablement penser que vous êtes trop intelligent pour n’être qu’un Roi, une Reine, ou un Valet. Vous êtes le Joker, insidieux et tout puissant dans un jeu que vous êtes le seul à pouvoir maîtriser d’une main. Enfin… à part le maître des cartes, bien entendu.





Harry Potter

A venir.

_________________


Dernière édition par Octave Holbrey le Dim 20 Nov 2016 - 3:53, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL DE POUDLARDBibliothécaire
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Bibliothécaire
AVATAR : James McAvoy
MESSAGES : 184

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Seul...
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 10 Août 1964
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: HOLBREY, Octave - Bibliothécaire. Mar 1 Nov 2016 - 22:30

Crédits :

EdwardDelandreArt, Ignat Komitov, Rainer Kalwitz, Stuff Stock, spader7, Damascus5.
Décorations art nouveau de sites génériques.
Plus tous les auteurs dont le nom a été perdu à force de ne pas être assez cité, malheureusement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: HOLBREY, Octave - Bibliothécaire. Aujourd'hui à 5:01

Revenir en haut Aller en bas

HOLBREY, Octave - Bibliothécaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 03. First love, it's a hurting truth» Les Relations d'un Satané Bibliothécaire» Une après-midi de libre n'est jamais de refus [PV : Mycroft]» La bibliothécaire arrive! [PV Taylor Hoshiko]» Aerin Cirth, parcours d'une bibliothécaire.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Gestion du personnage :: Fiches relationnelles-