AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Incertaine // Un lionceau en vue ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore Jeu 7 Juil 2016 - 11:32



Le mois d’avril était à peine entamé, mais le soleil pointait déjà son nez en ce début de printemps. Les landes écossaises commençaient à redevenir vertes et de petites fleurs sortaient de terre. Ce matin-là, lorsqu’Amaryllis avait vu le ciel dégagé comme ça, elle s’était empressée de trouver Olivia, leur capitaine de Quidditch et Préfète-en-Chef.

« Livie ! Est-ce que le terrain de Quidditch est occupé ce matin ? »

La septième année vérifia sur son calendrier, avant de répondre par la négative à Amaryllis.

« Super ! J’emmène Aurore au terrain, pour voir un peu ce qu’elle vaut. Je suis sûre qu’elle pourrait faire une bonne recrue pour l’année prochaine ! »

Les deux jeunes filles échangèrent un sourire entendu. Elles savaient très bien que l’équipe de Poufsouffle avait souvent des problèmes de recrutement. En effet, contrairement aux Gryffondors et aux Serpentards qui avaient souvent besoin de faire des sélections même pour les remplaçants, les blaireaux ne se bousculaient pas au portillon. Cependant, tous ceux qui étaient dans l’équipe étaient très motivés et se donnaient à fond. Ce qui rendait l’équipe de Poufsouffle si performante, ce n’était pas parce qu’elle comptait de très bons joueurs (quoiqu’Ali et Elise appartenaient à cette catégorie) mais qu’il existait une véritable cohésion entre eux. Leurs gestes devenaient instinctifs parce qu’ils se connaissaient très bien les uns les autres.

« Aurore ! Prends un bon petit-déjeuner ce matin, on va s’entraîner sur le terrain de Quidditch ! T’as pas trop de devoirs au moins ? »

Vu que sa cadette lui répondit par la négative, elle la suivit jusqu’à la Grande Salle pour qu’elles puissent déjeuner ensemble. Elles rejoignirent May qui était déjà installée et qui leur servit deux grands verres de jus de citrouille.

« Maymay, tu viens avec nous sur le terrain de Quidditch ? Tu pourras peut-être essayer de-
- Non, faut que j’aille au club d’Art terminer ma peinture ! Et puis tu sais bien que moi sur un balais, c’est une très TRÈS mauvaise idée… Tu te rappelles de la dernière fois ?
- Oui, oui je me souviens… »

Les deux cinquièmes années se mirent à rire bruyamment. Cela faisait depuis le début de l’année qu’Amaryllis tannait sa meilleure amie pour qu’elle intègre l’équipe de Quidditch comme Gardienne, mais la grande rousse était complètement réfractaire à cette idée, préférant largement ses pinceaux à un balai. Les trois jeunes filles continuèrent à papoter jusqu’à ce qu’elles aient fini leur petit-déjeuner. Les deux blondinettes se dirigèrent vers le Parc du château.

« Tu veux savoir ce qui s’est passé la dernière fois que May est monté sur un balai ? On était en troisième année, et je m’entrainais déjà pour rejoindre l’équipe de Quidditch. J’avais demander à May de m’accompagner pour qu’elle puisse servir de gardien. Bon, comme tu t’en doutes elle était déjà pas réjouie à l’idée, mais quand elle était devant les anneaux elle arrêtait pas de hurler que je lui envoyait le Souaffle exprès sur elle et que si je la faisais tomber elle allait me tuer. Et puis à un moment, un de mes souaffles a frôlé le bout de son balai et elle a perdu l’équilibre. Comme elle a eu peur, elle a eu un mouvement de recul et a glissé de son balai. Heureusement elle s’est rattrapé à l’anneau qui était derrière elle pendant que son balai redescendait tranquillement vers le sol. Elle était accrochée à l’anneau, et moi je riais tellement que je n’arrivais pas à avancer vers elle pour la sauver ! Elle me hurlait de venir l’aider, et quand finalement j’ai réussi à la hisser sur mon balai, il n’a pas supporté notre poids à toutes les deux et on a fini par atterrir par terre. Et tout ça sous le regard d’Ethan Farrell, le préfet des Serpents, qui ne laissait pas May indifférent ! Alala, elle m’en a tellement voulu sur le moment que je n’ai plus osé lui parler pendant plusieurs heures, mais finalement on en rigole beaucoup maintenant ! »

Les deux Poufsouffles étaient arrivées à hauteur des vestiaires le temps qu’Amaryllis raconte son histoire à Aurore. La cinquième année avait pris sa tenue d’entraînement actuelle, mais également l’une de celles qu’elle avait quand elle était plus jeune. Aurore était plutôt grande pour son âge, les robes seraient donc un peu longues mais ne devraient pas gêner ses mouvements. Ama tendit la robe à la première année.

« Enfile-ça ! Ensuite, on ira chercher des balais dans l’armoire à balai. Et c’est dans la grosse caisse, là-bas, que se trouvent les balles. La nôtre, c’est évidemment celle avec le blaireau. On n’a pas les plus belles balles, mais elles ont de l’expérience et ne sont pas aussi dociles que les neuves. »

Voyant l’air un petit peu étonné d’Aurore, Amaryllis continua : « En fait, les balles ont une âme. C’est ce que Livie n’arrête pas de nous répéter : si on prend soin d’elles, elles nous le rendent. L’avantage de nos balles, c’est qu’elles sont assez dures à manier, donc quand on joue pour un vrai match, ça nous semble plus facile. Tu comprends ? »

La cinquième année ajusta sa robe et attacha ses cheveux en haut de sa tête en une longue queue de cheval. Les deux blairelles tirèrent l’énorme caisse vers le milieu du terrain.

« Bon. Je crois qu’on vous a déjà expliqué le rôle de chaque balle pendant vos cours de vol, non ? » Amaryllis avait un très vague souvenir de ses cours de Vol en première année, si ce n’est la première fois qu’elle avait effectivement décollé et sentit le vent contre son visage. « Il faut commencer par s’échauffer, pour réchauffer notre corps et pour éviter que l’on se blesse. Une fois qu’on aura fait ça, on pourra commencer à voler ! Allez, on court ! » L’excitation transparaissait dans la voix d’Amaryllis. Comme le premier jour où elle avait appris à voler, elle aimait toujours autant s’élever dans les airs. Et si elle pouvait ajouter à ça une séance d’entraînement ou un match avec son équipe, alors elle était la plus heureuse du monde.

_________________


Frail Flower



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE2ème année
    POUFSOUFFLE
    2ème année
AVATAR : Kristina Pimenova
MESSAGES : 151

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 Octobre 1984 - Hôpital Édouard Herriot - France
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore Jeu 7 Juil 2016 - 17:20


Le printemps était la saison préférée d'Aurore. Au printemps, il se passait une multitude de choses. Pour les animaux, c'était la saison des amours. Les forêts étaient les lieux parfaits pour observer ce genre de choses. Cela pouvait aller des cerfs jusqu'aux petits papillons. Aurore avait toujours aimé observer les détails dont personne ne se doutait. Sa sensibilité accentuait très certainement cette envie de découvrir un peu tout, et les gens en général étaient assez étonnés d'apprendre qu'une jeune fille de son âge était curieuse à ce point. Mais au printemps, il se passait également un phénomène rare que peu de personnes avaient vu et dont Aurore tirait son prénom : les aurores boréales. Magnifiques traînées de poussières vertes, les aurores boréales paressaient majestueusement dans le ciel, semblables à un monde magique où le temps n'influençait en rien. La jeune blairelle n'en avait jamais vu, mais en voir sur des images lui donnait envie de vivre cette expérience inoubliable. Enfin... Elle se trouvait déjà dans un monde magique, sans ironie bien sûr.

Très tôt le matin, elle s'était rendue dans sa Salle Commune. On la disait la plus éclairée de Poudlard et ces dires étaient sûrement vrais. Une douce lumière inondait la salle, effleurant avec douceur les fauteuils et canapés présents, tout en prodiguant de l'énergie positive aux plantes qui abondaient l'endroit. Petit à petit, les élèves se réveillaient et sortaient de leurs rêves qui les avaient bercés toute la nuit et sortaient de leur dortoir. Plus le temps avançait, plus il y avait de passage en direction de la Grande Salle. Le petit déjeuner était servi, et personne ne voulait manquer les petits mets délicieux que leur avait préparé les elfes de maison. On les disait grands cuisiniers, et cette théorie était véridique.
Aurore vit alors du coin de l’œil deux de ses aînées parler entre elles. Olivia Et Amaryllis. Elle aimait bien Olivia, bien qu'elle ne la connaissait seulement de loin. Amaryllis, en revanche... Aurore la considérait comme la grande sœur qu'elle n'avait jamais eu. En début d'année, la cinquième année l'avait prise sous son aile, et toute l'année durant, leur lien s'était renforcé. Cela lui avait fait bizarre qu'on s'occupe aussi bien d'elle, venant d'une famille où sa mère l'utilisait juste pour se faire de l'argent. Olivia regarda un instant le calendrier avant de répondre à son amie, réponse qui sembla la satisfaire. Puis, elles se sourirent, l'air de comprendre le message de l'autre. Amaryllis se tourna alors vers Aurore et lui lança d'un air enjoué :

« Aurore ! Prends un bon petit-déjeuner ce matin, on va s’entraîner sur le terrain de Quidditch ! T’as pas trop de devoirs au moins ? »

Le terrain de Quidditch ? La petite jaune et noir sauta sur ses pieds. Elle aimait beaucoup le Quidditch et avait connu ce sport seulement cette année. Mais dès qu'elle avait su s'envoler sur un balai, le vent qui passait dans ses cheveux lui avait tout de suite fait ressentir des émotions qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant.

« Non, pas de devoirs en vue ! affirma-t-elle. J'arrive tout de suite. »

Les deux Pouffys se dirigèrent alors en direction de la Grande Salle où de nombreux élèves avaient déjà pris place pour prendre le premier repas de la journée. Elles s'assirent à leur table aux côtés de May, une autre cinquième année, qui leur servit du jus de citrouille qu'Aurore s'empressa de boire en savourant silencieusement la boisson sucrée. Pour commencer une bonne journée, rien de mieux qu'un bon jus de citrouille !

« Maymay, tu viens avec nous sur le terrain de Quidditch ? Tu pourras peut-être essayer de-
- Non, faut que j’aille au club d’Art terminer ma peinture ! Et puis tu sais bien que moi sur un balais, c’est une très TRÈS mauvaise idée… Tu te rappelles de la dernière fois ?
- Oui, oui je me souviens… »


Un regard malicieux, et l'échange se termina avec un grand éclat de rire. Aurore ne savait ce qu'il s'était passé exactement pour que May ne soit pas à l'aise sur un balai, mais nul doute que cela avait dû être très drôle à ce moment-là. Dans tous les cas, elle préférait les pinceaux à son balais, il n'y avait aucun doute là-dessus. Les trois blairelles parlèrent quelques instants, le temps de finir leur petit-déjeuner, et les deux blondes du groupe se dirigèrent vers le Parc du château, leur destination initiale.

« Tu veux savoir ce qui s’est passé la dernière fois que May est monté sur un balai ? Aurore acquiesça la tête, avide d'en savoir plus. On était en troisième année, et je m’entrainais déjà pour rejoindre l’équipe de Quidditch. J’avais demander à May de m’accompagner pour qu’elle puisse servir de gardien. Bon, comme tu t’en doutes elle était déjà pas réjouie à l’idée, mais quand elle était devant les anneaux elle arrêtait pas de hurler que je lui envoyait le Souaffle exprès sur elle et que si je la faisais tomber elle allait me tuer. Et puis à un moment, un de mes souaffles a frôlé le bout de son balai et elle a perdu l’équilibre. Comme elle a eu peur, elle a eu un mouvement de recul et a glissé de son balai. Heureusement elle s’est rattrapé à l’anneau qui était derrière elle pendant que son balai redescendait tranquillement vers le sol. Elle était accrochée à l’anneau, et moi je riais tellement que je n’arrivais pas à avancer vers elle pour la sauver ! Elle me hurlait de venir l’aider, et quand finalement j’ai réussi à la hisser sur mon balai, il n’a pas supporté notre poids à toutes les deux et on a fini par atterrir par terre. Et tout ça sous le regard d’Ethan Farrell, le préfet des Serpents, qui ne laissait pas May indifférent ! Alala, elle m’en a tellement voulu sur le moment que je n’ai plus osé lui parler pendant plusieurs heures, mais finalement on en rigole beaucoup maintenant ! »

Aurore émit un petit rire, imaginant très bien la situation dans laquelle May avait été. Sous les yeux d'Ethan, en plus... Quelle honte ! Tant mieux si les deux amies se parlaient encore, malgré cet incident qui aurait pu changer leur amitié, chose qu'elle avait très bien vu chez les moldus. Les deux blairelles étaient arrivées aux vestiaires et Amaryllis lui tendit une tenue d'entraînement de Quidditch. À vue d’œil, le vêtement semblait un peu grand, mais sa grande sœur de cœur était plutôt confiante, Aurore le prit alors sans hésiter et commença à l'enfiler.


« Enfile-ça ! Ensuite, on ira chercher des balais dans l’armoire à balai. Et c’est dans la grosse caisse, là-bas, que se trouvent les balles. La nôtre, c’est évidemment celle avec le blaireau. On n’a pas les plus belles balles, mais elles ont de l’expérience et ne sont pas aussi dociles que les neuves. »

Aurore la regarda sans comprendre. À l'entendre, les balles de Quidditch avaient une vie, une... âme. La cinquième année dû se rendre compte de l'air perplexe que prenait le visage de sa protégée, aussi s'empressa-t-elle de lui donner quelques explications.

« En fait, les balles ont une âme. C’est ce que Livie n’arrête pas de nous répéter : si on prend soin d’elles, elles nous le rendent. L’avantage de nos balles, c’est qu’elles sont assez dures à manier, donc quand on joue pour un vrai match, ça nous semble plus facile. Tu comprends ? »

La petite jaune et noir acquiesça, en saisissant l'importance de cette information. En fait, ces balles étaient un peu comme les tableaux de Poudlard qu'elle avait si souvent observé. Ils avaient comme conscience de ce qu'ils faisaient. Le monde magique ne cessait de l'impressionner. Les deux Poufys tirèrent la grosse caisse vers le milieu du terrain. Ceci fait, Aurore se releva et mit ses mains sur ses hanches, attendant la suite.

« Bon. Je crois qu’on vous a déjà expliqué le rôle de chaque balle pendant vos cours de vol, non ? »


La jeune Diam réfléchit un instant les sourcils froncés, tentant de se rappeler ses cours de vol de cette année.

« On nous a surtout appris à maîtriser notre balai, mais nous avons eu le temps de voir les caractéristiques de chaque balle. »

Bien qu'elle n'ai pris connaissance de l'existence de ce sport seulement cette année, Aurore s'était déjà montrée vive et enthousiaste, montrant une véritable curiosité envers ce milieu qu'elle ne connaissait pas. Ainsi, elle avait emmagasiné et stocké plus de connaissances que certains de ces camarades, trop distraits par autre-chose que le cours en lui-même.

« Il faut commencer par s’échauffer, pour réchauffer notre corps et pour éviter que l’on se blesse. Une fois qu’on aura fait ça, on pourra commencer à voler ! Allez, on court ! »

La joie et l'excitation se ressentaient dans la voix de son aînée. Il n'y avait rien de mieux que de la passion chez un joueur de Poufsouffle. Connus pour leur solidarité, leur complicité et leur cohésion de groupe sur le terrain, les Poufsouffle jouant au Quidditch étaient de véritables boules de feu brûlants de passion pour ce sport. Ici, le niveau résidait avant tout dans le cœur. Voilà pourquoi Aurore se mit à faire des tours de terrain, déjà excitée à l'idée qu'elle allait s'entraîner au Quidditch et monter sur un balai en-dehors de ses cours de vol.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Incertaine // Un lionceau en vue ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore Mar 16 Aoû 2016 - 13:55

Le temps était idéal pour une initiation au Quidditch : il n’y avait presque pas de vent, et quelques nuages passaient devant le Soleil pour éviter que les deux Poufsouffles ne soient aveuglées par son éclat. En plus de ça, il avait plu trois jours avant, ce qui rendait la terre idéale puisqu’elle n’était pas trop dure si jamais elles tombaient, ni trop humide pour ne pas tâcher leur équipement.

« On nous a surtout appris à maîtriser notre balai, mais nous avons eu le temps de voir les caractéristiques de chaque balle. »

Amaryllis esquissa un sourire. Ce serait déjà ça de moins à expliquer. Pas que ce soit spécialement long, après tout il n’y avait que trois balles différentes, mais plutôt parce qu’Aurore avait donc eu le temps d’intégrer les règles de base du Quidditch. Les deux jeunes filles se mirent donc à courir autour du terrain pour échauffer leurs muscles et limiter les risques de blessures. Bon, dans tous les cas, elles ne feraient probablement rien d’extraordinaire puisqu’il s’agissait d’une simple initiation, mais il fallait être prudent dès lors que l’on montait sur le balai. La cinquième année avait bien appris cette leçon avant même d’intégrer l’équipe : elle ne s’était pas assez échauffée avant un entraînement avec Ali et elle avait glissé de son balai alors qu’elle était en vol. Heureusement, plus de peur que de mal puisqu’elle s’en était sorti avec simplement une petite entorse du poignet, réparée en une seconde par Mrs. Pomfresh, et surtout une grosse frayeur. Heureusement, cet incident ne l’avait pas traumatisée et elle était remontée sur son balais la semaine suivante. Cependant, elle voulait quand même éviter que la petite Aurore passe elle aussi par ce genre d’étapes, alors autant lui apprendre les bonnes bases dès le début.

Après avoir augmenté leur rythme cardiaque et leur chaleur corporelle, les deux jeunes filles réalisèrent une série d’étirements. Une fois qu’Amaryllis estima que leur échauffement était suffisant, elles retournèrent vers la malle qui contenait les balles.

« Bon, je ne suis pas une experte avec toutes les balles ici. Je me suis surtout entraînée avec le Souaffle, mais il y a quelques jours une Gryffondor m’a appris à me servir d’une batte pour taper dans le Cognard. Bon, du coup, on peut commencer par… Le vif d’or ? »

La Poursuiveuse espérait que le programme convenait à la jeune Aurore. L’objectif d’aujourd’hui était évidemment de déterminer à quel poste la Première Année pourrait être la meilleure.

« On va tester un peu toutes les balles et tous les postes, mais déjà est-ce qu’il y en a un qui te tente plus que les autres ? »

Ç’avait été comme ça pour Amaryllis : elle ne s’était jamais vue à un autre poste que Poursuiveuse. Elle était bien trop gentille pour être Batteuse, jamais elle n’aurait pu envoyer des Cognards sur les joueurs de l’autre équipe ! Et puis l’Attrapeur était toujours au centre de l’attention, c’était de lui que dépendait le plus souvent l’issue du match. Certes, Amaryllis avait plus une carrure d’Attrapeuse que de Poursuiveuse, mais elle était tellement à l’aise avec cette grosse balle rouge qu’elle préférait se perfectionner encore et encore à cette place plutôt que de tenter autre chose. Et puis, contrairement à certains, la petite Jaune n’avait pas un talent naturel pour le Quidditch, et elle avait finalement décroché une place de titulaire après deux ans en tant que remplaçante au prix de nombreuses heures d’entraînement.

Amaryllis ouvrit la grosse malle de fer et fit sauter le loquet qui retenait la petite balle dorée, qui déployait ses fines ailes et se stabilisa à la hauteur des yeux d’Aurore.

« Ça, c’est un vif d’or d’entraînement : on peut lui demander des exercices spécifiques. Par exemple, on peut lui demander de voler très haut, de rester tout le temps visible ou d’être très rapide. Comme c’est la première fois que tu vas essayer de l’attraper, on va lui demander d’aller doucement et pas trop haut. D’accord ? »

La petite balle dorée tourna deux fois autour des filles pour signaler son approbation, puis fila vers le ciel et se stabilisa à une dizaine de mètres du sol, comme si elle attendait les joueuses. Amaryllis laissa échapper un petit rire. Le Vif d’Or était la balle la plus intelligente et indépendante, même capable de faire preuve d’humour. La cinquième année laissa Aurore enfourcher son balai en première, et la regarda s’envoler, avant de la rejoindre à son tour. A peine étaient-elles arrivées que la balle dorée se mit à zigzaguer vers les anneaux les plus proches, mais toujours assez lentement pour que les filles ne le perdent pas des yeux.

« Vas-y, fais-toi plaisir ! »

La petite Aurore n’hésita pas longtemps avant de se lancer à la poursuite du Vif. La Poursuiveuse s’éleva un peu dans les airs pour observer sa jeune élève. Elle volait plutôt très bien pour son âge, même si ses virages manquaient un peu de précision et qu’elle avait du mal avec les accélérations. Amaryllis était tout de même épatée de la facilité avec laquelle la première année prenait ou perdait de l’altitude. Elle même avait dû attendre sa troisième année pour comprendre exactement comment contrôler l’altitude de son balai. La balle continuait sa course, et s’amusait à accélérer dès que la Poufsouffle était sur le point de l’attraper.

« Aller Aurore, tu peux le faire ! Attrape ce coquin de Vif ! »

Coquin, voilà un mot qu’Amaryllis n’avait pas utilisé depuis longtemps. Déjà parce qu’il n’était pas forcément facile à placer dans une conversation, mais en plus parce qu’il n’y avait pas d’équivalent anglais qui donnait cette notion un peu enfantine qu’on entendait dans « coquin ». Les deux mots avaient cependant la même référence assez suggestive, il valait donc mieux éviter d’employer ce mot avec n’importe qui. Mais en français et avec Aurore, la Poufsouffle savait que le mot ne serait pas mal interprété. Après tout, les deux filles avaient l’habitude de parler ensemble en français depuis qu’elles avaient découvert leurs origines françaises communes. C’était sûrement ça qui avait inconsciemment poussé Amaryllis à prendre la première année sous son aile. Ça, et le fait qu’Aurore lui rappelle beaucoup sa petite sœur. Ah, comme la Poufsouffle aurait aimé apprendre à voler à Azalée…

Le cri de victoire d’Aurore la ramena à la réalité. La petite Poufsouffle avait finalement réussi à attraper la coquine balle, qu’elle tenait fièrement entre ses doigts.

« Yaaay, bravo Aurore ! Tu as vraiment un bon instinct sur ton balai, je suis impressionnée ! » Amaryllis redescendit au niveau de son amie. « Donc, voilà le rôle de l’Attrapeur. Ça te plaît ? Évidemment, il faut que tu imagines que pendant un match, cette balle va presque trois fois plus vite, et des fois elle est si rapide qu’on ne peut même pas la voir ! Pour être un bon Attrapeur, il faut être rapide et agile, mais aussi ne pas céder à la pression parce que la victoire repose souvent sur ses épaules ! Avoir une bonne vue est un plus, mais ce n’est pas essentiel quand on voit qu’Harry est l’un des meilleurs attrapeurs depuis longtemps ! »

Les deux jeunes filles redescendirent ensuite vers la malle et Aurore replaça le Vif dans sa petite prison dorée pendant que les cognards semblaient vouloir se libérer de leurs chaînes.

« Bon, et maintenant quelle balle veux-tu essayer ? »

Amaryllis adressa un sourire à sa jeune amie. La Poursuiveuse avait eu une bonne intuition en proposant à Aurore de l’entraîner, elle avait très certainement le potentiel à intégrer l’équipe dès l’année prochaine, au moins en tant que remplaçante. Ce serait certainement une très bonne joueuse dès qu’elle prendrait conscience de son potentiel, et donc gagnerait en confiance.

_________________


Frail Flower



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore Aujourd'hui à 17:01

Revenir en haut Aller en bas

[5 Avril 1997] Les blairelles volantes - Aurore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Avril 1997] Lampe Torche [Cours ouvert à tous les élèves]» [Avril 1997] J'aime pas les gamines.» [Avril 1997] Love will turn you around, turn you around... [Fe Nymphadora Tonks]» [Avril 1997] Examen de Transplanage, ultime chapitre» [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-