AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
APPRENTI(E)Filière scientifique et médicale
    APPRENTI(E)
    Filière scientifique et médicale
AVATAR : AnnaSophia Robb
MESSAGES : 287

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1975, Inde
SANG SANG: pur
MessageSujet: [5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité Mer 22 Juin 2016 - 12:59

5 Août 1997, Londres, 18h30

Le soleil commençait à descendre du ciel bleu azur dépourvu du moindre nuage, au sein duquel il avait rayonné durant cette belle journée de début Août. Assise sur un banc du Leicester Square Garden, situé à proximité du Chaudron Baveur sur Charing Cross Road, une jeune femme à la soyeuse chevelure blonde profitait de la douceur de fin de journée, avec une innocence qui ne lui ressemblait guère. Son visage aux traits fins et délicats était détendu, tourné tel une offrande en direction de la source de lumière. Ses yeux pourvus de longs cils étaient clos. Paisible.

Il y a deux jours, Mrs Steale sa supérieure de la bibliothèque Municipale du Chemin de Traverse, son lieu de travail saisonnier, lui avait octroyé trois jours de mise à pied disciplinaire pour attaque envers un client. En effet, suite à une remarque déplacée qu' elle n'avait pas été capable de tolérer, la jeune femme avait lancé au sorcier en question le maléfice de Chauve-Furie, inventé par Miranda Fauconnette. Perdre son sang froid était une chose qui ne lui arrivait que rarement, mais ces temps-ci, il était plutôt aisé de comprendre que ses nerfs étaient mis à rude épreuve. L'attaque de la Tour d'Astronomie avec la mort du directeur et la réquisition soudaine de l'école par les Mangemorts, l'attentat du Chaudron Baveur, la chute du Ministère, et enfin en prime : la torture de son oncle Thorfinn par Drago Malefoy sur ordre du Seigneur des Ténèbres dans la nuit du 1er Août... Bien que n'étant absolument pas proche de son oncle, cet événement l'avait effrayée bien plus qu'elle ne voulait l'admettre. Le climat d'insécurité au sein duquel elle évoluait ne faisait que se complexifier et se renforcer au gré des jours qui défilaient. Tout ceci était l'explication au fait que la jeune femme avait dû se concocter une potion anti-gueule de bois le lendemain, afin de se remettre de la soirée plutôt alcoolisée qu'elle avait partagé avec Scarlett Burton, son amie et serveuse aux Trois-Balais, le soir du 3 Août. " Soirée alcoolisée, fais attention où tu mets les pieds ". Eh bien, on pouvait aisément affirmer que les deux jeunes femmes n'avaient pas respecté cette maxime puisque, l'alcool aidant, les premières confidences réciproques avaient émergé.

Finalement, Cassidy Rowle avait accueilli cette journée de congés inattendue avec joie. Ayant la ferme intention d' essayer de se détendre un peu avant la rentrée, la jeune femme avait profité du beau temps pour passer l'après-midi à l'extérieur. Elle avait trouvé refuge dans le monde moldu afin de se couper au maximum de toute influence néfaste, emmenant pour seul compagnon sa nouvelle acquisition: " Mille Herbes et champignons magiques ", de Phyllida Augirolle. Ce manuel lui avait été conseillé par le libraire car il convenait à tous les niveaux. Cassidy venait de le terminer et l'avait trouvé légèrement trop simple mais avait jugé certaines remarques de l'auteur pertinentes et très intéressantes. Elle avait lu tout l'après-midi : Sa peau pâle par nature ; pâleur renforcée par son travail qui la maintenait cloîtrée entre les étagères, avait enfin réussi à prendre un hâle tout à fait charmant et son exposition au soleil avait également permis à sa chevelure de revêtir une nouvelle palette de reflets oscillant entre le doré des blés et l'argenté.
Brusquement, une lettre lui tomba sur la tête, la sortant de ses rêveries. La blonde eu a peine le temps de lever les yeux afin de distinguer un plumage sombre disparaître dans la cime des arbres, mais cela lui suffit pour comprendre que son père n'allait pas lui laisser le confort et la joie de profiter de sa fin d'après-midi en toute innocence. Le hibou venant de passer appartenait sans l'ombre d'un doute à Andreas. La quiétude retombée, Cassidy ouvrit la missive. Au fur et à mesure de sa lecture, l’agacement, et la colère marquèrent ses traits. Rageuse, la blonde se leva, fourrant la lettre dans une des poches de son short, rangea son livre dans son sac et quitta le parc à regrets en transplanant directement chez elle.


Résidence Rowle, Maidstone (Kent), Royaume-Uni, 19h
.
La Rowle, qui désirait rentrer chez elle discrètement, fit une entrée des plus fracassantes en réapparaissant debout sur l'un des deux piliers de pierres rougeâtres encadrant la grille de fer menant à la résidence familiale. La décision avait encore failli... En même temps, elle n'avait aucune espèce d'envie d'être ici. Le domaine appartenait à la famille Rowle depuis des générations, aussi, Andreas avait non seulement grandi dans ce manoir austère et sans vie, mais il l'avait également récupéré à la mort de ses parents. Plutôt vaste, le terrain des Rowle se situait en Angleterre, à Maidstone dans le Kent ; comté du sud-est non loin de Londres, situé entre la Manche et l'estuaire de la Tamise. Située sur les rives de la rivière Medway, le paysage dans lequel trônait la ville était tout à fait charmant : ses berges verdoyantes, abritaient plusieurs sites historiques, ainsi que des moulins à eau. A la naissance de Cassidy en Inde, en 1975, Andreas y était retourné pour y vivre et fonder une nouvelle famille avec Ilse Von Heyden ; femme de sang-pur allemande avec qui il s'était marié après la naissance d' Aloïs. A la mort de sa mère en Juin 1994, Cassidy s'était vue contrainte de venir y vivre durant l'été avec son père, Aloïs et Ilse. Le demi-frère et la demi-sœur, souvent pris pour des jumeaux, avaient énormément de mal à se supporter. Si elle avait dû vivre ici, la jeune femme aurait sans doute pu réécrire le conte moldu de " Cendrillon ", heureusement durant l'année scolaire, elle vivait au sein de l' Université Magique de Londres.

" Cassidy ! Peux-tu m'expliquer ce que tu fais debout sur ce pilier je te prie ? "

La jeune femme grimaca. Andreas l'observait depuis la véranda, les bras croisés, l'air passablement irrité.

" Père ! Je... Je suis désolée, pardonnez-moi. C'est... euh... le transplanage. "

L'homme braqua sur elle son regard bleu perçant.

" J'ignorais que tu avais encore ces problèmes, ne m'avais-tu pas affirmé le mois dernier que tout était rentré en ordre ? "

La jeune Rowle se mordilla nerveusement la lèvre inférieure. Si, c'était bien ce qu'elle lui avait dit afin qu'il lui lâche la grappe... Devant son silence, le sorcier balaya sa question du revers de la main :

" Nous reverrons cela plus tard. Je suppose que, pour être ici, tu as reçu ma missive ? "

Cassidy, parvenue à descendre du muret, non sans mal du fait de sa petite taille, hocha la tête d'un air grave.

" Eh bien, j'attendais davantage d'enthousiasme de ta part ma fille. Après tout, un dîner chez les O'Quinn pour célébrer la chute du Ministère, sera une formidable occasion pour toi de rencontrer Rohan et Cain, leurs deux charmants garçons. - Super, youhou - Ilse ne peut venir malheureusement, mais Aloïs est déjà prêt et... "

" Aloïs vient ? "

Le visage se son père se ferma et aussitôt la jeune femme compris son erreur et maudit, une fois de plus, son manque de contrôle. Dans un déplacement lent et contrôlé, Andreas se rapprocha d'elle avec une tranquillité inquiétante. Arrivé devant elle, il leva la main et lui administra une gifle phénoménale d'une telle puissance que la jeune Rowle fut projetée sur les graviers. Les paumes des mains saignantes et incrustées de mille gravats, elle se releva face à son père, rangea ses mains derrière son dos et se tint droite, sans dire un mot. Il n'y avait pas à discuter, elle connaissait la leçon et avait parfaitement compris qu'elle venait de faire preuve d'un manque de politesse et de respect total en interrompant son père.

" Bien, je disais donc qu' Aloïs est prêt, moi également. Nous sommes attendus pour 20h. Tu mettras la tenue que j'ai fait porter dans ta chambre. Les O' Quinn sont des gens raffinés, tout comme nous, tu prêteras donc une attention toute particulière à ton comportement. Certes, tu t'es bien améliorée en trois ans, mais tu as encore des lacunes. Prends exemple sur ton frère et... je te prierai de ne plus t'habiller comme une fille des champs à l'avenir. "

La jolie blonde baissa son regard bleu sur son short taille haute en jean. Oui, il était évident que si elle avait su qu'elle devrait se confronter à son père, elle n'aurait sûrement pas porté cela.

" Oui père. Je vais me préparer au plus vite. "


Manoir familial O'Quinn, Amesbury (Wiltshire), Royaume-Uni, 19h50

Le transplanage en famille ne se passa guère mieux que celui individuel. Arrivés devant les lourdes grilles ouvertes conduisant au Manoir O'Quinn, Cassidy vacilla, plus pâle que la mort. Tandis qu'Aloïs la fusillait de son regard glacé, Andreas lui tendit une fiole contenant un liquide doré, l'air agacé:

" Tu fais honte à la famille Cassidy. Il serait temps que tu apprennes à transplaner convenablement. Bois ça. "

Une fois le liquide avalé et la nausée disparue, la jeune femme observa l'endroit. Ils se trouvaient dans le Wiltshire, comté du sud-centre de la Grande-Bretagne, à l'ouest de Londres, réputé non seulement pour le cercle de pierres d'Avebury, la plaine de Salisbury, mais aussi pour les anciens manoirs qu'il regroupait, dont celui des Malefoy et celui des O'Quinn. Andreas, comme le reste des Mangemorts se rendait souvent dans la demeure des Malefoy puisque depuis 1996, celle-ci servait de repère aux Mangemorts.

Les trois sorciers avancèrent dans l'allée menant à l'entrée principale. Si Aloïs et Andreas étaient raffinés dans leurs costumes, Cassidy représentait la parfaite Rowle dans sa robe en dentelle noire dessinant à merveille ses courbes, sans aucune vulgarité, accompagnée de fins escarpins noirs dont la monture enroulait délicatement ses fines chevilles. Classe, élégant. Femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORTServeur à la Tête de Sanglier
    MANGEMORT
    Serveur à la Tête de Sanglier
AVATAR : Jared Padalecki
MESSAGES : 153

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Work in Progress
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité Dim 24 Juil 2016 - 6:49

Quand mondanité rime avec monstruosité

Il était en retard.. Pour changer.. Il fallait dire que ces vacances d’étés étaient loin d’être des vacances pour Rohan qui ne faisait que cavaler à tous les coins du Royaume-Uni. Il allait où on lui demandait d’aller et que ce soit pour surveiller, torture, enlever ou même tuer des gens, il s’en moquait complètement. Il faisait ce pour quoi il était là et était même plutôt efficace. Cela couplé avec son travail à La Tête de Sanglier et à la surveillance de sa petite rouquine, il ne manquait pas d’occupation. Alors, comment sa mère avait-elle put lui faire ça ? Comment avait-elle fait pour lui caler un diner entre sa famille et la famille Rowle ? Rohan ne savait pas. Cela devait être un pouvoir magique des mamans, ou quelque chose dans le gens. Qui pouvait bien savoir ? Pas le mangemort, en tout cas. Et puis il avait d’ailleurs la tête ailleurs pour penser à ce genre de chose. Il était simplement en retard. Et avoir choisi de se préparer dans sa chambre de la taverne où il travaillait n’aidait pas réellement à rattraper ce retard. Il ne trouvait pas de cravate. Gros problème. C’était une occasion idéale d’en mettre une, même si il avait simplement horreur d’en mettre une, il savait que cela ferait plus habillé, plus classe et présentable, pour citer sa chère mère. Le jeune homme ne doutait pas que son père allait lui tomber dessus si il avait oublié la cravate. Inutile de se couvrir de ridicule devant les Rowle. Ils les connaissaient, et c’était bien ça le problème. Il était partis chez les Tonks avec le père, Andreas Rowle. Un homme sûr de lui, mangemort. Puissant. Rohan avait un certain respect pour lui. Même si, il n’y a pas si longtemps que cela, il avait annulé les fiançailles entre sa fille et Rohan. Si le sorcier avait ressenti un léger soulagement à l’idée de ne pas se marier, il n’a toutefois pas réellement apprécié le geste. Ce n’est pas juste, de faire ça.. Andreas n’était pourtant pas du genre à laisser tomber ses idées.. Enfin, peut-être se radoucissait-il au contact de sa fille, qui c’est ?

Après avoir retourné quelques tiroirs, il trouva une cravate noire et bien repassé qu’il s’empressa de passer autour du cou. Un petit coup d’œil dans le miroir et le nœud fût rapidement terminé grâce à ses doigts de fée. Il fallait remercier Caïn, pour ce charmant petit surnom très viril. Un léger coup dans ses cheveux, et le voilà sorti dans la rue principale de Pre-Au-Lard. L’air était lourd, et humide. L’ambiance pesante. Mais Rohan n’avait pas le temps de tout analyser. Il transplana alors dans le jardin arrière du manoir familial. Cela faisait un moment qu’il n’y avait pas mis les pieds mais tout y était parfaitement à sa place. Les pots de fleurs de sa mère n’avaient pas bougé de place et les fenêtres du premier étage. Rapidement, certainement grâce à des grandes jambes, Rohan fut devant la porte de la cuisine qui donnait sur la terrasse. Ancien, le manoir familial ne manquait ni de charme ni de fonctionnalité. Toutes les pièces du rez-chaussée possédaient une porte qui menait sur le jardin. Les fenêtres du premier étage quant à elle était particulièremet grande et permettant en hiver de capter le plus de luminosité possible. Si les quelques résidences de mangemorts que Rohan avait bien pu visiter étaient pour la plupart sombre et austère, il n’en était rien ici. Il y avait des fleurs, de jolies peintures aux murs et des bougies. Des tapis recouvrement la plupart du vieux parquet dans la totalité de la maison et lui donnait ce côté chaleureux qui avait toujours plus au sorcier. Sa mère, Carys O’Quinn n’aurait jamais permis de vivre dans un endroit froid et austère. Elle a alors rapidement adapté la maison à son goût, pour le plus grand plaisir de son mari et de ses enfants. Il toqua deux coups secs à la porte de la cuisine et sa mère vint lui ouvrir, le regard posant pleins de questions silencieuses : pourquoi son fils était-il à la limite d’être en retard ? Pour chance, les invités n’étaient pas encore arrivés.

« Je suis désolé. J’ai amené une bouteille de Whisky. J’étais dans la campagne écossaise ce matin même. Très bon. J’ai goûté.

-Ah. Rohan. Enfin. Tu devrais aller accueillir les Rowles qui ne devraient pas tarder. Oh. Merci pour la bouteille ! »

Son père lui donna une table dans le dos alors que sa mère se contenta de l’observer, suspicieuse. Elle savait très bien ce que son fils faisait, mais ce n’était pas une raison pour être en retard. Il devait y avoir autre chose.. Une fille peut-être ?! Hmm. Elle allait mener l’enquête. Rohan quant à lui était déjà à la porte principale du manoir.

« Andreas, c’est un vrai plaisir de vous revoir ! Cassidy.. Aloïs !! »


Il salua les trois membres de la famille Rowle en face de lui et les fit entrer. Il leur proposa à boire. Et bientôt les deux familles se retrouvèrent à table. Les discussions allaient bon train : commentaire sur la prise du pouvoir du ministère par seigneur des ténèbres, la mort de Dumbledore, le reprise des rênes de l’école par Rogue. Tant d’autres sujets de conversation qui allait bien à une table de mangemorts.  Et puis, à la fin du repas, à la surprise de Rohan, lui-même et Cassidy fuent congédiés. Le jeune homme, ne préférant pas poser de question, ayant une idée de ce qui allait se passer au regard ravi de son frère, quitta la table et guida la jeune blonde vers la bibliothèque. Génial cette soirée ! Pouce en l’air ! Il aurait dû rester chez lui.. Il se mit alors à ouvrir un placard. Le meilleur placard de la bibliothèque. Celui qui ne contenait absolument aucun livre, mais les réserves de Whisky du maître de maison. Auparavant fermé à clef, maintenant que les deux garçons O’Quinn étaient assez grands et avaient quitté la maison, il n’était plus fermé, pour le plus grand bonheur de Rohan. Il sortit deux verres et commença à les remplir. La dernière fois qu’il avait bus cela avec une femme, il avait fini nu comme un vers. Mais cette fois serait différente. Parce que Cassidy n’était pas Scarlett, et qu’il y avait leurs parents dans la pièce d’à côté et qu’il n’était pas tout à fait d’humeur. Sans attendre, le sorcier pris une gorgée. Une légère grimace se faufila sur son visage alors que le liquide lui brulait tout le système digestif. Bon sang, que c’était bon !

« Ils doivent être encore en train de magouiller des trucs.. Je t’en pris, ce verre-là est pour toi ! »


Evidemment qu’il était pour elle. Elle l’avait vu, elle n’était pas blonde ! Ah bah si. Justement. Ahah. Trop d’humour. Plutôt à l’aise, bien que de mauvaise humeur parce qu’il s’était fait clairement éjecter de table comme une enfant de cinq ans trop turbulent, Rohan s’installa dans un des fauteuils de la bibliothèque.

« Cassidy.. Tu fais quoi, déjà ? »


Non, il ne comptait pas rester toute la soirée à attendre patiemment que ces parents viennent le chercher. Il n’était plus un enfant depuis longtemps, il ne voulait pas bouder. Mais, pourquoi ne pas plutôt essayer de faire connaissance avec la charmante demoiselle qu’il avait été, pendant un moment, à deux doigts d’épouser ?
(c) AMIANTE

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière scientifique et médicale
    APPRENTI(E)
    Filière scientifique et médicale
AVATAR : AnnaSophia Robb
MESSAGES : 287

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1975, Inde
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité Dim 21 Aoû 2016 - 16:20

Un dîner à la table somptueuse et dangereuse de Mangemorts. Cette situation jugée périlleuse pour la plupart des gens, n'effrayait désormais plus la jeune femme tant elle en avait pris l'habitude depuis qu'elle était arrivée en Angleterre il y avait de ça trois ans maintenant.

Une brise fraîche soufflait légèrement, amenant des effluves envoûtantes de fleurs et d'herbe fraîchement coupée. Le terrain des O'Quinn était vaste, et l'ambiance, pesante malgré les diverses sortes de fleurs présentes dans divers pots en terre cuite. Les fleurs du Mal. Des orchidées noires, d'autres colorées. L'apparence était parfois trompeuse, et ça Cassidy en avait parfaitement conscience puisqu'elle même trompait parfaitement son entourage depuis toujours. Une carapace plus dure encore que le diamant brut, une apparence de reine de glace. Les fleurs aux couleurs chatoyantes et aux effluves enivrantes ne faisait que masquer l'odeur putride de la mort elle-même. Le poison. Mortel. Vicieux. Soudainement, la double porte en chêne du Manoir O'Quinn s'ouvrit en grand face à elle et un jeune homme aux cheveux châtains paraissant un peu plus âgé qu'elle, apparu.

« Andreas, c’est un vrai plaisir de vous revoir ! Cassidy.. Aloïs !! »

Silencieusement mais le sourire aux lèvres, la jeune femme pénétra dans le hall d'entrée en dernier, suivant les pas de son père et de son demi-frère de sa démarche souple.
Ce devait être l'un des fils O'Quinn, mais lequel ? Elle n'en avait strictement rien à faire, et strictement aucune idée. En revanche, lui semblait parfaitement au courant de son prénom et de celui de son demi-frère. S'étaient-ils déjà rencontrés ? La jeune femme l'ignorait mais elle n' en serait guère surprise. En revanche, elle savait parfaitement que son père avait collaboré avec le plus jeune fils, Rohan, dans une mission parallèle le soir de l'attaque du Ministère. En effet, son paternel n'avait pas été avare de détails sanglants qui lui avaient presque donné la nausée si elle n'avait pas commencé à s'y habituer.

« Rohan, tout le plaisir est pour moi. Vous avez déjà rencontré Aloïs, je ne vous présente pas. En revanche, voici effectivement Cassidy, ma fille dont je vous ai déjà parlé à maintes reprises. Cassidy, veux-tu saluer notre hôte je te prie. »

Eh bien voilà, qui vient à point à qui sait attendre. Il s'agissait donc de Rohan, le cadet si sa mémoire était bonne. La jeune femme s'avança et tendit sa main au Mangemort, un sourire élégant ornant ses lèvres carmin.

« Rohan, enchantée de vous connaître. Je vous remercie de l'invitation. »

Sans d'autre commentaire, Cassidy prit le temps d' observer l'environnement avec une tranquillité déconcertante. Une luminosité étonnante, qui tranchait avec l'atmosphère sombre et le caractère sophistiqué mais austère de sa propre demeure. Des baies vitrées, plutôt agréables au premier abord mais qui lui donnaient une désagréable sensation. Une transparence dérangeante. Une insécurité légèrement angoissante. Elle tourna la tête vers la droite et distingua un loin une pièce éclairée d'un halo de lumière. Un instant plus tard, Rohan les dirigea vers cette dernière.
La salle à manger. Des chaises en bois serties de velours, une cheminée dans laquelle des flammes orangées dansaient la valse du démon, laissant échapper des étincelles brûlantes. La jeune femme fut placée juste devant celle-ci, entre Rohan et celui qui devait être son frère, Caïn. Ce dernier, grand homme au regard bleu transperçant et à la mâchoire carrée à broyer les os des morts lui donnait davantage froid dans le dos. Sa façon de l'observer la mettait mal à l'aise bien qu'elle n'en montrait strictement rien. La jeune femme se redressa légèrement, lui lançant un regard en coin. Il avait l'air complètement barge. Tandis que la discussion animée tournait autour de la chute du ministère, et de l'intervention habile d'Andreas et de Rohan chez les Tonks, Aloïs leva son verre :

« Au Seigneur des Ténèbres, puisse-t-il nous éclairer de sa flamme éternellement. », prononça-t-il d'une voix légèrement rauque.

Tous l'imitèrent, Cassidy y compris et lorsque le vin coula entre ses lèvres avant de se déverser le long de son œsophage, elle eu l'impression que le liquide pourpre avait le goût métallique et la lourdeur du sang. Le reste du repas se déroula sans accroche, et la jeune femme participait aux différentes discussions avec ardeur et politesse. Rien ne laissait douter quant à son allégeance. Rire plaisant lorsqu'il le fallait, sérieux dans les moments pendant lesquels le rire n'avait pas sa place. Tout était parfait. Autant le comportement verbal que non verbal. Jamais pièce de théâtre n'eu été aussi parfaite. La fin du repas préparé par Carys O'Quinn approchait. La jolie blonde était plongée en pleine discussion avec cette dernière au sujet des tableaux magnifiques ornant les murs de la pièce, lorsque William O'Quinn, le patriarche, les interrompit :

« Rohan, tu devrais faire découvrir notre bibliothèque privée à Cassidy. - il se tourna vers elle - Votre père m'a dit que vous aimiez lire et vous enrichir de connaissances très chère, c'est tout à votre honneur. Suivez-donc Rohan, il va vous y conduire.

- J'en serais ravie, en effet. »

Sous le regard glacé d'Aloïs et celui brûlant de Caïn, la jeune femme repoussa son assiette vide et se leva. Rohan quitta la pièce en lui faisant signe de le suivre, ce qu'elle s'empressa de faire ne manquant pas de remarquer à quel point le Mangemort semblait être frustré de la situation. Comme si on l'avait tenu à l'écart d'une quelconque mission pour le Seigneur des Ténèbres. Silencieux, il parcourait les couloirs familiaux à grandes enjambées, sans prendre le temps de vérifier si la jeune femme le suivait. Une fois arrivés dans la bibliothèque, il s'effaça tout de même pour la laisser entrer, et fonça directement sur un petit placard en bois vernis. Sans attendre, il en retira une bouteille en cristal remplie d'un liquide ambré reconnaissable entre tous ; le Whisky-Pur-Feu, de la marque Ogden's Old Firewhisky. Impatiemment, il se servit un verre généreux et en bu directement une grande gorgée, ce qui le fit légèrement grimacer. La jeune femme se retint de lever au ciel. Merlin, que cette tentative de démontrer sa virilité était pathétique...

« Ils doivent être encore en train de magouiller des trucs.. Je t’en pris, ce verre-là est pour toi ! »

L'estomac de la jeune femme se serra à la vue du liquide mais elle s'empara tout de même du verre que lui avait servi Rohan, le remerciant d'un sourire. La raison de cette légère nausée à la vue de cet alcool était tout simplement que deux jours auparavant, le 3 Août, elle s'était tout simplement pris une cuite magistrale avec Scarlett, son amie qui travaillait au Trois-Balais. Enfin. Cassidy porta le verre à ses lèvres et pris une petite gorgée du liquide ambré, le faisant tournoyer sous sa langue afin d'en identifier tous les arômes. Réflexe d'étudiante potionniste, que voulez-vous...
Tranquillement, le verre à la main, la jeune femme fit quelques pas dans la pièce laissant son regard turquoise caresser presque amoureusement les tranches plus ou moins colorées des livres, tandis que le cadet O'Quinn s'installait paresseusement dans l'un des fauteuils en velours sombre, situé sur le large tapis au centre de la pièce.

« Cassidy.. Tu fais quoi, déjà ? »

Calmement, la jeune femme pencha la tête sur le côté afin de lire le titre de l'un des livres. Ses longs cheveux blonds scintillèrent à la lumière des flammes des bougies ornant les murs de la pièce, apportant une nouvelle source de lumière à la pièce. " Magie Noire et puissances démoniaques ". Hum. Voilà qui introduisait parfaitement la famille O'Quinn. Cassidy redressa la tête, avant de tourner celle-ci vers le sorcier dont le vocabulaire s'était manifestement complètement relâché depuis qu'il était hors de la vue de sa famille. Le tutoiement. Alors que depuis le début de la soirée les gens se vouvoyaient, Rohan semblait avoir décidé de briser la glace. La Rowle s'approcha de lui d'une démarche souple, sa robe noire en dentelle dansant autour de ses hanches, et elle s'assit dans le fauteuil à ses côtés.

« Nous en avons parlé pendant le repas Rohan, mais il y avait tant de discussions que tu n'y a peut-être pas prêté attention... Je vais entamer ma troisième année au Centre de Formation de Londres. J'étudie les potions, tout comme mon père l'a fait avant moi par ailleurs, mais je suppose qu'il a déjà dû t'en parler puisque vous avez l'air de bien vous connaître, en dehors du fait que vous avez accompli une mission ensemble... »

Elle porta de nouveau le verre à ses lèvres carmin et avala une autre gorgée d'alcool.

« Je vais entrer à Poudlard en Septembre, comme apprentie potionniste. Le nouveau directeur, Severus Rogue, a accepté mon dossier. Et toi, tu es barman c'est bien ce que j'ai cru comprendre ? Et ton frère Caïn ? »

_________________

Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORTServeur à la Tête de Sanglier
    MANGEMORT
    Serveur à la Tête de Sanglier
AVATAR : Jared Padalecki
MESSAGES : 153

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Work in Progress
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité Mer 16 Nov 2016 - 23:17

Quand mondanité rime avec monstruosité

Confortablement installé dans son fauteuil en velours, non loin du feu magique qui réchauffait la pièce, Rohan, tout en faisait tourner son verre à la lumière du lustre pour en admirer les reflets ambrés, ne cessait de jeter des coups curieux à l’invité Rowle. Il y avait quelque d’étrange chez elle et l’observateur qu’il était n’avait pas pu passer à côté. Cette demoiselle aux apparences parfaites ne l’était peut-être pas. Certes, le repas s’était déroulé sans encombre. Elle avait semblé passé un bon moment, tout comme lui. Mais, peut-être cela avait-il été trop parfait. Jamais un mot de travers, toujours un joli sourire au bon moment, même lorsque l’aîné des O’Quinn s’était permis de l’observer peu subtilement. Ce n’était pas claire. Et le Whisky pur feu qui glissa le long de sa gorge allait peut-être aider à cerner la demoiselle. Oui, il aimait bien savoir ce que les gens pensaient. Il s’y intéressait d’ailleurs bien plus maintenant qu’auparavant. Il fallait dire aussi que ce petit début d’aventure avec Mlle Scarlett Burton et sa possible appartenance à l’ordre du Phoenix ne lui donnait plus la possibilité de se tromper sur les intentions d’une personne, aussi jolie sa frimousse soit-elle ! Surtout lorsque cette personne se trouvait dans sa maison. Bon, cela faisait un certain temps qu’il n’habitait plus ici, mais tout de même. Il ne tenait pas à ce qui se passe quelque chose dans le manoir familial. Et il le savait très bien, c’était même valable pour lui-même : La robe ne fait pas le sorcier ! Il l’observa donc regarder les livres qui se trouvaient sur la bibliothèque du manoir. Rohan n’y avait pas passé beaucoup de temps lorsqu’il était petit. La lecture n’était pas son style. Le savoir, il laissait cela à ceux d’en haut. Il était tellement plus facile de suivre les directives. Et puis, il fallait se fier aux évidences, s’il n’était pas non plus simplet ou ignorant, jamais il ne pourrait rejoindre le niveau de Clyde Bradbury.

Le sorcier sourit légèrement lorsqu’elle se décida enfin à cesser de l’ignorer. Il perdit tout aussi vite son sourire lorsqu’elle lui rappela qu’ils en avaient déjà parlé. Ah, peut-être. Il avait dû oublié. Une chose était sûre, il était réellement ravi de ne plus avoir à l’épouser. Peut-être que ce petit bout de femme au caractère bien trempée allait être capable de clouer le bec du grand-frère de Rohan. Ne venait-elle pas de le faire subtilement pour le cadet de la famille O’Quinn ? Ce dernier haussa les sourcils, souffla légèrement et reporta son verre à sa bouche. Il l’avait échappé belle ! Elle lui expliqua cependant poliment ce qu’elle faisait, puis suggéra que peut-être son père avait déjà dû lui en parler pendant l’une de leur mission commune.

-On ne parle pas de ça lorsqu’on est en mission. C’pas réellement le moment d’étaler sa vie, ni celle des proches. Sans vouloir t’offenser, sur le moment, y’a bien plus important !


Il lui adressa un sourire honnête ! Elle devait s’en douter non ? Oui, Rohan savait qui elle était, mais il avait bien trop la tête ailleurs pour retenir davantage de truc sur elle, surtout lorsqu’il s’apprêtait à torturer et tuer quelqu’un. D’ailleurs, comment était-elle au courant ? Rohan gardait ses missions pour lui-même, ce n’était pas quelque chose qu’il étalait sur la table familiale, peut-être qu’Andreas devrait garder ça pour lui-même. La jeune femme continua ensuite en lui disant rentrer à Poudlard au début de l’année scolaire. Severus Rogue en tant que directeur ? Ah oui, forcément, puisque le vieux barbu était mort, il fallait bien le remplacer, et quoi de mieux qu’un mangemort pour le faire ? Les choses allaient changer, pour le meilleur ou pour le pire, il ne saurait dire. Dans tous les cas, pour lui, cela ne s’annonçait pas trop mal !  La demoiselle lui demande ensuite s’il était bien serveur, puis posa une question à propos de Caïn. Le boulot de Caïn… C’était une très bonne question. Il changeait tellement souvent, qu’en réalité, Rohan n’était pas sûr que son frère soit réellement embauché quelque part. Ce qu’il ne savait pas, c’était ce qu’il pouvait réellement dire ou non à la jeune femme blonde assise en face de lui.

-Serveur à mes heures perdues, en effet. Rien de trop clinquant, donc. Quant à mon frère, il fait des petits boulots à droite à gauche.


Pour ne pas dire qu’il tue des gens deux à trois fois par jour, lorsqu’il ne torture pas. Charmant garçon, donc. Mais Rohan n’allait clairement pas lui dire ça. Parce qu’il n’en avait pas envie, déjà. Et puis qu’elle s’en doutait peut-être !

-Mais dis-moi, Cassidy, qu’est-ce que tu penses de tout ça, de la cause ?

La cause : un grand mot. Mais il ne savait pas réellement comment le tourner autrement. Et puis, elle était blonde, mais pas simplette, elle savait de quoi il parlait. Il parlait de ce tatouage vert et noir sur son bras gauche à lui, sur celui du père de la demoiselle, sans oublier celui de son futur possible fiancé. Et puis, elle devait bien avoir un avis, c’était trop beau de hocher la tête à chaque conversation.

[Désolée du temps de réponse, hésite pas si ça te convient pas. ♥ ]

(c) AMIANTE

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité Aujourd'hui à 7:05

Revenir en haut Aller en bas

[5 Août 1997] Quand mondanité rime avec monstruosité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quand Passion Rime Avec Illusion [PV]» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANGLETERRE :: Autres lieux-