AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
APPRENTI(E)Filière scientifique et médicale
    APPRENTI(E)
    Filière scientifique et médicale
AVATAR : AnnaSophia Robb
MESSAGES : 284

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1975, Inde
SANG SANG: pur
MessageSujet: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Jeu 9 Juin 2016 - 18:18

3 Août 1997,
Les Trois Balais, Pré-au-Lard, Ecosse


Comme tous les matins depuis fin Juin, Cassidy s'était levée aux aurores afin de rejoindre la Bibliothèque Municipale du Chemin de Traverse, située juste à côté de la boutique étroite, délabrée et désormais abandonnée depuis un an, de Mr Ollivander. Selon les rumeurs qui circulaient, le vieil homme respecté et jugé comme étant le meilleur fabricant de baguettes magiques de Grande-Bretagne, avait été enlevé et sa boutique détruite par des Mangemorts lors de la Seconde Guerre des sorciers, au cours de la première semaine de Juillet 1996. Depuis, plus personne n'avait de ses nouvelles.
Pour des raisons de proximité par rapport à son travail saisonnier, la jeune femme logeait dans une petite auberge concurrente au Chaudron Baveur tenu par Tom Baldman, située sur le Chemin de Traverse à côté de Tout pour le Quidditch ; boutique tenue par Martin Antall, une des rares à être restée ouverte. Lorsqu'elle avait voulu prendre cet emploi de bibliothécaire, son père Andreas Rowle avait refusé à ce qu'elle trouve logis au Chaudron Baveur, endroit qu'il jugeait bien trop grotesque et dégradant. De ce fait, elle avait opté pour La Tanière de Griselda ; choix qu'elle ne regrettait finalement pas aux vues de l'attentat ayant eu lieu au Chaudron Baveur le 11 Juin dernier. Selon le numéro de Juillet de la Gazette, la Confrérie de l'Ombre ; un groupe massif diversifié regroupant en son sein brigands et autres personnes plus ou moins haut gradées à l'origine de délits, s'était retrouvée opposée aux Mangemorts. Était-ce finalement davantage pour cette raison que son père avait refusé qu'elle ne loge au Chaudron Baveur ? Parce qu'il soupçonnait-il plus ou moins ce qui allait s'y passer ? La jeune femme s'était posé la question bien que celle-ci soit restée sans réponse. Dans ce numéro, un article commémoratif à la mémoire d'Albus Dumbledore avait également été rédigé.

La jeune femme se dirigeait à présent vers la Bibliothèque municipale située à l'autre bout de la rue principale du Chemin de Traverse. Cette fois, elle avait pris soin d'orner sa poitrine du badge réglementaire spécifiant son identité, son précédent oubli lui ayant valu des remontrances de Mrs Steale, sa patronne, quelques jours auparavant. Pensive, elle passa devant la librairie Fleury et Bott mais ne s' arrêta devant la vitrine qu'un bref instant. Elle ne savait absolument pas si elle devait acheter un livre en particulier pour sa rentrée à Poudlard. Dans la lettre qu'elle avait reçue début Juillet, celle qui lui annonçait que sa candidature en tant qu'apprentie potionniste avait été retenue, rien ne stipulait qu'elle devait acheter quelque chose en particulier. Aussi, Cassidy en avait déduit que les ouvrages qu'elle possédait déjà que ce soit en botanique ou en potions, conviendraient tout à fait. De toute façon, elle ignorait quelle serait la nature exacte de ses tâches à la rentrée. La missive faisant office de réponse avait été brève, plutôt sèche et à sa grande surprise avait été signée non pas par Albus Dumbledore, l'homme à qui elle avait pensé écrire, mais par Severus Rogue ; potionniste qu'elle avait toujours admiré. C'est ainsi qu'elle avait appris que l'ancien directeur était décédé dans la nuit du 25 au 26 Juin, vaincu par les forces du Mal. Cela avait constitué un premier choc intense pour l'étudiante qui avait justement souhaité rejoindre Poudlard afin de s'éloigner de l'emprise de son père qui la tenait sous sa coupe depuis qu'elle l'avait rejoint en Angleterre en Sepembre 1994, et des Mangemorts. Par la suite, son père lui avait annoncé qu'il avait été mis au courant de sa candidature à Poudlard et qu'il en était très fier. Il lui avait révélé que Thorfinn, son oncle et lui-même, avaient participé à la bataille qui avait eu lieu lors de cette fameuse nuit, et avide de détails sanglants, n'avait pas manqué d'illustrer chacun de ses propos au grand désarroi de sa fille.

Arrivée devant son lieu de travail, la jeune femme ajusta son badge où scintillait son identité, pris une grande inspiration et entra. En cette journée du 3 Août, l'ambiance serait sûrement particulière.

* * * * *

19 heures. La jeune femme salua sa patronne et sorti rapidement de la bibliothèque. Enfin cette journée éprouvante qui lui avait paru interminable, se clôturait. Elle avait ruminé toute la journée et s'était même énervée contre un client, ce qui ne lui arrivait jamais. Beaucoup avaient tendance à l'agacer en effet, mais la jeune femme avait appris à se contenir. Malheureusement pour le sorcier qui s'était attiré ses foudres, sa remarque avait été déplacée et très mal accueillie par la sorcière qui se trouvait dans un état d'esprit très irritable et dont le seul visage aurait suffi à faire tomber la barbe de Merlin. Lorsqu'il lui avait révélé, en se penchant à son oreille un air vicieux ornant son visage grotesque, son envie d' " un plan à trois avec la fille d'un Mangemort ayant participé à la bataille de la tour d'astronomie ", l'étudiante avait littéralement explosé et lui avait lancé, non pas des livres au visage, mais le sortilège de Chauve-furie, ce qui lui avait valu une mise à pied disciplinaire de trois jours. Cassidy se trouvait donc dans un état d'esprit plutôt mitigé, partagée entre la colère, l'angoisse et la tristesse. Les événements de ces derniers jours venaient réveiller beaucoup trop de choses en elle, aussi elle décida de transplaner à Pré-au-Lard afin de rendre visite à Scarlett, serveuse aux Trois-Balais. La Rowle appréciait beaucoup la jeune femme et avait besoin de bavarder un peu afin de se changer les idées. De plus, selon la Gazette, la jolie rousse avait été vue à la Tête de Sanglier, en compagnie de Rohan O'Quinn ; Mangemort ayant torturé les Tonks avec son père Andreas.

Elle arriva avec fracas au sein du village ; plus particulièrement, elle atterri sur le toit de la Cabane Hurlante et force fut de constater qu'elle n'avait rien d'une équilibriste, ni d'un oiseau, lorsqu'elle s'écrasa lamentablement sur le sol. Rageuse et nauséeuse, la jeune Rowle se releva avec difficulté. Elle n'avait jamais été particulièrement à l'aise avec cette forme magique de téléportation et avait dû passer son permis plusieurs fois avant de réussir à l'obtenir pour cause de désartibulement. A ses débuts, la jeune fille manquait cruellement de détermination. Fixer son esprit sur la destination souhaitée ne lui posait aucun souci, ni même la décision qu'il fallait y mettre. En revanche, elle n'était jamais sûre de vouloir effectuer ce petit voyage qui la rendait malade à chaque fois, ce qui entravait sa détermination. Cette fois, c'était plutôt la décision qui lui avait posé quelques soucis... Enfin, elle était entière, c'était tout ce qui comptait. Entière, mais sa tête fourmillait de manière qui lui était familière. Oh non, pas ça... D'un geste étrangement élégant, la jeune Rowle regroupa ses cheveux blonds vers l'arrière et sitôt se pencha vers l'avant avec un haut-le-cœur d'une classe beaucoup plus contestable. C'était la même chose quasiment à chaque fois, son estomac ne supportait pas le transplanage.

Rageuse, elle se dirigea vers les Trois Balais ; lieu phare de Pré-au-Lard dont l'entrée gardée par des têtes réduites empêchait les élèves mineurs d'y pénétrer, assurant ainsi à la jeune femme de ne pas croiser des élèves qu'elle serait amenée à rencontrer en Septembre. Cassidy n'était pas vraiment une habituée des lieux mais elle y était déjà venue plusieurs fois depuis le début de l'été. Elle appréciait cet endroit car étant toujours rempli de toutes sortes de clients, se faire discret était plus aisé qu'ailleurs. En pénétrant dans le pub, elle repéra des collègues Mangemorts de son père, attablés non loin de l'entrée. Ceux-ci la saluèrent en levant leurs verres remplis d'un liquide ambré reconnaissable entre tous ; le whisky Pur Feu, de la marque Ogden's Old Firewhisky.

" B'soir Miss Rowle ! Ohhhh v'nez donc trinquer avec nous ! ", s'écria l'un d'entre eux, dont le visage était plus rouge que les jupes de Mme Rosmerta, la gérante.

Abruti.

" Non merci Jugson, je viens voir une amie ce soir et..."

L'abruti l'interrompit en surenchérant:

"Ooooh mais oui c'vrai... Z'êtes probabement mal après c'qui est arrivé à votre oncle Thorfinn avant-hier... Laisser échapper Potter à Tottenham Court Road... Y'était pourtant avec Antonin Dolohov. C'pauvre Antonin... Le sortilège d'amnésie... On raconte que c'est même l'jeune Malefoy qui l'a torturé votre oncle, sur ordre du maître. C'fait deux conneries hein... D'abord le 25 Juin où y'a tué Amaury Gibbon par erreur, z'en ont même parlé dans la Gazette, et là le 1er Août ! Y'est dans d'beaux draps votre oncle hein !

- Oh mais tais-toi donc Jug', t'es complètement bourré. Pardonnez-le Miss Rowle, il ne sait plus ce qu'il dit ce soir. Ne vous en faîtes pas, je suis sûr qu'Andreas rectifiera le tir."

La jeune femme secoua la tête.

"Aucun soucis Nott. Bonne soirée à vous."

Cassidy s'éloigna d'eux et disparu de leur vue, se noyant dans la foule de personnes plus ou moins ivres. Bataillant entre les corps serrés tout en évitant comme elle le pouvait les mains aux fesses, elle réussi enfin à atteindre le bar et s'affala sur un tabouret. Elle avait besoin de boire. Boire pour oublier, boire pour se détendre et ressentir cette chaleur si caractéristique que seul l'alcool pouvait lui apporter tant elle se sentait glacée intérieurement.

Les événements du 1 Août l'avaient mis dans un état de détresse assez important en effet. Les Mangemorts avaient mis en place un coup d'état insidieux. Une maîtrise parfaite, un véritable coup de maître puisqu' aucune rébellion de la population n'avait eu lieu pour le moment. La version officielle que tout le monde connaissait était celle d'une démission du Ministre de la Magie Rufus Scrimegeour; ancien directeur des Aurors jusqu'en 1995 et d'un remplacement au pied levé par Pius Thichenesse, directeur du Département de la justice magique. La vérité était bien loin de cela, mais peu de personnes étaient au courant. Le Ministre n'avait pas démissionné et sa mort n'était pas un accident, ça non. Il avait été capturé et tué par un groupe de Mangemorts entrés au Ministère sous sortilège de désillusion d'après son père, et Thickenesse était tout simplement là pou servir en tant que marionnette puisqu'il avait été soumis à l'Imperium plus tôt dans l'été. Si Andreas n'avait pas été présent pour assister à ce jour de gloire pour les serviteurs du Seigneur des Ténèbres, ce n'était pas parce qu'il avait la rougeole non. Il avait tout simplement été envoyé, dans une attaque simultanée à celle du ministère, vérifier les maisons des membres de l'Ordre du Phénix puisque les sortilèges de protection dépendant du Ministère, avaient été levés. Il avait par ailleurs torturé les Tonks avec Rohan O'Quinn, tandis que Thorfinn accompagné de Dolohov, avait fait irruption dans un café à Londres lorsque Potter avait brisé le tabou, sans réussir toutefois à le capturer. Charmant. La jeune femme avait véritablement envie de vomir. Sa famille l’écœurait au delà des mots.


Dernière édition par Cassidy N. Rowle le Dim 28 Aoû 2016 - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière défenseServeuse aux Trois Balais
    APPRENTI(E)
    Filière défense
    Serveuse aux Trois Balais
AVATAR : Emma Stone
MESSAGES : 116

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20 avril 1976, Godric's Hollow
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Dim 28 Aoû 2016 - 17:43

Le monde magique partait en vrille, c’était définitif. La chute du Ministère avait plongé la population dans une nouvelle terreur, encore plus profonde que celle laissée par la mort de Dumbledore. Deux jours étaient passés depuis que le ministre était à son tour tombé. Deux jours sombres, durant lesquels Scarlett tentait de reprendre pieds. Elle avait assisté à l’enlèvement de Scrimgeour, elle n’avait rien pu faire, à la merci des mangemorts présents dans le bureau. Elle connaissait sa chance d’être toujours en vie, et d’une certaine façon elle remerciait le ciel de l’avoir épargnée. Mais l’autre partie d’elle avait honte de son échec. De ses derniers échecs plutôt : l’attaque du ministère en juin, l’échec de l’ordre à la tour d’astronomie… Elle n’était certes pas à Poudlard ce soir-là, mais elle aurait dû. Elle aurait dû se battre plus franchement pour intégrer l’Ordre. Il était temps qu’elle puisse aider pleinement, puisque de toute évidence elle n’était pas forcément plus faite pour se renseigner sur les gens, preuve en était de sa relation actuelle avec Rohan O’Quinn. Réflexion faite, ce n’était peut-être pas un hasard si l’Ordre refusait toujours de la compter pleinement dans leurs rangs… Mais elle savait qu’ils finiraient par manquer d’effectifs. Après ce qui était arrivé aux Tonks, simultanément au coup d’Etat, il y aurait peu de sorciers prêts à se sacrifier pour la cause. Les Mangemorts avaient réussi à instiller la peur dans l’ensemble du pays, et ce n’était que le début. Et Scarlett en avait la nausée.

Derrière son comptoir, la jeune femme observait la salle. Elle n’avait pas mis les pieds au Ministère ces derniers jours. Elle attendait les résultats de sa dernière année. Et surtout, elle était toujours sensée se remettre de ses blessures, aussi bien internes qu’externes (bien que ces dernières soient déjà plus que soignées, hormis quelques éraflures), résultants de l’attaque dont elle avait été l’une des victimes. Mais si son absence au Ministère était justifiée, son absence au bar ne le serait pas. Personne ne devait savoir qui elle était réellement. Mais sa couverture n’avait jamais été aussi mince, puisque les Mangemorts sortaient désormais au grand jour, pour pavaner dans tous les lieux publics du pays. Ils régnaient en maitre, et ils le montraient. Comme en témoignait leur table bruyante, à côté de l’entrée du bar, visible de tous les autres clients. Si cela continuait, il allait falloir qu’elle commence à se transformer physiquement pour parvenir à rester incognito dans les différentes parts de sa vie…
Avec un soupir, elle rangea un énième verre sous le comptoir, quand la porte du bar s’ouvrit sur un homme de haute taille, à la silhouette bien connue de la rousse. Son père, encore lui. Ca faisait un moment qu’elle ne l’avait pas vu. Mais le large sourire plaqué sur son visage, qui ne se propageait pas à son regard froid, qu’il lui adressa lorsqu’il la repéra la fit frissonner. Et l’impression fatale qu’il savait tout d’elle s’empara insidieusement d’elle. Si elle chancela un instant, la colère qui enfla ensuite durcit ses traits, et l’aida à se camper sur ses pieds.

« Sers donc un verre à ton vieux père, veux-tu. »

Scarlett s’exécuta sans dire un mot, tout en soutenant le regard d’acier de son père, identique au sien. La même couleur, la même nuance de bleu-vert qui pouvait se transformer en glace en un instant.

« Hé bien, tu n’es pas très loquace ce soir. Je vois que ma présence n’est toujours pas la bienvenue. Mais sois rassurée, tes secrets sont bien gardés avec moi… »

Il avait murmuré ses dernières paroles de sorte que seule elle pouvait les entendre. Mais elle sentit son cœur manquer un battement avant de s’emballer dans sa poitrine. Ce n’était pas possible. William lui adressa un clin d’œil avant de se diriger vers la table des Mangemorts, où il prit place avec un air orgueilleux. Scarlett retint un haut-le-cœur et se précipita dans la réserve derrière le comptoir, où elle se laissa glisser le long de la porte close, la tête sur les genoux. Elle tentait de respirer calmement, pour chasser la crise d’hystérie qui se faisait sentir. Que savait-il exactement ? Elle avait besoin de parler à quelqu’un… Mais elle n’avait personne à qui se confier… Sa mère était en fuite depuis le début de la chasse aux nés-moldus lancée par le nouveau Ministère, et elle n’avait que peu de nouvelles. Et l’autre personne vers qui elle aimerait se tourner était Rohan. Mais Rohan… Et bien, Rohan était Rohan. Elle ne savait toujours pas si elle pouvait réellement lui faire confiance, même si toutes les cellules de son corps lui criaient de le faire. Et leur dernier rendez-vous ne l’avait pas aidée à y voir plus clair. Sa double vie commençait à la rendre paranoïaque. Mais elle n’aurait pas dit non à se faire réconforter par celui qui s’apparentait à un petit ami, bien qu’ils n’aient jamais précisément défini leur relation. Même si elle ne pouvait rien lui dire. Elle se promit de passer par la Tête de Sanglier une fois son service terminé. Peut-être pourrait-il lui offrir un remontant ?

Il fallut plusieurs minutes dans la salle sombre pour que Scarlett retrouve toute sa contenance, et le courage de retourner travailler. Elle priait pour que son père ait quitté la salle, lui et tous ses amis mangemorts. Bien qu’elles se doutaient avec sa mère de son allégeance au Seigneur des Ténèbres, en avoir la confirmation ainsi l’ébranlait plus qu’elle ne le pensait. C’était grâce à lui qu’elle échapperait aux rafles de nés moldus qui ne tarderaient pas à arriver. Grâce à ce père invisible, revenu dans sa vie pour n’apporter que des ennuis. Ce père qu’elle aurait aimé normal et présent, aimant. Elle avait longtemps cru que c’était à cause d’elle qu’il était parti, longtemps idéalisé ce père autant qu’elle l’avait détesté. Et voilà qu’il s’affichait fièrement aux côtés des Mangemorts. Elle retint un nouveau haut-le cœur, puis se releva. Elle irait boire pour oublier avec Rohan, et se réfugier dans ses bras. Aujourd’hui, elle avait le droit de se montrer faible. Même si la fière Scarlett n’était jamais faible. Désormais, tout pouvait être différent. Et elle allait devoir redoubler d’attention.

Elle claqua la porte de la réserve derrière elle, et reprit sa place initiale derrière le bar. Un nouveau regard vers la table ennemie lui confirma que rien n’avait changé. Hormis une présence féminine qui tentait de se défaire de leur lourde compagnie. Scarlett ne tarda pas à identifier Cassidy Rowle. Les Rowle étaient une éminente famille de mages noirs, et visiblement, la jeune femme adhérait aux idées familiales. Mais quelque chose faisait dire à Scarlett que la demoiselle Rowle avait plutôt besoin de se détacher de son nom de famille. Elles avaient déjà sympathisé dans ce même bar, au point de presque pouvoir prétendre être des amies, et certains discours de la jeune femme avaient sonné comme faux. Et Scarlett voulait approfondir tout ça. Peut-être qu’il résidait en Cassidy une personne de confiance. La jeune femme plaqua un sourire lorsqu’elle se retrouva face à la blonde.

« Salut Cass ! Qu’est-ce que je te sers ? »

Son ton avenant avait du mal à sortir cette fois et son sourire lui semblait forcé, à cause de cette journée pourrie. Mais le service était bientôt terminé, par chance. Elle allait bientôt pouvoir s’échapper de cette auberge étouffante. Et de ses mauvaises fréquentations. Elle servit à Cassidy ce que la demoiselle lui avait commandé, tout en l’observant un peu plus attentivement. De toute évidence, elle n’était pas la seule à avoir passé une mauvaise journée…

« Tu en fais une tête… Tu veux en parler ? »

Des confidences appelaient souvent à des confidences de l’autre partie. Mais Scarlett savait se maitriser. Elle avait de l’entrainement, trop d’entrainement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière scientifique et médicale
    APPRENTI(E)
    Filière scientifique et médicale
AVATAR : AnnaSophia Robb
MESSAGES : 284

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1975, Inde
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Jeu 8 Sep 2016 - 13:15

Était-ce leurs infernales fiertés respectives qui les rapprochaient, ou peut-être leurs sourires de façade ? Cassidy secoua légèrement la tête faisant onduler ses longs cheveux le long de ses épaules, tandis qu'elle laissait aller celle-ci dans sa main. Elle n'en savait rien, et n'avait pas envie de le savoir par ailleurs. Elle en avait assez. Assez de vivre en se posant sans cesse des questions, en ne faisant que planifier, anticiper et contrôler sa langue. A vrai dire, cela était véritablement épuisant, quand bien même elle parvenait généralement à mettre la fatigue de côté. Elle se sentait comme un démineur en action sur le terrain vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et sept jours sur sept. Rarement, lorsque son corps et son esprit étaient à bout, frôlant l'épuisement total, il arrivait qu'elle dorme pendant des journées entières afin de se ressourcer. Son record avait du être de trois jours. Pourtant, elle n'avait guère le choix en réalité. Se laisser aller risquait de la mener à sa perte. Toujours était-il qu'en la présence de Scarlett, la blonde se sentait légèrement plus détendue que d'habitude, ce qui la mettait d'un côté en alerte mais étrangement, elle parvenait à étouffer cette sensation au profit d'un certain laisser aller, bien qu'elle prenait toujours garde aux paroles qu'elle prononçait.

Les jeunes femmes avaient sensiblement le même âge et s'étaient rencontrées fin Juin, ici même, aux Trois-Balais qui était le lieu de travail de la rouquine. Rapidement, elles avaient sympathisé, en dépit de l'appartenance de Cassidy à la famille Rowle. Elles n'avaient jamais abordé le sujet de leurs convictions personnelles aussi, Cassidy ignorait quelle était l’allégeance de Scarlett, mais en réalité, elle ne cherchait pas à le savoir. Le nom de Rowle révélait tout de le sienne, mais cela n'avait pas paru déplaire ou choquer la jeune femme qui avait agit avec elle comme avec n'importe quelle personne. Cette attitude avait favorisé un certain relâchement chez la blonde. Oh celui-ci était infime bien entendu. Une petite série de minuscules détails. Des sourires plus sincères, un léger affaissement dorsal lorsqu'elle bavardait avec celle qui devenait petit à petit ce qui se rapprochait le plus d'une amie. Des petits rires naturels. Une spontanéité en fait, voilà qui pouvait bien résumer. Néanmoins, cela ne voulait pas dire que la personnalité observatrice de l'apprentie potionniste disparaissait, loin de là. En réalité, la jeune femme avait remarqué quelque chose qui la travaillait depuis pas mal de temps. Il y avait, chez Scarlett, une sorte de tension indéfinissable depuis peu.

Une voix claire la tira de ses pensées.

« Salut Cass ! Qu’est-ce que je te sers ? »

Vivement, la bonde releva la tête et se retrouva face à la jolie rousse au sourire forcé. Imperceptiblement, l'apprentie potionniste fronça les sourcils. Très, très, très forcé. On ne pouvait pas la lui faire puisqu'elle même avait pour habitude d'user de cette arme défensive. Scarlett paraissait extrêmement préoccupée, limite au bord de la crise de nerfs. Eh bien, elle qui comptait se détendre...

« Scarlett ! C'est un plaisir de te voir, j'espérais justement que tu étais de service ce soir. »

La jeune femme sourit à son tour en se levant pour embrasser son amie, mais, la force des choses fit qu'elle était tellement petite malgré ses talons qu'elle ne pouvait atteindre le visage de la rouquine. De ce fait, elle remonta sur le tabouret, et se hissa habilement sur celui-ci afin de saluer la serveuse qui devait être morte de rire intérieurement.

« Pas de commentaire Miss Burton..., lui chuchota-t-elle à l'oreille tandis qu'elle posait ses lèvres sur la joue de son amie, sers-moi un Whisky-Pur-feu, s'il-te-plait. J'ai bien besoin d'un remontant ! »

La rouquine fronça les sourcils tout en lui préparant sa commande qu'elle vint lui apporter dans les secondes qui suivirent. Scarlett était habile. Habile, mais également très rapide, ce qui avait toujours eu le don d'impressionner Cassidy depuis qu'elle la connaissait. Si l'apprentie potionniste était très adroite en ce qui concernait les potions, elle n'avait encore jamais envisagé ce que cela pourrait donner si jamais elle aussi devait préparer et servir des verres pleins en un temps record.
Une fois son verre déposé devant elle, la bonde s'en saisi directement et le porta à ses lèvres afin d'en avaler une gorgée. Le liquide ambré était fort et lui brûla directement la gorge, la réchauffant intérieurement. Elle lâcha un petit soupir de contentement. Merlin, ce que cela faisait du bien.

« Tu en fais une tête… Tu veux en parler ? »

Etait-ce... une invitation aux confidences ? La jeune femme laissa échapper un sourire. Les confidences étaient quelque chose de défendu dans sa position, mais ce soir l'accumulation des choses faisait qu'elle se sentait d'humeur à tenter le diable. Un sourire complice ornant ses lèvres rosées, Cassidy reposa son verre sur le comptoir en enterprit de lisser délicatement les plis de sa robe.

« Ma tête n'a d'égale que mon humeur intérieure Scar'... Je t'avais déjà parlé de mon travail saisonnier ? Tu sais, je bosse à la bibliothèque municipale du chemin de traverse à Londres. Et bien... comment dire ? Hum... Bon, faisons simple, j'ai été mise à pieds ce matin. »

Autre gorgée. Si jamais elle revoyait ce sorcier qui l'avait faite sortir de ses gonds, ce n'était pas un simple sortilège de Chauve-Furie qu'il se prendrait dans la face, non. Elle s'appliquerait à faire pire, bien pire. Tranquillement, Cassidy déglutit, savourant avec délice l'alcool qui glissait le long de son œsophage. Elle ne buvait que rarement, plus par manque d'habitude que par dégoût à vrai dire, mais à chaque fois elle avait l'impression de redécouvrir la sensation réconfortante issue des bienfaits de l'alcool.

« ... à cause d'un abruti. Mais... dis-moi, tu as l'air débordée ce soir ! Il y a un de ces mondes... J'ai rarement vu l'endroit aussi bondé. - un sourire malicieux éclaira son visage, Je te propose un deal, si tu veux en savoir plus sur ce qui m'est arrivé ce matin, laisse-moi t'aider dans ton service de ce soir. Tu auras plus vite terminé et on pourra discuter rapidement, d'autant plus que vu ta jolie tête de déterrée, tu as sûrement certaines choses à me raconter toi aussi. Et puis... il y a cet article sur toi dans la Gazette du mois dernier, à la Tête de Sanglier. Je ne savais pas que tu connaissais Rohan O'Quinn ? Mon père a exécuté une mission parallèle avec lui la nuit de la Chute du Ministère. »

Peu importe l'allégance de Scarlett, il fallait qu'elle sache que l'homme qu'elle fréquentait était un Mangemort. Peut-être le savait-elle déjà, mais dans le doute, Cassidy ne pouvait la laisser dans une telle situation. Madame Rosmerta venait de s'absenter, elle avait eu le temps de voir son jupon rouge se faufiler dans l'interstice de la porte principale. Tandis qu'elle nouait ses longs cheveux blonds en une queue de cheval lâche, Cassidy réfléchissait silencieusement. Son père n'apprécierait pas de la voir en position de simple serveuse ? Eh bien citrouille. Tout simplement citrouille. Après tout, elle ne faisait rien de compromettant en aidant une amie. Ce n'était pas comme si elle trahissait les idéaux des sang-purs ou qu'elle hurlait à voix haute qu'elle haïssait le Seigneur des Ténèbres, si ? Non. Souplement, Cassidy descendit du tabouret et rejoignit la rouquine derrière le comptoir. Sans lui demander son avis, et toujours avec le sourire, la blonde s'empara d'un tablier blanc qu'elle entreprit de nouer autour de sa taille. Cette dernière était tellement fine et le tablier, grand, qu'elle du en faire deux fois le tour pour parvenir à l'ajuster correctement.

« Personnellement, je n'ai jamais servi de verres pleins... Mais je peux toujours tenter. En revanche, je ne veux pas te ralentir, alors si tu préfères, je peux m'occuper de prendre les commandes et de les préparer pendant que tu sers. Ou alors je peux me charger du comptoir pendant que tu gères la salle. Que préfères-tu ? »

Tandis qu'elle attendait la réponse de son amie, la jeune femme balaya la salle de son regard turquoise, tout en sirotant presque paisiblement son verre de Whisky. Merlin, comment Scar' faisait-elle pour gérer seule une salle pareille ? Il n'y avait aucun autre collègue pouvant venir l'aider ce soir. Comment Madame Rosmerta avait-elle pu la laisser se débrouiller en une soirée pareille ? Les gens venaient fêter l'arrivée d'une nouvelle ère, sans se douter de tout ce que cela impliquait. L'enjeu était véritablement énorme et abominable. Son regard dériva alors vers la table des Mangemorts près de l'entrée. L'état de Jugson était de pire en pire. Rouge écarlate, l’œil globuleux dont ressortaient quelques vaisseaux sanguins, il était complètement bourré, tandis que Nott qui semblait dans un meilleur état pour le moment, le considérait avec un sourire en coin. Un autre homme les avait rejoint. Quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, mais qu'elle avait brièvement aperçu ici ces derniers temps. L'apprentie potionniste fronça les sourcils tout en détaillant l'homme du regard. Grand, les cheveux oscillant entre le gris et un châtain terne. Des yeux clairs. A en juger par sa tenue, ce devait être quelqu'un d'important. Était-il Mangemort lui aussi ?

« Dis moi Scar', souffla-t-elle du coin des lèvres, tu connais cet homme ? Celui qui est attablé avec les deux Mangemorts. Je l'ai déjà vu ici, mais je n'avais pas la sensation qu'il ait rejoint les rangs du Seigneur des Ténèbres... »

_________________

Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière défenseServeuse aux Trois Balais
    APPRENTI(E)
    Filière défense
    Serveuse aux Trois Balais
AVATAR : Emma Stone
MESSAGES : 116

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20 avril 1976, Godric's Hollow
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Sam 29 Oct 2016 - 18:54

Il était étonnant que la salle bourdonne autant des conversations. Dernièrement, le village s’était plutôt montré calme, certaines enseignes mettant même la clef sous la porte de par le manque d’affluence, et l’ambiance qui régnait. Mais de toute évidence, la nouvelle position du Ministère en ravissait certains. Et le flux d’arrivants ne se tarissait pas, ce qui n’empêchait pas Madame Rosmerta d’enfiler sa cape, dans un coin du bar. Elle reporta son attention sur la blonde face à elle, et son sourire se fit instantanément plus sincère lorsque Cassidy lui déclara avoir espéré la voir ce soir. Peut-être qu’elle n’aurait pas besoin d’aller voir Rohan après son service finalement. Peut-être que la présence seule de Cassidy l’aiderait à améliorer les derniers jours ? Elle étouffa un rire en voyant la jeune femme tenter de l’embrasser, puis se baissa docilement au-dessus du comptoir pour laisser la blonde la saluer à sa manière. Elle attrapa ensuite la bouteille de whisky pur feu derrière elle, sans pouvoir retenir un sourire aux souvenirs que cet alcool faisait remonter à la surface, et servit son verre à Cassidy. Elle récupéra au passage la monnaie que des clients lui tendaient, jeta les pièces qui tintèrent agréablement dans la caisse, et reprit son poste face à sa compagnie de la soirée. Compagnie qui semblait aussi morose qu’elle-même, d’ailleurs…

« Ma tête n'a d'égale que mon humeur intérieure Scar'... Je t'avais déjà parlé de mon travail saisonnier ? Tu sais, je bosse à la bibliothèque municipale du chemin de traverse à Londres. Et bien... comment dire ? Hum... Bon, faisons simple, j'ai été mise à pieds ce matin. »

Scarlett se souvenait de cette partie de leur conversation la dernière fois qu’elles s’étaient vues. Même l’ancienne Serdaigle qu’elle était ne comprenait pas qu’on puisse vouloir passer son été enfermé dans une pièce pleine de livres… Travailler dans un bar, par exempe, était beaucoup plus excitant ! Les clients parlent au moins, contrairement aux livres… Mais elle était fortement désolée pour son « amie » à entendre sa situation. Si elle se retrouvait mise à pieds de sa formation d’auror, elle ne pourrait pas le supporter. Même chose si elle se faisait renvoyer de son travail aux Trois Balais… La rouquine observait Cassidy siroter son verre, tout en continuant de nettoyer les verres qui s’entassaient derrière le comptoir, et le liquide fumant lui faisait de plus en plus envie. Quelle tristesse qu’elle n’ait pas le droit de boire pendant son service… Par chance, sa patronne était sur le départ, en train de saluer une énième connaissance installée à une table au fond de la salle. Peut-être pourrait-elle faire une petite entorse au règlement pour une fois ?

Elle rit doucement lorsque Cassidy lui proposa de lui donner un coup de main dans le service. Ca pourrait être drôle, après tout. Enfin, elle ne ferait rien de mal, même si elle ne s’avérait pas très douée pour ce job. Il ne fallait pas être surdiplômé pour faire son travail après tout. Juste ne pas se tromper dans les commandes, savoir compter, et faire le ménage. Pas très glorifiant, dit comme ça. Elle acquiesça alors d’un signe de tête, toujours en riant, avant que Cassidy n’ait même fini sa phrase. Même si pour cela elle devrait raconter une partie de ses états d’âmes. Il n’y avait rien de mal à raconter qu’elle avait peur de l’avenir, après tout. Quelles que soient les allégeances de Cassidy, elle pourrait comprendre. Ca la réjouirait sûrement si elle était du côté du Seigneur des Ténèbres, mais tant pis. Un frisson désagréable parcourut l’échine de Scarlett lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’avait aucune personne vraiment fiable dans son entourage à l’heure actuelle. C’en était déprimant.

« Et puis... il y a cet article sur toi dans la Gazette du mois dernier, à la Tête de Sanglier. Je ne savais pas que tu connaissais Rohan O'Quinn ? Mon père a exécuté une mission parallèle avec lui la nuit de la Chute du Ministère. »

Le sourire de Scarlett, qui s’était élargi à la mention de son passage dans la gazette, se fana instantanément lorsque Cassidy finit sa phrase. Elle entendit dans un épais brouillard le verre qu’elle tenait quelques instants plus tôt se briser bruyamment sur le sol, tandis qu’elle chancelait sur ses sandales à talons. L’oncle de Cassidy était un mangemort à la réputation funeste, il ne faisait aucun doute que son père ne valait pas mieux de ce côté-là. Et il n’y avait aucune autre raison pour laquelle Rohan ait eu à faire une mission avec papa Rowle, si ce n’était pour servir Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom… Scarlett avait peut-être enfin la preuve que son « amant », celui sur qui elle devait enquêter, avait suivi les traces son grand frère sur la route des ténèbres… Elle sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine, battre dans ses tempes, amortissant tous les sons, et sa vision se brouiller. Ce n’était pas possible, elle ne pouvait pas y croire… Elle se força à reprendre contenance, en inspirant profondément. Elle ne pouvait pas se trahir ainsi. Et puis… Peut-être n’étaient-ce que des mensonges ? Si Cassidy était du côté de son père, et qu’elle avait des doutes à son sujet, peut-être cherchait-elle seulement à tester ses réactions au sujet de sa relation avec le barman ? Elle baissa les yeux vers les morceaux de verres, dont un avait entaillé légèrement le côté de son pied nu, et les fit disparaître, tandis que Cassidy la regardait avec inquisition, tout en enfilant un tablier de serveuse, bien décidée à lui donner un coup de main.

« Quelle maladroite je fais… Ca m’apprendra à porter des talons pour travailler ! Ils se coincent toujours dans les lattes du parquet c’est un enfer ! »

La jeune femme constata avec soulagement que sa voix était maîtrisée, et son ton frivole parfaitement contrôlé. Bien. Hors de question qu’elle se trahisse ainsi. Son regard se porta machinalement vers la table où se trouvaient William et ses copains Mangemorts, et elle surprit le petit sourire mesquin qu’il lui adressait. La jeune femme commença à trembler imperceptiblement. Elle devait absolument se calmer. Et boire. N’importe quoi, mais boire quelque chose.

« Personnellement, je n'ai jamais servi de verres pleins... Mais je peux toujours tenter. En revanche, je ne veux pas te ralentir, alors si tu préfères, je peux m'occuper de prendre les commandes et de les préparer pendant que tu sers. Ou alors je peux me charger du comptoir pendant que tu gères la salle. Que préfères-tu ? »

Sauvée par le gong. Le babillage enjoué de Cassidy parvenait à lui occuper l’esprit, bien qu’elle n’entende que d’une oreille ce qu’elle pouvait lui dire. Elle fit léviter les morceaux de verre dans la poubelle, d’un coup de baguette, avant d’adresser un sourire à la blonde face à elle.

« Ca ne t’embête pas de garder le comptoir deux minutes ? Je dois aller nettoyer cette plaie si je veux continuer à pouvoir marcher dans la salle… Je reviens, et après on voit comment on s’organise ! »

Elle lui adressa un nouveau sourire, avant de se réfugier de nouveau dans la réserve. Elle y passait beaucoup trop de temps ce soir… Elle arrangea sa blessure d’un nouveau coup de baguette, et tenta se calmer les tremblements qui agitaient ses membres. Sans succès. Alors elle déboucha la première bouteille de whisky pur feu qui lui tomba sous la main, et but une longue gorgée, directement au goulot. Plus le liquide descendait le long de sa gorge, plus ses frissons s’apaisaient. Enfin. Elle prit une seconde gorgée par précaution, arrangea ses cheveux roux pour lui donner un air plus calme, et reposa la bouteille avec une profonde expiration.

Elle retourna derrière le bar, où Cassidy n’avait pas bougée, et elle s’accouda à côté d’elle. Elle se poserait toutes les questions qu’elle devait se poser plus tard. Et elle n’irait finalement pas voir Rohan à la fin de son service. Après les dernières révélations, il ne valait mieux pas… Scarlett observa le profil de son amie, et suivit son regard jusqu’à la table des Mangemorts. Aïe.

« Dis-moi Scar', tu connais cet homme ? Celui qui est attablé avec les deux Mangemorts. Je l'ai déjà vu ici, mais je n'avais pas la sensation qu'il ait rejoint les rangs du Seigneur des Ténèbres... »

La jeune femme déglutit difficilement. Le monde s’acharnait-il à ce point sur elle ?! Qu’avait-elle fait pour mériter un tel retour de karma ? Elle soupira, et détourna son regard, pour le poser au fond de la salle, sur le montant de la cheminée.

« C’est William Burton. Et je ne le pensais pas non plus jusqu’à aujourd’hui… Mais il faut croire que le changement de gouvernement encourage les gens à se montrer sous leur véritable jour… Ca doit être un copain de ton père. »

L’amertume était palpable dans son ton, et sa dernière phrase était plus sèche qu’elle ne le voulait. Pourvu que Cassidy ne la prenne pas pour une attaque personnelle. Elle se doutait que la jeune femme allait faire le rapprochement sur les noms de famille, mais si elle l’avait tu, cela aurait été suspect. Et si effectivement William était un ami du père de Cassidy, elle aurait bien fini par le savoir de toute façon…

« Bref. Restons ici, j’irai en salle si on a besoin de moi, mais la fermeture approche, les gens ne devraient pas tarder à partir. Tu pourras m’aider sur les commandes au bar. Qu’as-tu fait à cet abruti qui t’a valu une mise à pied ? Tu lui as jeté un livre à la figure ? »

Une confidence pour une confidence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière scientifique et médicale
    APPRENTI(E)
    Filière scientifique et médicale
AVATAR : AnnaSophia Robb
MESSAGES : 284

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1975, Inde
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Mer 30 Nov 2016 - 22:15

« Et puis... il y a cet article sur toi dans la Gazette du mois dernier, à la Tête de Sanglier. Je ne savais pas que tu connaissais Rohan O'Quinn ? Mon père a exécuté une mission parallèle avec lui la nuit de la Chute du Ministère. »

Ses paroles eurent l'effet d'une véritable bombe. Une explosion du tonnerre. Un tsunami dévastateur. Comment un visage pouvait-il décemment se métamorphoser aussi rapidement et aussi radicalement ? Un opposé, un miroir maudit. D'ouvert, jovial et quelque peu amusé par la situation, le visage de Scarlett s'était radicalement transformé. Instantanément, dès que les derniers mots s'envolèrent des lèvres rosées de la Rowle, l'expression de la serveuse s'assombrit instantanément. Sous les yeux vert d'eau de l'apprentie potionniste, ses pupilles se dilatèrent, venant engloutir l'iris tel un marais piégé. Lentement, son teint pâlit, virant à la si particulière carnation propre aux fantômes. Peeves avait du soucis à se faire quant à la concurrence. Transparente, Scarlett sembla soudain perdre tout sa consistance, même ses cheveux d'un roux flamboyant semblèrent soudain perdre leur éclat, à l'image d'une couleur beaucoup plus terne. Enveloppée dans un brouillard opaque et grisâtre, épais, la silhouette se désagrégeait. Son joli sourire qui avait le don d'illuminer une pièce entière par sa joie naturellement communicative, mourra sur ses lèvres bien dessinées. Un tremblement commença à secouer sa main dans laquelle elle maintenait un verre - tremblement qui se propagea dans tout son corps, jusque dans ses jambes. Brusquement, avant que Cassidy ne puisse réagir, ses doigts graciles se relâchèrent, comme si le verre pesait une tonne, et ce dernier vint s'écraser sur le sol, dispersant autour de leurs chaussures respectives, une multitude de paillettes tranchantes.

« Scarlett, attention ! »

Trop tard. L'un des morceaux tranchants tomba contre le pied de la rousse, venant entailler de manière heureusement superficielle, le côté de son pied pâle. Finissant de nouer son tablier à la hâte, la Rowle s'accroupit sur le pied nu de son amie, afin d'examiner la blessure de plus près. La coupure était fine, et définitivement superficielle, ce qui la rassura. Seules quelques perles de sang venaient témoigner de l'accident. Soulagée, Cassidy se redressa, tandis que Scarlett tentait de reprendre contenance :

« Quelle maladroite je fais… Ca m’apprendra à porter des talons pour travailler ! Ils se coincent toujours dans les lattes du parquet c’est un enfer !
- Je ne ferai aucun commentaire, répondit Cassidy en jetant un œil à ses propres chaussures, je ne porte que des talons. Effectivement, j'imagine qu'avec ce parquet, ce ne doit pas être simple, je vais avoir l'occasion de m'en rendre compte ce soir. Peut-être serait-il plus prudent que je reste au bar, en fin de compte... »

Bien entendu, la jeune femme avait parfaitement noté que ce brusque changement d'attitude n'avait strictement rien à voir avec une quelconque histoire de plancher. Ces pauvres lattes en prenaient plein leur grade alors qu'elles n'étaient en rien responsable de la déstabilisation de la sorcière. Scarlett aurait pu être une excellente actrice puisque son ton était parfaitement maîtrisé, mais face à elle se trouvait une personne plongée depuis toujours au coeur d'un spectacle macabre, maîtrisant les illusions d'une main de maître. Grillée, Scarlett avait beau faire tous les efforts du monde, la Rowle avait comprit. Elle ne lui en tint pas rigueur, jouant elle, le rôle de celle qui n'avait rien perçu, et qui pensait réellement que la plancher était bel et bien le seul responsable du déséquilibre de la rousse, et de la chute du verre. Toutefois, il n'en était rien. Depuis bien longtemps, la jeune femme avait perdu toute son innocence et sa candeur, aussi avait-elle bien perçu que le changement de comportement de son amie était entièrement de sa faute, enfin, de la faute de ses mots, et de sa révélation. Parce que oui, il était maintenant clair pour la blonde, au vu de la réaction de son amie, que cette dernière venait de recevoir un puissant coup de massue, n'étant strictement pas au courant de la vraie nature de Rohan O'Quinn.

« Personnellement, je n'ai jamais servi de verres pleins... Mais je peux toujours tenter. En revanche, je ne veux pas te ralentir, alors si tu préfères, je peux m'occuper de prendre les commandes et de les préparer pendant que tu sers. Ou alors je peux me charger du comptoir pendant que tu gères la salle. Que préfères-tu ? »

Au diable les talons, il fallait maintenant rattraper le coup, bien qu'elle ne regrettait en rien de l'avoir porté. Cela avait été nécessaire pour Scarlett, bien que certainement très difficile à encaisser. Rattraper le coup, pour rattraper la rousse au vol. Voyant bien que cette dernière n'allait pas tarder à s'écrouler, Cassidy avait joué le rôle de la parfaite innocente, celle qui n'avait strictement aucune idée de ce qu'elle venait de déclencher par l'évocation d'une simple et innocente lecture de Gazette, alors que bien entendu, tout avait été au contraire, soigneusement calculé afin de permettre à Scarlett de se saisir de cette information. Alors que la serveuse faisait léviter les morceaux de verre en direction de la poubelle, cette dernière lui adressa un joli sourire factice :

« Ca ne t’embête pas de garder le comptoir deux minutes ? Je dois aller nettoyer cette plaie si je veux continuer à pouvoir marcher dans la salle… Je reviens, et après on voit comment on s’organise !
- Non, non Scar' ! Aucun soucis, prends ton temps. Je gère la boutique, ne t'inquiète pas. »

Sourire contre sourire. La rousse d'engouffra rapidement dans la réserve, claquant la porte dans son dos, disparaissant à la vue de tous. Intuitivement Cassidy comprit qu'il aurait été déplacé de venir toquer à la porte en lui proposant son aide puisqu'elle était à l'origine de cette prise de conscience des plus brutales. Il lui fallait en faire les frais maintenant. Il était évident que Scarlett avait besoin d'intimité pour se retrouver, peut-être même d'un moment pour exploser, à l'abris des regards, et cela, l'apprentie potionniste ne pouvait décemment que le comprendre étant elle-même sujette à ce genre particulier de besoins. Soigner sa blessure... L'excuse ne valait strictement rien puisqu' étant donné le caractère absolument superficiel de la blessure, un simple coup de baguette aurait largement suffit.

« Hep ptite blonde ! Tu m'reçois ? »

Cassidy tourna lentement la tête vers la voix pâteuse qui l'avait si brutalement tirée de ses pensées. Rien que cette appellation aussi bourrée que vulgaire l'irritait, néanmoins, elle avait proposé son aide à Scarlett et ne tenait pas à ce que son amie ait à se plaindre d'elle, aussi s'efforça t'elle de répondre aimablement au sorcier.

« Monsieur, que puis-je pour vous ?
- Sers-moi un Ogden’s Old Firewhisky s' te plait. »

Bon, il avait tout de même fait l'effort d'introduire dans son discours pâteux une marque de politesse. La jeune femme lui adressa son plus beau sourire avant de se saisir d'un verre dans l'armoire derrière elle.

« Je vous fais ça tout de suite ! »

Tandis qu'elle se baissait sous le comptoir afin de tenter de localiser la bouteille de l'alcool demandé, le sorcier poursuivit - nullement dérangé de ne plus l'avoir en visuel.

« Nouvelle ici ? J'tai jamais vue avant ce soir, d'habitude y'a que la jolie Scarlett ici...
- hum... hum... »

Cause toujours... La jeune femme ne l'écoutait tout simplement pas. Par la barbe de Merlin, où était donc cette fichue bouteille ? Hydromel aux épices, Vin de sureau... Non... Jus de citrouille, Rhum groseille... Bon sang... Bousculant les bouteilles, le regard de la jeune femme passait d'une étiquette à l'autre, en vain. Pestant, Cassidy tira sa baguette de sa poche et lança le sortilège d'attraction. Victorieuse, elle se redressa alors, tenant la bouteille à la main.

« Alors ?
- Alors quoi ?
- T'es nouvelle ici ?
- On peut dire ça oui, répondit-elle en lui tendant son verre - six mornilles s'il-vous-plait. »

Heureusement qu'elle venait d'en commander juste avant afin d'être en mesure de connaître le prix de cet alcool. Le sorcier du sentir qu'elle n'avait guère envie de discuter puisqu'il eu la bonne idée de retourner - enfin de tenter de retourner - s'asseoir à sa table, en titubant, bousculant plusieurs clients tant il paraissait ne plus avoir conscience de son corps et de sa corpulence pourtant bien avancée. Soupirant légèrement, Cassidy rangea l'argent dans la caisse, et reboucha la bouteille avant de la ranger à sa place.
Finalement, au bout de plusieurs minutes, alors qu'elle était en train de contempler la tablée de Mangemorts et en particulier le dernier arrivant, Scarlett refit surface à ses côtés, l'air plus apaisé. En apparence...

« J'ai rajouté six mornilles dans la caisse. Le type de la table au fond à gauche a commandé un Whisky-Pur-Feu. », informa-t-elle son amie dont les tremblements nerveux semblaient s'être estompés.

Intriguée par ce nouveau venu qu'elle ne connaissait pas comme faisant partie du monde des Mangemorts dans lequel elle avait pourtant été déjà beaucoup de monde, Cassidy interrogea la rouquine sur ce dernier. Un soupir plutôt lourd s'échappa des lèvres de la serveuse et avant que la jeune femme ne puisse se questionner sur la raison de ce dernier, répondit d'un ton plutôt neutre :

« C’est William Burton. Et je ne le pensais pas non plus jusqu’à aujourd’hui… Mais il faut croire que le changement de gouvernement encourage les gens à se montrer sous leur véritable jour… Ca doit être un copain de ton père. »

Le ton était plutôt froid, pour ne pas dire glacé. La dernière phrase, tranchante comme la lame d'un poignard. Quelle agressivité soudaine... Cassidy ne comprenait pas pourquoi cette dernière ressortait brusquement en cet instant précis. Après tout, Scarlett devait se douter de son allégeance depuis qu'elles se connaissaient. Cette dernière paraissait d'une telle évidence dès que le nom de Rowle était prononcé. Quelque chose devait lui échapper... La blonde fronça imperceptiblement les sourcils, se repassant mentalement toutes les informations qu'elle possédait sur Scar et sur cet homme. Quel lien pouvait-il donc y avoir entre eux ?

« Bref. Restons ici, j’irai en salle si on a besoin de moi, mais la fermeture approche, les gens ne devraient pas tarder à partir. Tu pourras m’aider sur les commandes au bar. Qu’as-tu fait à cet abruti qui t’a valu une mise à pied ? Tu lui as jeté un livre à la figure ? »

La jeune femme laissa échapper un petit rire cristallin, avant de resserrer sa queue de cheval d'une main assurée, sans pour autant perdre le fil de sa pensée.

« Pas un livre Scar'... Tu me connais mal. - un sourire se dessina au coin de ses lèvres rosées - Un sortilège. Le sortilège de Chauve-Furie, après une proposition des plus indécentes... Tu conviendras que ce n'était pas particulièrement poussé, j'aurais pu faire bien pire, mais ça a suffit à Mrs Steale pour me sanctionner. Il faut dire qu'elle ne peut pas me supporter et qu'elle n'attendait qu'un seul faux pas de ma part pour justifier une mise à pieds. Mon nom suffit à la terroriser et elle me rend responsable de la baisse du chiffre d'affaire, soit disant que ma présence effraierait les clients... Bon, c'est vrai que nous avons eu pas mal de résiliations d'abonnements mais bon...  »

A vrai dire, ce n'était pas tout à fait faux, mais il était certain qu'elle n'était pas la seule responsable ; Mrs Steale avait également grossièrement augmenté ses prix.

« Pour en revenir à cet homme, je ne sais pas, continua-t-elle calmement en cherchant dans sa mémoire oui... peut-être, maintenant que tu le dis. Père a déjà évoqué un Burton je crois... Oui, c'est ça, je crois qu'il s'agit de l'un de ses amis mais je n'en suis plus certaine. Et puis... Peut-être est-ce un autre Burton, je ne me souviens pas du prénom que mon père avait évoqué, mais... »

Soudain, Cassidy s'interrompit en plein milieu de sa phrase, avant que son regard clair ne se fige dans celui de la rousse. Serait-ce possible ? Oui... Cela pourrait expliquer le ton sec employé par la jolie serveuse.

« ... Burton, tu dis ? Comme... toi ? Cet homme ferait-il partie de ta famille ? »

_________________

Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses Aujourd'hui à 3:03

Revenir en haut Aller en bas

[3 Août 1997] Une ivresse efface mille tristesses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [FlashBack] Une ivresse efface mille tristesses | Alesander & Lyarra» L'automne en mille morceaux!» Le Lac aux Mille et un Secrets» Une nuit d'ivresse humaine» CANADA -- MILLE-ISLES
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Pré-au-lard et autres lieux écossais :: Trois-Balais-