AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[2 août 1997] Lettre à Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 739

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec le plus beau des lionceaux aka Jimmy
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [2 août 1997] Lettre à Meredith Jeu 14 Avr 2016 - 23:40


C'était le deuxième arrêt du hibou. Les lumières commençaient à s'éteindre dans les maisons quand le hibou trouva la demeure de sa deuxième destinataire. A peine avait-il laissé tombé l'enveloppe sur ses genoux que la jeune Gryffondor lui donna quelques Miam'Hibou et lui proposa de passer la nuit dans la cage de son propre hibou, Idlesoot, qui était sorti chasser. Le hibou avait bien compris que la livraison de la dernière lettre n'était pas urgente, si bien qu'il s'installa sur le perchoir pour se reposer pendant que la jeune fille lisait la lettre.

Parchemin a écrit:
« Le 2 août 1997,

Ma chère Meredith,

J’aurai aimé ne jamais avoir à t’écrire cette lettre. J’aurai aimé rester à Londres, j’aurai aimé retourner à Poudlard à la rentrée. J’aurai aimé que rien n’arrive, ni l’incendie de la bibliothèque, ni les agressions au ministère, ni l’attentat du Chaudron Baveur. Et ni cette nuit à Poudlard.

Ce soir-là, j’ai cru que j’étais prête à me battre pour sauver mes amis. Mais, ma jolie Mery, ce n’est pas vrai. Je suis faible. Il n’aura fallu qu’une seule attaque pour me rendre compte à quel point mon petit monde idéal était un équilibre fragile. Une seule petite poussière dans l’engrenage, et tout déraille.

D’abord, il y a eu l’attaque, qui nous a toutes et tous surpris. On ne pensait pas pouvoir être attaqués, pas dans l’enceinte de Poudlard. Et puis, Dumbledore est mort. C’est à ce moment-là que ma famille a commencé à s’inquiéter. Tu sais, même en France, notre Directeur était considéré comme l’un des plus puissants sorciers de notre temps. Et puis, pour moi, il y a eu le feu, les brûlures, l’hôpital. Même maintenant, ma peau est encore douloureuse. Les cicatrices ne partiront sûrement pas toutes, et les adhérences m’empêcheront de faire certains mouvements. Je ne pourrais certainement plus jouer au Quidditch. Mais tout ça, c’est secondaire non ? Les cicatrices, le Quidditch, les examens qu’on n’aura jamais passé, la mort de notre directeur… L’important c’est d’être ensemble, et vivants, n’est-ce pas ?

Mais voilà Meredith, ce jour où j’ai cru avoir perdu Maya, et toi Adam, j’ai compris que supporter une perte de plus serait difficile. Je ne sais pas si tu es au courant, mais la semaine dernière, des Mangemorts ont fait irruption chez des membres de l’Ordre du Phénix et leur famille. Je ne le savais pas, mais mon frère Loup était en train d’intégrer l’Ordre. Un Mangemort est arrivé dans l’appartement qu’il partageait avec mon autre frère. Jasmin était chez eux à ce moment-là, et il a réussi à transplaner mais il a été blessé. C’est dans mon salon qu’il est arrivé, couvert de sang. J’ai eu l’impression que l’histoire se répétait, mais j’étais de l’autre côté : l’hôpital, l’attente, les visites. Et les nouvelles, d’autres blessés. Et des gens pour qui il était trop tard. J’étais dans le hall de Ste Mangouste quand j’ai reconnu ses cheveux roux. Ceux de Charlotte. Je ne voyais que sa chevelure rousse, mais Ethan était tout près. A sa tête, j’ai compris qu’il était trop tard. Charlotte est morte. Et, quelques heures après, j’ai appris que Catherine Strauss l’était également. Encore des morts.

Meredith, je n’y arrive plus. Qui seront les prochains ? Les nés-moldus ?

Je sais que je fuis. Je ne devrais pas, pas dans ce contexte. Mais d’autres choses sont arrivées, des choses dont je n’arriverai pas à te parler comme ça, par écrit. Ma famille a décidé de rentrer en France, pour une durée indéterminée. Je ne pars donc pas seule. May, une grande rousse qui était toujours avec moi, ma meilleure amie, vient avec moi. Elle est née-moldue. Ma Mery, je comprendrais que tu ne veuilles pas quitter ta famille, tes amis, ta vie au Royaume-Uni, mais sache que si tu le veux, tu seras toujours la bienvenue chez moi. Mais je t’en supplie, fais attention à toi. Ne prend pas de risques inconsidérés. Mais… D’un côté, ne te laisse pas faire. Ils te prendront tout : ton insouciance, ta joie de vivre, ta liberté.
S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire, à distance, dis-moi. Vivre loin de mes amis va être difficile, surtout en sachant que vous êtes exposés à pareil danger.
Bon courage, Meredith.

Ne m’en veux pas, je t’en supplie. Je tiens tellement à toi, même si je ne te connais pas depuis si longtemps que ça… Je t’aime fort.

Ton Amaryllis »


_________________
Frail Flower
Je viens du ciel, et les étoiles entre elles, ne parlent que de toi
D'un musicien, qui fait jouer ses mains, sur un morceau de bois
De leur amour, plus bleu que le ciel autour



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[2 août 1997] Lettre à Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF» Lettre de George Sand à Musset.» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.» La lettre du Président Aristide ici au forum Haïti.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Correspondances-