AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Lundi 26 mai 1997] Le feu brûle, mais on joue quand même avec !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Kristen Bell
MESSAGES : 14

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 25 juillet 1981, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Lundi 26 mai 1997] Le feu brûle, mais on joue quand même avec ! Mer 6 Avr 2016 - 18:49

[Flasback]


Jeudi 22 mai 1997


Anna écarta doucement la tapisserie qui dissimulait l'entrée du passage secret, au quatrième étage, et jeta prudemment un regard de chaque côté, pour s'assurer que personne n'approchait. Elle se fiait à tous ses sens, seule sa vue ne suffisait pas lui assurer que le couloir était libre. C'était l'avantage de ce château, on entendait facilement si des pas proches résonnaient... La jolie tête blonde dépassa un peu plus, tendit l'oreille puis sortit avec la souplesse d'un chat de l'étroit passage, puis elle signifia d'un signe de main au jeune homme qui le suivait que la voie était libre, tout ceci sans un seul mot. Il était presque 21 heures 30, tout le monde était dans sa salle commune, à cette heure. Sauf Anna et Mike. Ce n'était pas la première fois que la Serpentard et le Gryffondor arpentaient les couloirs de l'école après le couvre-feu, et ce malgré les réprimandes et les retenues. Que vouliez-vous, le risque était si excitant ! Au fond, ils ne faisaient rien de mal, rien de bien méchant. Ils s'amusaient simplement, trop heureux d'avoir le château pour eux tous seuls, en pleine nuit. Le soleil n'était pas encore totalement couché, mais déjà quelques petites lampes étaient allumées, leur flammèche apportant leur lueur aux rayons du soleil déclinant, ainsi ils n'avaient pas encore besoin d'user de "Lumos".  Vêtue d'un short en jeans et d'un léger top noir, Anna souriait malgré elle. Le frisson de l'interdit s'emparait de son être, comme à chaque fois qu'ils se baladaient clandestinement dans les couloirs, comme à chaque fois qu'ils dépassaient une règle qu'on leur imposait.

Ce n'était pas pour rien qu'ils s'étaient aussi vite bien entendus, aucun d'eux n'aimaient qu'on leur dise quoi faire, ou ne pas faire. La vert et argent était particulièrement obstinée et présentait un certain esprit de contradiction; ajoutez à cela cette fâcheuse tendance à détester qu'on lui donne des ordres, et hop ! Vous pouviez être sûr qu'elle faisait exactement le contraire de ce qu'on lui demandait. Bien sûr, il n'était pas question des cours en eux-mêmes, elle n'était pas idiote au point de s'auto saborder, mais en dehors de ça, quand elle avait une idée en tête, il était difficile de lui faire entendre raison. Même Mike n'essayait que rarement. Il n'était pas son meilleur ami pour rien, la moitié du temps il était l'instigateur de leurs aventures.  Ils faisaient véritablement la paire, enchaînant les retenues...

Et si, ce soir, ils étaient attrapés... ils allaient se prendre une sacrée rouste. Elle avait piqué les chaussures d'Alexander Foster, qui était à Serpentard, comme elle, dans le but de les ensorceler. Étant donné qu'elle était dans la même maison que l'ennemi juré de Mike, elle n'avait pas hésité lorsque ce dernier lui avait raconté la poisse que Foster lui avait fait. Quelle tache ce mec ! Anna admettait que certains de ses condisciples n'étaient pas très malins, mais lui raflait la mise. Elle ne pouvait pas le voir en peinture, et quand il s'en prenait à Mike, elle voyait rouge. Elle ne supportait pas qu'on s'en prenne à lui, donc elle était parvenue à renverser "accidentellement" son assiette de ragoût à la figure dans un magnifique geste théâtral. Forcément, le gaillard avait râlé et l'avait traité de blonde décérébrée et avait quitté la table pour aller se changer. Il pouvait bien, il était dégoulinant de sauce de la tête jusqu'à la poitrine. Elle l'avait suivi en se confondant en excuses, en lançant un clin d'oeil complice à Mike à travers la Salle avant d'en sortir et de rejoindre les cachots. Foster lui intimait de lui lâcher les basques si elle ne voulait pas s'en prendre une, mais elle jouait parfaitement son rôle de blonde (fallait avouer que parfois, c'était sacrément utile de jouer les cruches), et l'avait accompagné jusqu'à leur salle commune, où il fonça sous la douche. Quant à elle, Anna était revenue dans la Grande Salle, comme une fleur. À la fin du repas, elle avait approché Mike tout naturellement (pour éviter qu'on pense qu'ils préparaient un nouveau coup) afin de lui souffler entre deux phrases de la retrouver quatre étages plus haut après le couvre feu, puis elle était retournée aux cachots un moment avant d'en ressortir.

Ainsi, la blonde avait pu rejoindre le Gryffondor dans le passage secret, où il l'attendait, ainsi que deux paires de chaussures appartenant à Foster. Dans son idée, elle voulait leur jeter un petit sort bien sympathique, histoire qu'il se retrouve le lendemain matin avec des cornes de bélier sur le crâne ou le corps recouvert d'une épaisse couche d'écailles vertes. Cela ne serait pas bien difficile et bien plus malin que de lui jeter le sort en pleine journée au beau milieu d'un couloir. La seule difficulté résiderait dans le retour jusqu'à la salle commune pour rapporter les chaussures. Déjà, Mike n'avait rien à faire dans la salle commune des vert et argent, et s'il se faisait prendre, la punition risquait d'être salée. Mais Anna ne risquait rien, donc autant qu'elle aille les remettre à leur place seule, tandis qu'il l'attendait au dehors. Elle connaissait les lieux donc elle aurait moins de risques de réveiller Foster et ses compagnons de dortoir.

Pour l'instant, ils pouvaient sortir un moment du château, ils savaient qu'ils pouvaient passer par une fenêtre d'une salle du rez-de-chaussée qui se refermait mal. Il était trop tôt pour revenir aux cachots, Foster n'était pas encore couché lorsqu'Anna était sortie, et il y allait rarement avant les 23h30. Donc, ils pouvaient profiter du parc sans se faire voir, jusqu'à ce que l'heure soit venue, ou se balader dans les couloirs au nez et la barbe des profs qui les surveillaient à partir de 22 heures. Tout se passa bien durant les deux heures qui suivirent, les deux jeunes gens décidèrent enfin à revenir vers les cachots, avec un peu trop de confiance peut-être, ou alors c'était que Rogue était encore plus silencieux qu'eux. En attendant, les cachots étaient son royaume, il les connaissait par cœur...


- Il serait intéressant de savoir ce que font un Gryffondor et une Serpentard aussi tard dans cette partie du château, susurra la voix du professeur dans leur dos. À moins que vous ne soyez extrêmement bonne comédienne, Miss Wilkinson, vous ne me paraissez pas vouloir tendre un piège à ce grand cornichon dans nos quartiers...


Anna ferma un instant les yeux, exaspérée. Et pourtant, ils étaient constamment prudents, mais Rogue était un véritable serpent qui se fondait dans l'ombre des cachots. Le professeur désigna de sa baguette à la pointe allumée les chaussures qu'Anna tenait à la main, et leva un sourcil.

- Je ne suis pas certain qu'elles soient à votre goût, ni à votre taille, continua-t-il, une nuance de dégoût dans la voix. Je sais de quoi vous êtes capables, tous les deux, vous ne vous en tirerez pas comme ça.


La blonde savait qu'il était inutile de mentir à Rogue, en cinq ans de scolarité elle avait très vite compris que ce n'était pas à lui qu'on la faisait. Il saurait forcément que les chaussures étaient ensorcelées, il serait plus aggravant pour eux de mentir....




Lundi 26 mai 1997


- Vieux pou malfaisant ! gronda Anna, au comble de l'exaspération. En retenue à la bibliothèque avec la vieille chouette toute une soirée, j'y crois pas !

Ils avaient écopé d'une retenue, la plus vicieuse qui soit, la jeune fille aurait encore préféré la Forêt Interdite, c'est dire. La bibliothèque en soit ne la dérangeait pas, elle y passait régulièrement du temps pour certains devoirs ou des examens, mais elle ne pouvait supporter Mrs Pince, cette horrible vieille bonne femme ne pouvait l'encadrer, et c'était réciproque. Même jeune, la bibliothécaire devait être aussi laide qu'une taupe et cela l'avait rendue aigrie avec l'âge, et passait ses nerfs sur les élèves dès qu'ils maltraitaient un livre. Donc, ce soir, Anna et Mike devaient aider à ranger et nettoyer la bibliothèque de fond en comble, Réserve comprise. Vraiment de fond en comble, sans déconner. Cela impliquer de dépoussiérer tous les rayonnages de livres, sans recours à la magie, cela allait de soit. Ils en auraient pour au moins deux soirées, voire même trois, elle le sentait. C'était vicieux et absolument enquiquinant, Anna en vint à maudire Foster un peu plus. Même sans rien faire, ce gars était une plaie et indirectement, c'était de sa faute. Enfin bon, ne soyons pas de mauvaise foi, c'était Anna qui avait eu l'idée de se venger de lui, mais cela lui faisait du bien de rager intérieurement contre lui. Il était bien l'un des rares Serpentard qu'elle haïssait, ce type était bête comme ses pieds, un stéréotype bien Serpentard qui enfonçait la réputation de sa maison. Ce n'était pas étonnant qu'avec ça, ils passaient pour des brutes sans cœur...

Quoiqu'il en soit, Anna et Mike étaient bloqués ici pour une bonne partie de la soirée, voire même de la nuit, le vieux vautour était capable de les retenir jusqu'à l'aurore. Elle devinait aisément que Mike devait être aussi ravi qu'elle d'être ici, ironiquement parlant. Cela faisait deux bonnes heures qu'ils passaient le plumeau et du produit pour bois avec une vieille patte grisâtre sur les étagères, sous l’œil vigilant du vautour. La blonde avait mal au bras à force de frotter le bois avec cette chose dégoûtante et songeait intérieurement que l'odeur du produit serait imprégnée à vie sur ses doigts. Rogue avait fait fort sur ce coup-là, il les voyait tellement souvent en retenue qu'il devait renouveler sans cesse leur nature afin qu'elles aient peut-être enfin un effet sur eux... Mais l'espoir était mince, ils y étaient abonnés et il était étonnant que l'école ne leur aie pas encore proposé une carte de fidélité, avec la dixième gratuite. Malheureusement, ils ne pouvaient pas beaucoup parler, car Mrs Pince, qui déjà n'aimait pas qu'on parle trop fort dans sa chère bibliothèque en temps normal, menaçait les dévorer tout crus si jamais elle les entendait ne serait-ce que chuchoter, alors qu'elle n'était pourtant pas à côté d'eux.

- J'me demande s'il nous reste des boules puantes ou des Bombabouses, marmonna-t-elle, le regard sombre et les dents serrées. Si on n'était pas en train de tout récurer, je me ferais un plaisir de la lui pourrir, sa bibliothèque...

À ce niveau-là, ce serait presque du vandalisme mais Anna était particulièrement rancunière, même s'il fallait y mettre le temps et les moyens. Elle y réfléchirait, mais elle trouverait un moyen de rendre la pareille à la gargouille, qui était d'une humeur exécrable, ce soir. Ce petit plan à trois était donc véritablement tendu, et comme c'était leur professeur de potion qui les avait collés, la jeune fille s'attendait à ce qu'il vienne faire un petit tour d'ici peu, histoire de se délecter de la situation des deux cancres. D'ailleurs, comme elle l'avait pressenti, la chauve-souris ne tarda pas à pénétrer dans l'antre du vautour, sans aucun bruit, comme à son habitude. Il les toisa alors qu'ils besognaient avec mauvaise grâce, déversa son flot de sarcasme habituel, puis rejoignit le vautour quelques étagères plus loin. Perchée sur un tabouret, Anna jeta sa vieille éponge sur l'étagère qu'elle récurait, échangea un regard complice avec Mike, puis s'étira longuement le dos, qu'elle tordait dans tous les sens depuis au moins trois heures. Elle avait perdu la notion du temps et se demandait quelle heure il pouvait bien être, percevant d'une oreille les voix basses de Rogue et de Pince. Sentant que cette dernière n'allait pas tarder à revenir voir ce qu'ils faisaient, elle se remit à la tâche, s'écorchant presque les paumes à force de frotter le bois. Ce ne fut que lorsqu'elle entendit le son caractéristique d'une porte qu'on claque et qu'on verrouille qu'elle se redressa brusquement et croisa le regard de son ami.

- C'était quoi ça ? s'exclama-t-elle. Ils sont partis ou quoi ?!

Anna n'y avait pas prêté attention, mais elle eut le sentiment que les deux adultes n'étaient plus là... Ce serait un comble s'ils avaient oublié leur présence et qu'ils étaient enfermés ici toute la nuit. Et s'ils l'avaient fait exprès, on n'en parlait même pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème année
    GRYFFONDOR
    7ème année
AVATAR : Tailor Kitsch
MESSAGES : 45

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 24 Février 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Lundi 26 mai 1997] Le feu brûle, mais on joue quand même avec ! Mer 6 Avr 2016 - 23:28



__Flashback. 22 mai 1997

Le rouge et or était attablé avec ses condisciples, se délectant d'une assiette de ragoût à la sauce tomate, écoutant d'une oreille ses amis discuter des derniers ragots de la journée. Encore une fois, les elfes de maisons excellaient dans la fabrication du dîner, ce qui ravissait son estomac gourmand. Il avait appris dans ses conversations avec ses tantes moldues que, contrairement à Poudlard, les plats cuisinés dans les écoles étaient proprement immangeables. Il aimait parler des coutûmes moldues avec elles, les trouvant tout bonnement fascinantes. Tandis qu'il attrapait un bout de pain pour saucer le plat, une voix masculine s'éleva soudain à sa gauche. Un individu - que Mike ne tarda pas à identifier - vociférait en tentant d'éponger sa chemise tâchée de ragoût. Un sourire fendit le visage du brun. Foster méritait bien pire, mais c'était un début. Se levant légèrement du banc, il essaya de voir quel maladroit Serpentard allait pouvoir bénéficier de sa reconnaissance pour avoir agrémenter de la sorte la tenue de son ennemi détesté. Une blondinette bien trop familière faisait face à Foster, agrandissant le sourire de Mike. Anna. Cette dernière se complaisait en excuses bien que pour Mike il n'y avait pas le bénéfice du doute : elle l'avait fait exprès. Mais son insolente de meilleure amie se contentait rarement d'un plan aussi simpliste. Tandis qu'elle épongeait - ou plutôt étalait, finissant de ruiner la chemise - le ragoût sur le vert et argent, ce dernier l'abreuva d'insultes tout en se décidant à aller se changer. Mike ne put qu'éclater d'un rire franc et moqueur à son passage, constatant avec amusement la face recouverte de tomate de Foster. Elle n'y était pas aller de main morte, c'était tout elle, ça. La fautive, bien loin de se sentir vexée, le talonnait et alors qu'elle passait près de lui, elle lui adressa un clin d'oeil plein de malice. Mike secoua la tête, se disant qu'il serait bien vite au courant de la suite des évènements, et la regarda s'éloigner à la suite du vert et argent dans sa démarche sautillante. C'était comme un poisson qui frétillait : cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'elle préparait quelque chose. Ou alors, c'était parce qu'il la connaissait si bien qu'il parvenait à reconnaître ses intentions de part son allure. Il reporta son attention sur la table, où les assiettes sales avaient été remplacées par des corbeilles de fruits et autres gourmandises bien moins équilibrées. Maximilien venait de se servir la dernière part d'une tarte à la citrouille que le rouge et or lui piqua d'un geste rapide. Devant les lamentations de son ami, il lui posa une pomme dans son assiette, lui intimant qu'il fallait qu'il fasse attention à sa mine d'athlète. Maugréant, son Maximilien croqua dans la pomme, et bien que le brun n'entende pas ses propos, il était prêt à parier qu'il venait de se faire traiter de petits noms bien sympathiques. Il n'eut pas le loisir de continuer à énerver son ami de toujours, car la silhouette mutine d'Anna surgit soudain dans son champ de vision. Elle se pencha à son oreille, lui donnant rendez-vous un peu plus tard dans la soirée, avant de partir de nouveau. Elle mijotait quelque chose, et il fallait vraiment être idiot pour ne pas le remarquer. Maximilien lui donna un coup de coude "Tiens, quelque chose me dit que c'est l'heure de ta retenue de la semaine. Wilkinson est aussi discrète qu'un troll au milieu d'une allée, malgré ses efforts. Tu te rends compte que dès que vous êtes ensemble, tout le château sait que vous préparez un truc ? ". Mike lui tapota le haut de la tête "Cesses de tourmenter ce petit crâne. On va juste faire un tour " railla-t-il, mi- amusé mi-sérieux. Un tour oui, mais en retenue probablement. Mais le rouge et or s'en fichait car, comme l'avait si judicieusement dit Maximilien, c'était l'heure de la punition hebdomadaire. Autrement dit : deux bonnes heures d'amusement puis une soirée à se lamenter et à maudire les enseignants les ayant coincés. Que du bonheur, donc.

L'heure du couvre feu sonnant, Mike, vêtu d'un jean et d'un tee-shirt sombre, se glissa derrière le portrait de la grosse dame. Tandis que cette dernière le gratifiait d'un regard noir, il s'inclina devant elle, lui promettant de revenir très tard afin de la tirer d'un sommeil profond. Tandis qu'elle le couvrait de sobriquets de plus en plus grossiers, il s'éloigna pour rejoindre la blondinette dans le passage secret du quatrième étage. Cette dernière lui montra fièrement deux paires de basquets, sans avoir besoin d'énoncer le propriétaire. Elle lui expliqua son plan, arrachant de nouveau un sourire au rouge et or. Décidément, cette gamine était une vraie tête de mule ! Il l'adorait d'ailleurs pour cela. Il lui laissa le soin d'ensorceler les chaussures, se promettant d'être aux aguets demain pour voir les conséquences de leur mauvais tour. Certes, c'était extrêment puéril - comme la quasi totalité des choses qu'il entreprenait avec Anna - mais c'était simple, pas méchant et hilarant. Cela ne résoudrait pas le problème " Carlie ", mais au moins, cela lui permettrait de passer un bon moment. "Nanna, tu es un petit monstre" la félicita Mike. Il était encore bien trop tôt pour rentrer, et ils se glissèrent dehors par leur fenêtre favorite au premier étage afin de profiter d'une petite promenade nocturne.

Deux petites heures plus tard, alors que Mike raccompagnait Anna ainsi que les chaussures ensorcelées de Foster dans les cachots,  lorsqu'une ombre s'éleva derrière eux, vite suivi de la voix agaçante de leur professeur de potion. "Il serait intéressant de savoir ce que font un Gryffondor et une Serpentard aussi tard dans cette partie du château", susurra la voix de Severus Rogue dans leur dos. "À moins que vous ne soyez extrêmement bonne comédienne, Miss Wilkinson, vous ne me paraissez pas vouloir tendre un piège à ce grand cornichon dans nos quartiers... Il désigna les baskets d'un geste de la main.  Je ne suis pas certain qu'elles soient à votre goût, ni à votre taille, continua-t-il, une nuance de dégoût dans la voix. Je sais de quoi vous êtes capables, tous les deux, vous ne vous en tirerez pas comme ça" acheva Rogue, sarcastique. Le grand cornichon en question se retourna, débordant d'insolence, tandis qu'Anna secouait la tête. Trop tard, elle savait sans doute que Mike allait en rajouter. Parce que c'était Rogue et qu'il ne pouvait pas s'empêcher de le provoquer. " Ah Professeur, nous étions justement en train de nous dire que cette semaine, nous n'avions pas encore eu de retenue de votre part. Et comme nous sommes de fidèles clients ..."se moqua-t-il, pendant qu'Anna hésitait entre le sourire et l'exaspération.  

Fin du Flashback __

Lundi 26 mai 1997.

Finalement, le rouge et or connaissait bien la bibliothèque. Non pas pour son charme, ni pour ses livres regorgeant de connaissances, mais pour y avoir passer beaucoup  - pour ne pas dire énormément - de temps en retenue. Il avait presque l'impression d'être, avec Anna, le préposer aux rangements et dépoussiérage mensuelle de la vielle salle. Il en venait presque à se demander si les Elfes de maisons avaient vraiment besoin de récurer ce foutu château, étant donné le nombre d'heures que de nombreux élèves - dont eux deux - passer à le nettoyer. Tant qu'on ne lui demandait pas de dépoussiérer également la vielles bibliothécaires ... Quelques rayons au loin, Anna continuait à se plaindre, ce qui le fit de nouveau sourire. Il adorait l'entendre râler, en particuliers lorsqu'elle parlait de Mrs Pince. Lui non plus ne l'appréciait pas - selon elle, il ne "comprenait pas que livres avaient un âme " - mais cela n'était rien comparé à l'animosité réciproque de la blondinette et de la vieille bique. Tandis qu'il donnait un coup de plumeau sur l'étagère - plus qu'approximatif, il ne fallait pas exagéré- il manqua de faire tomber un livre qu'il rattrapa de justesse. Un peu plus et la veille chouette lui faisait avaler sa baguette tout en lui promettant une vie emplie de douleur et de malédiction. Mike n'avait jamais compris cette adoration qu'elle dévouait à ces bouts de papiers. D'accord, certains avaient de la valeur, mais il ne fallait tout de même pas exagérer. Il aurait été prêt à parier gros qu'entre sauver l'un deux d'une mort horrible et brûler un livre, son choix se porterait sans une once d'hésitation sur le vieux grimoire poussiéreux. Le pas sec de la bibliothécaire s'éloigna, et Anna sauta sur l'occasion pour engager la conversation, dans ce lieu où le silence était de mise - synonyme d'hérésie pour Mrs Pince. "J'me demande s'il nous reste des boules puantes ou des Bombabouses, marmonna-t-elle, le regard sombre et les dents serrées. Si on n'était pas en train de tout récurer, je me ferais un plaisir de la lui pourrir, sa bibliothèque...".


Mike secoua négativement la tête. " Tu es un véritable poisson rouge ou quoi ?Railla-t-il gentiment. Tu ne te souviens donc pas du mal qu'on a eu à nettoyer nos dégâts dans le bureau de Rusard ? Sans parler des griffures de son sale félins ! " Il lui désigna une griffure profonde sur son avant bras droit. Il ne fallait pas s'y méprendre : du vieux concierge et du matou, c'était l'animal le plus teigneux et le plus machiavélique. D'où le nom, par ailleurs. Il s'apprêtait à rajouter qu'il allait tout de même falloir songer à se réapprovisionner en boules puantes et autres joyeusetés, mais se ravisa en entendant les voix du maître des potions et de Mrs Pince chuchoter au loin. La porte claqua soudain et un cliquetis retentit dans le silence. Oh non. Ils n'avaient pas osé, quand même ? Anna devait en être arriver à la même conclusion car elle se redressa vivement en demandant à haute voix si leurs deux geôliers ne s'étaient pas faits la malle. Il haussa les épaules, posa plumeau et chiffon pour se diriger vers la lourde porte métallique. Il actionna le loquet sans succès. Et bien entendu, leurs baguettes étaient dans le bureau. Génial. Cette soirée était tout bonnement passionnante. Heureusement qu'ils n'était pas seuls.

"Ca ne va pas te plaire, mais on est coincé ici comme des rats "grommela le jeune homme, persuadé que cela n'était pas une simple erreur. " Je te jure que si j'avais encore ma baguette, je me ferais un plaisir de brûler tous ces précieux grimoires et d'en faire un feu de joie !" s'énerva doucement Mike. Par principe, il essaya à plusieurs reprises de défoncer la porte, laquelle était bien trop lourde pour céder à la force. Et ce n'était pas l'aide de la blondinette et de ses cinquante kilos tous mouillés qui allait changer quelque chose. Il attrapa la main d'Anna, l'entraînant vers la seconde porte de la bibliothèque. Fermée aussi. Quelle coïncidence donc ... " Les chiens, ils nous ont laissé ici exprès" affirma Mike, les maudissant intérieurement. Puis, sourire aux lèvres, il lui adressa un visage rayonnant. "Tu a soif ?" demanda le rouge et or, mystérieux. Pas question de rester là à ne rien faire. Devant le regard inquisiteur de son ami, il sortit de sa poche une petite fiole, surmontée de deux minuscules verres à shooter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Lundi 26 mai 1997] Le feu brûle, mais on joue quand même avec !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La traque joue parfois de sale tours, mais elle joue toujours.» "mais c'est qui ce relou avec un pseudo SMS ?" (mwa_)» Un barbare, mais un Dieu quand même ! [FINIE]» J'ai la foi mais pas le foie qui va avec» Je m'attendais à rien mais je suis quand même déçu. -Dewey
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-