AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez|

[Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Dim 21 Fév 2016 - 2:00

Hors jeu ; J'ai choisit Mars pour que tu n'aies pas à parler de tout ce qu'il s'est passé côté Quidditch (défaite des bleus face aux verts) et qu'on puisse aussi évoquer les entrainements ;) Je vais donner de brèves descriptions de l'ancienne équipe de Serdy en spoiler afin que tu ne sois pas perdu :) N'hésite pas à me MP si tu as des questions ou un soucis avec mon ouverture ! :D

Équipe Quidditch:
 


Étendu de tout son long à même le sol, le Serdaigle évita de justesse le coussin qui lui arrivait en pleine figure et se redressa pour se mettre en tailleur. En soupirant, il récupéra le polochon et le plaça sur ses jambes croisées avant de lever ses yeux verts d'eau en direction du canapé qui lui faisait face :

- Jany-Jane... Comment te dire...

La blondinette de cinquième année cacha un mince sourire derrière le grimoire intitulé "Sortilèges et Maléfice en tout genre, Tome III" que le garçon avait emprunté à la bibliothèque deux jours plus tôt. Jane Macmillan avait pris l'habitude de fouiner dans les affaires scolaires de son aîné depuis que ce dernier l'avait aidé à plusieurs reprises alors qu'elle était en troisième année, et il n'était pas rare qu'elle se penche vers le sac de cours du garçon pour trouver de quoi s'occuper lorsque l'après midi lui semblait trop long.

- T'as pas, genre, du chocolat à manger ? C'est Pâques, lâche-moi la grappe.
- C'est Pâques, lâche-moi la grappe. l'imita la jeune fille en cachant complètement son visage derrière le livre.

Wayoth arqua les sourcils : ce n'était pas la première fois que la demoiselle lui faisait ce coup là, mais c'était toujours surprenant. Jane lui rappelait l'un de ses cadets, Tomas, dont les yeux rêveurs et le visage de "jeune fille" n'empêchait pas le sale caractère : comme son frère aîné, ce jumeau là était borné, parfois trop sérieux...et bon sang, ce qu'il pouvait être naïf ! Comme si on lui avait écrit sur le front. Là dessus, Miss Macmillan lui semblait être un remake de Tom, en version blonde et sans tâches de rousseurs.
Amusé, Fawkes n'eut qu'un léger hochement de tête qui, dans son langage, voulait dire "Ah, tu veux jouer ?" et il prit une voix fluette et calme en penchant la tête en une imitation de sa consœur :

- Bonjour, je m'appelle Jane.
- Bonjour, je m'appelle Jane. répéta la bleue en vérifiant que les Serdaigles les plus proches étaient bien trop occupés pour les écouter.  
- Et je lance des coussins sur les gens qui travaillent.
- Et je lance des coussins sur les gens qui travaillent.
- Hihihi. le garçon remit une mèche imaginaire derrière son oreille avant de faire la même moue que la demoiselle lorsqu'elle hésitait à poser une question à l'adolescent. Je suis stupide, non ?
- Eh !! elle lui projeta un nouveau coussin au visage que le brun attrapa au vol pour le mettre contre son torse. Je ne suis pas stupide, Monsieur-je-ronchonne-pour-tout !!
- Tu n'es pas stupide... reconnut volontiers le décoiffé tapant les deux polochons l'un contre l'autre avant de balancer sa tête en arrière l'air excédé, mais c'que tu peux être agaçante quand t'es comme ça ! Tu veux quoi ?

Jouant la bébé phoque, Jane se vautra à plat ventre sur le canapé, tendant le manuel qu'elle avait dans les mains au sixième année, mais elle se redressa un peu, plaquant cinq doigts sur la poitrine qu'elle venait d'écraser. Aussitôt, l'adolescent baissa les yeux et fixa son attention sur le devoir de Botanique qu'il essayait de compléter. Il lui manquait encore vingt centimètre de parchemin, et pour le moment il ne faisait rien d'autre que baratiner à propos des diverses utilisation du Dictame : à ses yeux, cette matière était ennuyeuse à souhait. Finalement, la distraction Macmillan était la bienvenue et cette dernière ne manqua pas de lui rappeler sa présence en venant s'assoir en tailleur devant lui.

- Wayoth, la jeune fille avait un accent particulier et elle avait tendance à prononcer son prénom "Ouaillof" j'aimerais que tu me jettes des coussins pour que je... EH !!!

Ricanant comme une hyène, le jeune homme se protégea avec ses bras tandis que la blonde lui assenait des coups avec l'oreiller qu'il venait de lui balancer en pleine tête. Dana O'Lay, une septième année qui jouait en tant que batteuse dans l'équipe de Quidditch de leur maison, leva le nez d'un roman à l'eau de rose pour sorcière et engouffra un petit œuf en chocolat dans sa bouche. Remarquant que Fawkes la regardait avec intérêt, la batteuse lui tira la lanque où un oisillon en chocolat sortait de sa coquille pour piailler de petits "cui-cui". Puis, elle replongea dans sa lecture.

- Je voulais tester le maléfice d'Entrave. Mais maintenant, par TA faute, c'est trop tard. Je dois rejoindre une amie dans le parc, il parait qu'on peut trouver du Moly dans le jardin d'Hagrid !
- Sérieux ? Déjà ? Eh, tu m'en rapporte s't'plait ?

La blonde pinça les lèvres en fixant son aîné qui porta ses mains jointes en signe de prière sous son menton en murmurant un "S'il te plait, je serais gentiiil !" qui fonctionnait toujours avec Tomas. Et qui, visiblement, fonctionnait aussi avec Jane qui échangea ce service contre un entrainement à l'Entrave. Le brun acquiesça en récupérant le manuel emprunté et ramassa ses affaires pour les rapporter dans son dortoir. Parchemin en main et sac sur l'épaule droite, il défroissa son tee-shirt portant le nom d'AC/DC, un groupe de rock Moldu et monta les cinq marches séparant le coin cheminé à celui qui comportait plusieurs tables, chaises et livres. Wayoth s'était souvent demandé comment étaient les autres salles communes. Est-ce qu'elles aussi avaient une mini bibliothèque sur tout et n'importe quoi ? Le garçon avait un doute concernant les lions qui étaient peu nombreux à savoir ce qu'était un livre. Les Poufsouffles avait peut-être plus de chance de ce côté, mais là encore, l'aiglon était convaincu que ce n'était pas le genre des jaunes. Quand aux Serpentards, une panoplie de miroir devait surement tapisser leurs murs pour que McAlister puisse retoucher sa coiffure.
Chez les bleus et bronze, c'était à croire que personne ne rendait jamais ses biens à Pince et que les Serdaigles s'accordaient tous entre eux d'une année sur l'autre pour dévaliser la bibliothèque et caser les ouvrages dans les étagères de leur salle commune.

Vinrent alors les marches des dortoirs. Prenant à droite pour les garçons, le brun aux cheveux fous regretta sa première année : à Poudlard, plus vous avanciez dans l'âge, plus vos dortoirs se trouvaient haut. Autant vous dire que les Aigles avaient des cuisses en béton à force de monter et descendre toutes les marches du château. Avec le temps, Wayoth en avait fait une habitude : monter, descendre, re-monter, il s'en fichait bien et ne voyait plus cela comme une corvée pour peu qu'il avait quelque chose pour lui occuper l'esprit dans ces moments là. A vrai dire, ça avait longtemps été un sujet de plaisanterie entre lui et Elwyn, un cinquième année que Wayoth avait surpris à quatre pattes, le nez sous son lit, le soir de son deuxième Halloween à Poudlard : l'aîné prétendait qu'ils faisaient leur dose de sport en allant se coucher et que la digestion était faite lorsqu'ils arrivaient devant le heurtoir de leur salle commune.
Cette blague n'était plus depuis octobre de cette année : pris par l'envie soudaine de crapahuter sur un balai volant, Fawkes s'était inscrit comme remplaçant dans l'équipe de Quidditch où il s'entraînait à tous les posts, malgré son désintérêt pour la place de gardien et celles des poursuiveurs.

C'est en grimaçant de douleur que le brun s'affala sur son lit : la veille, la Capitaine de l'équipe bleue, Erin Van Hall, les avait fait bosser comme des esclaves sous une pluie diluvienne et Wayoth ne savait si ses courbatures étaient signe d'un virus ou tout simplement le reste de l'entrainement. Bilan : il n'arrivait plus à lever les cuisses, ses fesses le faisaient horriblement souffrir et ses doigts portaient encore la marque d'ampoule qu'il avait été faire soigner auprès de madame Pomfresh.

- Oh, bordel de phok... grommela le garçon en décrochant de sa tête de lit un petit papier rose où figurait la note "Chapitre sur la métamorphose humaine à lire, possibilité d'un QCM".

Aussi passionnant que s'avérait être ce sujet, le garçon avait un gros problème : il avait prêté son manuel de cours à Stella la veille et son amie était je-ne-sais-où à cette heure. Bien... Avec de la chance, il trouverait son bonheur dans les étagères serdaigloises : il était courant d'y retrouver de vieux bouquins délaissé par des élèves qui les avaient trop abîmés. Prenant son courage à deux mains, Fawkes entreprit donc de se traîner de nouveaux dans les escaliers.
Alors qu'il ouvrait la porte des cinquièmes années pour laisser passer un matou noir complètement affolé, le brun vit la porte des quatrièmes années s'ouvrir sur Elliot Campbell. Les deux garçons avaient fait connaissances sur les bancs de remplacement et Fawkes ne pu s'empêcher d'avoir un souprire (= soupire + rire) en le voyant.

- Salut, Campbell. Un tour sur un balai, ça te dit, là, maintenant ?

Le visage de marbre du né moldu se fendit d'un sourire.

- J'ai l'impression d'être aussi vieux que le dirlo : j'ai mal partout. Tu m'crois si j'te dis que j'arrive plus à plier mes index ? R'garde...

Et s'exécutant pour les beaux yeux du plus jeune, Wayoth commença à courber ses phalanges en faisant la grimace, son nez mangé par les tâches de rousseur se plissant. Avec un soupire à fendre l'âme du Baron Sanglant, l'adolescent haussa les épaules et descendit les marches avec son camarades.

- T'as eu des trucs bien pour Pâques ? Un gars de mon dortoir, Bradley...le gars costaud avec des bouclettes blondes, sa mère lui a envoyé un œuf de dragon en chocolat. C'est canon. J'me demande s'il va le manger car il a foutu les sorts de protection sous autour pour que personne n'y touche.

Sous entendu : pour que JE ne l’engouffre pas, drogué au chocolat que je suis. Arrivé en bas des marches, l'aîné des deux garçons héla la septième année toujours plongée dans son roman. Dana avait toujours été sympa avec elle, ou avec les plus jeunes en général : elle avait un côté maman poule qui avait soulagé bien des mômes victimes de moqueries dont Maya et Elwyn pour leur physique disgracieux d’antan et Wayoth pour ses origines sanguines. La jeune femme releva la tête et sourit aux deux garçons.

- Oui, mes amours? les salua-t-elle avant de s'éclaffer devant leurs réactions.
- Tu ... t'aurais pas un...un manuel de sixième année en métamorphose ? Je dois revoir la métamorphose humaine... bégaya le décoiffé gêné, main sur la nuque et joues en feu.
- Oh siiiiii. elle désigna vaguement une étagère où un bric à brac impressionnant d'objets en tout genre était stoqué. Depuis l'an dernier, on a le livre d'une ancienne Serpentard. Un Gryffondor s'en servait pour caler une table en divination...cet idiot.

"Cet idiot" donnait un air rêveur à Dana qui avait tendance à baver sur les beaux garçons de mauvaise réputation, et Wayoth fit un signe de tête discret à Elliot pour lui intimer de fuir avec lui. Partant dans la direction indiquée par la batteuse, Fawkes coula son regard clair vers son cadet, le dévisagea et se retourna en silence vers les livres en penchant sa tête vers la gauche pour en lire les titres. Puis :

- Ah, voilà ! Trouvé ! J'adore la métamorphose humaine...j'en ai étudié un bout quand j'avais ton âge en chipant un bouquin à un gars de notre maison. J'arrive à faire pousser des oreilles et des queues d'animaux aux gens, maintenant, haha !  


_________________
Maman, je suis magique !



Dernière édition par Wayoth Fawkes le Lun 7 Mar 2016 - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Mar 23 Fév 2016 - 4:12

Le réveil avait été particulièrement difficile en ce samedi matin. Mal de tête et courbatures, Elliot s’était levé et était allé prendre son déjeuner, un bagel avec un grand verre de lait,  et lorsqu’il remonta dans la salle commune, il décida s’allongea dans son lit et se rendormit en un clignement d’yeux. La veille avait été une grosse journée pour lui. La capitaine de l’équipe de Quidditch de Serdaigle, Erin Vall Hall avait fait rassembler tous les membres de l’équipe de Quidditch, y compris les remplaçants, pour se pratiquer pendant des heures sous la pluie battante et froide du mois de mars. Elliot, qui adorait le Quidditch n’avait pas apprécié cette séance autant que les précédentes. Il avait eu si froid qu’il avait eu l’impression qu’il allait perdre ses doigts et ses orteils, qui ne sentaient plus à cause de la pluie et du froid glacial de la fin de l’hiver. La mâchoire gelée, il était presque impossible de parler, heureusement qu’Elliot n’était pas bavard.

En ce moment, Elliot était remplaçant dans l’équipe de Quidditch des bleus. Ça avait toujours été un rêve pour Elli’ de faire partie de l’équipe de Quidditch de sa maison, il y pensait déjà avant même d’avoir mis les pieds dans cette école. En effet, Elliot connaissait plutôt bien ce sport et était un grand fan des tornades de Tutshill et sa chambre débordait de décoration de cette équipe de Quidditch, aux couleurs bleu ciel et bleu marine. À ses dix ans, Elliot avait affiché une grande affiche de Roderick Plumpton sur son mur. Roderick Plumpton, attrapeur et capitaine des tornades de Tutshill était son joueur de Quidditch favori, et encore aujourd’hui, son affiche était sur encore sur le mur de sa chambre. Le petit brun toucha très vite à un balai, il en reçut un à son 6e anniversaire et ce fut le plus beau cadeau qu’il  n’eut jamais eu. Quelques années plus tard, Elliot et son père avaient pris l’habitude de faire une balade en balai avant d’aller au lit et ces balades lui manquaient tant aujourd’hui…

Avec l’école, Elliot n’avait pas autant le temps de faire du balai qu’il en avait lorsqu’il était plus jeune. Ça lui manquait beaucoup, mais il préfèrait se concentrer sur ses notes scolaires que de faire du balai tous les jours. En 3ème année, Elliot avait fait une demande pour entrer dans l’équipe de Quidditch de Serdaigle, mais comme elle était déjà complète, il ne pouvait qu’avoir un titre de remplaçant. C’est quand même mieux que rien, mais Elliot ne pouvait s’empêcher d’être excité à l’idée que certains membres de l’équipe quittent l’école l’année prochaine laissant ainsi de la place aux plus jeunes. S’il aurait le choix, il irai postuler en tant qu’attrapeur. Elliot est petit et léger, donc très rapide. Il aimerait également être poursuiveur, comme son père l’était à l’époque. Conscient qu’il n’allait pas être le seul à se disputer les postes, il prendrait ce qu’on lui donnera, espérant ne jamais devenir batteur.

Lorsqu’Elliot ouvrit les yeux après une longue sieste, il remarqua que le soleil était très fort et qu’il était complètement seul dans le dortoir. Il devait être quand même tard, pour que tous ses copains de dortoir soient partis. Il n’y avait que Mia, sa chouette qui dormait paisiblement dans sa cage, même si sa porte était ouverte. Le jeune brun alla lui chatouiller le cou, la réveillant. Elle poussa quelques houhoulements et demanda d’autres câlins. Après avoir caressa Mia, Elliot attrapa sa baguette qui traînait sur sa table de chevet et sortit du dortoir, en jogging avec un chandail lousse et les cheveux en bataille comme s’il sortait tout droit du stade de Quidditch. Un chat lui passa entre les jambes, apparemment effrayé.

-  Salut, Campbell. Un tour sur un balai, ça te dit, là, maintenant ?

Elliot leva les yeux et aperçut Wayloth, le Serdaigle qu’il avait connu grâce au Quidditch. Wayloth était remplaçant, comme Elliot et d’ailleurs, ils avaient joué ensemble la vieille, ce que Fawkes lui rappela avec un sourire.

-  Ça va aller, j’ai eu ma dose hier  lui répondit Elliot en riant.
-  J'ai l'impression d'être aussi vieux que le dirlo : j'ai mal partout. Tu m'crois si j'te dis que j'arrive plus à plier mes index ? R'garde...

La 6 ème année se mit à plier les doigts en grimaçant de douleur. Elliot se sentait mieux de voir qu’il n’était pas le seul  à avoir trouvé sa soirée difficile hier. Lui aussi avait de la difficulté à plier les doigts, mais le pire était son dos et ses triceps, sans oublier ses muscles fessiers.

- Tu n’es pas le seul, j’ai oublié de lancer un sort de cousinage sur mon balai avant la partie hier, j’en ressens les effets

En effet, Elliot avait l’habitude de lancer un sortilège de cousinage sur son balai, qui crée un genre de coussin invisible sur le manche rendant le sport beaucoup plus agréable, mais la tête ailleurs, Elliot n’y avait pas pensé. Elliot eut un petit rire et se donna une tape sur les fesses avant de descendre avec son ami dans la salle commune.

-  T'as eu des trucs bien pour Pâques ? Un gars de mon dortoir, Bradley...le gars costaud avec des bouclettes blondes, sa mère lui a envoyé un œuf de dragon en chocolat. C'est canon. J'me demande s'il va le manger, car il a foutu les sorts de protection sous autour pour que personne n'y touche.

Les parents d’Elliot lui avaient envoyé une lettre et quelques chocolats, notamment une plume en chocolat, très utile en cours pour grignoter en cachette, et un chaudron en chocolat qui se remplissait automatiquement de chocolat fondu à l’intérieur pour manger une fondue au chocolat.

- J’ai reçu une plume en chocolat et un chaudron qui se remplit de chocolat fondu automatiquement, c’est pratique pour les fondues au chocolat !

Way venait de lui donner envie d’en manger.

- Je sais de qui tu parles, mais je n’ai pas vu son œuf,  lui répondit Elliot sur un ton déçu. Je crois que j’aurai fait la même chose ! poursuivit-il, en riant.  

Un œuf de dragon en chocolat ? C’est sûr que si son père avait découvert cette gâterie, il lui aurait acheté ! Étant un magiezoologiste et un grand fan des dragons, le père d’Elliot serait retombé en enfance devant cette œuvre en chocolat. D’ailleurs, peut-être bien qu’il l’avait acheté et gardé pour lui ….

- Oui, mes amours?

Elliot sursauta devant la jeune fille, qu’il n’avait même pas aperçue. C’était Dana, une des batteuses de l’équipe de Quidditch. Il lui fit un signe de tête avec un sourire timide, en signe de bonjour.

-  Tu ... t'aurais pas un...un manuel de sixième année en métamorphose ? Je dois revoir la métamorphose humaine...

Apparemment, Elliot n’était pas le seul à être timide devant la jeune fille et la réaction de son ami le fit sourire. Son tin avait viré rouge, mais il ne fit aucune remarque pour ne pas gêner Way davantage. Il porta plutôt son attention sur le mot « métamorphose humaine. » Ses yeux s’élargirent et il se concentra sur la conversation des deux aiglons.

- Oh siiiiii.  La jeune bleue pointa une étagère remplie de plein de machins, y compris des livres. Cette étagère, Elliot la connaissait bien, il y trouvait toujours de chouettes objets ou livres intéressants lorsqu’il s’ennuyait.

- Depuis l'an dernier, on a le livre d'une ancienne Serpentard. Un Gryffondor s'en servait pour caler une table en divination...cet idiot.

Pas surprenant, Elliot n’avait jamais vu un Gryffondor lire un livre autre qu’Hermione Granger. Même s’il ne la connaissait pas personnellement, Elliot avait toujours trouvé que sa place aurait dû être chez les aigles. Alors que Dana parlait dans le vide, le garçon aux yeux verts fit signe à Elliot de le suivre. Way cherchait son livre et Elliot le regardait patiemment, espérant que ce dernier le trouve, car il y avait certainement des choses intéressantes à l’intérieur.

- Ah, voilà ! Trouvé ! J'adore la métamorphose humaine...j'en ai étudié un bout quand j'avais ton âge en chipant un bouquin à un gars de notre maison. J'arrive à faire pousser des oreilles et des queues d'animaux aux gens, maintenant, haha !

Alors, Way s’intéressait à la métamorphose humaine ? Il n’avait jamais sût ! Elliot avait toujours trouvé cette matière extraordinaire. C’était en effet, une de ses matières préférées et il bossait très fort pour exceller dans cette matière. Un de ses plus grands rêves était de devenir un animagus. Par contre, pour réussir à se transformer en animal, il fallait être surdoué et évidemment, avoir un niveau en métamorphose bien supérieur que 4e année. Ambitieux, Elliot savait qu’un jour il allait y parvenir, peu importe quels efforts ça lui demanderait. Le jeune aiglon passait des heures et des heures chaque semaine, à lire à propos des animagus et à essayer de se transformer. La seule chose qu’il avait réussi à faire, c’est de se faire pousser quelques poils drus et ingrats sur la poitrine, rien de plus.

- Vraiment ? s’exclama Elliot avec admiration.

Faire pousser des oreilles et des queues d’animaux aux gens ? Trop la classe ! Les yeux d’Elliot pétillaient d’excitation. Le jeune Britannique avait hâte d’être rendu au même niveau que Way. En 4e année, ils ne faisaient pas grand-chose, ils apprenaient à transformer des petits objets en animaux, mais c’était tout. Tout ce qui était plus intéressant, comme la métamorphose humaine était enseignée sous forme théorique seulement. Et même si était un des meilleurs de classes, le professeur ne lui apprenait pas des choses plus poussées.

- Nous, en quatrième année on transforme des petits objets en petits animaux comme des souris, des rats et de petits oiseaux, mais c’est tout   dit-il avec un ton déçu.

Cette semaine, les 4ème années avaient appris à transformer un petit objet en petite poule. Les élèves de la classe avaient dû étudier le sortilège pendant plusieurs semaines avant de se lancer dans la partie pratique. Seul le quart des élèves avaient réussi à réussir le sortilège, Elliot faisait partie d’eux, évidemment. L’aiglon, amusé sortit sa baguette magique et pointa un vieil encrier :

- Volatilors

L’objet se transforma en poule, plus petite que la moyenne. Elliot sourit à Way, amusé. La volaille sauta par terre et se promenait près des deux Serdaigles, en picorant le seul pour chercher à manger.  La pousse gloussait : poc poc poc ce qui faisait bien rire Elliot. D’un coup, il reprit son sérieux pour poser quelques questions à son copain de Quidditch :

- Dit, vous pratiquez vraiment sur des humains ?

Il jeta un coup d’œil sur le livre qu’il tenait entre les mains,  il avait envie de le prendre et de le feuilleter, mais il ne fit rien. Ce manuel ne devait pas être très difficile à trouver à la bibliothèque. Il était même étonnant qu’Elliot n’ait jamais mis la main dessus auparavant.  Elliot se passa la main dans les cheveux, il voulait demander à Way de lui montrer des trucs, mais il était gêné.  Il ne voulait pas l’embêter non plus en lui demandant de lui montrer plein de trucs qu’il n’avait peut-être pas envie de faire…

- Heuuuu… Tu pourrais me montrer… quelques trucs ? Des choses…  que tu as appris, ça me ferait vraiment plaisir !

Elliot lui fit un sourire timide, espérant que son ami accepte sa demande.


Dernière édition par Elliot B. Campbell le Dim 19 Juin 2016 - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Dim 13 Mar 2016 - 1:06

HJ:
 

Bras croisés, épaule appuyée contre le montant de la porte des cinquièmes années, Fawkes laissa son regard balayer son cadet des pieds à la tête. Ici, à Poudlard, il n'avait pas du tout la même réputation que dans sa banlieue Moldue londonienne. Au château, il avait rapidement fait d'enfiler son costume de Serdaigle : puisque c'était sa maison et qu'il devait y faire honneur -la vieille McGo avait tout de même dit que sa maison était censée être sa seconde famille-, Wayoth avait mis au placard ses habitudes d'adolescent joueur et fourbe pour se concentrer sur la passion des études. En réalité, peu de matière scolaire lui plaisaient. L'Astronomie ? Aucun intérêt. La Botanique ? Faire pousser des radis, très peu pour lui. Histoire de la Magie ? Pitiiié... Potion ? Ou comment préparer une soupe qui peut te péter à la gueule.
Le rire du quatrième année accentua le sourire en coin du sixième qui passa une main sur son visage dépourvu de lunettes : elles étaient sûrement sur sa table de chevet et sa très légère myopie n'en pâtirait pas. Puis, il plia ses doigts sous le regard du plus jeune. Bordel, c'était douloureux !

- Tu n’es pas le seul, j’ai oublié de lancer un sort de coussinage sur mon balai avant la partie hier, j’en ressens les effets.
- Haaaaanw...

Clignant des paupières, le décoiffé ouvrit légèrement la bouche en une moue de réflexion. Lui, il n'avait pas son propre balai pour le moment.

- Je me disais aussi, ma préparation avant l'envol avait été trop courte. J'ai complètement oublié le coussinage. C'pas mon balai, c'était une Comète de l'école. Pour ça que j'ai aussi mal au c... à l'arrière-train. se corrigea-t-il rapidement en se demandant si les oreilles d'Elliot étaient aussi délicates que cette de Bradley.

Penser à son "camarade de chambre" (ils ne se supportaient que de peu et de très loin) lui rappela la surprise qui avait attendue ce dernier ce matin même, à la table des Serdaigles. Le brun parla donc de l’œuf à son cadet en prenant la direction de la grande salle.

- J’ai reçu une plume en chocolat et un chaudron qui se remplit de chocolat fondu automatiquement, c’est pratique pour les fondues au chocolat !
- La classe ! s'exclama l'aîné, les sourcils s'arquant : le temps avait passé depuis ses onze ans, mais certain domaine magique continuait à émerveiller le garçon.

Wayoth avait reçu également des friandises : Egg s'était, comme à son habitude, installé dans son bol vide alors que le bleu s’apprêtait à y verser du lait. Le colis avait été épargné -le hibou avait laissé son paquetage à côté de son nid attitré-, mais l'oiseau s'était pris une pluie de lait, agitant les plumes pour que le liquide lui coule bien partout avant de s'agiter et d'en envoyer au visage des aigles et aiglonnes présents autour de son maître. Ce dernier s'était complètement prit le bol sur les cuisses, lui donnant l'impression de s'être fait dessus. Heureusement pour Egg, Les diverses variétés de chocolat du colis avait rendu sa bonne humeur à Fawkes qui lui avait même donné un carré de Kinder Country. Ce hibou allait finir obèse.

- Oh, je suis pas certain que Brad' l'ait exhibé très longtemps. commenta-t-il en voyant la moue dépité du plus jeune. Le truc est ééééééénorme et méga-bien décoré, ça a dû couter une blinde. Le truc que tu culpabilise de manger, en fait.

Il se souvenait très bien de Tomas, son cadet, refusant d'abimer son petit lapin alors que Jerry, son jumeau, lui avait déjà bouffé la moitié de l'oreille.

- Je crois que j’aurai fait la même chose !
- De ? Ah, le protéger ! Ouais, 'fin je me demande si Brad ne va pas carrément dormir avec. Tu l'aurais vu, on aurait dit une dragonne prête à se battre pour son œuf.

Wayoth imagina alors le blond en train de couver l’œuf en chocolat et lutta pour que ses lèvres ne s'étirent pas de nouveau en un large sourire. Visage neutre, il s'avança vers Dana qui le fit rougir en une demi-seconde. Il avait toujours été gêné par les marques d'affections, quelle qu'elles soient : de base, il n'aimait pas qu'on le touche et certains mots comme "je t'aime" l'irritaient plus qu'ils ne lui faisaient plaisir. Chez lui, on l'employait à la rigolade. Lorsque Jerry lui passait le plat de salade à un repas de famille, Honnesty -leur cousine- lui balançait un "je t'aime mon p'tit rat" sans raison particulière, et puis, c'était à celui qui ferait le plus de mièvrerie. Là dedans, les Fawkes étaient champions : le masque, le faux, le mensonge, la manipulation. Élevé par la Reine des Glaces, Wayoth avait rapidement apprit à copier sa mère et à contrôler ses sentiments.
Mais allez savoir pourquoi, quand c'était une fille de son âge qui lui jetait à la figure des mots tendres, il se mettait à bégayer comme un idiot et ne savait plus où se mettre.

- Tu ... t'aurais pas un...un manuel de sixième année en métamorphose ? Je dois revoir la métamorphose humaine...

Revoir était bien le mot. Ils n'avaient fait qu'en parler brièvement à la fin du dernier cours de métamorphose : le cours suivant, ils commenceraient la métamorphose humaine. Devant lui -il se mettait toujours au fond de la salle pour ne pas être interrogé-, la jaune Lana s'était retournée pour lui adresser un clin d’œil. Son amie, en plus d'être une amatrice de confiseries et d'être dotée d'un sale caractère, avait la faculté d'endurer tous les petits tests de son camarade bleu. Donc, à voir régulièrement ses mains se doter de griffes, ses cheveux se parsemer de fleurs et ses affaires se transformer en objets et animaux tous plus intriguant les un que les autres.
La semaine dernière, c'est une Lana avec une trompe d'éléphant qui avait pourchassé Fawkes aux abords du lac, un mouchoir à la main en guise d'arme.

Disons que le garçon avait un peu d'avance sur le programme dans certains domaines. S'il avait le niveau d'un troisième année en Histoire de l'Art, il s'était mis à piquer les livres de ses aînés et à arpenter discrètement la réserve dès lors qu'il avait commencé à apprécier les Sortilèges et la Métamorphose. C'est à dire, en première année. Wayoth n'avait jamais été un enfant studieux et sa scolarité de primaire avait été chaotique, le bulletin emprunt de commentaire négatifs vis-à-vis de ses notes ou de l'apprentissage des leçons. Là où les maîtresses avaient loué le sérieux et l'application de Tomas, s'étaient tiré les cheveux en essayant de canaliser l'énergie et l'indiscipline de Jerry, elles avaient toutes trouvé en l'aîné Fawkes un enfant dissipé qui n'agissait que lorsque naissait un véritable intérêt. Les mathématiques ? C'était barbant. Apprendre à lire, en revanche, lui permettait de raconter des histoires à ses cadets.
L'autre grosse différence qu'il y avait entre le Wayoth de Poudlard et le Wayoth de Londres, c'était que, au château, "Fawkes" ne signifiait rien d'autre qu'une tête décoiffée pour la plupart des gens. Discret, soit-disant bon élève, un peu grognon, le brun n'était qu'une tête parmi d'autre. A Londres, pour les habitants de la banlieue où il vivait, Fawkes signifiait bande de voyous, problème, insolence, plaisanteries. Jerry et lui étaient même connus des services de police pour avoir pénétré une propriété privée. Soit-disant une balle de baseball perdue. Ah bah, c'est leur mère qui avait été RA-VIE.
Turbulents, joueurs, fourbes, taquins, menteur, voleurs. Les Fawkes n'avaient peut-être pas bonne réputation, mais ils en avaient une. Et ça, Jerry l'avait bien compris : dans son établissement moldu, il était roi là où Wayoth s’efforçait de s’effacer pour ressembler à un pan de mur. Tout ça pour une maison.

Empruntant la direction indiquée par Dana, Wayoth se mis à chantonner une bête chanson d’enfant que sa grand mère leur avait appris. Madame Fawkes était d'origine française : son mari se vantait souvent d'avoir prit la meilleure cuisinière de l'hexagone en guise d'épouse. Ce à quoi il ajoutait souvent "Mais aussi la plus belle, avec un sourire à vous ravager le cœur !" C'était souvent en observant ses grands-parents que Wayoth se demandait comment le cœur de sa mère avait fait pour se retrouver en morceaux. Diana était belle, forte, et douce quand elle le voulait. Pourquoi avait-il fallut qu'un homme la brise ?
Trouvant l'ouvrage cherché, il cessa de répéter le refrain qu'il ne comprenait qu'à moitié : s'il essayait de discuter avec sa famille dans la langue de Molière, certains mots lui échappaient encore et il avait un accent marqué, oubliant de conjuguer la moitié des verbes et d'accorder sujet et adjectif.

- Ah, voilà ! Trouvé ! J'adore la métamorphose humaine...j'en ai étudié un bout quand j'avais ton âge en chipant un bouquin à un gars de notre maison. J'arrive à faire pousser des oreilles et des queues d'animaux aux gens, maintenant, haha !
- Vraiment ?

Ah, euh, oups... Peut-être qu'il n'aurait pas dû balancer cette information de cette façon : après tout, ne le connaissant pas, Elliot pourrait le prendre pour un psychopathe de la baguette. Hochant la tête tout en pinçant les lèvres, le sixième année tourna les pages du manuel afin de trouver le bon chapitre.

- Nous, en quatrième année on transforme des petits objets en petits animaux comme des souris, des rats et de petits oiseaux, mais c’est tout.  

Soulagé, Fawkes leva son nez moucheté de tache de rousseur pour fixer son cadet. Alors Elliot, le programme va trop lentement pour toi ? Moi aussi, j'avais pensé comme ça. Moi aussi, je voulais aller plus vite. Avec un sourire amusé, le décoiffé regarda son compagnon transformer un encrier probablement vide en poule naine. De nouveau, son rire se fit soupire, s'échappant d'entre ses lèvres, dévoilant les dents du garçon. On pouvait noter que deux incisives supérieures manquaient et que les canines avaient été déplacées pour les remplacer.
La volaille se promena sous la table de Fawkes qui s’accroupit en imitant le son du volatile qui, agacé d'être ainsi singé, jeta un coup d’œil noir au garçon. Qu'est ce que c'était bête une poule. A vrai dire, les animaux avaient du mal à trouver grâce aux yeux du brun aux yeux clairs s'ils n'étaient pas des canidés. Amoureux fou des chiens, Wayoth avait déjà bien du mal avec Egg auquel il avait finit par s'habituer. Il tolérait les chats, mais ne supportait pas qu'un félin vienne se frotter à lui.

- Dis, vous pratiquez vraiment sur des humains ?

Automatiquement, Fawkes grimaça. S'éclaircissant la gorge, il jeta un coup d’œil à Gareth -un garçon très gentil de son dortoir, mais qui était un emmerdeur de première lorsqu'il s'agissait de faire du commérage- visiblement absorbé par sa lecture à une table voisine.
Puis, en chuchotant à Elliot :

- En fait non. On va, mais on est pas censés le faire pour le moment. C'est même puni par le règlement, tu sais, le truc pourris sur "ouais, euh, vous lancez pas des sortilèges dans les couloirs ou dans des endroits inappropriés, sinon c'est moins dix-mille points dans votre face". Mais bon, il suffit de pas se faire prendre : les profs et Rusard sont pa toujours dans nos pattes, Pince est trop amoureuse de ses bouquins pour tout voir, Peeves est débile et les préfets sont des vendus quand tu peux les corrompre. 'Fin méfie-toi tout de même, mais là encore, yen a trop peu pour tout voir. Et puis, c'est bien connu, les bleus sont les coincés de Poudlard, on est super sage et des tête d'ampoule : t'as juste à rejeter la faute sur un vert ou un rouge et ça passe crème.

Il n'aurait peut-être pas dû dire ça...

- Du moins, c'est une idée comme ça, perso j'ai une amie qui se prête volontiers au jeu de la métamorphose. Mais normalement, on a pas le droit, quoi. Donc faut pas trop-trop s'en venter, si tu vois ce que je veux dire.

Puis, en parlant plus fort :

- Mon premier cours de métamorphose, j'ai fait exploser mon oiseau. Le trau-ma-tisme. Mais au moins, ça m'a poussé à m'améliorer et bosser comme un dingue pour avoir un bon niveau. Normalement, puisque t'es en quatrième année, tu vas pas tarder à changer ton bureau en cochon... C'est assez marrant, du moment que ya pas de pas-doués pour faire n'importe quoi.

Tirant une chaise, il s'assit et s'accouda sur la table ou reposait son livre afin de tourner distraitement les pages sans pour autant les lire : il comptait combien il y avait de pages.
L'épisode de l'oiseau l'avait marqué, c'était vrai. Presque autant que voir la métamorphose de McGo en chat. Et puis, en troisième année, il y avait eu le cours sur les animagus : pour impressionner la sorcière qui était venu toquer à sa porte, lettre d'admission à l'école de sorcellerie en main, Wayoth avait décidé qu'il devait lui aussi atteindre ce niveau. Quand, il ne le savait pas, mais là était le but et peu importait les moyens : il y arriverait.

- Heuuuu… Tu pourrais me montrer… quelques trucs ? Des choses…  que tu as apprises, ça me ferait vraiment plaisir !

Lentement, Fawkes releva le nez vers son cadet, le jaugeant du regard. L'envie de jouer le prit : il haussa un sourcil en une moue sceptique lâcha :

- Nope.

Petit temps.

- J'déconne, Elliot ! ricana le décoiffé en se passant une main dans la tignasse avant de se gratter la nuque en une mine de réflexion. Qu'est-ce que je pourrais te faire faire...? Bah, justement tiens.

Se levant, il s'écarta de la table sous laquelle la poule caquetait encore. Après une demi seconde de réflexion, l'adolescent récupéra le manuel et, d'un coup de baguette, écarta les chaises sans pour autant prononcer un seul mot.

- Déjà, ta poule tu vas me la transformer en verre. Petite révision de deuxième année pour le plaisir, eh !

Mains sur les hanches, Wayoth s'aperçut alors de sa tenue débraillée et de sa chemise sortant de son pantalon de façon chiffonnée. Boarf, il s'en fichait. Il pouvait être un sac poubelle, ça n'allait pas changer la donne de son pseudo-cours. Avec un geste théâtrale, il invita son cadet à exécuter la transformation. A côté, Gareth avait levé le nez de ses notes et les observait avec un petit sourire.

- Maint'nant, pousse le verre...pose le sur l'étagère, là. Tu vas essayer de changer ton bureau en cochon. La formule c'est "Animorfus", mais ya aussi... euh... "Metamorphosis", je crois. J'préfère la première. Tu as juste à visualiser l'animal et pour le mouvement de la baguette, c'est : lève en arc de cercle... Nan, comme ça.

Le brun se plaça à côté de son cadet, lui montrant le mouvement vif de la courbe que devait prendre la baguette pour se pointer en l'air, avant de la redescendre brusquement, comme s'il donnait un petit coup dans le vide.

- Ani il leva la baguette une nouvelle fois, suivant la courbe faite précédemment morfus ! et il abaissa le poignet d'un geste rapide, baguette pointé sur la table. Tu visualise bien l'animal pendant que tu le dis, sans penser à autre chose. Et euh...pour l'animal, donc un cochon, mais s't'plait, pas un gros dingue qui va défoncer la salle : si Van Hall se pointe, on est mal. Elle est pas fine en Capitaine, je suppose que pour son étoile de préfet, ça doit être la même.

S'écartant un peu, baguette sortie pour un éventuel "incarcerem" si jamais l'animal faisait n'importe quoi. Après, il n'était pas dit que le Serdaigle réussisse du premier coup : l'exercice était compliqué. Avant cela, jamais Wayoth n'avait essayé d'imaginer un cochon dans sa globalité, du coup, son bureau à lui s'était vu doté d'une tête de porcelet, d'une queue en tire bouchon et...et c'était tout. Le corps était resté de bois et le bleu avait éclaté de rire en voyant celui de Lana se barrer en couinant dans toute la salle : une table qui hurle comme un cochon, c'est plutôt drôle.

- Allez, go. T'inquiète si ça fonctionne pas du premier coup, on s'entraine jusqu'à ce que ça marche. Puis, on passe à te faire pousser des oreilles de lapin, chaud ?

Ouais, ça promettait d'être amusant, comme dimanche après midi.

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Lun 21 Mar 2016 - 2:36

HJ:
 

Wayoth chantait une étrange chanson dont Elliot n’avait jamais entendu auparavant. En fait, il ne comprenait même pas les paroles puisque ce qui semblait être une comptine d’enfant était d’une langue qu’il ne lui était pas familière, ça semblait être du français. Wayoth lui-même ne semblait pas comprendre tout à fait les paroles, mais le garçon aux yeux bleus ne fit aucune remarque sur la comptine, il était bien trop préoccupé par ce que lui disait Wayoth. Les yeux grands ouverts, il gobait tout ce qu’il lui disait. Le 6e année avait réussi à avoir toute l’attention du 4e. Alors qu’Elliot était plutôt du genre à ne pas vraiment porter attention aux autres, le brun voyait maintenant le remplaçant de Quidditch d’une tout autre façon. Ce n’était pas difficile, seul le mot « métamorphose humaine » était assez pour le sortir de sa bulle et le rendre super excité. Wayoth venait de lui dire qu’il arrivait à faire pousser des oreilles et des queues d’animaux aux gens, et ce n’était pas entré dans l’oreille d’un sourd.

Elliot avait beau être super doué en métamorphose, il restait quand même un élève de 4e année. Wayoth en revanche – qui était probablement doué également – était déjà en 6e année, ce ne faisait aucun doute qu’il était plus avancé que lui dans le domaine de la métamorphose et qu’il savait faire des choses dont Elliot ne pouvait pas encore. Alors que l’aiglon aux yeux bleus expliquait à Fawkes qu’en 4e année, il n’apprenait pas grand-chose d’intéressant dans ses cours de métamorphose, ce qui l’ennuyait beaucoup d’ailleurs, il vit l’aîné sortir son nez de son manuel pour le regarder et il comprit tout de suite que Wayoth savait de quoi il parlait, il avait probablement vécu la même chose quelques années plus tôt.
Content de sa découverte, Elliot avait transformé un vieil encrier en poule, et réussi à faire rire le brun. Le jeune Serdaigle adorait les poules, il en avait plusieurs chez lui, dans sa petite maison en pierre en Angleterre. Il avait été élevé sur une petite terre et ses parents n’étaient pas fermier, mais presque. Ils avaient beaucoup de volailles qui lui fournissaient beaucoup d’œufs. Wayoth par contre, ne semblait pas apprécier les poules autant que lui. Elliot eu un petit rire et répondit d’un ton déçu :

- T’aimes pas les poules ? Elles sont sympathiques pourtant…

Les animaux, Elliot les adoraient tous.

-  Dis, vous pratiquez vraiment sur des humains ?

Elliot avait des étincelles dans les yeux, excité et content d’avoir trouvé quelqu’un qui partageait la même passion que lui. Fawkes grimaça et Elliot regarda autour de lui pour s’assurer qu’il n’y ait pas trop d’oreilles autour d’eux.

- En fait non. On va, mais on est pas censés le faire pour le moment. C'est même puni par le règlement, tu sais, le truc pourris sur "ouais, euh, vous lancez pas des sortilèges dans les couloirs ou dans des endroits inappropriés, sinon c'est moins dix-mille points dans votre face". Mais bon, il suffit de pas se faire prendre : les profs et Rusard sont pa toujours dans nos pattes, Pince est trop amoureuse de ses bouquins pour tout voir, Peeves est débile et les préfets sont des vendus quand tu peux les corrompre. 'Fin méfie-toi tout de même, mais là encore, yen a trop peu pour tout voir. Et puis, c'est bien connu, les bleus sont les coincés de Poudlard, on est super sage et des tête d'ampoule : t'as juste à rejeter la faute sur un vert ou un rouge et ça passe crème.

Elliot avait un large sourire. C’était un peu idiot comme question, il était évident qu’il était interdit de lancer des sortilèges de métamorphose sur les autres élèves - du moins en dehors des cours -. Il espérait quand même qu’en étant finissant de Poudlard en métamorphose, il se pratique sur d’autres élèves. Il savait quand même très bien que la métamorphose est une magie extrêmement complexe et qui peut causer de grands dégâts.  Même si ce genre de pratique était illégal à Poudlard et qu’Elliot était plutôt le genre d’élève à suivre les règles à la lettre, rien n’allait l’empêcher de pratiquer ce domaine dans lequel il avait de grandes ambitions.

- Du moins, c'est une idée comme ça, perso j'ai une amie qui se prête volontiers au jeu de la métamorphose. Mais normalement, on a pas le droit, quoi. Donc faut pas trop-trop s'en venter, si tu vois ce que je veux dire.
- Oui je vois,    répondit Elliot, souriant.

- Mon premier cours de métamorphose, j'ai fait exploser mon oiseau. Le trau-ma-tisme. Mais au moins, ça m'a poussé à m'améliorer et bosser comme un dingue pour avoir un bon niveau. Normalement, puisque t'es en quatrième année, tu vas pas tarder à changer ton bureau en cochon... C'est assez marrant, du moment que ya pas de pas-doués pour faire n'importe quoi.

Changer son bureau en cochon ? Ça devait être assez marrant quand même ! Certainement plus intéressant que de la théorie ou que de changer des oiseaux en gobelet. Elliot voulait voir ce que son ami était capable de faire, et malgré sa timidité, il réussit à lui demander :

- Heuuuu… Tu pourrais me montrer… quelques trucs ? Des choses…  que tu as apprises, ça me ferait vraiment plaisir !
- Nope.

Elliot afficha une mine triste et à la fois gêné, il se sentait un peu embarrassé mais il retrouva vite le sourire lorsqu’il découvrit qu’il s’agissait d’une farce.

- J'déconne, Elliot ! Qu'est-ce que je pourrais te faire faire...? Bah, justement tiens.
- Déjà, ta poule tu vas me la transformer en verre. Petite révision de deuxième année pour le plaisir, eh !

Fawke fit tasser les deux chaises près de la table ou se trouvait la poule, qui semblait toute désorientée. Changer sa poule en verre ? Quoi de plus facile, ce sortilège, il l’avait lancé tant de fois ! Il pointa sa baguette sur la petite poule et la transforma en verre d’un seul coup de baguette : Vera verto

- Maint'nant, pousse le verre...pose le sur l'étagère, là. Tu vas essayer de changer ton bureau en cochon. La formule c'est "Animorfus", mais ya aussi... euh... "Metamorphosis", je crois. J'préfère la première. Tu as juste à visualiser l'animal et pour le mouvement de la baguette, c'est : lève en arc de cercle... Nan, comme ça.

Avec un Leviosa, Elliot envoya son verre sur l’étagère comme lui demanda l’aîné. Prêt à essayer un nouveau sortilège, le garçon aux yeux bleus se plaça devant la table et la pointa de sa baguette magique en se concentra du mieux qu’il le pouvait. Wayoth vint se placer à côté, afin de lui montrer comme le mouvement de baguette qui devait accompagner le sortilège.

- Ani  tenant la baguette d’Elliot, Way imitait la courbe qu’il lui avait décrit quelques secondes plus tôt morfus !   L’aîné abaissa rapidement le poignet. Elliot enregistrait le moindre détail que faisait Way.

- Tu visualise bien l'animal pendant que tu le dis, sans penser à autre chose. Et euh...pour l'animal, donc un cochon, mais s't'plait, pas un gros dingue qui va défoncer la salle : si Van Hall se pointe, on est mal. Elle est pas fine en Capitaine, je suppose que pour son étoile de préfet, ça doit être la même.

Elliot eu un rire nerveux en s’imaginant un gros porc courir partout dans la salle commune et défonçant tout sur son passage et voir Van Hall, préfète arriver à la course, furieux contre les deux garçons. Bon. C’était à son tour maintenant.

- Allez, go. T'inquiète si ça fonctionne pas du premier coup, on s'entraine jusqu'à ce que ça marche. Puis, on passe à te faire pousser des oreilles de lapin, chaud ?

Elliot ferma les yeux et visualisa dans sa tête un cochon dans sa tête, assez petit et bien rose. Il pointa la table qui se trouvait devant lui et qui espérait, allait se transformer en beau petit cochon rose dans quelques secondes. Du mieux qu’il le put, Elliot imita le mouvement de baguette que Way lui avait montrée en prononçant la formule et en visualisant dans sa tête un petit cochon rose au lieu de la table.

- Animorfus !

Il vit alors la table se transformer sous ses yeux. Ce n’était pas le résultat attendu, mais c’était quand même marrant ! En fait, la table avait gardé sa forme de table, mais le bois c’était transformé en « peau de cochon ‘ » rose et les pattes de la table c’étaient transformés en pattes de cochon, avec les sabots et tout … Ce n’était pas très … joli ! Elliot lança un regard amusé à Way et réessaya de lancer le sortilège. Cette fois, rien n’avait changé sauf que la table se mit à bouger et à faire des bruits de cochons, ce qui fit sursauter le jeune garçon. Ça, c’était assez effrayant. La table se promenait un peu autour des deux Serdaigle, comme une poule sans tête avant de se ruer vers lui,

- Finite Incatatem !

La table reprit sa forme d’origine.

- J’ai presque eu peur, avoua Elliot en riant.

Loin d’abandonner, Elliot se plaça pour une 3ème fois devant la table de bois. Il ferma les yeux quelques instants et imagina un petit cochon bien rose. Il imita le mouvement que Way lui avait montré et formula la formule magique.

-Animorfus !

Ça y est, Elliot regarda son ami, le sourire aux lèvres. La table s’était enfin transformée en petit cochon, exactement comme l’avait imaginé Elliot dans sa tête. Le petit cochonnet semblait perdu et Elliot tenta s’approcher de lui, mais il était farouche, il s’éloigna du Serdaigle dès qu’il le put. Elliot haussa les épaules en le regardant partir en direction de Way.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Dim 27 Mar 2016 - 1:05

Wayoth baissa les yeux sur le stupide volatile qui gloussait à ses pieds et le contempla se dandiner en soupirant d’agacement. Chose qui n’échappa pas à son cadet.

- T’aimes pas les poules ? Elles sont sympathiques pourtant…

Sans trop rien dire, le décoiffé passa de la vision du tas de plumes à celle du Serdaigle dont la moue déçue laissait entendre qu'il n'approuvait peut-être pas le regard désabusé que le plus âgé avait laissé trainer sur ce qui avait été un encrier.
Est-ce qu'il n'aimait pas les poules ? Question difficile.

- J'aime bien les œufs. Mais je n'aime pas forcément la bestiole qui le produit. Ou alors, dans mon assiette.

L'air songeur, il observa encore un peu l'animal, essayant de se rappeler pourquoi les animaux de basse-cours le répugnaient autant : il n'y en avait pas chez ses grands parents. Du moins, il y avait eu des oies, des canards, mais pas de poule. C'était d'ailleurs la grande difficulté d'adaptation de Wayoth : les œufs de ces bestioles-ci étaient bien moins gras et consistant que ceux des oies. Par ailleurs, il se souvenait parfaitement avoir aimé les canards, petit, aimant les imiter ou courir après les canetons pour caresser le duvet jaune. Une fois, Honnesty, sa cousine, en avait attrapé un et le petit avait tellement eu peur qu'il s'était mis à pailler à la mort avant de se faire dessus, aspergeant les jambes nues de la blondinette. Quand à Wayoth, sa passion pour la course au canard s'était brutalement éteinte le jour où son père l'avait laisser s'approcher d'un lac de trop près...

- J'aime les chiens. On a un élevage de Saarloos. Des chiens loup. avoua-t-il alors, les iris clairs suivant la poule.

A vrai dire, c'était l'élevage familial qui était chez ses grands parents, mais chaque Fawkes avait son chien. Ironiquement, Wayoth avait appelé la sienne "Rowena". Quand à sa cousine de cinq ans, elle était propriétaire d'un jeune loup craintif très originalement nommée Prince-Loulou.

La question d'Elliot sur la métamorphose humaine le fit grimacer : bien sûr que non, ils n'avaient pas le droit, encore moins lorsque le chapitre de métamorphose n'avait pas encore été commencé. Le problème avec Wayoth, c'était que, au niveau des études, c'était tout ou rien. Ou il se tournait les pouces et avait le niveau d'un troisième année dans certaines matière, au risque d’entacher la réputation de pseudo-intellos des Serdaigles (s'ils étaient simplement bosseurs, ils seraient tous à Poufsouffle), ou alors il avait presque un an d'avance, s'entrainant en cachette pour obtenir les meilleures notes possibles. Flitwick était son plus grand fan... 'Fin, presque.

Wayoth se souvenait très bien de ses premières impressions pour chaque cours. En Histoire de la magie, il s'était endormi. En Sortilège, il était resté bouche bée devant le minuscule professeur faisant voler des objets dans tous les sens. Pour la potion, Rogue l'avait traumatisé à vie. Et en métamorphose, la vieille MacGo avait fait sa première apparition sous forme d'un chat tigré. Et ça, c'était à vous couper le souffle.

- Heuuuu… Tu pourrais me montrer… quelques trucs ? Des choses…  que tu as apprises, ça me ferait vraiment plaisir !
- Nope.

Oh la tronche.
Fawkes vit le visage du quatrième année se décomposer et perdre son sourire tandis que le regard fuyait le siens. Il était assez compliqué pour les personnes ne le connaissant pas bien de déceler si oui ou non il plaisantait. En réalité, même ses amis proches savaient qu'il état à prendre avec des baguettes et que, là où on pouvait penser à une plaisanterie, Wayoth pensait réellement ce qu'il disait. Parfois, c'était l'inverse : la parole était sèche et cassante pour finalement se contraster avec un regard rieur. Il n'y avait qu'une chose à retenir : avec lui, il ne fallait pas se fier à l'apparence. Le décoiffé disait souvent à haute voix quelque chose qu'il ne pensait pas, s'amusait à s'auto-contredire si ça pouvait agacer la personne en face. Il n'était qu'illusion, jouant au gré de son humeur avec les nerfs de ses camarades et, parfois, les siens.

- J'déconne, Elliot !

Bien entendu, il pouvait l'aider.
Si le Serdaigle ne se montrait pas toujours très patient mais essayait du mieux possible de le paraître, il devenait un ange de calme et de pédagogie lorsqu'il devait jouer les professeurs. C'était un peu comme un challenge, le devoir d'aider pour remplir une mission, un grade. C'était assez enivrant de voir son "élèves" réussir et se dire qu'on y était possiblement pour quelque chose.
Pour analyser le niveau d'Elliot, le sixième année lui demanda quelque chose de simple et qui devait être acquis depuis deux ans : la transformation d'un animal en un verre. Sans surprise, puisque Campbell disait aimer la métamorphose, le sort fut efficace et le garçon envoya le verre sur une étagère grâce au sortilège de lévitation. Très bien. Confiant, Wayoth commença à lui montrer la démarche à suivre. La formule était simple, mais le mouvement beaucoup moins et, comme la plupart des débutants dans la matière -donc comme Wayoth à l'âge d'Elliot-, le plus jeune prenait le plis de "casser" son poignet pour enchainer sur le petit coup sec de la baguette au lieu de le faire pivoter vers le haut en suivant le mouvement.
Autre chose qui changeait lorsque Fawkes devenait professeur : la proximité et le contact physique ne le gênait plus. Ce n'était plus quelque chose de personnel comme une caresse sur la joue ou des doigts qui s'entremêlaient : là, le garçon ne supportait pas le contact. En revanche, stopper le mouvement d'Elliot en posant deux doigts sur le dos de sa main n'arracha pas une moue dégoûté au décoiffé qui, le plus naturellement du monde, guida son cadet en faisant légèrement tourner sa main au moment du "morfus". Les veines bleutés du quatrième année apparurent, faisant face au plafond tandis que l'aîné répètait une dernière fois l'incantation en le laissant agite la baguette seul.

- Ani... Elliot décrivit la courbe indiqué plus tôt morfus puis abaissa la baguette en tournant le poignet en une parfaite imitation de ce que lui avait montré son pseudo-professeur à l'instant. Tu apprends vite. le félicita Fawkes en lui adressant un hochement de tête approbateur, sourire en coin. Allez, go. T'inquiète si ça fonctionne pas du premier coup, on s'entraine jusqu'à ce que ça marche. Puis, on passe à te faire pousser des oreilles de lapin, chaud ?

Retroussant les manches de son polo -dimanche obligeait, il ne portait pas l'uniforme-, Wayoth s'arma de sa baguette et guetta le moment où Elliot se déciderait à transformer la table. Se mettant en garde, le regard rivé sur le bois, il l'entendit alors prononcer la formule qui agit instantanément.
Mais certainement pas de manière voulue.
Le bois se changea, certes, mais ce ne fut pas un cochon qui apparut sous leurs yeux clairs. Ta table s'était alors habillée d'un vernis rose qui, d'après ses connaissances en la matière, ressemblait fort à la peau légèrement rugueuse d'un cochon. D'ailleurs, les pieds du meuble n'avaient pas été oubliés et de petits sabots noirs ornaient le bout.

- Ah, presque. Au moins, c'est immobile, il fout pas le bord...

Wayth n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'Elliot lançait à nouveau le sortilège : la table cochon s'anima en se mettant à geindre comme un animal qu'on s’apprêtait à saigner. Avec un mouvement de recul, Fawkes vit le meuble se ruer vers eux. Encore une fois, Elliot fit ses preuves en stoppant le sortilège. Les yeux arrondis par ce que Wayoth considérait comme de l'innocence, le décoiffé pivota lentement vers leurs confrères de Serdaigles qui, pour la plupart, les regardaient avec étonnement. Ce n'était pas tous les jours qu'on était sortit d'un devoir de potion par un cochon sans tête.
Devant celle rieuse de son élève, le sixième année pencha le visage vers l'avant, réfléchissant rapidement aux conneries qu'ils devraient éviter.

- Euh... pas mal. Vraiment, bon début. Je vais juste faire un sortilège de protection autour de nous pour que les autres ne...

Sans finir sa phrase, il jeta un regard circulaire en levant sa baguette, formant de grand arc de cercle tout en murmurant les incantations qui éviteraient à leurs camarades de les entendre.

Juste après, Elliot renouvela son essai, cette fois-ci couronnée par un succès : un minuscule porcelet émettait de petit grognement et Fawkes s'accroupit en l'imitant à la perfection, attirant ainsi son attention. Méfiant, l'animal s'approcha tandis que le décoiffé levait ses yeux vert de gris vers ceux si bleus de son confrère.


- Pas mal, Elliot ! Vraiment, beau boulot. C'est dingue, d'ailleurs, que ce soit un cochon aussi petit, normalement ya au moins un principe d'équivalence pour les tailles, pour ça que dans les premières années ont fait de petits animaux. il tendit la main vers l'animal qui continuait de grogner en reniflant l'air, fixant le bipède qui approchait doucement sa main...


Babe, le cochon chien de berger

Pour la mordre.
Un petit cri strident de surprise échappa au sixième année. Avec ses dents en pâte à modeler, il ne lui avait pas fait mal, mais l'adolescent ne s'était pas attendu à ce que le porcelet nain ait un caractère...de cochon.

- J'ai rien dit, il est petit mais avec un sale caractère. Sûr que ça compense !

Massant ses phalanges, le garçon regarda le petit trou-du-marshmallow sur pattes émettre un son étrange en fixant les deux garçons, comme s'il cherchait à communiquer. Wayoth, lui, y vit un petit rire moqueur.

- Dis donc, Porcinet, tu vas arrêter de te foutre de nos gueules, oui ? Puis, pour Elliot : Est-ce que tu sais faire d'autres trucs plus perso ? Genre faire apparaitre des écailles, des plumes... Un changement inter-espèce ? C'est un mélange entre deux animaux, souvent on l'obtient par erreur. D'ailleurs, ça non plus on ne l'a pas encore étudié... reconnut le garçon en se frottant le menton. En tout cas, chose promise, chose due. Change moi encore une fois Porcinet en... en tortue. Puis retourne là en table. Ensuite je te montre pour les oreilles, faut juste que je remette un nom sur la formule, je ne suis plus habitué à la prononcer...

Préférant l'informulé, Fawkes avait du mal à nommer les sorts à présent qu'ils lui venaient instinctivement. Il attendit qu'Elliot change le petit cochon en tortue... mais l'animal ne semblait pas vouloir coopérer et donnait bien du fil à retordre au jeune sorcier.

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Dim 3 Avr 2016 - 3:52

Elliot était si content que Way aille accepté de lui montrer des trucs de métamorphose, même si ce dernier lui avait joué un tour avec son « nop » sérieux et indiscutable qui avait bien eu le petit Serdaigle dont les joues s’étaient rougies à une telle réponse. Pour un dimanche qui avait commencé avec un affreux mal de tête, la journée s’annonçait géniale maintenant. Elliot avait l’impression d’être sur le point de recevoir des cours privés, ce qu’il avait toujours désiré avoir en métamorphose, cela l’aiderait grandement pour son rêve de devenir un animagus. D’ailleurs, Wayoth était très doué dans son rôle de « professeur ». Sérieux et patient, il savait mettre Elliot en confiance et en plus, il expliquait très bien. L’aîné de Serdaigle lui avait d’abord fait changer la poule en verre, sortilège que les élèves apprenaient en deuxième année et qu’Elliot réussit, sans surprise pour ni l’un ni l’autre. Ce sortilège était assez basique et Elliot le connaissait très bien.  Le vrai défi était ce que Way voulait lui apprendre : changer la table qui se trouvait devant lui en cochon. C’était un sortilège qu’Elliot n’avait jamais pratiqué, puisqu’il s’agissait d’un sortilège d’un niveau un peu plus élevé que ce qu’il apprenait présentement en cours. Selon Wayoth, il allait voir ce sortilège sous un peu en classe, ce ne devait pas être hyper difficile alors. Elliot était très doué dans cette matière, mais le professeur suivait plutôt le rythme de l’ensemble des élèves dont la moyenne des notes était bien inférieure à celles d’Elliot. Le petit Serdaigle était un peu timide devant le joueur de Quidditch, mais il fût rassuré lorsque ce dernier lui avait dit de ne pas s’inquiéter s’il ne réussirait pas le sortilège du premier coup.  

Bien positionné devant la table qui deviendrait un cochon, Way lui avait expliqué en détail comment  jeter le sortilège : le mouvement de baguette, de poignet ect. Elliot était confiant et sa concentration était à sa pleine capacité.

-Tu apprends vite.
-Allez, go. T'inquiète si ça fonctionne pas du premier coup, on s'entraine jusqu'à ce que ça marche. Puis, on passe à te faire pousser des oreilles de lapin, chaud ?

Bien positionné devant la table qui deviendrait un cochon, Way lui avait expliqué en détail comment  jeter le sortilège : le mouvement de baguette, de poignet, ect. Lorsqu’il agita sa baguette, ce ne fut pas un cochon qui apparut à la place de la table, mais le meuble se transforma tout de même. La table n’était plus en bois, mais recouverte d’une épaisse peau de cochon rose et les pattes de la table s’étaient transformés en « vraie » patte de cochon. Manquait plus qu’elles bougent.

- Ah, presque. Au moins, c'est immobile, il fout pas le bord...

Elliot était quand même content du résultat, même si ce n’était pas le résultat que les deux Serdaigle attendaient, la table avait tout de même réussi à faire sourire le jeune garçon aux yeux bleus. Et Way avait parlé trop vite, puisqu’Elliot s’essaya à nouveau en lançant le sortilège sur la table plutôt étrange qui ne changea pas d’apparence, mais qui se mit à « courir » et lancer des grognements comme un vrai cochon. Assez effrayant comme résultat et assez désagréable aussi. Le meuble non plus ne semblait pas trouver cela très drôle, il se rua vers les deux bruns et Elliot lança un sortilège de justesse pour se débarrasser du sortilège et le meuble cochon redevint une simple table de bois.

- Euh... pas mal. Vraiment, bon début. Je vais juste faire un sortilège de protection autour de nous pour que les autres ne...
- Oui, bonne idée         lui avoua Elliot.

Elliot était tellement concentré dans ses choses et à la fois excité de pratiquer la métamorphose avec quelqu’un qui s’y connaissait plus que lui qu’il oubliait qu’il se trouvait en plein milieu de la salle commune et que lui et Way n’étaient pas les seuls. La table avait été assez bruyante et aurait pu attirer des élèves. Il n’était pas très commun d’entendre des cochons dans la salle commune de Serdaigle, il est certain que cela attirerait des curieux. Par contre, Elliot ne pensait pas vraiment aux conséquences en ce moment, il s’amusait trop bien et en plus, il apprenait de nouvelles choses. Elliot avait que rarement l’occasion de partager sa passion pour la métamorphose avec d’autres élèves, dont valait mieux profiter du moment.  Il n’avait toutefois pas envie de mettre son « professeur » dans le pétrin. Il fut soulagé de voir Way lancer un sortilège autour d’eux. La fameuse table-cochon aurait très bien pu aller s’attaquer aux élèves plus loin. Chose certaine, le directeur de la maison n’aurait pas été très fier de lui.

Jamais deux sans trois qu’on dit ? Ce fut au troisième essai qu’Elliot lança le sortilège avec succès. La table, cette fois, se transforma en véritable petit cochon tout mignon. Un grand sourire de fierté et de joie s’affichait sur le visage du petit aiglon. Il regarda Way s’accroupir et imiter le cochon – il était pas mal dit donc ! – l’attirant ainsi vers lui.

- Pas mal, Elliot ! Vraiment, beau boulot. C'est dingue, d'ailleurs, que ce soit un cochon aussi petit, normalement ya au moins un principe d'équivalence pour les tailles, pour ça que dans les premières années ont fait de petits animaux.
- C’est étrange

Pour l’instant, cela faisait bien son affaire ! Moins gros, moins voyant, moins dérangeant, et plus mignon ! Elliot regardait Way approcher sa main du porcinet et il s’apprêtait à faire la même chose lorsqu’un cri sortant de la bouche de son ami le fit sursauter.

- J'ai rien dit, il est petit, mais avec un sale caractère. Sûr que ça compense !

La bestiole venait de le mordre !

- citrouille, ça va ?

Elliot observa la main de Way, plus de peur que de mal ! Il n’était pas blessé, mais avait fait un saut ! Du coup, Elliot n’avait plus du tout envie de toucher la petite bête rose. Ce dernier les regardant, faisant des sons étranges comme s’il cherchait à leur dire quelque chose.

- Dis donc, Porcinet, tu vas arrêter de te foutre de nos gueules, oui ?

Elliot eu un petit rire.

-  Est-ce que tu sais faire d'autres trucs plus perso ? Genre faire apparaitre des écailles, des plumes... Un changement inter-espèce ? C'est un mélange entre deux animaux, souvent on l'obtient par erreur. D'ailleurs, ça non plus on ne l'a pas encore étudié...

- Heumm.. Ça m’est déjà arrivé, par erreur justement sinon j’ai jamais essayé de façon volontaire.

Au début de l’année, Elliot avait par erreur, en essayant de changer un rat à petit oiseau obtenu un rat ailé, garni de plumes, mais en gardant quand même ses poils. Ce cours-là avait été assez mouvementé d’ailleurs. La bête qu’Elliot avait créée s’était envolée dans la classe et avait fait crier plusieurs filles qui étaient effrayées des rats. Disons que cette bestiole n’avait rien de … charmant.  Le rat avait même atterri sur la tête d’une élève qui s’était levée debout et courrait en rond au milieu de la classe en criant, alors que la plupart des élèves de Serpentard s’éclataient de rire devant cette scène. Cet épisode avait fait le tour de Poudlard en bien peu de temps, il lui arrivait encore qu’on lui en parle. Elliot n’était pas près d’oublier cette aventure.

- Un rat volant rajouta-t-il en riant.

Elliot savait aussi faire quelque chose de plutôt spécial. Il arrivait à se faire pousser quelques longs poils roux et soyeux sur le torse. En fait, il passait de longues heures chaque semaine à se pratiquer à devenir éventuellement un animagus. Il lisait tout ce dont il pouvait à ce sujet et passait beaucoup d’heures à l’extérieur du château à des endroits que très rarement visité par les élèves de Poudlard comme la cabane hurlante, par exemple. Elliot se frottait le menton, ne savait pas trop s’il devait en parler à Way. Son désir de devenir un animagus était un grand secret et même sa meilleure amie n’était pas au courant. Il n’avait pas envie que tout Poudlard soit au courant de ses ambitions et il n’avait surtout pas envie de se faire décourager, voire se faire moquer de lui. Peu importe ce dont il lui faudrait, il allait y arriver, il le savait. Elliot était un garçon ambitieux et peu de chose ne l’empêcherait de suivre ses rêves. Il décida donc de rester bouche close à ce sujet.

- En tout cas, chose promise, chose due. Change moi encore une fois Porcinet en... en tortue. Puis retourne là en table. Ensuite je te montre pour les oreilles, faut juste que je remette un nom sur la formule, je ne suis plus habitué à la prononcer...

Motivé, Elliot pointa sa baguette vers le petit porcinet qui semblait avoir compris ce que Way venait de dire. Il le regarda en faisant son bruit de cochon et se mis à courir en rond, ce qui faisait en sorte qu’il était impossible à viser.

- Alala

Alors que le petit cochon s’arrêta quelques secondes, Elliot lança le sortilège, mais dès qu’Elliot eu ouvert la bouche, l’animal partis en courant. Le sortilège toucha alors un livre qui trainait par terre qui lui, se transforma en tortue de taille normale, cette fois. La tortue heureusement, ne pouvait s’enfuir comme le faisait le cochon, son anatomie ne lui permettait pas. Trop occupé après porcinet, Elliot ne porta pas vraiment attention au reptile qu’il venait de faire apparaître. Le cochon alla se cacher, en courant dans un meuble dont la porte était entre-ouverte. Profitant de cette chance, Elliot pointa sa baguette vers lui et lança à nouveau le sort, mais le petit cochon s’enfuit avant et une deuxième tortue apparut de ce qui était auparavant un livre ou un manuel scolaire. Mais ce n’était pas le pire : en sortant du meuble comme une fusée, le cochon avait fait tomber la grosse pile de livres qui était sur le meuble ce qui fit un bruit énorme, espérons que le sortilège de Wayoth soit efficace ! La bête passa entre les jambes de Way en criant et fila en direction des canapés dans la salle commune, où il y avait plusieurs élèves. Stressé, il essaya une troisième fois à jeter le sort sur le petit diable rose qui se transforma en tortue juste à temps. Elliot poussa un soupire de soulagé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Mar 12 Avr 2016 - 20:19

Wayoth venait de mettre en place un bouclier censé isoler le son -disons plutôt "boucan"- qu'ils faisaient afin de ne pas perturber les autres Serdaigles. De loin, il vit Maya Livingstone discuter avec Dana : peut-être discutaient-elles de tactiques de batteuses. Avec un haussement d'épaule, le garçon s'en retourna vers son cadet : le cours pouvait continuer.
Cette fois-ci fut la bonne et Elliot changea la table en porcelet tout rose et mignon. En entendant ses petits couinement de goret, le décoiffé ne put se retenir de l'imiter. Depuis petit, il s'entrainait. Du moins, ça avait commencé par un jeu avec sa grand mère maternel : Mamé donnait le nom d'un animal ou montrait une illustration dans un livre d'image et le petit garçon aboyait, miaulait, croassait, rugissait en fonction de la bête. Il s'en donnait à cœur joie, battant des bras pour faire l'oie et montrant les dents face aux Saarloos de la maison. Son premier quatre pattes, le bambin l'avait fait fesses en l'air : il ne se servait pas de ses genoux mais bien de ses petits pieds roses. C'est ainsi que Diana Fawkes avait retrouvé son fils, derrière fièrement dressé, suivant les chiots de la meute dans l'herbe de l'enclos où la louve surveillait les petits. Jerry, l'un des jumeaux, avait suivit son frère aîné dans la joie de l'imitation, courant aussi les fesses en l'air, en couche dans la pelouse, alors que Tomas -plus précieux- se mettait à couiner dès que sa peau frôlait autre chose que le carrelage propre de ses grands parents. Après les animaux, Wayoth avait observé sa famille, s'amusant à parodier son grand père (qui le traitait de voyou), singer son oncle et imiter son père. Il n'y avait que ce dernier qui ne trouvait pas cela amusant. Flatteur, oui, mais il n'avait fait que répéter à sa compagne que le petit devait trouver sa propre voie et ne pas se contenter de faire comme les autres. Et encore moins se comporter comme un sauvage en jouant avec les chiens.
Devenu très observateur, le garçon avait alors commencé à étudier les voix, cherchant à prononcer des phrases entière avec celle de sa mère, de sa cousine. Et peu à peu, il s'était mis à tout imiter. Illusoire, Wayoth était un puzzle constitué de miroir : vous pouviez retrouver de vous en lui pour la bonne et simple raison qu'il avait pris vos vêtement pour coudre son costume.
Faux.

Il fit par de son étonnement à Elliot : si on changeait de petits objets en petits animaux, c'était par soucis d'équivalence. Fawkes avait déjà essayé de changer son stylo bille (oui, il était fervent de cet objet et phok les anti-moldus) en chien de taille moyenne, il n'avait réussit qu'à le faire exploser. Heureusement qu'il n'avait rien tenté sur Egg à ce moment.
C'est à ce moment précis que le cochon fit ses preuves : se jetant sur la main de l'adolescent, il le mordit. Mais sans grande conviction, et avec des dents en pâte à modeler. Surpris, le Serdaigle récupéra sa main en mettant une mini-fessée au porcelet, habitude prise lorsque les louveteaux de l'élevage se mettaient à mordre lors d'un jeu. Si Wayoth avait gagné sa place au sein de la meute de l'élevage, ses cadets peinaient à se faire respecter et, là où l'aîné arrivait à se faire obéir du couple Alpha, Jerry subissait encore les morsures des Bêta. Le garçon devenait bagarreur et passait pour un "petit" qu'on pouvait réprimander comme un louveteau. Et il en gardait les marques sur les bras et le torse. Tomas s'était fait mordre une fois au nez pour avoir regardé un jeune mâle turbulent de haut, et il avait eu beaucoup de mal à remettre les pieds dans l'enclos.

- T'inquiète. Il fait pas mal, ton rôtie. rassura le né-moldu en adressant un petit signe de tête au quatrième année. Dis donc, Porcinet, tu vas arrêter de te foutre de nos gueules, oui ?

Il se redressa et regarda la bestiole se réfugier sous une chaise en demandant à Elliot ce qu'il savait faire au niveau de la métamorphose. Il ne fut guère étonné en apprenant que le garçon avait déjà testé l'inter-espèce par erreur.

- 'Souvent comme ça qu'ça arrive. J'ai lu...je sais plus où... que c'était courant mais très difficilement contrôlable. Il y a des sorciers qui s'y sont frotté en voulant créer une nouvelle espèce -comme les scrout à pétard d'Hagrid, c'est de l'élevage illégale en fait...'fin bon- et qui se sont fait chopper par le ministère car la bestiole était incontrôlable. En gros, par exemple, je fais un mélange entre un lapin, un rhinocéros et une chauve souris : bah je me retrouve avec une bestiole toute mignonne qui sait creuser, qui peut charger et qui a la peau dure et, qui plus est, peut voler. Un carnage. Et puis, le rhino, tant que tu l'emmerde pas, il est pépère, mais tu le mélange avec le tempérament d'un lapin bourré aux vitamagic et il te charge pour un rien pour peu qu'on le menace.

Le ton était monté, mais seul Elliot pouvait l'entendre. Énervé par la bêtise humaine, l'adolescent continua de grogner :

- Mais bordel, avant de tenter un truc on se renseigne, on teste voir si c'est possible et pas dangereux. Au lieu de faire de la m*rde.

Puis vint une nouvelle épreuve pour Elliot : son professeur improvisé lui demanda de changer le cochon en tortue. Comme s'il avait senti le danger, le porcinet se mit à courir en couinant comme un fou-furieux. Stupéfixié, Wayoth regarda Elliot changer un livre en tortue et se mettre à courser l'animal. Eh bordel, si on lui avait dit qu'il devait aussi être animateur de centre pour cochons, il aurait passé un diplôme attestant qu'il savait s'occuper de jeunes enfants.
Suivant son cadet en soupirant, il jeta négligemment un sort pour annuler l'effet sur le bouquin qui reprit sa forme initiale. Voyant son élève sortir de la zone qu'il avait sécurisé, Fawkes pinça les lèvres et inspira profondément. Et bordel... Il avait dû faire des trucs bien nuls dans ses vies passées pour avoir un karma aussi médiocre.

- Fait pas trop de br...

BARDADO ! la bonne femme par dessus l'queniot La saloperie de porc fonçait dans tous les sens sous les yeux ronds des aiglons, renversant sur son passage des dizaines de bouquins tandis qu'Elliot filait pour rattraper le fuyard qui fila entre les jambes du sixième année qui n'osait plus bouger. Devant lui, Alice Kelmens fronçait les sourcils en ramassant sa pile de parchemin. En s'excusant, il fit un mouvement de baguette et les livres volèrent pour se remettre à leur place tandis que sa camarade s'occupait de la tortue qui gesticulait sur le dos.
Laissant le livre-tortue aux mains d'Alice, Wayoth constata que la salle avait retrouvé son calme quand Elliot avait transformé le diable rose en mastiqueuse de salade.

- Euuuuuuh...

Par la même occasion, il se rendit compte que tous les regards étaient sur eux, tantôt amusés, tantôt agacés, mais la bonne nouvelle et qu'il n'y avait pas l'ombre d'un préfet dans la salle. Piquant un fard, le décoiffé se gratta l'arrière du crâne et fit la grimace.

- Désolé. Elliot était curieux de savoir comment on changeait un pupitre en cochon, mais cette bestiole ne veut pas être notre repas du soir, alors...

Ou : c'est pas moi, c'est Elliot ! Il ne souhaitait pas accuser son camarade, mais justifier le boucan pas la soif d'apprendre. C'était idiot ? Du coins de l'oeil, il vit Kelmens soupirer, Maya secouer la tête avec l'air dépité et Gareth ricaner en le fixant par dessus son bouquin. Mais globalement, les aigles se remirent rapidement de l'incident. C'était idiot, donc, oui. Mais ça fonctionnait diablement bien.

- Fawkes, enlève ton sortilège de protection. conseilla alors Kelmens qui se replaçait à ses leçons. Elle ajouta avec un petit sourire : Je préfère avoir un bruit de fond qu'une soudaine explosion sonore.

- Et comme ça, on pourra surveiller vos bêtises. renchérit un septième année en relevant ses lunettes sur son crâne pour finalement s'étirer, le regard gris posé sur Elliot et sa tortue.

En râlant, Fawkes obéit. En réalité, il craignait d'être dénoncé aux professeurs pour utilisation des sortilèges en dehors des cours. Il attendit que son cadet change sa tortue en table, puis il leur tira deux chaises. S'asseyant sur la sienne, il pencha son torse vers le plus jeune.

- Bon, partant ? Métamorphosis. C'est le sort plus compliqué dont je t'ai parlé tout à l'heure. Perso, je fais Animorfus pour changer les objets, mais si je veux modifier qu'un aspect du physique, je fais... il pointa sa baguette sur le visage de son élève : Métamorphosis nares.

Le nez du garçon s'allongea et se colora d'un orange vif, s'aplatit et s'élargit. Elliot avait maintenant un bec de canard. Wayoth le laissa découvrir cette nouvelle partie de son anatomie avant de la remettre à son état initiale.

- Tu vas pour le moment de contenter de faire pousser des poils. Métamorphosis pilus. Sur ce... livre.

D'un coup de baguette du décoiffé, le livre devint alors un lapin calme qu'un Incarcerem prononcé également par Fawkes enfermait. Il n'avait pas envie de courir après Bugs Bunny. Mais l'ouvrage qu'il désigna au jeune sorcier était un vieux grimoire sur l'astronomie de première année. Pour plus tard, le lapin. Parce qu'un sortilège raté ne manquerait pas de faire exploser le cobaye, Wayoth préférait toujours s'entraîner d'abord sur un non vivant.

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Dim 19 Juin 2016 - 1:40

Wayoth avait demandé à Elliot de transformer le porcinet en tortue, mais ce ne fut pas chose facile. Ce petit cochon avait définitivement un sale caractère. Il avait mordu Way et maintenant il semblait comprendre la signification des paroles de ce dernier. La petite bête rose n’avait aucune intention de se faire changer en tortue; elle s’était mise à courir en rond, un peu partout, évitant à chaque fois les sortilèges du Serdaigle, qui de cette façon, avait transformé toute sorte d’objets en tortues de taille moyenne. Heureusement, celles-ci étaient beaucoup plus silencieuses et moins rapides que le cochon. Au grand désespoir d’Elliot, après avoir provoqué un vacarme en faisant tomber une pile de livres, le cochon avait filé en direction des canapés du dortoir, là où se trouvaient les élèves. Elliot pointa sa baguette vers le porcinet, qui courrait en ligne droite, et réussie à la transformer en tortue. L’aiglon afficha un sourire, qui disparut bien vite lorsqu’il leva les yeux et remarqua les élèves, soudainement silencieux, qui regardaient Elliot et Wayoth. Il se sentit bien mal tout à coup. Les deux gars s’étaient fait prendre et il n’avait surtout pas envie que Way soit dans le pétrin à cause de lui. C’était Elliot qui lui avait demandé de lui montrer des trucs de métamorphose…  Le jeune homme resta figé, ne savant pas trop comment réagir.

- Euuuuuuh...

Apparemment, Way ne savait pas plus comment réagir.

- Désolé. Elliot était curieux de savoir comment on changeait un pupitre en cochon, mais cette bestiole ne veut pas être notre repas du soir, alors...
- Désolé    ajouta Elliot, regardant ses pieds, un peu gêné.

Évitant le regard  des autres, il ne vit pas leurs réactions. Il fut surpris qu’aucun n’ouvre la bouche pour leur faire la morale. Regardant la tortue s’éloigner, l’aiglon se pencha pour la ramasser, lui flatta la tête et fit un sourire gêné devant les élèves qui le regardait. Il se sentait idiot.

- Fawkes, enlève ton sortilège de protection.  Répondit Kelmens, une élève qu’il ne connaissait que de vue. Je préfère avoir un bruit de fond qu'une soudaine explosion sonore.  

Au moins, ça n’avait pas trop l’air de la déranger.

- Et comme ça, on pourra surveiller vos bêtises. Ajouta un autre élève, qu’Elliot ne connaissait pas. Celui-ci semblait beaucoup moins amusé que Kelmens. Il fixa son regard sur lui et Elliot resta planté là sans rien dire, avec sa tortue.  

Elliot fut toutefois soulagé qu’il n’y aille aucun préfet dans le dortoir. Cela aurait très bien pu mal se passer. Il aurait bien pu se taper une retenue, lui et Way. Ce dernier en aurait-il voulu à Elliot ? Même si s’il ne l’avait pas forcé à s’amuser à faire de la métamorphose un dimanche en plein milieu de leur dortoir, il se saurait senti coupable. De plus, Elliot connaissait très peu Wayoth mais il était bien décidé de se lier d’amitié avec ce garçon, qui partageait plusieurs intérêts en commun. Lorsque le septième année lâcha Elliot du regard pour retourner dans son bouquin, le jeune Serdaigle se tassa de quelques mètres, à l’abri des regards, et transforma la tortue qu’il tenait dans les mains en table. Wayoth tira deux chaises et Elliot s’assit sur l’une d’elles, s’accotant les bras sur ce qui était il y a quelques secondes plus tôt, une tortue. Il écoutait attentivement ce que son « professeur » avait à lui dire.

- Bon, partant ? Métamorphosis. C'est le sort plus compliqué dont je t'ai parlé tout à l'heure. Perso, je fais Animorfus pour changer les objets, mais si je veux modifier qu'un aspect du physique, je fais..  Wayoth pointa sa baguette vers Elliot, qui recula la tête par réflexe Métamorphosis nares.

Elliot eut une bizarre de sensation pas très agréable au nez. Il avait l’impression que quelqu’un lui tirait le bout du nez pour l’allonger le plus possible. Le garçon vit d’ailleurs son nez s’élargir, il était devenu si long qu’il pouvait l’observer sans l’aide d’un miroir. Il toucha à son nouveau nez d’une couleur orangé à l’aide de ses deux mains, épaté, avant de se mettre à rire.

- Génial ! s’exclama-t-il, avant que Way ne fasse disparaître son nez de canard.
- Tu vas pour le moment de contenter de faire pousser des poils. Métamorphosis pilus. Sur ce... livre.

Elliot reprit dans ses mains sa baguette magique qui reposait sur la table et ferma les yeux quelques instants, histoire de bien se concentrer. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il pointa sa baguette sur le grimoire d’astronomie et prononça de manière très clair : Métamorphosis pilus Rien du tout. Elliot s’en attendait, il était plutôt rare de réussir un nouveau sortilège du premier coup. Il lança un regard déçu à Wayoth puis se réessaya une deuxième, puis une troisième fois, qui fut la bonne :

- Ça y est ! Dit Elliot, le sourire aux lèvres.

Devant lui se trouvait un livre couvert de poils très foncés, brun-noir et durs, qui n’avait pas du tout l’air doux au toucher. Le poil recouvrait le titre du livre, qu’on ne pouvait apercevoir sous cette épaisse couche de poils. Le livre n’avait rien de charmant et Elliot ne pouvait s’empêcher de penser au monstrueux livre des monstres.

- On dirait le monstrueux livre des monstres !

Ce fameux livre, tout le monde le connaissait. Un manuel assez spécial du cours des soins aux créatures magiques. Il ressemblait beaucoup au livre qu’Elliot avait devant lui, mais en plus affreux, muni de plusieurs yeux et des dents pointus assez effrayants. Elliot connaissait ce manuel bien longtemps avant avoir mis les pieds à Poudlard. Son père, magiezoologiste, en avait une copie à la maison, et à dix ans, le petit Elliot curieux avait eu la mauvaise idée d’ouvrir ce livre, sans le flatter bien évidemment, et avait eu la frousse de sa vie. Ce monstre lui avait passé bien proche de lui bouffer la main. Le petit aiglon s’était mis  à pleurer et courrait en rond dans le salon alors que l’affreux livre courrait derrière lui. Elliot n’était pas prêt d’oublier ce souvenir d’enfance. Sa mère était furieuse contre son père, qui refusait de s’en débarrasser. Chose certaine : Elliot ne lui avait plus jamais retouché. Même si c’était un mauvais souvenir, le jeune Serdaigle ne pouvait s’empêcher de rire à chaque fois qu’il y pensait, s’imaginant tout petit courir en rond dans le salon, en pleurs, se faisant poursuivre par un livre mangeur de petit garçon.

Wayoth quant à lui, avait transformé un livre en joli petit lapin. Le résultat était beaucoup plus attrayant que le livre poilu d’Elliot.  Le lapin était tout calme et tout mignon, Elliot ne put s’empêcher de le caresser en attendant les nouvelles instructions de son ami. Il avait hâte d’être rendu au même niveau que lui. Étant fol amoureux des animaux, il trouvait cela plus que génial de pouvoir transformé de vieux objets insignifiants en jolies bêtes de son choix. Quel passe-temps amusant !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Lun 4 Juil 2016 - 1:33


Alice Kelmens se contenta de lever les yeux aux plafonds en esquissant un mince sourire. D’allure froide, la brune paraissait un peu snobe et Wayoth s’était déjà vu menacé par le doigt de la jeune fille alors qu’il sortait dans les couloirs en dehors du couvre feu. Du fait qu’il la côtoyait bien plus que Van Hall, Wayoth trouvait que la demoiselle pouvait tout à fait endosser une figure d’autorité : là où Dana, la batteuse de septième année, n’était jamais très sérieuse et bien trop tête en l’air pour s’occuper d’un autre être vivant qu’elle-même (tous ses animaux de compagnie avaient trouvé refuge dans les bras d’un autre élève), Alice incarnait assurément la maman autoritaire mais compréhensive et, si les bruits de couloirs disaient vrai, elle savait faire la fête.

Aussi, le décoiffé obéit derechef à la demoiselle et s’empressa d’annuler les sorts d’étouffement sonores lancés autour de leur « terrain de jeu ». Il y avait pris pour habitude de pratiquer ses essais de métamorphose et de sortilège en douce et cela impliquait souvent d’avoir recours à des sorts qui l’isolait du monde extérieur afin de ne pas faire paniquer tout le monde pour une « petite explosion ». En se rasseyant à la table-cochon-tortue, le sixième année commença à expliquer la différence qu’il faisait pour l’utilisation du commun Animorfus et du plus complexe Metamorphosis. Sans trop savoir pourquoi, Wayoth avait pris le reflexe d’utiliser Animorfus pour toutes les métamorphoses complètes d’un objet ou d’un animal en autre animal, mais lorsqu’il fallait changer quelques parties en une autre, le second sort lui semblait plus pertinent. Cependant, puisqu’il avait tendance à ne plus prononcer ses sorts à haute voix et que le simple fait d’imaginer la mutation lui suffisait, le garçon avait commencé à trouver ses propres mots pour des enchantements de son cru. Aussi, et depuis seulement trois semaines, il s’entraînait à faire tournoyer sa baguette en dessinant une drôle d’arabesque et en pensant à un simple « Muto » qui simplifiait tout c qu’il avait appris en métamorphose jusqu’ici en combinant plusieurs noms et capacités de sortilèges.

Le brun laissa retomber sa baguette et contempla le bec qu’il venait de faire pousser en plein milieu du visage d’Elliot. Si Lana lui en voulait bien pour une chose, c’est que le Serdaigle ne prenait pas le temps de l’avertir lorsqu’il la pointait du bout de sa baguette pour lui allonge les oreilles et la demoiselle avait beau lui assener des grimoires sur la tête en se plaignant que c’était douloureux, il semblait que Wayoth ne retenait pas cette information. Lysander Gilson, un Serpentard de leur année que la sorcière jaune appréciait particulièrement, ne manquait pas de réprimander le bleu par rapport à cela et, alors qu’il faisait disparaitre le bec de canard à son cadet, Fawkes ne put s’empêcher d’entendre les voix de ses camarades résonner dans sa boîte crânienne.

Bras croisé, il regarda le livre d’Elliot se couvrir de poils drus et sombres. Il hocha simplement la tête en entendant le garçon parler du livre que e fou-dangereux d’Hagrid leur avait fait acheter pour son entrée en troisième année. Les cours avaient été intéressants, certes, mais bon sang, ce type n’avait pas du tout la même notion du danger que le commun des mortels ! Lorsque Wayoth était allé acheter ses manuels scolaires, il avait pâlit en voyant l’ouvrage nécessaire à son option… Fort heureusement, son ange gardien n’était jamais bien loin lorsqu’il mettait les pieds sur le chemin de traverse et Lana avait assuré qu’elle garderait le bouquin chez elle pendant le reste des vacances pour que le livre ne se mette pas à attaquer les moldus que composaient a famille Fawkes. A vrai dire, voir un amas de poils sur le bouquin face à son « élève » ne lui avait pas du tout fait penser au Monstrueux Livre des Monstres, mais à un conte pour enfant sorcier. Oui, oui. Lui qui avait grandit avec les princesses, les petits cochons et les sept chevreaux, il restait traumatisé par l’idée qu’un jour, un imbécile de Barde (Diddle ou un truc du genre) avait eu la merveilleuse idée d’aller retranscrire dans un recueil une histoire à propos d’un mec qui s’arrachait le cœur pour le foutre sous une cloche –comme la rose de la Bête, dans la Belle et la Bête- et finalement léchouiller le cœur encore palpitant d’une jeune fille qu’il venait de poignarder. La joie, de quoi faire de beaux rêves ! Le Sorcier au cœur velu, que ça s’appelait… Ben merci l’enfance ! Et on osait parler du Petit Poucet Moldu ou du Chaperon Rouge ? C’était quoi le but à long terme ? Engendrer des générations de timbrés psychopathes et parano ? On était bien parti pour !

Émergeant de ses sombres pensées et de son silence plutôt pesant, l’aîné Serdaigle se gratta la joue droite en hochant la tête sans pour autant sourire. Pensant déjà à la suite de ce pseudo cours, le grand brun avait le regard dans le vague et ses iris clairs contemplaient le lapin qui allait servir de cobaye sans pour autant le voir. Le but de l’exercice était de faire pousser des oreilles de lapin à Elliot, du moins qu’il se les fasse pousser à lui-même. Sauf que la manipulation s’annonçait compliquée. S’ils s’y mettaient maintenant, ils pouvaient y arriver, quoi… à la fin de la journée s’ils ne trainaient pas trop après le repas du midi ? Mais ça restait très compliqué à réussir et, à vrai dire, Wayoth pensait surtout que son élève pouvait s’entraîner sur le lapin qui se trouvait être un livre dans une vie antérieure. Calme et placide, il ne cillait pas et s’était couché dans une cage invisible.

- La première étape, c’est que tu changes la taille des oreilles… Amplio Metamorphosis Auricula. Pour que ça s’allonge. Ok ? Et pour que ça rapetisse, c’est Strictus Metamorphosis Auricula. En gros, faut juste que tu penses bien à visualiser la taille de l’oreille et à préciser si tu l’agrandis ou rétrécis car sinon ça va partir en cacahuètes : tu va lui faire apparaitre une autre paire d’oreilles.

Le décoiffé l’avait appris à ses dépends et gardait la vision de son premier essai avec six jolies paires d’oreilles de tailles –et de couleurs- différentes. Quitte à tester, il avait fait n'importe quoi et s'était bien amusé ! Il regarda son élève tenter les sorts et s'empressa de corriger son mouvement ou sa prononciation lorsqu'il commença à exécuter la métamorphose. C'était particulièrement compliqué et Wayoth ne voyait pas l'aiglon réussir de suite : il allait falloir faire preuve de patience pour parvenir à exécuter cette "petite" expérience qui n'était pas donné au premier jeune sorcier venu. Mais Elliot était doué et, semblait-il, obstiné. Il le fallait bien pour être dans cette maison. Aussi, Wayoth ne vit pas le temps défiler et, à force de corriger le plus jeune et de le conseiller, la demie-heure passa rapidement et le lapin-livre avait enfin de minuscules oreilles. L'aîné laissa le petit bleu les agrandir et rétrécir avec plus ou moins de difficulté et, lorsqu'il considéra que l'entrainement avait assez duré, l'aigle fit disparaitre complètement les oreilles de l'animal.

- C'est bien, super ! Vraiment pas mal, Elliot ! encouragea le pseudo-prof en hochant la tête, préparant sa baguette pour l'étape finale. A présent, tu vas simplement les faire pousser en utilisant Métamorphosis Auricula. Tu visualise des oreilles...comme pour les poils sur le livre, sauf que tu dois bien penser à l'emplacement. Je sais pas si je suis clair... En gros, tu dois imaginer ton lapin complet et bien cibler les oreilles. Sinon elles peuvent pousser n'importe où, genre son derrière.

Il avait l'impression d'omettre quelque chose... Mais il ne savait pas quoi. La réponse était tout simplement de rassurer son cadet quand à la difficulté de faire pousser un ou des membres sur un être vivant. Déjà, il était possible que le cobaye bouge -ici, il était en cage mais rien empêchait qu'il remue une patte-, et puis l'exercice se révélait épuisant pour le sorcier pratiquant la métamorphose : il fallait énormément de concentration pour parvenir à un résultat correcte. La première fois que Wayoth avait fait pousser des oreilles de blaireau à Lana, il avait manqué de tourner de l'oeil pour avoir fait apparaitre seulement deux minuscules bosses dans les cheveux de son amie. Depuis, il s'assurait que la fatigue était loin derrière, mais aussi que son ventre était plein.


HRP:
 

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Mar 19 Juil 2016 - 0:37

Elliot avait réussi, avec succès, à faire pousser à des poils sur le vieux grimoire d’astronomie que Wayoth avait pointé du doigt.  L’ainé lui, avait directement transformé un bouquin en un beau petit lapin qu’Elliot ne pouvait s’empêcher de caresser. Le jeune Serdaigle était impressionné et ravi. Ce «cours» de métamorphose était mieux que tous les cours qu’il avait passé dans ses classes. Son pseudo professeur, Wayoth, était en train de lui apprendre des choses qu’il avait espéré apprendre dès son entré à Poudlard, alors qu’il avait tout juste 11 ans. Il était tout à fait normal que les 4 premières années en métamorphose n’étaient pas les plus complexes, Elliot avait fait beaucoup plus de théorie que de pratique. Aujourd’hui enfin, il avait l’impression d’avancer réellement, de faire une progression et il en était très content. Il avait tout de même un petit stress qui le dérangeait. Il avait peut-être réussi à transformer une table en cochon et en tortue, fait pousser des poils à un vieux grimoire, mais allait-il réussir à se faire pousser des oreilles de lapin ? Il savait très bien que cela allait être bien plus difficile que les derniers exercices que Wayoth venait de lui faire faire. Le jeune Serdaigle regardait Fawkes, calme et pensif réfléchissant à la suite du cours. Elliot le regardait et lui accordait toute son attention.

- La première étape, c’est que tu changes la taille des oreilles… Amplio Metamorphosis Auricula. Pour que ça s’allonge. Ok ? Et pour que ça rapetisse, c’est Strictus Metamorphosis Auricula. En gros, faut juste que tu penses bien à visualiser la taille de l’oreille et à préciser si tu l’agrandis ou rétrécis car sinon ça va partir en cacahuètes : tu va lui faire apparaitre une autre paire d’oreilles.

Elliot arrêta de caresser le petit animal et pointa sa baguette sur lui afin de commencer son nouvel exercice.

- Amplio… Metamorphosis Auri..cula, Amplio Metamorphosis Auricula … Amplio Metamorphosis Auricula. Strictus Metamorphosis Auricula. Strictus Metamorphosis Auricula disait-il afin de bien enregistrer les deux formules dans son crâne.

Il se décida à pratiquer d’abord la première formule, soit celle d’agrandir les oreilles du petit animal. Il suivit les instructions de Wayoth du mieux qu’il le pouvait, imaginant le petit lapin avec des oreilles un peu plus grandes que celles qu’il avait présentement. Il lança le sortilège et comme il s’en doutait bien, les oreilles de la  bête ne grandirent pas d’un seul poil. Il n’en était toutefois pas découragé, il savait très  bien qu’il risquait de lancer le sortilège plus d’une fois avant de le réussir.  Wayoth était justement la pour l’aider, et à chaque essai il lui disait ce qu’il faisait de mal  et corrigeait ses mouvements. Il réessaya, une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf … toujours rien.

- Amplio Metamorphosis Auricula  dit-il pour la dixième fois.

La dixième fois fut la bonne ! Ou peut-être pas… Elliot avait oublié de visualiser dans sa tête la taille des oreilles qu’il allait faire pousser, et comme le lui avait prévenu Wayoth, il poussa une deuxième paire d’oreilles au lapin, de la même grandeur que les « originales». C'était plutôt étrange, Elliot n'avait pas l'habitude de voir des lapins avec 4 oreilles sur la tête. Il ne trouvait pas cela drôle du tout, il voyait surtout le résultat comme un échec qui aurait pu très facilement éviter, s'il n'aurait pas perdu sa concentration à force d'essayer de de réessayer a lancer le sort correctement. Les joues du Serdaigle était devenu un peu rosée, se sentant idiot d'avoir oublié un détail aussi cruciale.

- Mince…. J’ai oublié de m’imaginer ses oreilles !  Répondit le jeune Serdaigle sur un tout déçu et à la fois gêné… Il n’avait eu aucune raison de faire ce genre d’erreur, son ami lui avait bien prévenu qu’il devait visualiser les oreilles dans sa tête avant de les faire pousser, un peu comme tous les sortilèges en métamorphose. Il avait baissé les yeux, regardait ses pieds jusqu'à ce qu'il se décida finalement à regarder Wayoth. Il ne savait pas si un simple « finite incatatem » allait annuler son erreur et enlever les oreilles de trop au petit animal alors il préférait attendre les indications de son aîné au lieu de faire une autre gaffe.



Quand l’exercice fut terminé et que Wayoth arrivait sans aucun mal à allonger et à rétrécir les oreilles du lapin, l’ainé fit disparaître complètement les deux oreilles de la petite boule de poils. Cela n’avait pas été facile, ça avait pris  une bonne trentaine de minutes, mais Elliot ne regrettait pas ses efforts, il en était fièrement récompensé. Il avait le sourire aux lèvres et avait déjà hâte de montrer ce qu’il savait maintenant faire à ses amies de classes, à ses parents et sans oublier à son professeur de métamorphose. Wayoth aussi était bien content que le petit bleu ait réussi, il faut dire qu’il n’était pas mal comme professeur !

- C'est bien, super ! Vraiment pas mal, Elliot !  Elliot affichait un sourire de fierté alors que Way préparait sa baguette pour la dernière étape.  A présent, tu vas simplement les faire pousser en utilisant Métamorphosis Auricula. Tu visualises des oreilles...comme pour les poils sur le livre, sauf que tu dois bien penser à l'emplacement. Je sais pas si je suis clair... En gros, tu dois imaginer ton lapin complet et bien cibler les oreilles. Sinon elles peuvent pousser n'importe où, genre son derrière.

Elliot eut un petit rire en s’imaginant son lapin avec des oreilles au derrière, mais retrouva vite son sérieux afin de se concentrer sur la dernière étape du travail. Sa joie c'était soudain transformée en stress. Il savait que cela allait être très difficile et il était un peu inquiet, il avait peur de ne pas réussir. Il répéta dans sa tête la formule plusieurs fois, Métamorphosis Auricula, Métamorphosis Auricula. Il commençait à plutôt bien la connaitre. Elliot ferma les yeux quelques instants, question de bien se préparer et de se concentrer. Il attrapa sa baguette magique et pointa la bête dépourvue d’oreilles. Dans sa tête, il voyait le lapin de tout son corps. Il imaginait des oreilles à l’endroit où il devait normalement les avoir.

- Métamorphosis Auricula  Dit-il.

Rien ne se produisit, comme les deux Serdaigle s’en attendaient bien. Il réessaya plusieurs fois, sans succès et se tourna ensuite vers Wayoth pour entendre ses commentaires. Peut-être faisait-il quelque chose de pas correct, où bien lui fallait-il simplement réessayer encore de nombreuses fois ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Mar 26 Juil 2016 - 0:52

Wayoth regarda une nouvelle paire d'oreille pousser sur la tête du lapin avec l'expression impassible du grand-père qui a fait la guerre et qui écoute ses petits enfants se plaindre du menu de la cantine. Ces erreurs qu'Elliot faisait, l'aîné les avait fait tellement de fois avant lui que plus rien ne semblait l'impressionner sur ce plan. D'ailleurs, Jane ne manquait jamais de dire qu'il était rabat-joie lorsque la demoiselle ratait un sort qui avait un tout autre effet que ce qui était prévu. La voir avec des cheveux roses n'avait fait ni chaud ni froid au Serdaigle qui s'était contenté de lui dire de recommencer.
Il était pédagogue, il était patient, mais le né moldu était tellement obstiné et intransigeant avec lui même qu'il refusait l'échec...que ce soit pour lui ou pour ses "aiglons". Il s'était improvisé professeur pour plusieurs étudiants, majoritairement avec des rouges et des jaunes, mais il ne se donnait jamais autant qu'avec les bleus. Si un lionceau souhaitait revoir tel chapitre, alors ils révisaient tel chapitre, mais Wayoth ne se donnait pas la peine de pousser plus loin en avançant dans le programme. A quoi ça pourrait bien servir ? Les Gryffondors étaient toujours à remuer d'impatience et facilement distraits, les Poufsouffles devenaient des dingues du travail si on leurs proposait d'aller plus loin et se mettaient à stresser pour pas grand chose. Alors qu'avec les Serdaigles, au moins, le jeune sorcier était sûr que c'était par envie d'en apprendre plus et pas pour se faire bien voir ou s'occuper en attendant que la pluie cesse.

- Mince…. J’ai oublié de m’imaginer ses oreilles !
- T'inquiète.

En un haussement d'épaules, le bleu signifia à son cadet que ce n'était pas grave. Enfin, c'est ce qu'il souhaitait dire, mais l'aspect "je-m'en-foutiste" du geste pouvait également être traduit par un "j'en ai rien à battre", ponctué de ses réguliers balancements d'avant en arrière sur sa chaise. Il aurait pu avoir le culot de mettre les pieds sur la table s'il n'avait pas reçu une éducation assez stricte là dessus. Même si ça ne paressait pas, les Fawkes avait des principes assez étriqués quand certains domaines et sa grand mère n'avait jamais toléré que des pieds viennent frôler ne serait-ce qu'un millimètre de sa table en  bois.

Mais, visiblement, sa nonchalance n'était pas au goût de tout le monde, et Elliot, le regard inquiet, le fixa dans l'attente de quelque chose de sa part. Quoi ? Le décoiffé ne savait pas. Alors il se contenta de l'observer en souriant, goguenard, et lui fit un signe de tête pour qu'il continue.

- Pour les enlever, Elliot, faut jouer avec le Strictus Metamorphosis Auricula. Comme... il pointa sa baguette en bois de charme du le lapin et se visualisa le final en répétant inutilement la formule à voix haute, lui qui pratiquait l'informulé. ...ceci. Les oreilles avaient rapidement rétrécies pour finalement disparaitre en se fondant dans les poils de l'animal.
Puis, avec un soupçon de compassion que peu lui connaissaient :
- Sois pas trop exigeant avec toi même, non plus. Ce truc, c'est au programme de fin de cinquième année, alors si tu te foire, c'est normal.

Le brun alla même jusqu'à tapoter l'épaule de son cadet en un geste consolateur qui, automatiquement, lui parut déplacé et extrêmement gênant. Ce n'était pas dans son habitude de tripoter ses camarades et, à vrai dire, il détestait le contact physique. Il fallait toujours que ça vienne de lui. Si on le forçait, il se crispait et cherchait à fuir le plus vite possible.
Plusieurs fois, Wayoth intervint en modifiant le mouvement du plus jeune qui, sûrement par dépit, abrégeait quelque peu le mouvement de poignet, le rendant moins délicat et plus bref. Si Fawkes adorait les Sortilèges et Enchantement, c'était aussi pour la précision de la gestuelle, et il ne put s'empêcher de conseiller l'aiglon sur sa façon de tenir sa baguette. Venant d'un né moldu, ça aurait pu être risible...

Vint alors la grande satisfaction de voir son élève réussir l'exercice, et Wayoth se fit une joie de faire disparaitre totalement les oreilles de la bestiole qui restait immobile, bien sagement allongée dans sa cage invisible.
Expliquant au mieux ce qui allait suivre, l'aigle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait oublié quelque chose d'important... Boarf, ça lui reviendrait !
Le problème était que, plus le temps passait, plus les échecs d'Elliot s'accumulait, et plus le sorcier se disait qu'il y avait une limace dans le jus de citrouille. Ok, c'était difficile, mais pas un poil d'oreille ne se pointait !
N'ayant aucun besoin de regarder son cadet pour deviner son désarrois, le né moldu lâcha un "Bah Phok !" sonores qui arracha un ricanement à la table où se trouvait Gareth. Le gratifiant d'un signe de son majeur qui rendit son compagnon de dortoir d'autant pus hilare, Wayoth soupira bruyamment...et son visage s'illumina.

- T'as faim ? Moi j'ai la dalle !

Bien.
Aucun rapport avec la métamorphose, à première vue.

- J'ai pas assez mangé ce matin... J'sais pas c'qu'ils servent, les Elfes ici, mais j'ai limite faim toutes les deux heures. Doit y avoir un souci nutritif, c'pas possible autrement. Je passe ma vie à bouffer ou bosser, c'n'importe quoi. Le décoiffé se leva, étirant des bras vers le haut et se hissant sur la pointe des pieds en faisant craquer ses phalanges. Allez, à la soupe.

Avec un mouvement de tête, il invita son cadet à le suivre avant de se dire que, peut-être, il lui devait une explication. Passer pour un fou auprès des autres maisons, ça allait car l'excuse "c'est un Serdaigles, ils sont tous dingues, les bleus" passait. Mais passer pour un taré au sein de sa propre maison, c'était plus délicat et il préférait que Lovegood garde ce rôle qui lui seyait à merveille.

- La dernière fois, je me suis retrouvé à l'infirmerie car j'étais complètement épuisé. Il faut de bonnes conditions physiques pour se concentrer, et avoir le ventre plein, c'est pas mal. Peut-être pour ça que tu y arrive pas, avec le truc de faire pousser les oreilles... Mais t'inquiète, je le répète, c'est normalement pas de ton niveau.

Après une courte hésitation durant laquelle le garçon s'ébouriffa d'autant plus les cheveux en grattant le dessus de sa tignasse.

- Tu sais, plus tu te mets la pression, plus tu risques de te foirer. C'est comme le truc de la confiance en soi. Les jaunes nous reprochent notre égo -en tout cas, j'ai une amie qui me vanne là dessus-, mais il faut être sûr de ce que tu fais et te dire que tu vas réussir. C'est pas en pensant que c'est trop compliqué que tu vas progresser. Tu f'rais rien d'autre que te mettre des bâtons dans les roues. Sérieux, t'es bon. Pense pas que tu restes sur un échec juste parce que j'ai le ventre qui gargouille... J'voudrais pas que tu te retrouve à me faire du bouche à bouche si je m’évanouis.

Ou comment passer pour un faible. L'autodérision.
Wayoth savait pertinemment qu'il ne travaillait que pour lui même, et c'était pour cela qu'il ne s'imposait pas de limite, quitte à mettre sa santé en danger. Comme le disait le vieil adage "Quand on aime, on ne compte pas.", et Fawkes s'aimait vraiment beaucoup.




HJ : et si toi aussi tu as imaginé le bouche à bouche...  

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Sean O'Donnel
MESSAGES : 111

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22 octobre 1983. Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Mer 10 Aoû 2016 - 16:43

Ça avait dut prendre beaucoup d’essai pour Elliot avant de parvenir à faire agrandir les oreilles du mammifère. C’était très frustrant de mettre tant d’effort et de ne voir absolument rien changer sur le petit lapin. Il y était habitué, peu importe que tu sois douer en magie ou pas, apprendre un sortilège difficile ne se faisait pas en un claquement de doigts, loin de là. Elliot était obstiné et il savait qu’il allait réussir, c’était pour cette raison qu’il continuait sans relâche, quoi que la honte se faisait ressentir un peu. Même s’il savait qu’il était parfaitement normal pour un élève de son âge de ne pas réussir ce sortilège, difficile pour son niveau, d’un seul coup, il se sentait un peu…. Nul devant son aîné. Elliot est un élève très orgueilleux et dur envers lui-même et il avait toujours ce désir de se dépasser, et de dépasser les autres. Lorsqu’il pensait enfin réussir, il eut, à sa grande surprise, une deuxième paire d’oreille qui poussa au mammifère alors que le sortilège n’était supposé qu’allonger celles déjà existantes. Le tint d’Elliot vira au rouge, il avait oublié un détail cruciale en métamorphose : s’imaginer les oreilles agrandit du petit lapin, autrement, comment ça pourrait fonctionner ? Il se sentait idiot d’avoir oublié ce détail si important.

- Mince…. J’ai oublié de m’imaginer ses oreilles !
- T'inquiète.

La réaction de son professeur le rassura. Il semblait s’en foutre, il ne fit qu’hausser les épaules et se mit même à se balancer sur sa chaise. Way ne lui avait pas tapé sur les doigts et Elliot put reprendre son calme et retrouver sa concentration. Wayoth avait dû déjà faire cette même erreur plusieurs fois dans son passé, il n’était clairement pas le premier à l’avoir fait. N’osant pas trop rien faire, puisqu’il ne s’avait pas comment enlevé les oreilles qu’il venait de faire apparaître à la bête, Elliot regardait son ami, sans un mot. L’aîné des deux aiglons se balançait sur sa chaise et semblait perdu dans ses pensées, il ne semblait pas s’apercevoir qu’Elliot attendait après lui pour continuer son exercice. Ce genre de moment mettait toujours Elliot un peu mal à l’aise. Wayoth attendait-t-il qu’il répare lui-même son erreur ? Si tel était le cas, Elliot ignorait comment … Un simple finite incatatem allait-il fonctionner ? Il préféra attendre Wayoth qui finit par lui faire un sourire goguenard.
- Pour les enlever, Elliot, faut jouer avec le Strictus Metamorphosis Auricula. Comme..  Elliot écoutait attentivement Wayoth et le regardait lancer le sortilège au mammifère qui perdit ses oreilles en trop en un clignement d’yeux. ...ceci

- Sois pas trop exigeant avec toi même, non plus. Ce truc, c'est au programme de fin de cinquième année, alors si tu te foire, c'est normal.

Elliot était très exigeant envers lui-même et l’avait toujours été. Il avait un soif d’apprendre et de maîtriser plusieurs domaines, en plus d’avoir un esprit très compétitif. Il veut toujours plus et n’est pas facilement satisfaisable, ce qui devient un gros défaut. Dans ses cours par exemple, il déteste lorsqu’il y a des élèves aillant des meilleures notes que lui.  C’était le cas avec Simon Kane, un garçon qu’il n’aimait pas trop, sans autre raison que ses quelques notes supérieures aux siennes … C’était un grand défaut chez Elliot, qui lui apporte tout de même du positif : s’il bosse autant et qu’il a d’aussi bons résultats scolaires, c’est pour cette raison. Plutôt que de le décourager, le fait que Wayoth lui a annoncé que cet exercice de métamorphose soit au programme de la fin cinquième, cela le soulagea un peu : s’il trouvait ça difficile, il avait bien raison et s’il ne réussirait pas, ce n’était pas la fin du monde, c’était même normal.  Elliot avait l’intention de réussir et il savait très bien qu’il en était capable s’il se donnait à fond. Que cela lui prenne 30 minutes, 3 heures, deux jours, une semaine… il avait y parvenir. Son ami lui tapota amicalement l’épaule d’un geste consolateur, ce qui étonna le petit aiglon. Il lui fit un sourire, quoiqu’un peu gêné de ce geste auquel il ne s’y attendait pas. Elliot se remit vite au travail. Cela lui prit  3 essais cette fois, et il réussit avec succès à agrandir les oreilles du lapin, exactement comme ils les avaient imaginés dans sa tête. Elliot était plutôt fier de son coup et très content d’avoir fini par réussir. Il le savait très bien qu’il était capable s’il mettait les efforts pour réussir. Le petit aiglon avait déjà hâte de montrer ce qu’il savait maintenant faire à ses amis de cinquième et à ses parents. Le brun avait un large sourire aux lèvres, la baguette encore dans sa main droite. Son professeur fit alors complètement disparaitre les deux oreilles du lapin et la prochaine étape était de faire pousser carrément les deux oreilles, puisque la bête n’en avait plus. Elliot écouta attentivement les instructions de Wayoth afin de savoir comment faire pousser deux oreilles au lapin avant de s’essayer.

- Métamorphosis Auricula

Il essaya plusieurs fois sans succès. Il était habitué d’essayer et de réessayer des sortilèges de très nombreuses fois avant que cela fonctionne enfin, mais cette fois, il avait l’impression qu’il n’y arriverait jamais. Faisait-il quelque chose de travers ? Lâchant, un soupire, il regarda son professeur en attente d’aide. Wayoth semblait un peu fatigué, voire tanné. Après avoir montré son majeur à un des élèves qui rigolait, l’ainé poussa un soupire.

- T'as faim ? Moi j'ai la dalle !

Elliot avait effectivement un petit creux dans l’estomac. En passant la main sur son ventre, il lui répondit :
- Ouais, je commence à avoir faim.
- J'ai pas assez mangé ce matin... J'sais pas c'qu'ils servent, les Elfes ici, mais j'ai limite faim toutes les deux heures. Doit y avoir un souci nutritif, c'pas possible autrement. Je passe ma vie à bouffer ou bosser, c'n'importe quoi.

Elliot haussa les épaules

- Tu grandis peut-être.

Elliot avait lui aussi toujours faim, mais ce n’était rien de très surprenant puisqu’il était en pleine puberté et que son corps se métamorphosait à vu d’œil. Non seulement il grandissait, mais sa voix muait et des petits poils lui poussaient sur le menton et sur le haut de sa lèvre inférieure, sans oublier les petits boutons à gauche et à droite. Heureusement qu’en première année, il avait appris à fabriquer une potion antifuroncles. Fawkes s’était levé en s’étirant et Elliot fit de même, en lâcha un grand bâillement.

- Allez, à la soupe.

Wayoth lui fit un signe de main pour lui dire de le suivre, ce que fit Elliot, se demandant s’ils allaient à la grande salle ou s’ils iraient plutôt directement dans les cuisines. Il se demandait aussi ce qu’il allait manger.

- La dernière fois, je me suis retrouvé à l'infirmerie car j'étais complètement épuisé. Il faut de bonnes conditions physiques pour se concentrer, et avoir le ventre plein, c'est pas mal. Peut-être pour ça que tu y arrive pas, avec le truc de faire pousser les oreilles... Mais t'inquiète, je le répète, c'est normalement pas de ton niveau.
- C’est possible, ça fait du bien de prendre une pause parfois. Il s’arrêta quelque seconde et on entendit son ventre gargouiller. Ça ne me fera pas de mal de manger un peu.
- Tu sais, plus tu te mets la pression, plus tu risques de te foirer. C'est comme le truc de la confiance en soi. Les jaunes nous reprochent notre égo -en tout cas, j'ai une amie qui me vanne là dessus-, mais il faut être sûr de ce que tu fais et te dire que tu vas réussir. Ce n’est pas en pensant que c'est trop compliqué que tu vas progresser. Tu f'rais rien d'autre que te mettre des bâtons dans les roues. Sérieux, t'es bon. Pense pas que tu restes sur un échec juste parce que j'ai le ventre qui gargouille... J'voudrais pas que tu te retrouve à me faire du bouche-à-bouche si je m’évanouis.

Son professeur avait un peu raison, à force de se mettre trop de pression, ce qu’Elliot avait l’habitude de faire, le stress s’accompagnait et plus le stress augmente, plus les échecs suivent. Facile à dire, mais plutôt difficile de changer son comportement ! Elliot voulait trop réussir, et ce, du premier coup. Toutefois, jamais il ne se plaignait que telle ou telle chose était trop difficile pour lui, il bossait avec du positif plein la tête jusqu’à ce que ça marche ! Ses résultats scolaires en étaient de bonnes preuves. Elliot était en dessus de la moyenne dans pratiquement toutes les matières, à l’exception de la divination, domaine où il n’avait absolument aucun talent, malheureusement.

- Non je sais, mais je n’arrive pas à m’en empêcher, je veux réussir, et ce trop rapidement.

Il haussa les épaules et puis Wayoth lui parla de son ventre qui gargouille et du fait que s’il s’évanouissait, il ne voudrait pas qu’Elliot ait à lui faire le bouche-à-bouche. L’aiglon resta perplexe et sans mot avant d’avoir un petit rire. Ne connaissant pas trop Wayoth, il ne savait pas trop comment réagir, mais il était certain qu’effectivement, si Wayoth venait à s’évanouir il n’aurait pas envie de lui faire le bouche-à-bouche.

- Moi non plus, allons manger ! lui répondit-il avec un petit rire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1487

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Ven 2 Sep 2016 - 21:38

- Tu grandis peut-être.

Inclinant légèrement la tête sur la droite, le décoiffé parut légèrement éberlué par la proposition de son cadet. Ce ne fut l'espace que d'un instant durant lequel il cligna des yeux -avec ses longs cils, on aurait pu croire qu'il faisait de l'œil à Elliot-  avant de pouffer et de passer sa grande main dans sa tignasse désordonnée. Bordel, non...

- J'ai toujours été un ventre. Ma mère dit tout le temps que j'ai pas dépassé le cap du sevrage : j'ai faim, genre, toutes les deux heures. Enfin, je grignote, je m'enfile pas un steak-frite. Puis, avec un air mi moqueur, mi complice, le brun ajouta : Mais ouais, je dois grandir. J'espère juste que ça va bientôt s'arrêter.

Pas que regarder les gens de haut lui déplaisait, mais Wayoth ressemblait surtout à une grande asperge dégingandée au faciès grognon. Il avait toujours été grand -Diana aimait lui rappeler qu'il faisait 4,010 kilogrammes à la naissance- et cela contrastait énormément avec son visage encore trop enfantin. Enfant, on le pensait plus âgé car il dépassait tous ses camarades de maternelle, mais quand on le voyait seulement en photo, on lui donnait bien deux à trois ans de moins. Autant dire que l'adolescent avait hâte que ça change et il pensait être sur la bonne voie : cette année, il avait perdu ses joues de petit garçon et le Quidditch avait payé en lui fortifiant les bras. Sa grand-mère l'avait même trouvé plus "étoffé". A voir si c'était juste pour lui faire plaisir...

- Allez, à la soupe.

Kelmens lui avait déjà reproché sa mauvaise habitude du passer du coq à l'âne ou, comme on le disait chez les sorciers, de l'Augurey au Kelpy. Ce n'était pas dérangeant dans l'absolue puisque la plupart des Serdaigles étaient dans leur monde. Wayoth se souvenait très bien de la préfète qui, à son arrivée au château, avait rassemblé tous les Serdaigle de première année pour leur faire un discours sérieux mais on ne pouvait plus farfelu où elle avait expliqué comment fonctionnait le heurtoir, avait rassuré ses cadets en faisant visiter la salle commune... le tout avec des sourcils qui passaient du rose au orange fluo. Elle avait alors expliqué qu'elle testait de nouveaux sortilèges et que celui-ci avait raté, mais que, tant pis, c'était original et elle aimait bien.
Et si le jeune né moldu pensait que son attitude était bizarre, il avait été bien servi par la suite : Lana lui avait seulement parlé de la maison Serdaigle comme étant celle des érudits, des gens sérieux dans leurs études. Dans ce Serdaigle là, le garçon n'aurait pas trouvé sa place. Mais il avait découvert des étudiants passionnés et, certes têtes d'ampoule, complètement déjantés pour la plupart. Si, comme tout à l'heure, un cochon ne semait pas une panique monstre chez les élèves bleus et bronze, c'était pour la simple raison que ces derniers était plus ou moins habitués à observer des "bizarreries" dans le nid.
Une fois, Jane et Lovegood étaient entrée dans la salle en chantant à tue-tête un refrain sur l'Enormus à Babille... Là où Granger aurait levé les yeux au ciel et demandé le silence, la moitié de la salle commune avait repris la chanson en cœur. Fawkes s'en souvenait très bien, ça faisait :
"Babobidobu, l'Enormus a tout bu ! Babobidoboi, l'Enormus a bu quoi ? Babobidobouille, tout mon jus de citrouille ! Babobidoboin, mais qui est ce coquin ? Babobidobille, l'Enormus à Babille !"
Et fallait dire que cette connerie restait longtemps en tête...

Mais bon, paraitre dingue avait beau être une caractéristique de la maison, il ne fallait pas oublier que la communication passait pas la parole, et non pas par la pensée. Du moins, le décoiffé espérait pour Elliot que celui-ci n'était pas legismens. L'horreur de pénétrer l'esprit des autres. Déjà que ce n'était pas facile pour lui de se retrouver dans sa propre tête, alors imaginez le plus petit des aiglons se perdant dans les pensés du né moldu... Il n'y avait que les masochistes pour tenter de maitriser ce pouvoir.
Rassuré de ne pas trop décevoir son cadet en lui imposant une pause déjeuner, Fawkes observa un bref instant Elliot avant de se jeter à l'eau en tentant de le rassurer sur ses capacités. Il était bon, il n'y avait pas de secret là dessus. Mais, et Wayoth le savait pour l'avoir observé chez Tomas, se mettre la pression n'était pas toujours bon. Il pouvait comprendre : il était bleu mais -Gilson lui avait dit- avait l'ambition des verts. Après tout, beaucoup de Serdaigle avaient de ça, mettant en avant la "passion". Pour Wayoth, l'ambition était aussi une alliée de grande taille et c'était ce qui le poussait à se dépasser, à travailler d'autant plus dans les matières qu'il aimait. Pour Tomas, ça ne fonctionnait pas comme ça : son cadet avait la faculté de se rendre malade lorsqu'il ne comprenait pas une formule de maths, faisait des crises de nerfs sur un exercice de physique trop compliqué. C'est pour cela que le brun prit le temps de rassurer Elliot sur ses capacités et le niveau qu'il devait avoir pour parvenir à exécuter le tour qu'il lui avait montré.

Ce dernier le fixa un temps, perplexe, alors que Fawkes venait de plaisanter à propos d'un éventuel bouche-à-bouche que son cadet devrait lui faire s'il s'évanouissait.
Misère. Pourquoi sa mère ne lui avait pas appris à tourner sept fois sa bouche dans sa langue avant de dire une connerie ?

- Chuis pas... Hein ! Je blague, Elliot, c'était pour déconner. tenta Wayoth, ne sachant trop qui il rassurait entre son cadet et lui. La simple pensée qu'on lui colle une bouche contre la sienne le mettait mal à l'aise.

Puis, les deux garçons rejoignirent un petit groupe d'aiglons qui se préparaient à sortir de la salle commune pour aller déjeuner. Entre deux piaillements sonores, on entendit le préfet demander le calme (et pourquoi pas qu'on se range en rang et qu'on se donne la main) parce qu'un chat attendait devant l'entrée en miaulant méchamment (ah ok) et qu'il griffait les personnes qui s'approchaient d'un peu trop près.
Wayoth eut tout juste le temps de proposer à Elliot un nouveau cours, le samedi prochain à la même heure, puis ils furent séparés par l’essaim d'aigles qui franchissaient le passage avec précaution.


HS : ~ Fini pour moi ! Merci pour ce rp, Elli

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot Aujourd'hui à 19:37

Revenir en haut Aller en bas

[Dimanche 30 Mars 1997] “Ce qui est permis n'a pas de charme, ce qui est défendu est excitant.” pv Elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Mars 1997] Nuit, douce nuit.» [MArs 1997] Un lieu chargé de souvenirs (PV Neville Londubat)» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars» Mardi 1er mars 2011» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-