AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

(Juin 1997) || always stronger ► Dan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD7ème annéePoursuiveuseModératrice
    SERPENTARD
    7ème année
    Poursuiveuse
    Modératrice
AVATAR : + nina dobrev.
MESSAGES : 1481

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: en couple.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: Le 23 Décembre, en 1979, à Londres.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Sam 26 Déc 2015 - 21:42


always stronger.
1er Juin 1997. Elle le savait, l'avait toujours su, deviné, anticipé. Comme beaucoup d'autres élèves, d'ailleurs, mais personne n'osait le faire savoir à voix haute. Cela constituait un ressenti personnel, intime, qu'on ne pouvait percevoir en surface. Les événements sombres qui ont ponctués les mois de cette année scolaire ont entraîné beaucoup de choses. Des conséquences, que l'on pouvait identifier à l'oeil nu. Néanmoins, le reste demeurait à l'intérieur : Toutes les personnes qui ont été touchées, de près ou de loin, à ce qui se passait, en ont ressenties les effets. Cela pouvait se traduire par une insécurité persistante, une peur croissante, de l'indignation, de la colère, du doute, des incertitudes, des interrogations, … Aucune personne séjournant à l'intérieur du château n'y était insensible, malgré ce que l'on clamait. Élèves, professeurs, personnel, … Tous, sans exception, en subissait les conséquences. Beaucoup, si ce n'est la totalité, s'inquiétait à propos de l'avenir. Que se passerait-il ? Quel événement allait leur tomber dessus ? Est-ce que les choses allaient s'améliorer ? Qui serait le prochain ? Tant de questions sans réponses, qui contribuaient à la démolition du sentiment de sécurité qu'avait toujours ressenti chaque élève appartenant à l'école de magie.

Après les derniers événements, on pensa que c'était fini, terminé, résolu. L'agresseur avait été attrapé, ceux qui l'avaient identifié ont reçu les soins adaptés ; tout laissait présager que le malheur se trouvait derrière eux, et qu'un nouveau départ s'annonçait. Cette impression s'avérait renforcée par les examens qui approchaient, les réinsérant dans leur quotidien – les étudiants en particulier. Certains n'étaient pas concernés, mais trouvaient d'autres moyens pour se changer les idées. Ce qu'ils avaient en commun ? Ils se sentaient tous libérés, ils pouvaient souffler à nouveau, rire, sourire, vivre. Après tout, que pouvait-il survenir de pire ? Pour sa part, Eleana se révélait contrainte à bûcher, et ce, depuis plusieurs journées. Durant un temps, elle s'était relâchée, se consacrant à tout autre chose, aux côtés de Charlotte. Néanmoins, elles avaient convenu d'un commun accord qu'il ne fallait pas se relâcher : Après tout, les examens revêtaient d'une importance non négligeable. Certes, ils ne devaient pas affronter les examens finals, à savoir, leurs ASPICS. Ceci serait pour l'an prochain. Mais des examens devaient avoir lieu, ceci dans le but de les préparer. Eleana jouait le jeu, comme les autres. Elle y mettait plus d'énergie, pour la simple et bonne raison qu'elle souhaitait savoir ce qu'elle valait, si elle avait le niveau pour commencer une formation d'Auror. Elle n'aurait qu'une seule chance, et ne se permettait pas l'échec, en aucune manière. Pour ce faire, elle devait obtenir des notes suffisamment bonnes pour être acceptée. Dans certaines manières, la jeune femme ne se faisait pas de souci, elle pouvait même considérer ça comme acquis, mais ce n'était pas le cas pour toutes, comme par exemple Potions. Fort heureusement pour elle, Eleana n'avait jamais eu un niveau piètre dans ces enseignements, mais elle n'était pas excellente, juste moyenne. Et elle visait une autre note pour les examens. Il n'y avait aucun secret : Le travail avant tout. Si bien que ces derniers jours, elle n'avait pas pu souffler. Cela se sentait. Elle se déconcentrait plus facilement. Un maux de tête l'avait pris progressivement, alors qu'elle étudiait. Résignée, elle finit par ranger soigneusement ses livres. Personne ne se trouvait dans son dortoir, à l'heure qu'il était, ce qui lui avait permis d'étudier en toute tranquillité. Elle s'adossa pendant un temps à son coussin et se permit de ne penser à rien. Toutefois, malgré elle, ses pensées la ramenèrent vers des sujets qui la préoccupait. Il se passait tant de choses. Tant de doutes obscurcissaient son esprit. Sans s'en rendre compte, perdue dans le fil de ses pensées, ses yeux gris tombèrent sur son poignet. Allait-elle réussir ses examens ? Pourrait-elle aller dans la formation qu'elle envisageait ? Serait-elle avec Charlotte ? Réussirait-elle son projet ? Que se passerait-il l'année prochaine ? Aura-t-elle la force de quitter Poudlard, de tourner le dos à sa vie d'adolescente ? Reverrait-elle ceux qu'elle côtoyait tous les jours ? Probablement que non.

Oh non, pensa-t-elle aussitôt alors que ses doigts se posaient sur son poignet. Comment ? N'ayant pas le souvenir d'avoir enlevé son bracelet, le doute s'insinua en elle. Pourtant, elle fit mine de chercher à l'endroit habituel où elle le posait. Rien. Par précaution, elle farfouilla dans d'autres endroits où elle aurait pu le poser. Toujours rien. Elle ne réalisa pas tout de suite, mais la constatation s'infiltra dans son esprit : Je l'ai perdu. Instantanément, la panique la gagna et elle sauta sur ses pieds. La jeune femme s'empressa de chercher dans quelques recoins, mais en vain. « citrouille » maugréa-t-elle, en posant l'une de ses mains sur son front d'un air inquiet. Où ai-je pu le mettre ? Il fallait qu'elle le retrouve, obligatoirement. Il s'agissait d'un cadeau d'une amie, quelques temps auparavant. Et comme elle savait pertinemment qu'elle ne ferait qu'y penser, elle s'assit quelques secondes sur son lit pour réfléchir au dernier endroit où elle l'avait porté. Elle se souvenait parfaitement de l'avoir lorsqu'elle était allée voir Victoria, sur le terrain de Quidditch. Après cela … Rien, le flou, total. L'agacement la gagna et elle s'en voulut de ne pas avoir fait plus attention. Après quelques secondes, elle se décida pour aller voir aux vestiaires, par acquis de conscience. Eleana dévala les escaliers et se mit en route sans s'arrêter, malgré les quelques signes et salutations qu'elle adressait à la rencontre de certains élèves. Cela faisait du chemin avant de se retrouver sur le terrain, mais elle profiterait du fait de s'y rendre pour autre chose. Eleana s'y rendait quelques fois pour réfléchir, en solitaire. En admirant le terrain qui se dressait face à elle, ses pensées défilaient. Si jamais elle ne le trouvait pas, elle se poserait et essaierait de réfléchir calmement aux endroits probables. Si elle n'y parvenait pas, et bien, tant pis. Avec un peu de chance, Beth ne lui en voudrait pas, et elle s'en sortirait avec de bonnes excuses. Elle n'hésita pas à la possibilité de se faire un entraînement : Ce serait inutile et une perte de temps. Il ne fallait pas qu'elle retouche à un balais avant un moment, sinon, la tentation serait trop forte. Elle appréciait ce sport, même si elle n'en ferait pas son métier. Elle avait toujours considéré le sport avec intérêt, avant même de rejoindre l'équipe de Quidditch. Elle ignorait d'où cela lui venait. Elle espérait juste ne pas avoir hérité ça de son géniteur. De toute manière, elle ne le saurait jamais, comme elle détenait très peu d'informations sur lui. L'étudiante se refusait de questionner sa mère, le sujet s'avérait trop épineux, trop douloureux, malgré les années qui s'étaient écoulées. Peut-être un jour.

Ne perdant pas de temps, elle ouvrit précipitamment la porte et s'y engouffra. Quelques minutes furent suffisantes pour comprendre qu'il n'y avait rien. Ni sur les bancs, ni par terre. Le découragement fit place à l'irritation. Avec une mine blasée, Eleana referma la porte derrière elle et s'avança à pas lents en dehors du couloir, direction le terrain. Ses doigts passèrent dans ses cheveux avant de retomber le long de son corps. De l'agitation attira son attention. Se faisant discrète, elle finit par apparaître à la lumière du jour et dévisagea l'intrus. Elle reconnut l'uniforme de sa propre maison. Le jeune homme qui lui tournait le dos ne l'avait pas remarquée. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, essayant de l'identifier. Eleana élimina progressivement Sevan, Jake, Ethan, Alosyius, Stefan. Le nom lui vint. Carter. Ou plutôt Dan, si elle ne se trompait pas. « L'uniforme te va bien... » fit-elle savoir de sa voix traînante. Ah, enfin il l'avait remarquée. Eleana sourit d'un air espiègle. Elle n'avait pas l'habitude de ne pas être remarquée. Quelque part, cela la gênait … Un peu. A pas lents, elle s'avança vers lui, tout en continuant : « Tu devrais être content. A défaut de jouer, l'uniforme fait toujours son petit effet auprès des filles, sans exception ». En vérité, à force d'en voir, cela la laissait indifférente la plupart du temps. Une fois tout près, son sourire s'accentua alors qu'elle le contournait, en le dévisageant toujours. « Je vois que tu t'entraînes encore. J'espère pour toi que tu t'es amélioré » déclara-t-elle, elle avait beau ne pas se considérer comme son entraîneuse personnelle, bien qu'elle l'ait aidé plusieurs fois, elle le surveillait malgré tout. Eleana tenait à la réussite, elle considérait qu'il valait mieux connaître les compétences de chacun, même des remplaçants, afin d'être certain d'être toujours au maximum de leurs chances. Le match opposant Serpentard et Serdaigle avait beau s'être terminé il y a quelques jours, se soldant par la victoire des verts, il fallait toujours rester au meilleur de sa forme.

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Jeremy Irvine
MESSAGES : 267

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: :hehe:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 11 mai 1982 à Newcastle
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Dim 27 Déc 2015 - 23:31

CHTONK. La balle de fer fonça et entra sans un bruit dans l’anneau central. Dan n’eut pas la moindre réaction. Immédiatement, la balle revint, presque inconsciemment, il leva la batte en fer qui ne lui appartenait pas. CHTONK. Cette fois, le cognard percuta violemment le montant de l’anneau de droite, lui arrachant un léger sourire. Il aimait imaginer que le cognard avait mal lorsqu’il heurtait ainsi les anneaux dorés. Il détestait cette balle, il détestait cette batte qu’il empruntait quasiment tous les jours à Cleaver, il détestait l’idée de s’entraîner pour être batteur et il allait finir par haïr cette saloperie de sport. CHTONK.

.



Quelques jours avant Serpentard - Serdaigle


« Carter, je te cherchais justement, j’ai choisi l’équipe pour samedi, et j’ai décidé que tu y serais pas, j’ai pris Eleana, Ethan et Aloy. Je te laisse, j’ai cours avec Rogue. A ce soir. »

« Si c’est ce qui est le mieux pour l’équipe… »

Dan déglutit tandis que la silhouette du capitaine se dirigeait vers le château d’un pas assuré. Grimaçant légèrement, il referma son manuel. Il le posa sur le sol et contempla l’immensité du lac. Comme le fossé qui le séparait de la première fois qu’il jouerait devant l’école. Il avait estimé que c’était la première fois qu’il avait de véritables chances de jouer. Maléfice n’était plus capitaine, les prestations des deux premiers matchs avaient été affligeantes, il connaissait l’équipe, cela faisait trois ans qu’il s’entraînait. Il était devenu bon, vraiment. Mais pas assez. Il avait eu tort sur ses chances d’intégrer l’équipe. Il fallait croire qu’il était moins bon qu’un mec qui avait commencé le Quidditch à peine quelques mois plus tôt. Qu’il comprenne qu’il était une citrouille.

Bordel quoi… Il était vrai qu’historiquement, l’équipe de Serpentard avait la moyenne d’âge la plus élevée car ils avaient tendance à ne prendre que des dernières années, mais quand même… Si Ethan était sans aucune contestation plus fort physiquement que lui, ses entraînements incessants lui avaient quand même donné une technique que l’on ne pouvait pas acquérir en quelques mois. Mais il était en quatrième. Il venait tout juste d’avoir quinze ans tandis que celui qui lui avait pris la place en avait dix-sept. Ça faisait la différence. Bien plus que de ne jamais avoir raté une séance d’entraînement, que d’avoir toujours été là pour dépanner. Voilà ce qu’il était en fait. Une roue de secours. Celle qu’on garde toujours prête dans le coffre mais qui ne roulera jamais. On appelait aussi ça un pigeon… Et le pire ? C’était qu’il allait s’entraîner ce soir-là… Qu’il allait se déplacer en sachant très bien qu’il n’aurait
même pas l’opportunité de jouer une seule seconde en une année entière. Tout ça pour faire le partenaire d’entraînement des joueurs qui avaient pris sa place…

Mais si c’était ce qui était le mieux pour l’équipe…


.


Cette fois, le cognard passa sans bruit à quelques centimètres de l’anneau central. C’était frustrant. C’était vrai que ça ne faisait pas longtemps que Dan s’entraînait au poste de batteur. Personne de l’équipe n’était au courant. Au départ, il avait pensé qu’être travailleur était une bonne chose. Que c’était une preuve de bonne volonté, d’acharnement. Bref, que ça favoriserait son intronisation dans l’équipe principale. Il avait compris que ce n’était pas le cas. Que ça voulait juste dire qu’il lui fallait beaucoup plus travailler que les autres pour arriver au même résultat. Autrement dit, qu’il avait moins de potentiel. Autrement dit, qu’il resterait le pigeon. Alors il avait commencé à partir des entraînements en même temps que les autres. Et s’entraîner seul quand il savait que plus personne ne le verrait. Sauf quand des parasites bleus venaient le déranger évidemment. CHTONK, cette fois le cognard fut expédié de manière rageuse directement sur le bord de l’anneau qui résonna.

.



Match Serpentard - Serdaigle : Dans les tribunes


Une vive clameur s’éleva dans les gradins. Une vive clameur à laquelle il participait aussi, malgré lui. Ethan venait juste d’ouvrir le score. La partie qui contenait sa mauvaise foi ne pouvait pas s’empêcher de se dire que n’importe qui aurait marqué après avoir reçu une passe aussi parfaite que celle d’Eleana. Pourtant, une autre voulait simplement le féliciter, s’incliner sur cette belle frappe qui avait complètement fixé Wright qui aurait mieux fait de s’acheter de nouvelles lunettes. Tout le match fut régi par ce terrible paradoxe. L’équipe jouait parfaitement, les automatismes étaient là, les aigles, pourtant toujours dans la course pour le titre se faisaient laminer. Il en était heureux, ravi, il donnait de la voix dans les tribunes, s’exclamait de joie à chaque réalisation.

Sa joie n’était toutefois pas parfaite. L’équipe était excellente, aurait pu battre n’importe qui. Mais il n’y était pas. Il ne faisait pas partie de l’équipe de rêve des serpents. Et ça ne changerait pas. A quoi bon faire des changements pour l’année d’après alors que cette équipe était exceptionnelle et que l’alchimie fonctionnait ? Comme ses camarades, il sauta de joie quand son capitaine attrapa la balle si convoitée, il jura quand le cognard de Maya atteignit malgré tout sa cible. Il fut heureux, vraiment, sincèrement, de voir l’équipe se réunir autour de Sevan. Il fondit devant le sourire si envoûtant de Jenkins, était ravi de voir que la performance de Ethan était à la hauteur. Mais il n’était pas là. Mais il ne faisait pas partie de ce succès. Il n’était qu’un spectateur comme les autres.


.


Il avait compris. Son avenir ne s’inscrivait plus dans le rôle de poursuiveur. Bien-sûr, c’était son rôle de cœur, celui qu’il préférait. Mais les trois seraient encore présents l’année suivante. Aucun n’était en septième année. Alors, acharné, amoché mentalement mais pas abattu, il avait repris l’entraînement pour remplacer Cleaver. Il empruntait même sa batte. Il n’était pas certain qu’il soit particulièrement d’accord avec cette idée, mais bon… Ce n’était certainement pas à Brave ou à Gabriel qu’il allait demander… Alors, il faisait avec les moyens du bord. CHTONK, une fois de plus, le cognard alla percuter le montant. Au moins, il savait être précis maintenant. Il n’allait pas tarder à essayer en conditions réelles, sur un balai. Mais pas tout de suite. Tout de suite, il voulait se défouler. Il voulait cabosser ces montants dorés trop lisses.

« L’uniforme te va bien… »

Il aurait reconnu cette voix traînante entre mille. Même avec ce ton considéré habituellement comme désagréable, sa voix suintait d’une sorte de classe, de prestance que peu avaient. Parmi elles : Eleana Jenkins. Ah, il avait beaucoup à dire sur elle. Sa réputation, son sang-froid, son talent aussi bien en duels qu’en Quidditch, des notes qui lui permettaient d’aisément envisager une carrière d’Auror. Et une beauté et un sourire envoûtants. Mais ça, il préférait ne même pas se l’avouer. Bref, vous l’aurez compris, s’il y avait bien une personne que Carter aurait aimé ne pas voir ici, c’était bien elle. Tout seul sur le terrain, en position de frapper le cognard qui revenait *CHTONK* avec la batte de Cleaver alors qu’il n’avait jamais manifesté le moindre intérêt pour ce poste. Et elle ne manquerait pas de considérer cela comme un criant aveu de faiblesse… Merveilleux.

« Tu devrais être content. A défaut de jouer, l'uniforme fait toujours son petit effet auprès des filles, sans exception. »

Très étrangement, ses paroles sonnèrent plutôt comme un « Comme t’es trop mauvais pour jouer, console-toi en te déguisant avec l’uniforme pour le carnaval, avec un peu de chance, une boutonneuse viendra coucher avec toi. » Ses propres pensées lui arrachèrent un sourire amusé. Pas une seule seconde il n’envisagea que le sans exception la concernait elle. Elle le contourna pour lui faire face, lorsque le cognard revint à la charge, il le frappa en direction du sol où il fit un petit trou tandis qu’il l’immobilisait à l’aide de sa baguette. Être dévisagé par Eleana Jenkins était toujours bizarre, avec son visage sans défaut et son petit sourire en coin, elle donnait toujours l’impression de juger la personne, de s’amuser à comptabiliser tous les défauts qu’elle n’avait pas en femme parfaite.

« Je vois que tu t'entraînes encore. J'espère pour toi que tu t'es amélioré. »

« J’espère que tu n’es plus si mauvais que j’ai de la peine de devoir voler avec toi. J’espère aussi que tu ne fais pas honte aux quelques fois où j’ai sacrifié des précieuses minutes pour t’entraîner ». Nouveau sourire amusé. Il savait, du moins il se plaisait à croire que ce qu’il imaginait était faux, qu’elle n’était pas de mauvaise foi.

« Voyons, tu sais très bien que je fais exprès d’être en-dessous pour juste pouvoir revêtir l’uniforme sans subir la pression des matchs… Et puis, le numéro 8 me va bien au teint je trouve ! »

Carter avait une fâcheuse tendance à la dérision quand on abordait ce sujet si délicat pour lui de sa condition dans l’équipe. Encore plus quand il parlait de sa place dans l’équipe avec Jenkins. Déjà qu’il se sentait totalement ridicule avec la batte empruntée à tenter de défoncer consciencieusement l’anneau central à coups rageurs de cognard. Au moins, sa présence avait fait oublier sa frustration de s’entraîner à un poste qu’il ne tenait pas vraiment à occuper. Avec un sourire sarcastique aux lèvres, il pointa ces chers poteaux sur lesquels trônaient les anneaux.

« Du coup, tu vois, je m’évertue à viser les montants eux-mêmes et éviter comme la peste les anneaux, imagine si le cognard rentrait, les gens penseraient que j’suis bon. J’pense pas que quelqu’un puisse s’en remettre ! »

Oui, étrangement, lorsqu’il était avec la poursuiveuse, les sarcasmes n’étaient pas dirigés vers son interlocuteur mais vers lui-même. Comment voulez-vous être sarcastique avec quelqu’un comme Jenkins ? « Ah tiens, tu sais à quoi ton rire me fait penser ? A une symphonie d’un grand musicien ! » « Tes dents sont tellement blanches que même la neige est jalouse. » « Ton sourire est tellement envoûtant que Sevan passe pour un mec banal à côté. » Forcément… C’était compliqué de la railler.

« Enfin, je suppose que tu n’es pas venue pour voir mon extraordinaire talent sur balai ou pour te renseigner sur comment j’me coiffe. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

Oui, pour Carter, imaginer que Jenkins vienne de son plein gré sur le terrain pour venir le voir était… pas très possible. Pour lui, il y avait obligatoirement une raison pour que la belle daigne se déplacer jusqu’à son humble remplaçant.

_________________

/! Attention message important /!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéePoursuiveuseModératrice
    SERPENTARD
    7ème année
    Poursuiveuse
    Modératrice
AVATAR : + nina dobrev.
MESSAGES : 1481

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: en couple.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: Le 23 Décembre, en 1979, à Londres.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Mar 29 Déc 2015 - 23:28


always stronger.
Si Eleana avait pris soin de le regarder un tant soi peu avant de s'approcher, elle aurait remarqué l'humeur du jeune garçon. N'ayant pas pris cette peine, elle dut bien admettre qu'elle avait mis les pieds dans le plat. Toutefois, étant donné qu'elle ne s'en souciait pas, cela ne la gêna pas vraiment. Mais elle fut surprise de le voir décrocher un sourire. Peut-être en était-elle la cause ou non. L'espace d'un instant, elle avait pensé être envoyée sur les roses, mais les choses ne se déroulèrent pas comme elle l'avait appréhendé. Comme toujours. Son sourire réapparut. Elle appréciait le caractère de Dan. De ce côté-là, il s'avérait bien plus plaisant que Jake et Hawthorne. Ayant la chance de les avoir tous les trois dans l'équipe, elle avait l'opportunité de les embarrasser à tout moment, ce qui la ravissait. Elle avait plus d'occasion avec Jake et Hawthorne, au cours des entraînements et aux vestiaires. Ces trois-là représentaient ses distractions préférées. Pour plus d'explications, elle était conscience de l'effet qu'elle avait sur eux et en jouait. En ce qui concernait Jake, cela remontait à plus longtemps. Pour les deux autres, cela devait durer depuis plusieurs fois. Elle ne s'en lassait pas. A ce propos, ils avaient chacun une réaction différente. Tandis que Jake la fusillait du regard, la détestait plus encore et essayait de l'éviter, Hawthorne se contentait d'être gêné, de ne plus savoir quoi dire et de rougir même parfois. Dan, lui, était doté d'une dose d'auto-dérision et n'hésitait pas à faire preuve de sarcasme, ce qui amusait Eleana. Il le cachait, faisait comme si rien n'était, alors que l'un comme l'autre savait qu'il en était autrement. Pour elle, cela se résumait juste à un jeu qu'elle voulait gagner, Eleana s'amusait à le taquiner, à le pousser dans ses retranchements afin de l'embarrasser, d'obtenir une quelconque réaction, de lui prouver qu'il ne pouvait pas le cacher.
Cela avait des bons côtés d'être la seule équipière féminine de l'équipe. Surtout des bons côtés. Néanmoins, la présence de Geny au poste de gardienne lui manquait, même si elle ne le montrait pas. Pourtant, Foster avait fait ses preuves au cours du match précédent, si bien que personne ne pouvait le critiquer. Sa place était alors définitive. Même si elle s'en était réjouie pour le bien de l'équipe, elle avait ressenti un léger pincement au cœur. Au fond d'elle, elle savait très bien que dans un avenir plus ou moins proche, Geny risquait de ne plus lui adresser la parole. Le quidditch aurait été une bonne occasion de la voir. La serpentard occupait la place de remplaçante à présent, c'était mieux que rien, mais différent tout de même.

Eleana se surprit à sourire sincèrement, sans espièglerie ni moquerie. N'importe qui doté d'une paire d'yeux pouvait voir ce qui se passait chez Carter. Elle en avait discuté une fois avec Sevan. Néanmoins, elle évitait de traiter de ce sujet avec lui. Pour la simple raison qu'on lui avait longtemps reproché d'avoir confié le poste de poursuiveur à ses proches, Ethan, son meilleur ami et Eleana, sa petite amie. L'un comme l'autre n'avait pas vraiment supporté ça et s'était évertué à prouver leurs capacités et leur mérite à chaque entraînement, et en particulier lors du match. Eleana estimait cette tâche réalisée avec succès. Personne ne pouvait plus la critiquer, ni elle ni Sevan, ni même Ethan. S'ils avaient obtenu ce poste, c'est par leur mérite, et seulement grâce à ça. Ce qu'ils ignoraient, c'est qu'Eleana n'aurait jamais accepté une quelconque faveur de la part de Sevan, par fierté, et ce dernier le savait pertinemment. De toute manière, Sevan, malgré ce qu'on médisait à son encontre, n'était pas de ce genre-là. Alors qu'elle regardait Carter, elle se demanda si Dan avait été de ceux-là. Sûrement, lui qui attendait une place depuis un bon moment déjà. Sa patience était mise à rude épreuve, vraisemblablement. Cela se sentait. Par son expression, ses gestes, son regard. Il évitait de le montrer. Toutefois, cela faisait un moment qu'elle l'observait, et n'importe qui ayant hérité d'un cerveau en état de fonctionner pouvait le deviner. Elle ne devait pas ça à sa perspicacité et à son sens de l'analyse, mais à une déduction.

« Quoi ? Il y a forcément une raison ? Je ne peux pas venir te voir simplement ? » fit-elle d'un air innocent, comme si elle n'avait que de pures intentions, le défiant de dire le contraire. « Tu sais, je ne prendrais pas la peine de passer du temps avec toi si je te croyais minable ou inintéressant » poursuivit-elle, sincèrement cette fois-ci, ce qui relevait du plus merveilleux des compliments de sa part. Elle s'immobilisa, postée à côté de Dan, et croisa les bras sur sa poitrine. Elle l'estimait bien mieux que d'autres, pour plusieurs raisons. Il était intéressant (ce qui était extrêmement subjectif, et rare à ses yeux). Déterminé. Et ne râlait pas à tout bout de champ en se victimisant de manière horripilante. Elle en avait connu et méprisait ces gens-là. De manière générale, elle éprouvait du mépris pour les personnes qui se prenaient la liberté de plaindre pour des choses insignifiantes, ou se plaindre tout court. Elle préférait nettement ceux qui ravalaient leur mécontentement et faisaient tout en œuvre pour obtenir ce qu'ils désiraient. La jeune femme aimait particulièrement ça chez Dan, c'était ce qui la poussait à l'aider, en dehors du fait qu'elle adorait jouer avec lui, à sa manière, précisons-le. « Le poste de batteur t'intéresse, maintenant ? » l'interrogea-t-elle en suivant des yeux les mouvements qu'il exécutait. Le coup partit, et à cet instant, elle se remémora le match. Sa main remonta vers son épaule, où le cognard avait frappé quelques jours plus tôt. Elle ne ressentait plus vraiment la douleur, ce fut les premiers jours les pires. Heureusement, elle n'avait rien de casser, mais le souvenir restait là. Eleana s'était promis de le faire payer au responsable. La victoire qu'avait obtenue son équipe lui avait coupé l'herbe sous le pied et l'avait empêché de houspiller Jake, qui évidemment, avait passé son temps à jouer à la gueguerre avec les batteurs de Serdaigle au lieu d'assurer ses arrières. « Tu auras tes chances, l'année prochaine. Tu anticipes ainsi le départ de Jake... » Ce constat lui fit bizarre, elle n'imaginait pas tellement Poudlard sans Jake. Ce qu'elle n'admettrait jamais. Elle ignorait même si elle le reverrait un jour. Il y avait peu de chances. « Ce n'est pas une mauvaise idée » se contenta-t-elle de commenter, le visage impassible. « Après tout, tu es plus méritant que certains. » Elle remarqua son air surpris « Ne joues pas les étonnés. Tu t'entraînes régulièrement et tu ne te décourages pas, c'est bien mieux que d'autres ... Puis, entre l'un qui préfère s'amuser avec les batteurs de Serdaigle, et l'autre qui est incapable de toucher une balle, ta présence ne serait pas de refus ». En vérité, il fallait relativiser : Jake avait assumé son rôle et restait un bon joueur qui l'avait prouvé à maintes reprises, et Stefan était nouveau, le stress du premier match avait dû influencer. Du moins, elle l'espérait. « Au moins, je suis sûre que tu aurais veillé sur moi » dit-elle soudainement, avec un nouveau sourire qui en disait long.


_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Jeremy Irvine
MESSAGES : 267

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: :hehe:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 11 mai 1982 à Newcastle
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Mer 30 Déc 2015 - 3:46

Il ne pouvait pas se targuer de faire partie des rares personnes qui connaissaient vraiment Jenkins. Il lui arrivait de lui parler, que ce soit dans les entraînements ou encore quand il squattait avec Sevan, mais tout cela restait superficiel. Et une partie de son esprit lui disait que c’était très bien ainsi… Garder ses distances, ça voulait dire garder le contrôle sur soi. De ce fait, il n’avait que peu de certitudes sur elle. Parmi elles, une évidence se dégageait : le sourire innocent d’Eleana n’était jamais, Ô grand jamais innocent. Il trahissait cruellement la domination qu’elle avait sur lui en un seul mouvement. C’était ce sourire qui le rendait complètement impuissant et le troublait. Elle le savait, et en abusait. Toutefois, il était fort loin de lui en vouloir. Aussi étrange que cela pouvait paraître, il était « bon joueur » dans le sens où il prenait toujours le défi, tentait toujours de la surprendre par ses réactions, même si sa défaite était écrite à l’avance, parce qu’il ne pouvait pas tricher contre elle. Et puis, aussi troublante qu’elle pouvait être, il ne pouvait pas refuser son jeu, parce qu’il y prenait aussi du plaisir, en quelque sorte.

Alors quand elle lui disait qu’elle venait simplement le voir pour venir le voir, il était partagé entre son complexe d’infériorité qui refusait catégoriquement cette hypothèse et une certaine joie de se dire qu’il était possible qu’elle le considère pour un mieux que rien. Et dans le doute, c’était toujours le sourire qui gagnait. C’était rare de voir Dan râler ou tirer une tête de six pieds de long. Il savait que c’était ce qui contribuait à faire en sorte que les gens ne l’estiment pas comme une personne chiante, peu importait s’il était victime de sarcasmes, s’il souffrait ou encore s’il était déçu par une décision. S’il n’était pas seul, il sourirait. Toujours. Alors, il continuait à sourire alors qu’il reprit la batte en main et balança le cognard directement dans l’anneau central. Parce que c’était plus productif que d’ouvrir la bouche en bavant parce qu’il venait de recevoir un compliment de la part d’Eleana. Il se prouvait dans le même temps qu’il était capable de se surpasser même sous la pression. Ça lui fit plaisir.

Au lieu de se moquer sur le fait qu’il ne faisait rien d’autre de sa vie que s’entraîner pour rien du tout, elle se fendit d’une constatation. Et même s’il n’attendait aucunement une quelconque approbation, son sourire s’élargit un peu lorsqu’elle évoqua que c’était une bonne idée. Pour autant, il continuait à douter par rapport à ses chances, bien entendu, il voulait y croire, se dire que cette fois, ce ne serait pas encore un extérieur à l’équipe qui prendrait la place vacante. Il le prendrait mal, remplaçant pour le dixième match consécutif, ce serait violent. Certainement un nouveau record. Et il savait que même dans ce cas, il n’aurait pas le cœur de s’en aller, de claquer la porte à l’équipe. Pas tant que Sevan, Eleana et à moindre mesure Ethan étaient là. Pour une stupide idée de réputation à garder. C’était très probablement idiot, mais malgré son rôle de roue de secours et ses non-titularisations, il était persuadé de bénéficier d’une quelconque confiance, d’un quelconque respect de la part des trois. Ça le forçait à ne pas abandonner. Il ne put s’empêcher d’arquer un sourcil. Il quitta des yeux le cognard encore au loin pour les reporter sur sa camarade. Gosh… Ce regard. Ce visage. Elle avait vraiment un truc spécial, un truc de Vélane, c’était obligé, on ne pouvait pas être autant… Eleana…

Et il y trouva une trace de sincérité. Même plus qu’une trace. Et encore une fois, ce qui ressemblait pour Dan à un déluge de compliments tomba. En fait, rien que cette phrase effaçait quasiment toute l’amertume contenue en lui… Et ça lui déplut. Elle avait un contrôle un peu trop important sur lui, beaucoup trop important. Un léger sourire en coin subsista tout de même sur les lèvres. Après tout, ça restait un compliment et ça lui faisait miroiter de bonnes chances. Et puis, il était vrai qu’il serait capable de dépasser Stefan au vu du match catastrophe qu’il avait livré, constamment mis à mal par l’ex Bouboule devenue un peu trop enragée. Il reporta alors son attention sur la balle de fer qui revenait très énervée.


« Au moins, je suis sûre que tu aurais veillé sur moi. »

Complètement pris de court, il dévissa complètement son cognard qui partit s’envoler loin dans les nuages, ne frôlant même pas un seul anneau. Il accorda un regard à Eleana en sachant pertinemment qu’il allait le regretter. Ce fut le cas. Ah cet air joueur, ce haussement de sourcils qu’il aurait considéré sur n’importe qui d’autre comme un geste vulgaire et hautain. Pas du tout dans cette situation. Il voyait simplement ça comme un mouvement joueur. Et quand elle jouait, elle ne faisait pas semblant. Ses nerfs allaient avoir du mal à faire long feu. Et ce petit sourire… Il ne voulait même pas en parler. Il arbora alors le sourire de la défaite. Bien-sûr, il n’était pas ridicule, mais c’était le sourire « Bravo, t’as gagné la première bataille. »

« Bien entendu, pourquoi crois-tu que je m’entraîne ? Que c’est réellement parce que le poste de batteur m’intéresse ? Ou parce qu’une place se libère ? » Son sourire s’était enfin décidé à retrouver de la contenance tandis qu’au prix d’un effort exceptionnel, il parvint plus de quelques secondes à soutenir le regard de la princesse qu’il devait protéger. Il avait même retrouvé son ton sarcastique. La dérision. La survie par la dérision. C’était ce qui importait. Cette fois, il envoya le cognard à nouveau dans l’anneau central, lui arrachant un discret, mais visible, soupir de soulagement. Il se tourna à nouveau vers elle, un sourire plus assuré sur le visage. « Non, c’est juste que j’ai… tellement souffert pour toi quand tu as été touchée. Tu te doutes bien que je ne pouvais pas décemment laisser faire ça. Je ne pouvais plus laisser des incapables veiller sur toi. » Un petit problème résidait dans le fait que ce qu’il disait, malgré son air moqueur n’était pas totalement faux. Quand Hopkins avait balancé son cognard sur Eleana, et qu’elle avait été touchée, il avait à la fois juré sur le coupable direct et sur les deux batteurs de son équipe. Mais ça, il n’avait pas besoin de le dire. Elle le savait déjà… Cependant, ça n’avait nullement été un facteur déterminant de son changement de poste. La perspective d’être titulaire était bien plus alléchante. Quoique tout bien considéré… Être le chevalier protecteur d’Eleana avait son charme.

« Je sais. Je sais au fond de moi que c’est à moi de le faire, que je saurais veiller sur l’équipe et sur toi ! » S’il s’était agi de quelqu’un d’autre, n’importe qui dans cette école, il aurait mimé un regard enflammé en s’emparant des mains de la personne. S’il s’était agi de n’importe qui d’autre, il aurait joué l’amoureux transi. Sauf que c’était Eleana. Et qu’il ne voulait surtout pas se rapprocher d’elle ou créer le moindre contact physique. Trop risqué, il ne voulait surtout pas ressentir plus pour elle que de l’admiration. « Je suis ravi que nous soyons sur la même longueur d’ondes. » Il détourna enfin son regard, surpris d’avoir pu la regarder aussi longtemps sans qu’un filet de bave ne s’échappe. Une fois de plus, il expédia le cognard vers les anneaux, celui de gauche cette fois. Cette petite séance d’entraînement le sauvait. Sans elle, il aurait certainement déjà coulé. Non seulement elle lui permettait avec légitimité de ne pas garder en permanence son regard sur le visage troublant de son ainée, mais en plus, il gardait les mains sur la batte. Cela pouvait paraître stupide, mais ne pas se concentrer sur où mettre ses mains pour ne pas avoir l’air ridicule ou coincé, ça lui permettait de pouvoir maintenir son sourire en place. Un sourire fragile. Avec le pouvoir qu’elle détenait sur lui, en une phrase, en un mot, en un geste, elle pouvait complètement le déstabiliser. Il n’aimait pas ça. Ou peut-être que si. Il n’en savait trop rien.

_________________

/! Attention message important /!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéePoursuiveuseModératrice
    SERPENTARD
    7ème année
    Poursuiveuse
    Modératrice
AVATAR : + nina dobrev.
MESSAGES : 1481

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: en couple.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: Le 23 Décembre, en 1979, à Londres.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Mar 12 Jan 2016 - 0:03


always stronger.
L'effet escompté ne se produisit pas. Du moins, pas exactement. La réaction qu'eut son interlocuteur la surpris, pour finalement l'emplir de contentement. Eleana suivit du regard le cognard qui filait, loin des anneaux qui surplombaient le stade. Un sourire espiègle se dessina sur ses lèvres. Si elle avait besoin de nouvelles preuves, ce qu'il venait de se produire suffisait largement. Elle avait eu le mérite de l'avoir pris de court. Tant mieux. Elle appréciait particulièrement ça, déconcerter ses interlocuteurs, être imprévisible. Sevan l'avait qualifiée ainsi, une fois. Elle ne pouvait le démentir. Au contraire, d'autres la trouvait prévisible, pour une raison évidente : Ils la connaissaient. Cela paraissait dérisoire, pourtant, parvenir à cet état de fait n'était pas aisé. Eleana pouvait compter les personnes ayant réussi cet exploit sur le doigt d'une main. Pour elle, cela sonnait comme une bonne chose, nullement comme un handicap. A ses yeux, moins elle se liait, mieux c'était. Elle s'évitait des blessures et des inconvénients. Elle s'assurait que les personnes présentes dans son cercle restreint n'auraient pas l'idée d'abuser de ce qu'elles savent, d'user des informations à leur disposition pour la mettre dans une position délicate. Evidemment, on ne pouvait être sûr de rien, de nos jours. La trahison pouvait survenir n'importe quand, à l'endroit même qu'on aurait jamais soupçonné. A défaut d'avoir cette garantie, que personne ne pouvait jamais obtenir, Eleana plaçait une totale confiance en eux. Peut-être le regretterait-elle, un jour. Comme cela avait été le cas par le passé. Néanmoins, seul l'avenir pouvait le dire.

Dan jouait son jeu, usant de cette ironie si familière. Il avait retrouvé son sourire. Eleana continuait de le dévisager, de le fixer presque avec insistance. Cette fois-ci, il visa juste : Le cognard rentra dans l'anneau central. Eleana observa la scène, l'espace de quelques infimes secondes, avant de se reconcentrer sur son camarade. Qui semblait soulagé d'avoir réussi son coup. Eleana n'ignorait pas qu'il en vienne à se décourager, à se rabaisser intérieurement, probablement. Une passe inévitable que tout adolescent connaissait, un jour ou l'autre. Le sourire du garçon se fit plus confiant. « Tu m'en vois soulagée » répondit-elle, tout d'abord, continuant sur le même terrain. Elle ne prit pas la peine de le corriger ; à ses yeux, Cleaver et Hawthorne n'étaient que des incapables. Cleaver se révélait être l'exception, certes. Son amertume et son agacement la poussait à l'injurier et à le maudire intérieurement. Si les regards pouvaient tuer, Cleaver serait mort à ce moment-là. En même temps, peut-être avait-il saisi l'occasion de se venger, sur son comportement. Cela ne la surprendrait même pas. Mais elle savait qu'il n'en était rien, Cleaver tenait à la réussite de Serpentard. Ou du moins, terminer sa carrière au sein de l'équipe en beauté – elle l'espérait. Il ne se serait jamais abaissé à ça. Non, il s'était juste comporté comme un Cleaver, dans toute sa splendeur. Elle ignorait si son égo avait été blessé par la performance de la batteuse Levinstone. En tout cas, elle avait dû sérieusement l'irriter. Si encore, Hawthorne se serait révélé utile... Toutefois, le petit nouveau s'était contenté d'essuyer presque constamment des échecs. D'après ce qu'Eleana savait, en tout cas. Ce qui était sûr, c'était que s'il avait cherché à impressionner son public et ses camarades, son échec avait été cuisant. L'euphorie suscitée par leur victoire l'avait empêchée d'échapper le moindre commentaire, à aucun d'entre eux. Cependant, il ne faisait aucun doute qu'elle n'en pensait pas moins. Hawthorne n'était pas de mauvaise volonté. Peut-être avait-il seulement pas eu de chance. Mais elle comprenait l'agacement de Carter, en voyant ce genre de spectacle. Elle espérait seulement qu'il s'améliore l'année suivante, s'il décidait de rester dans l'équipe.

Sans trop savoir comment, elle en vint à détailler Carter de haut en bas. Non de manière condescendante, mais comme si elle analysait scrupuleusement. Contrairement au poste de poursuiveur, qui exigeait de la rapidité et de la vivacité, le poste de batteur demandait tout autre chose. Elle n'aurait pas pu assumer le rôle de batteur. Attrapeur, à la limite, elle était suffisamment légère et rapide pour ça. Toutefois, elle ignorait pourquoi, mais le poste de poursuiveur s'était imposé comme une évidence. Contrairement à ce qu'on pouvait croire, elle n'avait pas détonné aux côtés de Farell et de Breckenridge. Faisant une cible plus petite, cela l'avantageait même. La force physique ne comptait pas réellement, hormis dans les confrontations. C'est pourquoi, Eleana les évitait au possible.
Au premier abord, on imaginait pas Carter au poste de batteur. Pourtant, il semblait que ce rôle soit le seul qui lui soit accessible. Parfois, elle oubliait qu'il n'avait que quinze ans. Un gamin, pour elle. L'année prochaine, il ne serait qu'en cinquième année, et elle entamerait sa dernière. Pourtant, il commençait à s'étoffer – les nombreux entraînements facilitaient cette progression. Il en briserait des cœurs, plus tard, si cela n'avait pas déjà commencé. « Tu sembles bien sûr de toi » lui répondit-elle, du tac au tac. A ce moment-là, elle regretta de ne pas avoir pris son balais. Une petite séance d'entraînement n'aurait pas été de refus, ne serait-ce que quelques minutes. Cela lui aurait permis de s'aérer l'esprit. Et plus encore. Un nouveau coup, et le cognard repartit, cette fois dans la direction de l'anneau de gauche. « Je suppose qu'on verra ça l'an prochain » continua-t-elle, se déplaçant un peu, sans le quitter des yeux pour autant : « Mais attention. Si tu arrives à obtenir ce poste, les exigences ne seront plus les même... » Elle s'approcha, l'air de rien, fit mine de toucher son avant-bras afin de capter toute son attention, avant de poursuivre sur un ton nettement plus suave, les yeux plongés dans les siens : « Comptes sur moi pour ne pas te quitter des yeux ». La jeune femme pivota d'un geste vif, se replaçant sur le côté, lui redonnant le champ libre pour s'occuper du cognard à temps. Un nouveau sourire éclaira son visage, mais ne parvint pas à crédibiliser son faux air angélique : « Je t'ai distrait ? ». Un petit rire quitta la barrière de ses lèvres :« Toujours rester concentré, Carter. Toujours ».


_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Jeremy Irvine
MESSAGES : 267

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: :hehe:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 11 mai 1982 à Newcastle
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Dim 17 Jan 2016 - 2:39

Une nouvelle fois, le cognard vint rentrer dans l’anneau d’or. Pour autant, il ne se faisait pas d’illusions. Il savait qu’il n’y avait que savoir viser au sol avec une batte n’avait rien à voir avec le poste de batteur sur un vrai match à vrai enjeu. Ce qu’il faisait en ce moment, même Murray pouvait le faire. Le reproduire sur un balai, c’était autre chose. Le reproduire sur un balai en match avec le regard de toute l’école, c’était encore autre chose. Il ne sous-estimait pas les effets de la pression. Par conséquent, le fait qu’Eleana soit venue interrompre sa session solitaire d’entraînement était une bonne chose. Parmi les personnes qu’il ne voulait pas décevoir par des performances catastrophiques, la belle était très haut placée. Et avant chaque coup de batte, il avait cette sorte de fourmillement dans les bras et une motivation supplémentaire dans le regard. La pression de son ainée lui permettait de se surpasser… A part ce malheureux coup parti dans les nuages évidemment…

Le niveau supérieur de pression s’enclencha alors. Non seulement elle lui parlait, mais en plus, elle s’était mise à le scanner. Il fit d’énormes efforts pour ne pas se liquéfier sur place ou partir en courant et parvint à frapper dans le cognard sans avoir l’air trop ridicule. Carter le savait, il n’avait pas le physique du batteur habituel. Il était bien trop mince et pas assez bien bâti. Le savoir le complexait bien suffisamment, le regard d’Eleana n’arrangeait clairement pas les choses. Il avait toujours l’impression de voir cette lueur amusée dans ses yeux. Et dans ce cas-là, la blague, elle ne sortait pas de sa bouche, c’était son corps !

Il retint un soupir désespéré. Il n’était pas taillé pour être batteur. Et si un septième année à la carrure de rugbyman demandait à avoir sa place ? Il aurait sans aucun doute une plus grande force que lui dans le cognard. Il aurait vraiment préféré être poursuiveur tout de même… Il refrappa avec d’autant plus de hargne dans la balle en fer. Il allait devoir se mettre à la musculation il semblerait !
« Tu sembles bien sûr de toi ? » Eh bien, il semblait que ce cher Carter soit un sacré bon acteur. Ou alors qu’Eleana était très bonne en sarcasmes. Il n’était pas sûr de lui. C’était rare d’ailleurs. Il avait l’habitude d’avoir confiance en lui. Que ce soit en potions, que ce soit pour les examens à venir, que ce soit pour ses capacités de survie en heures de colles dans les serres, que ce soit sur ses qualités d’orateur. Le Quidditch était bien un des derniers domaines où il ne se sentait pas tout à fait à l’aise. Principalement par son manque de talent qu’il compensait par un excès de travail.

Puis, comme si la pression de jouer en face de la grande Eleana Jenkins ne suffisait pas, voilà qu’elle s’attelait à lui mettre la pression. Il savait pertinemment que les exigences seraient bien différentes. Il faudrait frapper des cibles mouvantes qui ne tenaient pas à se faire désarçonner par une balle en fer. Il faudrait aussi éviter celles de l’adversaire. Il faudrait enfin arriver à créer une entente avec son partenaire batteur pour ne pas faire des choses redondantes et donc être deux fois moins efficace que les adversaires. Il avait conscience de tout ça. Et même si cela ne lui servirait à rien si jamais il n’était pas titularisé. Il ne comptait pas changer sa politique de travail dans ce domaine. Alors qu’un nouveau coup expédia le cognard sur le bord de l’anneau de droite, elle se plaça devant lui, amorça un geste en direction de son bras qu’elle n’acheva pas et planta ses yeux dans les siens. Ne pas le quitter des yeux hein ? Une ébauche de sourire à mi-chemin entre gêné et constipé apparut sur son visage face à la voix presque provocante d’Eleana. Cette dernière se décala alors, lui laissant le champ libre pour frapper dans le cognard qui dévia légèrement de la trajectoire et passa quelques centimètres à gauche de l’anneau central. Il laissa échapper une légère grimace. Dans le même temps, le petit rire d’Eleana retentit telle une douce musique dans les airs. Il voulut alors rétorquer assez sèchement que si elle ne lui faisait pas une déclaration en plein match ou si une bourrasque de vent déchirait ses vêtements, les distractions seraient plutôt minimes. Il ne le fit évidemment pas. Parce que c’était Eleana. Ah, il se détestait des fois.

S’offrant d’abord un nouveau coup dans la balle de fer, il reporta ensuite son regard sur le visage de la brune. Ah ce petit sourire en coin… Il était toujours incapable de savoir s’il aimait ou détestait ce sourire.
« Voyons, c’est juste pour te faire croire que tu as une emprise sur moi ! » En réalité, ce n’était pas uniquement parce qu’il voulait lui faire croire quelque chose évidemment… Ce sourire en coin avait bien plus d’effet qu’il voulait l’admettre lui-même. En fait, cette parole avait plus pour but de se mentir à lui-même plutôt que de tenter de tromper Eleana. « Je suis trop gentleman pour te faire croire que ton regard ne me déstabilise pas. » Oui, Carter et gentleman sont en réalité des antonymes. Encore que ce n’était probablement pas tout à fait vrai envers Eleana qui était quand même une exception. Il expédia une nouvelle fois le cognard vers les anneaux et leva sa main libre pour récupérer son propre balai au sol qu’il tendit avec un sourire à Eleana. « Garder ma concentration en te prenant comme cible, ça peut le faire non ? » En fait, il n’était pas particulièrement friand de sa propre idée. Outre le fait qu’il ne tenait pas particulièrement à blesser Eleana en la visant clairement, il ne tenait pas non plus à s’humilier en ratant tous ses coups. Non, c’était vraiment pas une bonne idée. « Tu n’aurais pas peur d’un novice quand même ? » La logique était simple, il avait proposé une idée, il estimait ne pas pouvoir faire marche arrière. Il s’était englué dans un sacré bourbier.

_________________

/! Attention message important /!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéePoursuiveuseModératrice
    SERPENTARD
    7ème année
    Poursuiveuse
    Modératrice
AVATAR : + nina dobrev.
MESSAGES : 1481

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: en couple.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: Le 23 Décembre, en 1979, à Londres.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Lun 4 Avr 2016 - 10:47


always stronger.
La direction prise par le cognard que Carter venait de renvoyer la fit sourire doucement, et même rire un peu. Néanmoins, son rire s'estompa bien vite. Une légère brise souleva ses cheveux, et elle retint quelques mèches avec ses doigts, alors qu'un nouveau coup se fit entendre. Ce son était devenu tellement caractéristique. A peu de choses près, elle revoyait parfaitement le match : L'ambiance, les cris des spectateurs (Qui, pour la plupart, acclamaient Serdaigle), le bruit des cognards, tout. Absolument tout. « Voyons, c’est juste pour te faire croire que tu as une emprise sur moi ! » Son sourire s'élargit et elle rit de nouveau, laissant deviner à son interlocuteur son niveau de crédibilité. « Vraiment ? » rétorqua-t-elle, son amusement perçant dans sa voix. « Je suis trop gentleman pour te faire croire que ton regard ne me déstabilise pas. » « Évidemment » répondit-elle, tout en le fixant d'un air entendu. Bien qu'en réalité, il n'avait pas besoin de le faire. Keira avait été consciente du pouvoir qu'elle exerçait bien des années auparavant, et en jouait depuis. Si bien qu'à force, elle ne doutait nullement d'elle à ce niveau. La seule fois où elle s'était remise en question, c'était à cause d'Erin. Ce qui expliquait, en partie, son antipathie à son égard dès lors.

Elle n'avait jamais été particulièrement fan de Quidditch, comme certains pouvaient l'être, presque de manière exagérée. Mais elle appréciait ce sport, ainsi que tous les sports en général. Le Quidditch lui permettait d'oublier. La sensation de voler s'avérait tout bonnement incomparable. C'est pourquoi, elle avait tout simplement adoré son premier cours, en première année, comme bon nombre d'élèves. Elle se souvenait encore de la manière dont elle s'était émerveillée de ce qu'elle pouvait faire, telle la gamine qu'elle était alors. Loin était cette enfant, désormais. Six années s'étaient écoulées, et tant de choses s'étaient produit. En tant que n'importe quel adolescent, elle avait énormément évolué, et ne cessera jamais de le faire. Brusquement, le souvenir d'Hana lui revint à l'esprit et son sourire en coin se fana complètement. Elle ignorait pourquoi cela lui revenait si souvent. Peut-être était-ce son symbolisme : Que jamais, au grand jamais, on ne se retrouvait à l'abri, que la vie était trop courte, qu'il fallait profiter de chaque instant, si insignifiant soit-il. Parce que ce moment, si dérisoire, Hana en était privée à tout jamais. Pour cette raison, cette idée que personne ne pouvait être tenu à l'écart du danger, Eleana avait pris les devants. Son projet avait mûri dans son esprit, petit à petit, lentement mais sûrement. Elle se rapprochait du but, tant espéré. Et aspirait plus que tout à atteindre son objectif. De ce fait, elle s'était un peu trop reposée, un peu trop partagée entre différentes choses, si bien qu'elle en avait oublié les examens. Une mauvaise idée, si on tenait compte de son objectif professionnel. Elle ignorait les conséquences qu'engendreront les événements de cette année. Peut-être n'aura-t-elle même plus l'occasion de rejouer en Quidditch. Elle aimerait, pourtant. Continuer sa dernière année, histoire de profiter un maximum de sa scolarité, et ainsi, contribuer à gagner la coupe pour sa maison. Eleana reprit ses esprits quand elle prit conscience que son camarade lui tendait son balais. Son regard se porta de nouveau sur son visage, et comprit qu'il lui proposait de s'entraîner ensemble. Elle s'apprêtait à refuser, prétextant qu'elle ne devait pas perdre de temps, afin de pouvoir rejoindre Charlotte quelques instants après – comme elle l'avait promis la veille. « Tu n’aurais pas peur d’un novice quand même ? » Elle devait refuser. Dans son regard, se lisait clairement son hésitation première, puis son regard qui devenait acéré en l'entendant insinuer qu'elle pouvait craindre d'être touchée. Aussitôt, elle voulut le contredire, lui prouver qu'elle méritait sa place dans l'équipe. Ce qu'elle avait essayé de prouver tout au long des derniers mois. Le meilleur moyen de la pousser à accepter. « Soit, » commença-t-elle en s'emparant de son balais « Pour toi, j'accepte. Tu as trois chances ». Outre le fait qu'elle était curieuse de le voir à l'oeuvre, elle n'allait pas devoir tarder à rentrer – dans quelques minutes, et... une part d'elle souhaitait lui montrer, comme dit plus haut, qu'elle avait le niveau suffisant pour avoir obtenu son poste de poursuiveuse. De plus, elle n'avait aucune protection. Elle n'allait pas tenter le diable et lui laisser une infinité de chances. Trois coups. Elle pouvait gérer ça. La jeune femme enjamba le balais et se mit en position, et ne put s'empêcher de se tourner vers lui au dernier moment, pour le provoquer, histoire qu'il prenne ça avec un minimum de sérieux : « Essaies de viser droit ». Un coup de talon, et elle s'envolait. Heureusement qu'elle portait une veste. Eleana s'envola suffisamment haut, fit demi-tour afin de se retrouver pile face à Dan. Ses cheveux ondulant légèrement autour d'elle, elle écarta légèrement les bras, l'air de dire, réussis si tu le peux.



_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Juin 1997) || always stronger ► Dan. Aujourd'hui à 4:53

Revenir en haut Aller en bas

(Juin 1997) || always stronger ► Dan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Gazette de Juin 1997» [2 juin 1997] « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder » O. Wilde» [Juin 1997] Petite plaisanterie entre amis» Le portrait [Juin 1997] [PV Elwyn MILLER ♥]» [2 Juin 1997] Mourir de jalousie, c'est mourir d'amour aussi
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-