AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NUNCABOUC5ème année
    NUNCABOUC
    5ème année
AVATAR : Timothée Chalamet
MESSAGES : 237

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Friendzoné
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 5 décembre 1981 ~ Édimbourg
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: [Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains ! Dim 29 Nov 2015 - 16:37

Le silence régnait ce soir-là dans la salle commune des Serdaigles. Comme souvent en fait. Les examens approchant elle se changeait tous les ans en véritable salle de révisions. Ainsi, chacun lisait, annotait, écrivait, relisait, de son côté, sans dire un mot.
Dans un coin, un jeune homme et une jeune femme discutaient et se papouillaient, chuchotant pour ne pas trop déranger, mais arrivaient quand même à s'attirer quelques regards courroucés de temps en temps lorsqu'un éclat de rire niais venait perturber ceux qui avaient d'autres préoccupations que les deux tourtereaux.

Simon travaillait lui aussi. Enfin il essayait. Il avait tout un chapitre d'histoire de la magie à revoir, parce qu'il n'avait pas réussit à le suivre en classe. En même temps, il devait bien admettre que c'était passablement insupportable, ce cour, même lorsqu'on était assit à côté de Brave et qu'on avait une tonne de choses à lui dire. Le professeur lui faisait penser à Rondoudou, le Pokémon.
Mais qu'est-ce que Pokémon, diraient les amis sorciers de Simon ? C'était un jeu vidéo sorti l'année précédente auquel Simon avait eu le droit pour Noël, lorsqu'il avait rejoint sa famille. C'était l'un des rares jeu auquel il puisse jouer, parce qu'il n'avait pas besoin de deux mains pour en profiter. Il adorait ce jeu, mais n'avait pas pu le prendre à Poudlard, à cause de la restriction sévère sur la technologie moldue dans l'école. Alors en attendant, il y jouait pendant les vacances, et il avait vraiment hâte d'y être, pour pouvoir continuer sa quête, pour devenir le meilleur dresseur !
Bref, toujours était-il que comme Rondoudou, le professeur d'histoire de la magie avait la capacité d'endormir son auditoire grâce à sa voix. Simon n'était probablement pas le premier parmi les né-moldus à se faire la réflexion, mais cette comparaison lui plaisait, bien qu'elle ne touche qu'à l'aspect soporifique des deux, parce que le prof ne ressemblait pas à une grosse boule dotée de mains et de pieds collés directement à son torse. (Cette idée fit un peu peur à Simon à vrai dire, il aurai peut-être pu naître avec une main gauche directement collée à l'épaule, mais sans bras entre les deux...)

Non, Simon n'arrivait pas à se concentrer ce soir-là, il n'était pas très efficace. Dés qu'il lisait un passage de son livre, il commençait à divaguer. Mais il fallait le comprendre, le jeune homme : cette soirée-là, il avait prévu avec Kenneth d'expérimenter ce que ça ferait d'avoir deux bras. Et pour cela, rien de plus simple : ils allaient, à l'aide d'ingrédients préalablement chipés à la salle des potions, préparer du polynectar, qui servirait à donner à Simon l'apparence de n'importe qui doté de deux bras. Ainsi, celui-ci pourrait voir ce que ça fait d'avoir une main gauche (avec le bras gauche qui va avec, pas juste une main collée au bout de son épaule.
Qu'est-ce qu'il avait hâte ! Il avait peur aussi, un peu, parce qu'il n'avait aucune idée de ce qui pourrait lui arriver s'ils se faisaient chopper : c'était du vol, mais c'était quand même pour une bonne intention... Était-ce vraiment dommageable ? Très certainement. Il y avait quand même du vol d'identité en jeu.
Toujours était-il que puisque c'était Slughorn le professeur de potions, il n'y avait pas vraiment de risques à s'aventurer dans cette salle. Pour la concoction de la potion, ils iraient se planquer dans une des salles inutilisées, ouverte à coup d'Alohomora. Ou dans des toilettes, ça marcherait aussi, personne n'y allait le soir.

Un des autres points qui jouait à l’excitation de Simon était le fait qu'il allait passer la soirée seul avec Kenneth. Il l'adorait, l'admirait, et chérissait sa compagnie. Il se sentait toujours bien lorsqu'il était avec Kenneth, voire plus que lorsqu'il était avec Brave ou n'importe qui d'autre. Kenneth dégageait toujours cette joie de vivre et ce côté espiègle qui avait le don de changer les idées de n'importe qui, Simon y comprit. Ainsi, cette soirée promettait d'être doublement exceptionnelle.

La salle commune se vidait peu à peu. Dés qu'elle serait vide, Simon partirait rejoindre Kenneth. Ils s'étaient donnés rendez-vous dans un des étroit couloirs près de la salle des potions, là où il était facile de se cacher dans l'obscurité et dans les multiples coins et recoins des environs.
Étonnamment ce furent les deux tourtereaux qui partirent en dernier. Dit comme cela, c'était presque surprenant qu'ils n'aient pas sauté ensemble sous une couverture dés la première papouille, mais puisqu'ils avaient interdiction de dormir ensemble, c'était logique, en fait.
Peut-être même qu'ils attendaient que Simon n'aille se coucher pour avoir la salle commune à eux touts seuls.

Beeh, dégoûtant.

Si c'était ça, Simon resterait encore plus longtemps, s'il le fallait, histoire de s'assurer que personne ne souille la salle commune.

Heureusement, ce fut le gagnant de ce duel de patience : les deux tourteaux finirent par se séparer et partir se coucher chacun de leur côté. Alors, Simon ferma son livre, le laissa sur la table avec son parchemin contenant ses notes non terminées sur la révolte des gobelins, puis partit avec son sac ne contenant que sa baguette et un manuel de potions magiques.

Il ferma la porte de la salle commune, prit une grande inspiration puis commença à descendre les interminables escaliers, un sourire montant jusqu'à ses oreilles collé à son visage. Il avait vraiment hâte de retrouver Kenneth et de s’atteler à la découverte de ce que ça faisait d'avoir deux bras, il en oubliait presque la peur de se faire attraper. Mais il n'en restait pas moins prudent pour autant.
Il arriva assez vite au rez de chaussée, son bras en silicone frappant à intervalles régulier sa cuisse, et réussit à atteindre le sous-sol sans croiser âme qui vive.
Le jeune manchot était arrivé le premier, il n'avait plus qu'à attendre que Kenneth n'arrive ! Il avait presque envie de sauter sur place tellement il était excité, mais en attendant il serrait fort sa baguette noire ayant l'aspect de bois flotté dans sa main, au cas où il croisait quelqu'un qu'il n'était pas sensé croiser.

_________________
And I ain't gonna hang my head for them, for them

Huehuehue:
 


Dernière édition par Simon Kane le Sam 12 Déc 2015 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR6ème année
    GRYFFONDOR
    6ème année
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
MESSAGES : 117

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains ! Mer 2 Déc 2015 - 3:21

Toujours être ouvert d’esprit pour faire une ânerie semblait être la principale qualité de Kenneth. Cet état d’esprit, cette façon de réfléchir était si profondément ancré en lui que personne, aucun professeur ne pouvait se douter un seul instant de l’heure ou le jour cette épée de damoclès qu’il mettait au-dessus de leurs têtes allait tomber. La seule chose dont ils pouvaient être sûrs, au fond, était qu’ils subiraient, un jour ou l’autre, les foudres de cet esprit frappeur fait de chair et d’os. Bien entendu, pour lui, c’était encore mieux si ces bêtises qu’il aurait de toute façon fait pouvaient servir un ami, comme ce serait le cas pour celle de cette belle journée de Juin. Les cours s’étaient bien passés pour lui. Après tout, il avait cette capacité si frustrante pour certains d’apprendre et comprendre des choses dès la première écoute. Pour le reste, il suffisait de réviser sommairement mais rien qui ne lui prenne trop de temps. Ainsi, il avait tout le temps libre qu’il fallait pour se préparer, imaginer les possibilités qu’offriraient les méfaits de ce soir mais aussi les meilleurs moyens d’éviter de se faire attraper. Après tout, ils allaient voler dans la réserve d’un professeur, créer une potion de polynectar, voler l’apparence de quelqu’un et tout ça en une soirée. Cependant, il se rappela que d’agir dans l’urgence pour une potion qui devait normalement prendre un mois à préparer n’était peut-être pas la meilleure idée. Il eut donc l’idée d’éliminer les intermédiaires mais en parlerait à Simon. Ce dernier devait trépigner d’impatience à l’idée de savoir ce que donnait l’impression de sentir un nouveau membre pousser. Kenneth se retint de rire en imaginant le Serdaigle maladroit comme pas un avec son nouveau bras gesticulant dans tous les sens.

Assis devant la cheminée de la salle commune, le soir du crime, le jeune gryffondor attendait que ses comparses aillent se coucher. Il lut tranquillement la Gazette du sorcier, grignota quelques confiseries, chantonnant un peu, guilleret qu’il était. Autant pour Simon ce serait simple d’attendre que des élèves aussi assidus que les aigles ne se reposent, autant pour lui, il fallait faire avec une véritable horde de lions indisciplinés, clamant tous qu’ils voulaient déjà être Roi. Après tout, si dans ce dessin-anime Kenneth était un lion, donc Simba, alors Simon était… Zazu ? C’en était de trop pour le jeune garçon qui éclata de rire tout seul à cette idée, sans se soucier même des potentiels regards qui pouvaient se poser sur lui. N’empêche, il en avait pris un sacré coup dans l’aile le conseiller de Mufasa ! Après un toussotement simulé pour reprendre son calme, il replongea sa tête dans son journal jusqu’à ce qu’enfin, la salle soit vide d’âme. Une fois cela fait, il reposa le torchon puis remarqua qu’il le tenait à l’envers depuis tout ce temps. Bah, il ne serait pas le premier excentrique à faire ça dans cette école, il n’avait donc pas vraiment de soucis à se faire, se dit-il.

Une fois sorti, il se dépêcha de rejoindre le point de rendez-vous. Chaque croisement, chaque coin sombre de couloir pouvait être un piège, une possible rencontre désagréable. Pourtant, ce n’était pas de la peur qui se lisait sur son visage, mais bel et bien de l’excitation. Son cœur battait plus vite qu’un solo de batterie de groupe de rock, affutant ses sens malgré l’allégresse dont il faisait preuve à chaque idiotie qu’il concoctait avec plus de soin qu’une potion lors d’un cours de Rogue. Il arriva enfin vers le lieu de la rencontre mais une silhouette semblait déjà attendre. Quelqu’un les avait dénoncés ? Non, impossible, personne n’était au courant de leur coup. Alors peut-être un professeur au mauvais endroit au mauvais moment ? Dans le doute, le garçon se dissimula dans une ombre avant que son cerveau ne fasse le lien entre cette ombre qu’il voyait et une personne connue. De taille à peu près similaire, peut-être même plus petit que lui, l’air jeune et… un bras pendouillant tel un membre mort. Aucun doute possible, c’était bien le Serdaigle. Le Lion s’avança alors, bien plus confiant. De toute façon il avait toute confiance dans le jeune manchot qu’il considérait comme un bon ami. Certes, il était bien plus sage et réfléchit que lui, mais n’était pas non plus un rabat-joie invétéré. Il pouvait être de bon conseil et surtout de bonne compagnie. Il pouvait ne pas cautionner certaines exactions de Kenneth mais ce dernier savait aussi que son « vieux pote » n’irait pas le cafarder.

« Salut Zaz… Simon ! Alors, prêt à te faire pousser un bras qui fonctionne ? Pas trop stressé ? »

Il posa alors amicalement sa main sur l’épaule de son complice qui pouvait dès lors remarquer que le jeune gryffondor n’avait pas de sac et donc pas de livre de potion. Après tout, il savait très bien ce qu’il y avait dans une potion de polynectar. Et puis de toute façon, il avait une autre idée derrière la tête.

« Au fait, je me suis rappelé que cette potion prenait un mois à faire, donc on ne va pas la faire… »

Il marqua une pause, regardant l’effet que cette annonce dramatique avait eu sur le visage de son ami avant de sourire, les yeux pleins de malice, brillants comme jamais.

« On va la prendre directement ! En plus le temps des effets dépend de la qualité du sorcier qui l’a concoctée, alors tu sais, une potion de Slughorn durera plus longtemps que ce que je ne pourrai faire ! »

Cette simple idée se ponctua par un grand sourire de Kenneth, fier de lui, fier de sa bêtise et des possibles retombées que cette idiotie pourrait avoir sur lui. Comment allait-il se débrouiller pour prendre une fiole ou deux de potion et s’en sortir sans conséquences ? C’était là une question à laquelle il n’avait pas encore la réponse qui, de toute façon, se tiendrait en une seule stratégie, celle du plan B : Il improviserait et verrait où cela pouvait l’emmener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR2ème annéeMembre des sales gossesModératrice
    GRYFFONDOR
    2ème année
    Membre des sales gosses
    Modératrice
AVATAR : Maisie Williams
MESSAGES : 423

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 mai à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains ! Mer 30 Déc 2015 - 21:11

-Eh, tu savais que Fitzgerald redouble ?

La tête réjouie des deux gamines qui commentaient avec un plaisir mal-caché la nouvelle, à grands renforts de "c'était sûr" et "abusé" changea du tout au tout lorsqu'elles prirent conscience de la présence de la Gryffondor dans les toilettes. Un « désolées » contrit, une fuite précipitée. A croire que les gens avaient peur d'elle, comme si la bêtise était contagieuse. Seule, face au miroir, la gamine prit un instant pour réfléchir.

Redoubler ? C'est en entendant son nom que l'enfant s'était réveillé. Allongée dans un coin des toilettes des filles avec son sac en guise d'oreiller -parce que l'infirmier avait décrété que les allergies à la matière ectoplasmique n'existaient pas et que non, elle ne pouvait pas passer l'heure d'histoire de la magie à l'infirmerie, la gamine avait du improviser. Elle, redoubler ? Elle avait blagué dessus, évidemment, parce que ses notes étaient nulles. Et le seul sortilège qu'elle connaissait au bout d'un an était Wingardium Leviosa. Mais ça, personne n'était supposé le savoir.

Deux options. Encore une sale rumeur sur elle, comme quand tout le monde racontait qu'elle était amoureuse de Nathan Larsonn ? Le pire étant que la rumeur avait fini par devenir vraie mais Louise ne voulait pas repenser à ça. La rumeur, c'était Beetlejuice, limite. On la répétait trois fois et elle devenait réelle... Mais non, non, non, elle n'allait pas redoubler. La honte intergalactique. Qui avait lancé une rumeur pareille ? Beth (PNJ de son état) ? Dans le doute, elle lui ferait une crasse tout à l'heure. Son plan de vengeance sur quatre ans pour Beth pouvait bien accepter des petits bonus.

Autre solution possible : des professeurs en avaient parlé entre eux et des élèves avaient entendu. Oh my, oh my, dans ce cas... C'était vrai ? Elle allait devenir la première étudiante de Poudlard à redoubler sa première année ?! Son ego ne s'en remettrait pas. Pour un peu, elle en aurait pleuré. Hors de question. Elle quitterait Poudlard, voilà tout. Partirait en exil dans la campagne anglaise, élèverait des moutons et vivrait une existence paisible, isolée du monde.

Au repas du soir, la fillette faillit refondre en larmes face au festin. La fin était si proche ! Fin juin, adieu Poudlard, elle ne pourrait jamais revenir après l'annonce de son redoublement. Ou alors la tête baissée, mais c'était pas Fitz du tout. Ignorant les commentaires de Gabriel surpris de son manque de vitalité, une idée commença à germer dans la tête de la brunette. La fin était proche, certes. Mais elle n'allait pas abandonner l'école comme ça, sans un dernier coup d'éclat. Le nom de Fitzgerald allait resplendir pour des millénaires dans le château, mais non pas comme l'unique première année à avoir redoublé, non. Comme l'unique élève à avoir enfreint l'intégralité du règlement en moins d'un mois. Challenge accepted.


***


Même pas drôle. Une heure qu'elle tournait en rond dans les couloirs, après le couvre-feu et personne pour l'arrêter. Quel intérêt de violer le règlement sans un public ? Un dernier tour, et la fillette faillit se cogner dans un élève de sa maison, Kenneth ou un truc du genre. Un fouteur de citrouille. Parfait. Il avait surement des projets peu honnêtes, ce qui procurait à la gamine une occasion supplémentaire d'enfreindre les règles. Parce que là, son plan diabolique était pas super excitant : le couvre-feu, c'était tellement 1996, puis tout le monde lui était passé dessus.

Suivant au loin Kenneth sur la pointe des pieds, elle fut surprise de le voir rejoindre le malheureux petit bout de chou de Serdaigle, Kane. Si tous les serdaigle se ressemblaient aux yeux de la gamine, lui, il était différent. Faut dire que perdre son bras à cause d'une malédiction ancestrale, c'était vraiment pas drôle, mais ça avait de la gueule. Elle se rappelait plus qui lui avait raconté cette histoire mais depuis elle regardait le bleu avec un respect immense, ce qui, va savoir pourquoi, semblait mettre le quatrième année plus mal-à-l'aise qu'autre chose.

Un rencard ? Oh, ça aurait été un ragot croustillant, tiens, histoire de faire oublier l'histoire de son redoublement (Louise démentait et parlait d'une rumeur, même si au fond d'elle-même, elle pariait plutôt pour le contraire) qui commençait à se propager dans le château. Mais pas de bisous, ou trucs buccaux dégoutants que faisaient les gens plus vieux. Non, non, ça manigançait quelque chose. Un truc pas net. Pfiou, cette bande d'amateurs. On épelait pas « mauvais coup » sans « Fitzgerald » dedans.

Quoique, c'était un Serdaigle, Simon. Y'avait moyen que ce rendez-vous si mystérieux ne soit qu'une séance de révisions ou cours de rattrapages. Ou comment se faire arnaquer salement. Valait mieux les suivre pour le moment, histoire de voir si la sale gosse rejoignait l'équipe ou pas (l'idée qu'ils puissent ne pas vouloir d'elle ne l'avait même pas effleurée). Si c'était un sale coup, elle en était. Si c'était des révisions, c'était scandaleux de faire ça la nuit, un manque de respect aux petits délinquants du château et la gamine se jura de les balancer à Rusard le cas échéant. Your call, boys. Etonnez moi, pensa t'elle en les observant, prête à les suivre au moindre mouvement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC5ème année
    NUNCABOUC
    5ème année
AVATAR : Timothée Chalamet
MESSAGES : 237

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Friendzoné
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 5 décembre 1981 ~ Édimbourg
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains ! Sam 2 Jan 2016 - 1:55

Enfin Kenneth arrivait ! Il en avait mit du temps ! Il était tout aussi souriant que Simon, ça faisait plaisir de voir que le bonheur de se retrouver était mutuel. De toute façon, l'aîné avait toujours été partant pour sortir la nuit et essayer continuellement de se surpasser pour faire des bêtises toujours plus imaginatives les unes que les autres. Rassuré, Simon pouvait baisser sa baguette.
« Oh arrête j'ai trop hâte ! J'ai pas pu me concentrer de la journée à cause de ça... » avoua le jeune serdaigle, encore une pointe d'excitation dans la voix. Pour lui, ne pas réussir à travailler de la journée c'était quand même assez exceptionnel. Il lui en fallait beaucoup pour bloquer son cerveau de la sorte, mais visiblement une soirée à boire du polynectar avec Kenneth devait suffire. C'était quand même assez étrange cette sorte d'obsession qu'il avait pour son aîné, lui-même ne la comprenait pas vraiment, mais il adorait sincèrement sa compagnie. Ainsi, il ne put s'empêcher de sourire lorsque la gigantesque paluche du gryffondor se posa sur son épaule, et la droite, pas la gauche, parce que Kenneth restait quelqu'un d'attentionné et d'attentif malgré son attitude qui semblait parfois détachée et désinvolte.

« Ah oui c'est vrai, t'as raison... Ça m'étais complètement sorti de la tête... Citrouille... »
Clairement, son cerveau n'avait pas dû fonctionner plus de dix minutes pendant tout le long de la journée, parce que sinon il y aurait pensé. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait, il était malade ou quoi ? Il le saurait quand même, il aurait mal au crâne, le nez qui coule ou quelque chose, ses parents étaient médecins, ils lui avaient apprit à s'auto-diagnostiquer, mais rien, il était juste devenu idiot... C'était ça l'adolescence ? Ça faisait pas rêver... Il avait tellement été obnubilé par l'idée de passer la soirée avec l'autre qu'il n'avait même pas pensé à penser aux détails.

« Surtout que puisque les examens de potion arrivent, il a du en préparer à l'avance, Slughorn ! » rajouta Simon, histoire de participer aussi un peu à la préparation de la soirée.
Mais heureusement, Kenneth était là, et il avait suffisamment de cerveau pour eux deux. En chiper directement semblait quand même une bien meilleure idée que de la faire soi-même, ils ne pourraient pas s'empoisonner, ils n'auraient pas à attendre un mois qu'elle se fasse (franchement, Simon se décevait lui-même... (Mais Kenneth, lui, remontait dans son estime)), et elle serait bien plus efficace puisque le professeur lui-même l'aurait concoctée, comme l'avait souligné le cinquième année lui-même.

« Allez, traînons pas par ici, on y va... » lança-t-il ensuite. Ils étaient quand même plutôt exposés ici bas, il était temps de se mettre en route. Et puisque c'était lui le principal intéressé de la bêtise qu'ils allaient commettre ce soir-là, Simon prit la tête de l'expédition. C'était le moment ou jamais de montrer que même si le blason de son uniforme était bleu et bronze, il n'était pas un froussard pour autant. C'était bien pour son courage que le jeune homme admirait tant Kenneth, alors il était temps de montrer que lui aussi en avait.

Traversant un couloir, puis deux, et un dernier, laissant à l'autre le soins de surveiller que personne ne les suivait, ils arrivèrent devant la réserve. Là, tout ce dont ils avaient besoin se cachait derrière une porte noire en bois, verrouillée. « Alohomora » Là, tout ce dont ils avaient besoin se cachait derrière une porte noire en bois, ouverte. Alors, Simon entra, tenant la porte pour le suivant.

La pièce était toute petite, chaque mur était constitué d'une superposition de planches sur lesquelles étaient entassées fioles, ingrédients et autres choses bizarres réparties dans des bols ou des saladiers, triées par couleur, par taille, ou les deux (voire par odeur parfois, mais Simon ne s'y tenterai pas). Au plafond, des plantes pendaient avec une visible latitude, de fins feuillages dépassant de leurs pots et poussant vers le bas, venant quasiment chatouiller le haut du crâne du voleur. « Fait le gai, je cherche la potion. » lança-t-il. Donner les ordres n'était pas vraiment dans ses habitudes, mais tout était bon pour faire du zèle.
Alors, rangeant sa baguette dans son étui adapté et attaché à son avant-bras gauche (parce que c'était plus pratique et bien plus stylé que de la ranger dans sa poche, surtout que la baguette était trop longue et dépassait toujours un peu de son pantalon, sans parler du risque de la casser, là où son avant-bras était d'une longueur parfaite), Simon se mit à chercher les fioles, lisant leurs étiquettes.
« Polynectar douze heures... Dix heures... Six heures... Une heure ça devrait suffire, non ? » se demanda-t-il à lui-même, n'attendant pas vraiment de réponse. « Ouais, va pour un heure. »
Simon se saisit alors de la fiole qui se tenait parmi toutes les autres. Franchement il y en avait tellement que personne ne remarquerait son absence ! Alors, Simon en prit une deuxième, dans le doute. Peut-être qu'ils pourraient s'amuser, ou qu'ils en auraient besoin pour foutre le camp.
Alors, la mettant dans une des poches de son sac, Simon se retourna vers Kenny, dont il ne voyait que le dos puisqu'il surveillait les potentiels passages du couloir, et s’apprêta à déguerpir. Prochaine étape, l'une des salles vides, où il pourrait déguster cette merveilleuse potion.

« C'est bon Kenneth j'ai ce qu'il nous faut. »
Pas de réponse.
« Kenneth ?  »

_________________
And I ain't gonna hang my head for them, for them

Huehuehue:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains ! Aujourd'hui à 11:25

Revenir en haut Aller en bas

[Juin 97] Si toi aussi t'as deux mains tape dans tes mains !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Deux filles ça peut être aussi fort que deux mecs! [suite mission]» COHEN - La mort est une dette que chacun ne peut payer qu'une fois...ou deux si tu es un zombie» Chez Eäràr, maître d'arme.» Symboles politiques» Deux tarées dans le Loiret
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-